Vidéotranscription
Arrièretranscription

Biden annonce un don de vaccins à l'Union africaine

Le président Biden a annoncé le don de 17 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson à l'Union africaine, un mois après que le président Uhuru Kenyatta du Kenya a plaidé publiquement pour une distribution plus équitable des vaccins dans le monde.Nous poursuivons notre combat commun contre le Covid. Les États-Unis ont fait don de 2,8 millions de doses de vaccin au Kenya dans le cadre des 50 millions de doses que nous avons données à l'Union africaine, et je suis fier d'annoncer qu'aujourd'hui nous faisons un don supplémentaire et unique de 17 millions de doses supplémentaires de J.&J. vaccin à l'U.A. Et nous allons en envoyer d'autres d'ici la fin de l'année au Kenya. Les États-Unis ont fait de leur mieux pour aider non seulement le Kenya, mais le continent africain en général en ce qui concerne l'accès aux vaccins. Heureux d'entendre votre nouvelle annonce de cette augmentation car, comme beaucoup d'entre vous le savent en tant que continent, nous sommes loin derrière le reste du monde en termes de capacité à vacciner notre peuple. Ainsi, tout soutien supplémentaire, comme le président vient de le mentionner, est le bienvenu et nous attendons avec impatience la poursuite de ce partenariat.
Le président Biden a annoncé le don de 17 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson à l'Union africaine, un mois après que le président Uhuru Kenyatta du Kenya a plaidé publiquement pour une distribution plus équitable des vaccins dans le monde.CreditCredit...Doug Mills/The New York TimesLe président Biden a annoncé jeudi le don de millions de vaccins contre le coronavirus à un groupe de pays africains lors d'une réunion avec le président Uhuru Kenyatta du Kenya, qui fait face à la pandémie et à une catastrophe humanitaire en cours en Éthiopie voisine.
Le don de l'administration Biden de 17 millions de doses du vaccin Johnson & Johnson à l'Union africaine est intervenu un mois après que M. Kenyatta a publiquement plaidé pour une distribution plus équitable des vaccins dans le monde. Lors d'une réunion de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, le président kenyan a critiqué "l'asymétrie" de l'approvisionnement en vaccins, une référence claire à des pays comme les États-Unis qui administrent des rappels au lieu de donner plus de vaccins aux pays dans le besoin. .
Lors de la première réunion en personne de M. Biden à la Maison Blanche avec un dirigeant d'un pays africain, M. Kenyatta l'a remercié pour le don tout en suggérant que cela ne suffisait pas.
« En tant que continent, nous sommes loin derrière le reste du monde pour ce qui est de pouvoir vacciner notre peuple », a déclaré M. Kenyatta.
M. Biden s'est engagé à envoyer davantage de vaccins au Kenya d'ici la fin de l'année.
« Nous poursuivons notre combat commun contre Covid », a-t-il déclaré avant que les journalistes ne soient sortis du bureau ovale. "Nous allons discuter de ce que les États-Unis peuvent faire de plus ensemble dans la Corne de l'Afrique pour faire progresser la paix et la sécurité."
Pour M. Kenyatta, la rencontre a été l'occasion de renforcer les relations avec les États-Unis alors que son pays souffre des turbulences économiques de la pandémie de coronavirus.
Les États-Unis n’étaient pas le seul pays riche à annoncer des plans pour lutter contre la vaste injustice mondiale en matière de vaccins cette semaine.
La Corée du Sud prévoit d'expédier près de 1,6 million de doses du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca au Vietnam et en Thaïlande cette semaine, a annoncé mardi le ministère des Affaires étrangères, alors que les pays d'Asie du Sud-Est luttent pour contenir la propagation du virus.
Le don intervient alors que le programme de vaccination de la Corée du Sud s'est accéléré rapidement, avec 70% de la population qui devrait être vaccinée d'ici la fin du mois.
Selon le ministère de la Santé et du Bien-être, environ 62% de la population totale de la Corée du Sud ont été entièrement vaccinés, et le pays devrait assouplir les restrictions les plus sévères d'ici le mois prochain. La Thaïlande a complètement vacciné 33 pour cent de sa population et le Vietnam environ 17 pour cent.
Environ 1,1 million de doses iront au Vietnam et 470 000 en Thaïlande, a annoncé le gouvernement sud-coréen.
La Corée du Sud a été parmi les derniers des pays les plus riches du monde à lancer un programme de vaccination, ce qui a provoqué la frustration des citoyens qui avaient déjà passé un an à vivre sous des restrictions pour contrôler la propagation du virus. Huit mois plus tard, le pays a vacciné plus de personnes par habitant que les États-Unis, qui ont obtenu le plus grand approvisionnement en vaccins au monde.
Vidéotranscription
Arrièretranscription

Covid News : Biden annonce un don de vaccins de 17 millions de doses pour l'Union africaine

F.D.A. Panel donne le feu vert aux boosters Moderna pour les personnes à haut risque

Un groupe consultatif de la Food and Drug Administration a recommandé une demi-dose comme troisième injection pour les personnes de 65 ans et plus ainsi que pour les jeunes adultes à haut risque en raison de leur état de santé ou de leur travail.« Les données disponibles soutiennent-elles l'innocuité et l'efficacité du vaccin Moderna Covid-19 à utiliser dans le cadre de l'EUA comme dose de rappel, 50 microgrammes d'ARNm-1273, au moins six mois après la fin d'une série primaire dans les populations suivantes : individus de 65 ans et plus, les personnes de 18 à 64 ans à haut risque de Covid-19 sévère et les personnes de 18 à 64 ans, dont l'exposition institutionnelle ou professionnelle fréquente au SARS-CoV-2 les expose à un risque élevé de complications graves de la Covid -19, y compris Covid-19 sévère ? "Nous avons un vote unanime de 19 sur 19, et cela conclut la partie des votes."
Un groupe consultatif de la Food and Drug Administration a recommandé une demi-dose comme troisième injection pour les personnes de 65 ans et plus ainsi que pour les jeunes adultes à haut risque en raison de leur état de santé ou de leur travail.CreditCredit... James Estrin/The New York TimesUn panel d'experts médicaux indépendants a recommandé jeudi à l'unanimité des injections de rappel de Moderna pour un grand nombre de ceux qui avaient reçu le vaccin contre le coronavirus de l'entreprise, ouvrant la voie à une augmentation considérable du nombre de personnes éligibles pour une injection supplémentaire aux États-Unis.
Le comité consultatif de la Food and Drug Administration a voté 19 contre 0 en faveur de l'autorisation d'urgence d'une demi-dose de rappel, au moins six mois après la deuxième dose. Les personnes éligibles pour le coup supplémentaire incluraient les personnes de plus de 65 ans et d'autres adultes considérés comme à haut risque – les mêmes groupes désormais éligibles pour un rappel Pfizer-BioNTech.
La F.D.A. suit généralement les conseils du panel et devrait se prononcer en quelques jours.
Les recommandations interviennent alors que le pays connaît une baisse des cas de coronavirus mais fait toujours face à près de 90 000 nouvelles infections et environ 1 800 décès par jour. L'administration Biden a fait des injections de rappel comme un outil supplémentaire dans la lutte contre la pandémie, tout en reconnaissant que le contrôle de la propagation de la maladie dépend de la vaccination de dizaines de millions d'Américains pour la première fois.
Dans un discours prononcé jeudi à la Maison Blanche, le président Biden a de nouveau cherché à rallier les entreprises pour soutenir les mandats de vaccination qui, selon lui, contribueraient à réduire les rangs des non vaccinés aux États-Unis, appelant le nombre de personnes qui n'ont même pas obtenu un premier tiré "à une hauteur inacceptable".
Plus de sept millions de personnes aux États-Unis ont déjà reçu des doses de rappel du vaccin Pfizer-BioNTech, et plus d'un million ont reçu des troisièmes doses de Moderna, même si seules les personnes immunodéficientes sont officiellement éligibles.
Vendredi, le même comité d'experts se réunira pour discuter et voter pour savoir si les quelque 15 millions de personnes qui ont reçu le vaccin à dose unique Johnson & Johnson devraient également être éligibles aux doses de rappel. Ses membres sont également censés discuter d'une nouvelle étude fédérale qui suggère que ces Américains feraient mieux de recevoir une dose de rappel des vaccins Moderna ou Pfizer-BioNTech.
Si la F.D.A. autorise rapidement les doses de rappel de Moderna, et si les Centers for Disease Control and Prevention approuvent après une réunion de son propre comité d'experts en vaccins la semaine prochaine, les personnes des groupes éligibles pourraient commencer à rechercher les vaccins peu de temps après. En plus des personnes de plus de 65 ans, ces groupes comprennent des adultes plus jeunes à haut risque de Covid-19 sévère ou de complications graves en raison de conditions médicales ou de leur travail.
À ce jour, plus de 103 millions de personnes aux États-Unis ont été entièrement vaccinées avec le produit de Pfizer, plus de 69 millions avec Moderna et environ 15 millions avec le vaccin Johnson & Johnson.
Le Dr Patrick Moore, membre du panel et virologue à l'Université de Pittsburgh, a déclaré qu'il avait voté pour recommander un rappel Moderna sur la base d'une "intuition, plutôt que sur la base de données vraiment très sérieuses". D'autres se sont demandé si une demi-dose était la bonne quantité et si un rappel Moderna fonctionnerait mieux s'il était administré au moins huit mois après la deuxième injection, au lieu de six mois.
Le Dr Janet Woodcock, commissaire par intérim de la Food and Drug Administration, qui rendra la décision de l'agence sur les boosters.Crédit...Stefani Reynolds pour le New York TimesUn panel indépendant d'experts conseillant la Food and Drug Administration a voté jeudi pour recommander un rappel pour de nombreux receveurs du vaccin contre le coronavirus Moderna, et se réunira vendredi pour envisager des rappels pour les receveurs du vaccin Johnson & Johnson.
Alors, que se passe-t-il après les votes du panel ? Il y a d'autres étapes à la F.D.A., puis des étapes aux Centers for Disease Control and Prevention, et le processus se termine avec les États. Voici comment il se décompose.

  • La F.D.A., une agence fédérale du ministère de la Santé et des Services sociaux qui contrôle et supervise les médicaments et autres éléments liés à la santé publique, reprend la recommandation du comité consultatif, qui comprend la question de savoir qui devrait être éligible. Les votes du comité consultatif ne sont pas contraignants, mais la F.D.A. les suit généralement.
  • Le plus haut responsable de la F.D.A. – sa commissaire par intérim, le Dr Janet Woodcock – rend la décision finale de l'agence sur l'opportunité d'autoriser les boosters et pour qui. Ces décisions sont généralement rendues quelques jours après les réunions du comité consultatif.
  • Un comité consultatif des Centers for Disease Control and Prevention, l'agence de santé publique des États-Unis, examine la décision de la F.D.A. Jeudi et vendredi de la semaine prochaine, ce panel doit se réunir et voter sur ses recommandations concernant les boosters.
  • Le C.D.C. reprend les recommandations de ce panel, et le directeur de l'agence, le Dr Rochelle P. Walensky, publie les conseils de l'agence sur l'utilisation des boosters et sur les personnes éligibles. Cette orientation est profondément influente pour les États, les médecins, les pharmacies et autres établissements de soins de santé et le grand public. Comme pour le processus de la F.D.A., les recommandations du panel ne sont pas contraignantes, mais le C.D.C. les suit généralement.
    Cependant, il y a eu une rare exception le mois dernier : quand un C.D.C. Le comité consultatif a rejeté la recommandation de la F.D.A. que les travailleurs de première ligne soient inclus parmi ceux éligibles au rappel Pfizer-BioNTech, le Dr Walensky a outrepassé les conseillers de sa propre agence et s'est rangé du côté de la F.D.A.

Dr Rochelle P. Walensky, le C.D.C. directeur, publie des orientations pour les États et le grand public. Crédit... Stefani Reynolds pour le New York Times

Les services de santé des États suivent généralement les recommandations du C.D.C. Dans le cas du rappel Pfizer-BioNTech, les injections ont commencé à être largement administrées immédiatement après que le Dr Walensky a annoncé les directives du CDC pour les autoriser aux personnes de plus de 65 ans, aux patients dans les maisons de soins infirmiers et autres établissements institutionnels, à ceux ayant des problèmes de santé sous-jacents, et les travailleurs de première ligne.
Shante Strait, 41 ans, employé d'une organisation à but non lucratif qui travaille avec le district scolaire indépendant de San Antonio, a été vacciné le mois dernier après avoir appris que des vaccinations seraient nécessaires.Crédit...Matthew Busch pour le New York TimesLa Cour suprême du Texas a temporairement bloqué jeudi l'exigence du district scolaire public de San Antonio que ses éducateurs et son personnel soient entièrement vaccinés contre Covid-19. Le mandat, annoncé par le district en août, devait entrer en vigueur vendredi.
Dans son ordonnance, le tribunal a déclaré qu'il ne se prononçait pas sur les allégations sous-jacentes dans l'affaire. Des problèmes similaires sont en jeu dans les procès concernant les mandats de masque des gouvernements locaux, et le tribunal a déclaré qu'il n'avait "pas encore eu l'occasion d'examiner le bien-fondé de ces défis".
Le différend sur les mandats de vaccins et de masques s'est joué dans des batailles judiciaires pendant des mois au Texas, où le gouverneur républicain Greg Abbott a tenté de les interdire.
Avant que la Cour suprême de l'État ne bloque le mandat de vaccination du district scolaire de San Antonio, un tribunal inférieur l'avait confirmé plus tôt ce mois-ci. Lorsque le district a annoncé son mandat de vaccin en août, il a été associé à un mandat de masque, mais cela a été bloqué par la Cour suprême de l'État quelques jours plus tard.
M. Abbott a publié cette semaine un décret interdisant presque tous les mandats de vaccin contre les coronavirus au Texas, y compris les entreprises privées qui avaient été exemptées des ordonnances précédentes. Cela s'est heurté aux plans de plusieurs grandes entreprises qui ont une présence importante dans l'État, telles que Google et Facebook. American Airlines et Southwest Airlines ont déclaré qu'elles ignoreraient l'ordonnance du Texas et suivraient plutôt les exigences fédérales.
Dans une tentative de codifier l'ordre de M. Abbott dans la loi, les républicains à la Chambre des représentants du Texas ont adopté cette semaine un projet de loi qui permettrait aux travailleurs de se retirer des mandats de vaccination «pour des raisons de conscience» et de poursuivre leurs employeurs s'ils tentaient de faire respecter les mandats. Le projet de loi prévoit également des exceptions pour les conditions médicales et « l’immunité acquise contre Covid-19 grâce à la récupération post-transmission », bien qu’il ne précise pas comment cela serait déterminé.
Certains opposants ont déclaré qu'ils craignaient que le projet de loi ne provoque un flot de poursuites.
Vidéotranscription
Arrièretranscription

« Nous ne pouvons pas abandonner maintenant » : Biden appelle à la vigilance contre le virus

Le président Biden a exprimé son optimisme dans la lutte contre le coronavirus au milieu d'une baisse du nombre de nouveaux cas, tout en implorant les Américains non vaccinés de se faire vacciner et en ralliant le soutien aux mandats de vaccination.Aujourd'hui, je souhaite faire une brève mise à jour de mon plan que j'ai annoncé début septembre pour accélérer la sortie de cette pandémie. Ça marche. Nous progressons. À l'échelle nationale, les cas quotidiens sont en baisse de 47%. Les hospitalisations ont baissé de 38 % au cours des six dernières semaines. Au cours des deux dernières semaines, la majeure partie du pays s'est également améliorée. Les taux de cas sont en baisse dans 39 États et les taux d'hospitalisation sont en baisse dans 38 États. Nous sommes tombés à 66 millions, un nombre toujours inacceptablement élevé, de personnes non vaccinées contre près de 100 millions en juillet. Chaque jour, nous voyons de plus en plus d'entreprises mettre en œuvre des exigences de vaccination, et les données de plus en plus nombreuses montrent qu'elles fonctionnent. Les entreprises et les organisations qui mettent en œuvre des exigences voient leurs taux de vaccination augmenter en moyenne de 20 % ou plus à bien plus de 90 % - le nombre d'employés vaccinés, nous allons dans la bonne direction. Nous avons un travail essentiel à faire, mais nous ne pouvons pas lâcher prise maintenant. Mon équipe et moi faisons tout ce que nous pouvons, mais j'appelle davantage d'entreprises à intensifier leurs efforts. J'appelle davantage de parents à faire vacciner leurs enfants lorsqu'ils sont éligibles. Et je demande à tout le monde, à tous ceux qui ne se sont pas fait vacciner, de se faire vacciner. C'est ainsi que nous mettons cette pandémie derrière nous et accélérons notre reprise économique.
Le président Biden a exprimé son optimisme dans la lutte contre le coronavirus au milieu d'une baisse du nombre de nouveaux cas, tout en implorant les Américains non vaccinés de se faire vacciner et en ralliant le soutien aux mandats de vaccination.CreditCredit...Doug Mills/The New York TimesLe président Biden a supplié les Américains de rester vigilants contre le coronavirus jeudi, ralliant les États et les entreprises privées pour soutenir les mandats de vaccination afin d'éviter une augmentation des cas.
« Nous allons dans la bonne direction. Nous avons un travail essentiel à faire et nous ne pouvons pas abandonner maintenant », a déclaré M. Biden dans un discours à la Maison Blanche. « J’appelle plus d’entreprises à intensifier. J'appelle davantage de parents à faire vacciner leurs enfants lorsqu'ils sont éligibles. »
M. Biden a projeté de l'optimisme au milieu d'une baisse du nombre de nouveaux cas par rapport à une vague estivale dévastatrice qui a sapé l'engagement du président à surmonter la pandémie et à réduire les dommages qu'elle a infligés à l'économie et aux écoles.
Les États-Unis enregistrent désormais environ 90 000 nouvelles infections par jour, en baisse de plus de 40% depuis août. Les hospitalisations et les décès sont également en baisse. Près de 70 pour cent des adultes sont complètement vaccinés et de nombreux enfants de moins de 12 ans seront probablement éligibles pour se faire vacciner en quelques semaines.
"C'est important, c'est un progrès important mais ce n'est pas le cas, ce n'est pas le moment de lâcher prise", a déclaré M. Biden. « Nous avons beaucoup plus à faire. »
Le président a profité de ce moment pour avertir que la pandémie n'est pas encore terminée, un effort pour éviter l'erreur qu'il a commise en juillet dernier lorsqu'il a célébré "l'indépendance du virus" le 4 juillet. Près de 2 000 Américains meurent encore chaque jour alors que le pays se dirige vers l'hiver.
M. Biden, notant "les 66 millions, toujours un nombre inacceptablement élevé de personnes non vaccinées", a cherché à encourager les entreprises privées à mettre en œuvre des mandats de vaccination qui sont devenus le centre des attaques républicaines.
Le gouverneur Greg Abbott du Texas, un républicain, a publié un décret exécutif plus tôt cette semaine interdisant pratiquement tout mandat de vaccin contre les coronavirus dans l'État. Le gouverneur Ron DeSantis de Floride, également républicain, a menacé d'imposer des amendes aux localités qui imposent des vaccins aux employés du gouvernement, compliquant les efforts de l'administration pour freiner la pandémie.
"Les exigences en matière de vaccination ne devraient pas être un autre problème qui nous divise", a déclaré M. Biden.
L'Administration de la sécurité et de la santé au travail a soumis plus tôt cette semaine le texte initial de sa norme temporaire d'urgence au Bureau de la gestion et du budget. Il doit faire l'objet d'un processus d'examen interagences d'une durée probable de plusieurs semaines avant d'être délivré aux entreprises, et certaines entreprises ont déclaré qu'elles attendaient les directives avant de mettre en œuvre les mandats.
M. Biden a également parlé des plans de l'administration pour distribuer des rappels aux Américains vulnérables. La Food and Drug Administration a déjà autorisé des injections de rappel pour de nombreuses personnes qui ont reçu leur deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech il y a au moins six mois.
Un comité consultatif auprès de la F.D.A. a voté à l'unanimité pour recommander une troisième dose du vaccin Moderna pour de nombreux receveurs du vaccin.
"Les boosters sont gratuits, je le répète, gratuits, disponibles et pratiques à obtenir", a déclaré M. Biden.
M. Biden a également déclaré que la F.D.A. est toujours en train de déterminer s'il faut autoriser un vaccin pour les enfants âgés de cinq à 11 ans et devrait prendre une décision "dans les prochaines semaines".
Le personnel de l'University of Utah Health, à Salt Lake City, s'est occupé d'un patient Covid en juillet.Crédit...Charlie Ehlert/University of Utah Health, via Associated PressAlors que le nombre de cas quotidiens de Covid dans l'Utah a commencé à baisser, les hôpitaux de l'État sont toujours débordés et les responsables de la santé publique demandent aux résidents de ne pas baisser la garde.
Mercredi, 570 personnes ont été hospitalisées avec Covid-19, près du pic de l’État en janvier, lorsque les vaccins n’étaient pas encore largement disponibles, selon une base de données du New York Times. Bien que les nouveaux cas de coronavirus aient tendance à baisser, le nombre de patients Covid reste élevé et surcharge les hôpitaux de l'Utah.
C'est pourquoi les responsables de la santé publique lors d'un point de presse mercredi ont averti les gens de rester vigilants et de se faire vacciner.
« Ce n'est pas le moment de baisser la garde. Covid n'est pas fini », a déclaré le Dr Russell Vinik, médecin-chef de l'Université de l'Utah Health, lors de la conférence de presse.
La différence entre cette dernière vague et celle de l'hiver dernier est que l'Utah n'a pas autant de travailleurs de la santé pour traiter les patients de Covid, a déclaré le Dr Vinik. Les patients qui ne peuvent plus retarder les soins de routine retournent dans les établissements médicaux. Les travailleurs de la santé à travers le pays abandonnent l'épuisement professionnel, tandis que certains dans l'Utah ont été attirés vers d'autres États, tels que le Nebraska et New York, avec la promesse d'un salaire supplémentaire.
À l'échelle nationale, les hospitalisations de Covid ont tendance à baisser, selon une base de données du New York Times, mais les cas et les hospitalisations ont plafonné à des niveaux élevés dans plusieurs États de Mountain West et Upper Midwest.
Les hospitalisations dans l'Idaho ont établi un record de pandémie le 2 octobre, mais tendent à nouveau légèrement à la baisse. Dans le Wyoming et le Montana, les hospitalisations ont presque atteint des sommets ces dernières semaines.
Le taux de personnes entièrement vaccinées dans l'Utah – 52 % – est inférieur au chiffre national de 57 %, selon une base de données du New York Times. Mais le taux de vaccination de l'État est encore loin devant la plupart de ses voisins, y compris l'Idaho et le Wyoming.
La sénatrice de l'État de l'Alaska, Lora Reinbold, a révélé sur Facebook qu'elle avait été testée positive pour le coronavirus et avait présenté des symptômes de Covid-19.Crédit...Photo de la piscine par Becky BohrerUne législatrice de l'Alaska qui s'est vu interdire les vols d'Alaska Airlines après avoir défié un mandat fédéral exigeant que les passagers portent des masques a révélé cette semaine qu'elle avait été testée positive pour le coronavirus.
La législatrice, Lora Reinbold, sénatrice de l'État républicaine qui a également vivement critiqué les mandats en matière de vaccins, a déclaré sur Facebook qu'elle présentait des symptômes de Covid-19, la maladie causée par le virus.
Sa révélation est intervenue alors que l'Alaska était aux prises avec sa pire vague de coronavirus de la pandémie.
"C'est à mon tour d'affronter Covid de front… jeu sur ! " Mme Reinbold a écrit mardi. « À votre avis, qui va gagner ? Quand je l'aurai vaincu, je vous dirai ma recette.
Mme Reinbold, 57 ans, a attiré l'attention en avril après la diffusion d'une vidéo d'elle se disputant avec des employés de l'aéroport international de Juneau au sujet de la règle du masque.
L'échange a incité Alaska Airlines à interdire à Mme Reinbold ses vols, une décision qui a ensuite été confirmée. Tant que le mandat fédéral du masque sera en place – il a été prolongé jusqu'au 18 janvier 2022 – Mme Reinbold sera interdite des vols d'Alaska Airlines, a déclaré le transporteur dans un e-mail jeudi.
Incapable de prendre l'avion de son district à Juneau, la capitale de l'État, un trajet qui pourrait prendre plus de 19 heures en voiture et en ferry, Mme Reinbold, qui représente Eagle River, en Alaska, a demandé le mois dernier à être dispensée des sessions législatives jusqu'à l'année prochaine. . Le Sénat dirigé par les républicains a accepté sa demande sans objection.
Un assistant législatif de Mme Reinbold, qui avait précédemment qualifié l'interdiction de la compagnie aérienne de "tyrannie des masques", n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire jeudi.
Dans sa publication sur Facebook, Mme Reinbold a révélé qu'elle était « bénie » d'avoir obtenu de l'ivermectine, un médicament généralement utilisé pour traiter les vers parasites du bétail, qu'elle a appelé le « décodeur ».
En août, la Food and Drug Administration a averti que l'ivermectine ne devrait pas être prise pour traiter ou prévenir Covid-19. La demande pour le médicament a augmenté, Fox News faisant la promotion des résultats d'études sur son utilisation contre Covid-19.
La législatrice a déclaré qu'elle prenait "beaucoup de vitamines" et de la quercétine, l'un des nombreux composés appelés flavonols que l'on trouve dans les fruits et légumes.
« Mon bateau à vapeur Vicks a été un cadeau de Dieu  !  » elle a ajouté.
S'exprimant devant le Sénat de l'État de l'Alaska le mois dernier, Mme Reinbold a continué de prendre une position provocante contre le mandat fédéral du masque.
"L'interdiction politique est toujours en vigueur tant que le mandat de masque illégitime de Biden est en place dans les transports privés et publics", a-t-elle déclaré.
En août, la Transportation Security Administration a prolongé l'exigence de masque facial dans les aéroports et dans les avions, les bus de banlieue et les trains jusqu'au 18 janvier. Le mois dernier, elle a doublé les amendes pour les voyageurs qui refusent de porter des masques dans les aéroports et dans les avions commerciaux.
Cette décision est intervenue au milieu d'une augmentation des plaintes des compagnies aériennes de passagers indisciplinés et même de confrontations violentes entre les voyageurs et les agents de bord, dont certaines ont été précipitées par des différends sur le port de masques.
Mme Reinbold a fait allusion à la récente augmentation des infections et des hospitalisations en Alaska dans sa publication sur Facebook.
"Je prévois de tenir ma promesse de rester HORS de l'hôpital", a-t-elle écrit. "Certains d'entre eux semblent être des endroits effrayants ces jours-ci."
Dans une publication ultérieure sur Facebook jeudi, Mme Reinbold a déclaré que ses symptômes pseudo-grippaux – notamment une fièvre, des douleurs musculaires et un mal de gorge – s'estompaient, mais qu'elle avait toujours une toux légère et n'avait pas retrouvé toute son énergie.
"Je crois qu'il n'y a aucune chance que j'aille à l'hôpital", a-t-elle écrit.
Une clinique gratuite de vaccination contre les coronavirus à San Antonio, Texas, en septembre.Crédit...Matthew Busch pour le New York TimesAprès une brutale poussée estivale, portée par la variante hautement contagieuse Delta, le coronavirus est de nouveau en retrait aux États-Unis. Les rapports quotidiens de nouveaux cas ont diminué d'environ 40 % depuis août, et les hospitalisations et les décès sont également en baisse.
La crise n'est pas terminée partout - la situation en Alaska est particulièrement dramatique - mais à l'échelle nationale, la tendance est claire, et l'espoir grandit que le pire est enfin derrière nous.
De nouveau.
Au cours des deux dernières années, la pandémie s'est abattue sur le pays par vagues, inondant les hôpitaux puis reculant, pour ne revenir que lorsque les Américains ont baissé la garde.

À propos de ces données
Source : Agences de santé étatiques et locales. Les cas quotidiens sont le nombre de nouveaux cas signalés chaque jour. La moyenne sur sept jours correspond à la moyenne d'une journée et des six jours précédents de données.

Il est difficile de démêler les raisons pour lesquelles le virus va et vient de cette manière, et encore plus difficile de prédire l'avenir.
Mais à l'approche de l'hiver, il y a de réelles raisons d'être optimiste. Près de 70 pour cent des adultes sont complètement vaccinés et de nombreux enfants de moins de 12 ans seront probablement éligibles pour se faire vacciner en quelques semaines. Les régulateurs fédéraux pourraient bientôt autoriser la première pilule antivirale pour Covid-19.
"Nous sommes certainement, sans aucun doute, dans un meilleur endroit cette année que nous ne l'étions l'année dernière", a déclaré le Dr Nahid Bhadelia, directeur du Center for Emerging Infectious Diseases Policy and Research de l'Université de Boston.
Mais la pandémie n'est pas encore terminée, ont averti les scientifiques. Près de 2 000 Américains meurent encore chaque jour et une autre vague hivernale est plausible. Compte tenu du nombre d'Américains non vaccinés et de combien reste inconnu, il est trop tôt pour abandonner les précautions de base, ont-ils déclaré.
"Nous l'avons fait encore et encore, où nous avons laissé le pied sur la pédale trop tôt", a déclaré le Dr Bhadelia. "Il nous appartient d'être un peu plus prudents alors que nous essayons d'atteindre cette ligne d'arrivée."
Sac frigorifique d'une infirmière avec trois options de vaccin lors d'un événement de vaccination en juillet à New York : Moderna est rouge, Pfizer-BioNTech est violet et Johnson & Johnson est bleu.Crédit...James Estrin/The New York TimesIl peut être difficile de suivre l'évolution des rappels de vaccins contre les coronavirus sans tableau de bord.
Le panel de conseillers experts de la Food and Drug Administration a voté jeudi pour recommander des injections de rappel pour de nombreux receveurs du vaccin contre le coronavirus Moderna, et doit se réunir vendredi pour envisager des rappels pour les receveurs du vaccin Johnson & Johnson.
L'agence a déjà autorisé des rappels de l'autre vaccin utilisé aux États-Unis, de Pfizer-BioNTech, pour certains groupes qui ont reçu ce vaccin initialement. Des troisièmes doses des vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna ont également été autorisées pour certaines personnes dont le système immunitaire est plus faible, qui n'ont peut-être pas obtenu une protection complète contre les deux doses d'origine.
Les trois vaccins offrent initialement une très forte protection contre les infections, les maladies graves et la mort par Covid-19. L'impulsion pour les rappels vient d'études suggérant que si cette protection reste forte contre les maladies graves et la mort, elle peut diminuer quelque peu avec le temps et pourrait permettre davantage d'infections, en particulier de la variante Delta hautement contagieuse. La baisse a tendance à être plus prononcée chez les personnes âgées et celles souffrant de certaines conditions médicales sous-jacentes.
Voici un aperçu de la situation des injections de rappel pour les trois vaccins disponibles aux États-Unis.

Ce que vous obtiendrez : Une troisième dose complète, au moins six mois après la deuxième.
Où il se trouve aux États-Unis : Disponible maintenant pour de nombreuses personnes. La F.D.A. a autorisé les troisièmes injections pour les personnes de plus de 65 ans, les personnes atteintes de certaines conditions médicales et certaines autres à haut risque en raison de leur lieu de travail ou de résidence. (Certaines personnes immunodéprimées peuvent recevoir une troisième injection un mois après leur deuxième.) L'agence a reporté la décision d'autoriser ou non les rappels pour d'autres personnes.
Où il se situe ailleurs : Israël et certains autres pays administrent largement les injections de rappel Pfizer-BioNTech.
Ce que dit la science : Le vaccin Pfizer-BioNTech a été le premier à obtenir une approbation complète aux États-Unis (pour les 16 ans et plus), le premier à être autorisé pour certains enfants (les 12 à 15 ans) et le premier à être autorisé pour les rappels ; les données disponibles sur sa sécurité et son efficacité sont particulièrement solides. Certaines études suggèrent que l'efficacité du vaccin peut diminuer un peu plus avec le temps que le vaccin Moderna.

Ce que vous obtiendrez : Une demi-dose, au moins six mois après votre deuxième dose complète.
Où il se trouve aux États-Unis : Un F.D.A. Le comité consultatif a voté jeudi pour recommander les boosters Moderna pour les mêmes groupes de population qui sont désormais éligibles pour un booster Pfizer. Le vote du panel est non contraignant, mais ses recommandations sont généralement suivies par la F.D.A. (Certaines personnes immunodéprimées peuvent recevoir une troisième dose complète un mois après la deuxième.)
Où il se situe ailleurs : Certains pays proposent déjà des boosters Moderna ou prévoient de le faire bientôt.
Ce que dit la science : Certaines études suggèrent que l'efficacité du vaccin Moderna diminue moins que les deux autres vaccins disponibles aux États-Unis. Cela peut signifier que les destinataires Moderna ont moins besoin d'obtenir des boosters. Compte tenu de cela, un F.D.A. le rapport du personnel a adopté une position neutre sur l'application de rappel de Moderna.

Ce que vous obtiendrez : Une deuxième dose, probablement six mois après la dose initiale.
Où il se trouve aux États-Unis : En attente d'autorisation. La F.D.A. comité consultatif se réunit vendredi pour se prononcer sur une recommandation. Un F.D.A. le rapport de notation a révélé des lacunes importantes dans les données que la société a soumises avec sa demande, mais il n'était pas clair si cela retarderait une décision.
Où il se situe ailleurs : Aucun pays n'a encore recommandé l'administration de deuxièmes doses du vaccin Johnson & Johnson.
Ce que dit la science : Le vaccin Johnson & Johnson offre une forte protection initiale après une dose, mais pas aussi forte que les vaccins à deux doses Pfizer ou Moderna, de sorte qu'il existe depuis longtemps un intérêt pour les rappels pour les receveurs Johnson & Johnson.
La Food and Drug Administration prend généralement des décisions sur les questions relatives aux vaccins peu de temps après que son comité consultatif scientifique ait formulé des recommandations.Crédit...Stefani Reynolds pour le New York TimesUn comité de conseillers scientifiques de la Food and Drug Administration se réunit jeudi et vendredi pour examiner les données disponibles sur l'utilisation de doses supplémentaires des vaccins Moderna et Johnson & Johnson pour renforcer l'immunité.
Le comité a voté à l'unanimité jeudi pour approuver une demi-dose de vaccin de Moderna pour les personnes de 65 ans et plus et les adultes plus jeunes à haut risque d'infection en raison de leur état de santé ou de leur travail. Le panel devrait voter vendredi sur les rappels pour les receveurs du vaccin Johnson & Johnson.
Bien que les recommandations du panel ne soient pas contraignantes, elles sont très susceptibles d'influencer la décision de la FDA – généralement émises quelques jours après l'intervention du comité consultatif. Si l'agence dit oui aux boosters, le processus passe aux Centers for Disease Contrôle et Prévention.
Qui sont les experts du comité consultatif des vaccins et produits biologiques apparentés de la F.D.A. ?
Le comité compte maintenant 19 membres votants qui sont des autorités scientifiques dans divers domaines, notamment l'immunologie, la sécurité des vaccins et la virologie. Beaucoup sont des médecins.
Dr. Arnold Monto, le président par intérim du comité, est professeur d'épidémiologie à l'École de santé publique de l'Université du Michigan.
Voici les autres membres votants :

  • Dr. Archana Chatterjee, a pediatric infectious diseases specialist, is the dean of the Chicago Medical School and vice president for medical affairs at Rosalind Franklin University of Medicine and Science.
  • Capt. Amanda Cohn is a doctor and senior official overseeing vaccine policy at the C.D.C.’s National Center for Immunization and Respiratory Diseases.
  • Dr. Oveta Fuller is a trained pathologist and an associate professor of microbiology and immunology at University of Michigan Medical School.
  • Dr. Hayley Gans is a professor of pediatrics infectious diseases at Stanford University Medical Center.
  • Dr. James Hildreth is a professor of medicine and the president and chief executive officer of Meharry Medical College.
  • Dr. Randy Hawkins is a practicing physician who specializes in internal medicine and sits on the committee as a consumer representative.
  • Dr. Michael Kurilla is a senior official with expertise in infectious diseases and vaccine development at the National Institutes of Health.
  • Dr. Jeanette Lee is a professor of biostatistics at the University of Arkansas For Medical Sciences in Little Rock, Ark., and an expert on clinical trials.
  • Dr. Ofer Levy is the director of the Precision Vaccines Program at Boston Children’s Hospital, and a professor of pediatrics at Harvard Medical School.
  • Dr. H. Cody Meissner is professor of pediatric infectious disease at the Tufts University School of Medicine and Tufts Children’s Hospital in Boston.
  • Dr. Patrick Moore is a professor of microbiology and molecular genetics at the University of Pittsburgh.
  • Dr. Michael Nelson is a professor of medicine at the University of Virginia in Charlottesville. He is also president of the American Board of Allergy and Immunology.
  • Dr. Paul Offit is a professor of pediatrics at Children’s Hospital of Philadelphia and the University of Pennsylvania School of Medicine.
  • Dr. Steven Pergam is an expert on infectious diseases at the Fred Hutchinson Cancer Research Center in Seattle and an associate professor at the University of Washington.
  • Dr. Stanley Perlman is professor of microbiology and immunology at the University of Iowa, and a pediatric infectious diseases specialist with expertise in coronaviruses.
  • Dr. Eric Rubin is the editor in chief of the New England Journal of Medicine and an expert on infectious diseases at the Harvard T.H. École de santé publique Chan.
  • Dr. Mark Sawyer is a professor of pediatrics and a pediatric infectious disease specialist at the University of California, San Diego, and Rady Children’s Hospital in San Diego.
  • Dr. Melinda Wharton is the associate director for vaccine policy at the C.D.C.’s National Center for Immunization and Respiratory Diseases.

The Brooklyn Nets guard Kyrie Irving in New York in June.Credit...Adam Hunger/Associated PressKyrie Irving, the N.B.A. star who has been indefinitely barred from practicing or playing with the Brooklyn Nets because of his refusal to get the Covid-19 vaccine, spoke out publicly on Wednesday night for the first time since the team decided to keep him off the court, saying his refusal was a matter of personal freedom.
“You think I really want to lose money?” Irving, who is set to earn about $40 million in salary this season, said on his Instagram feed in a meandering monologue that included incorrect medical information. More than 90 percent of players in the league are vaccinated, a proportion much higher than in the general population of the United States.
“You think I really want to give up on my dream to go after a championship?” Irving, 29, said. “You think I really just want to give up my job? You think I really want to sit at home?”
On Tuesday, the Nets said they had barred Irving from playing until he becomes “eligible to be a full participant.” New York City requires most teenagers and adults to have at least one vaccination shot to enter facilities such as sports arenas, and Irving has not practiced with the Nets in Brooklyn. Irving joined the Nets in 2019 as they built a team of superstars that includes Kevin Durant and James Harden.
Irving asked that his decision to remain unvaccinated be respected and said that he has no plans to retire. He couched his refusal to get vaccinated in his opposition to mandates, saying nobody should be “forced” to do it.
Irving falsely claimed his decision to remain unvaccinated does not harm other people. The highly contagious Delta variant has quickly spread in areas with low vaccination rates. And hospitals in those areas have been overrun with unvaccinated patients, leaving few beds and staff members to treat other patients.
Lucenia Williams Dunn found it hard to separate the painful history of the Tuskegee syphilis study from the creation of Covid-19 vaccines, though the specifics are quite different.Credit...Matthew Odom for The New York TimesBy the time vaccines for the coronavirus were introduced late last year, the pandemic had taken two of Lucenia Williams Dunn’s close friends. Still, Ms. Dunn, the former mayor of Tuskegee, contemplated for months whether to be inoculated.
It was a complicated consideration, framed by the government’s botched response to the pandemic, its disproportionate toll on Black communities and an infamous 40-year government experiment for which her hometown is often associated.
“I thought about the vaccine most every day,” said Ms. Dunn, 78, who finally walked into a pharmacy this summer and rolled up her sleeve for a shot, convinced after weighing with her family and doctor the possible consequences of remaining unvaccinated.
“What people need to understand is some of the hesitancy is rooted in a horrible history, and for some, it’s truly a process of asking the right questions to get to a place of getting the vaccine.”
In the first months after the vaccine rollout, Black Americans were far less likely than white Americans to be vaccinated. In addition to the difficulty of obtaining shots in their communities, their hesitancy was fueled by a powerful combination of general mistrust of the government and medical institutions, and misinformation over the safety and efficacy of the vaccines.
But a wave of pro-vaccine campaigns and a surge of virus hospitalizations and deaths this summer, mostly among the unvaccinated and caused by the highly contagious Delta variant, have narrowed the gap, experts say. So, too, have the Food and Drug Administration’s full approval of a vaccine and new employer mandates. A steadfast resistance to vaccines in some white communities may also have contributed to the lessening disparity.
Viruses found in bats like this least horseshoe bat are surprisingly good at infecting humans, a new study shows.Credit...Kevin K. CaldwellCoronaviruses discovered in Laotian bats are surprisingly adept at infecting human cells, showing that such deadly features can indeed evolve outside of a lab, according to a new study.
Virus experts are buzzing about the discovery, which came after scientists traveled to Laos in the summer of 2020 to catch bats that might harbor close cousins of the Covid-19 pathogen.
In the dead of night, they used mist nets and canvas traps to snag the animals as they emerged from nearby caves, gathered samples of saliva, urine and feces, and then released the bats back into the darkness.
The fecal samples turned out to contain coronaviruses, which the scientists studied in high-security biosafety labs, using specialized protective gear and air filters.
Three of the Laos coronaviruses were unusual: They carried a molecular hook on their surface that was very similar to the hook on the virus that causes Covid-19, known as SARS-CoV-2. Like SARS-CoV-2, the bat viruses’ hook allowed them to latch onto human cells.
“It is even better than early strains of SARS-CoV-2,” said Marc Eloit, a virologist at the Pasteur Institute in Paris who led the study, referring to how well the hook on the Laos coronaviruses bound to human cells. L'étude a été mise en ligne le mois dernier et n'a pas encore été publiée dans une revue scientifique.
Some experts suspect that these SARS-CoV-2-like viruses may already be infecting people from time to time, causing only mild and limited outbreaks. Mais dans les bonnes circonstances, les agents pathogènes pourraient donner lieu à une pandémie de type Covid-19, disent-ils.
The findings have significant implications for the charged debate over Covid’s origins, experts say. Certaines personnes ont émis l'hypothèse que la capacité impressionnante du SRAS-CoV-2 à infecter les cellules humaines n'aurait pas pu évoluer par le biais d'un débordement naturel d'un animal. Mais les nouvelles découvertes semblent suggérer le contraire.
“That really puts to bed any notion that this virus had to have been concocted, or somehow manipulated in a lab, to be so good at infecting humans,” said Michael Worobey, a University of Arizona virologist who was not involved in the Laotian bat study.
Vehicles in line to cross the International Rainbow Bridge from Niagara Falls, N.Y., into Niagara Falls, Ontario, in August after Canada opened border crossings to vaccinated visitors.Credit...Tara Walton for The New York TimesFall has traditionally been a fat time for businesses in New York’s North Country, as Canadian visitors flood into the region to celebrate holidays like Canadian Thanksgiving, taking in dazzling displays of foliage and feasting on big sales at local retailers.
That influx has been stymied at the border for much of the last two years by strict controls implemented because of the coronavirus. On Wednesday, however, businesses all along the state’s northern border were celebrating the news that in November, fully vaccinated Canadians would again be allowed into the United States via the two nations’ heavily trafficked land crossings.
“A simple ‘Yahoo ! ’ seems to be the right answer,” said Kristy Kennedy, the vice president of marketing and tourism for the North Country Chamber of Commerce, in Plattsburgh, about 25 miles south of Quebec. “We could not be happier.”
That sentiment spread across the state to Niagara Falls and other western New York towns and cities, where the border restrictions — and burdensome rules for American travel to Canada — had crippled usually robust business relationships as well as personal ones, separating some extended families for a year or longer.
A Walgreens advertises Covid-19 shots in Greeneville, Tenn., in April.Credit...Erin Schaff/The New York TimesWalgreens Boots Alliance administered coronavirus vaccinations at a higher-than-expected rate, delivering 13.5 million vaccinations in the three months that ended in September, which helped bolster its sales, the company reported on Thursday.
The company also announced that it would invest an additional $5.2 billion into VillageMD, a venture that aims to reach underserved communities, to support its rollout of at least 600 primary care practices at Walgreens in the United States.
Shares of Walgreens Boots Alliance jumped by more than 8 percent after the announcement.
The company reported that same-store sales grew 8.9 percent in its fiscal fourth quarter compared with the same period last year. Health and wellness sales increased 14 percent, strengthened by at-home coronavirus tests and cold and flu products.
“Comparable U.S. pharmacy and retail sales both saw robust growth, and recovery continued in our U.K. business as Covid-19 restrictions eased in the quarter,” Rosalind Brewer, the chief executive of Walgreens Boots Alliance, said in a statement.
Net profit jumped 68 percent in the quarter to $627 million; it was $373 million a year earlier. The company also benefited from digital tools that eased curbside and drive-through pickup, leading to 100 percent growth in revenue for the fourth quarter compared with last year.
Walgreens is one of the largest among dozens of grocery and drugstore chains that are giving vaccines allocated by states and via the federal pharmacy vaccination program. The company brings in revenue from the vaccine administration fees paid by government and private payers as well as from purchases made by shoppers coming in for vaccines.
The company requires people to create a Walgreens account to search online for a vaccine appointment, which helped increase membership in its MyWalgreens program to 85 million members from 75 million members in the previous quarter.
But it faced also complaints in the quarter from customers and the Centers for Disease Control and Prevention about the timing of a second dose of the vaccine developed by Pfizer and BioNTech. Walgreens had been scheduling second doses for that shot four weeks apart, but agreed to follow guidance from federal health officials, who recommend a three-week gap.
A baby is vaccinated against tuberculosis, polio and measles in the village of Tanarake, Madagascar, in September.Credit...Rijasolo/Agence France-Presse — Getty ImagesDeaths from tuberculosis, the world’s biggest infectious disease killer until the Covid-19 pandemic arrived, have increased for the first time in more than a decade, totaling more than 1.5 million people in 2020. That trend is expected to worsen in 2021 and 2022, according to a report released on Thursday by the World Health Organization.
The report confirmed the warnings from the W.H.O. and other global health organizations that the Covid-19 pandemic would reverse years of progress against other infectious diseases, including TB, H.I.V. and malaria.
“This is alarming news that must serve as a global wake-up call to the urgent need for investments and innovation to close the gaps in diagnosis, treatment and care for the millions of people affected by this ancient but preventable and treatable disease,” Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, the W.H.O.’s director general, said in a statement.
Reported diagnoses of TB also dropped sharply, to 5.8 million cases in 2020 from 7.1 million in 2019, suggesting that many more cases than before are going undiagnosed and untreated — a trend that is likely to have a long-term effect on TB deaths. And only 2.8 million people were given preventive treatment for TB in 2020, a 21 percent decrease from 2019.
In many poor countries, health care workers, funds and testing equipment that would normally be dedicated to TB were redirected to cope with Covid-19, according to the W.H.O. report. Lockdowns and disruptions in supply chains also interrupted access to treatment and care.
At the same time, global funding for TB has fallen to $5.3 billion from $5.8 billion, less than half of what’s needed, according to the W.H.O. report.
There were some glimmers of good news amid the sobering statistics. In the Russian Federation, the incidence of TB fell by 6 percent a year between 2010 and 2020, and the W.H.O. European Region overall exceeded the 2020 goal with a decrease of 25 percent.
Senegal is one of eight countries involved in a community-based initiative to enhance coronavirus testing in Africa. Covid-19 graffiti in Dakar, Senegal, in September.Credit...Ricci Shryock for The New York TimesOfficial statistics on coronavirus cases in Africa give the impression that the continent has avoided the worst of the pandemic. But in a continent where most deaths are not formally registered and many countries are struggling to vaccinate their people, the great majority of coronavirus cases — an estimated six out of seven — are going undetected, according to Dr. Matshidiso Moeti, the Africa director at the World Health Organization.
Speaking at a news briefing on Thursday, Dr. Moeti said the W.H.O. estimated that about 59 million people in Africa had been infected with the coronavirus from the beginning of the pandemic through Oct. 10. Only somewhat more than 8 million cases have been officially recorded.
“Now is the time to go on the offensive against Covid-19, and work with local communities to break transmission chains and stop wider outbreaks from happening,” Dr. Moeti said.
The W.H.O.’s analysis was derived from a coronavirus calculator developed by Resolve to Save Lives, a global public health organization that focuses on cardiovascular disease and on preventing epidemics. The calculator estimates infections based on the number of reported cases and deaths and “an infection fatality rate grounded in population-based studies,” according to a statement by the W.H.O.
Africa remains the continent with the lowest vaccination rates. In nearly half of the African countries that have received Covid-19 vaccines, only 2 percent of the population or less has been fully vaccinated, according to the W.H.O.
In a meeting at the White House, President Biden told President Uhuru Kenyatta of Kenya that the United States would donate more than 17 million doses of Johnson & Johnson’s vaccine to the African Union.
Those doses and earlier shipments to the African Union represent more than half of the Johnson & Johnson doses that the U.S. has bought so far for domestic use, the White House said in a statement.
“Along with the 50 million doses already sent to Africa, and the Pfizer vaccine, which continues to ship several times a week to the continent, these doses will help close the vaccine equity gap,” the statement said.
With limited testing available in many countries, Dr. Moeti said, communities in Africa often were “flying blind,” with asymptomatic people passing on the virus without being aware that they have it.
In a bid to curb transmission, she announced a community-based initiative to enhance coronavirus testing in eight countries: Burundi, Ivory Coast, Republic of Congo, Democratic Republic of Congo, Guinea-Bissau, Mozambique, Senegal and Zambia. The initiative includes wider use of antigen detection, a relatively inexpensive type of test that yields results in around 15 minutes, and a “ring-based” strategy of voluntary testing for anyone living within 100 meters of a positive case.
Dr. Moeti said coronavirus cases appeared to be trending “downward or plateauing” in most African countries, though some were still reporting increases, including Angola, Gabon, and Cameroon. In Rwanda, which had enforced one of the continent’s strictest lockdowns, bars resumed normal operations in late September after being closed for 18 months.
Several African countries are also dealing with outbreaks of other infectious diseases, including the deadly Ebola virus. Ivory Coast confirmed its first Ebola case in almost 30 years in August, and the Democratic Republic of Congo has since reported two fatal cases of Ebola, Dr. Moeti said. Guinea had an outbreak early in the year.
Marchers in Buenos Aires in August honored people who had died from Covid-19 and protested the Argentine government’s pandemic policies. Credit...Ronaldo Schemidt/Agence France-Presse — Getty ImagesCountries in Latin America and the Caribbean desperately need to increase investment in the health sector, so that the sector can become a motor toward economic recovery from the Covid-19 pandemic, two United Nations agencies reported on Thursday.
“We don’t see a trade-off between health and the economy,” Alicia Bárcena, the head of the Economic Commission for Latin America and the Caribbean, said at a news conference. “The pandemic has already shown us that investment in health is necessary for sustainable growth.” Ms. Bárcena added, “Without health, there can be no sustainable economic recovery.”
On average, Latin American and Caribbean countries spend 3.8 percent of their gross domestic product on health, significantly lower than the 6 percent share the World Health Organization recommends, according to a new joint report by the commission and the Pan American Health Organization, which is part of the W.H.O.
That shortfall in spending contributes to a shortage of health professionals, with only 20 physicians available for every 10,000 people, far fewer than the 30 recommended by the W.H.O.
Dr. Carissa F. Etienne, P.A.H.O.’s director, said that “structural weaknesses of the region’s health systems” affected the region’s ability to respond to the pandemic and left the region short of resources to handle other health issues.
“It is time to transform Latin America and the Caribbean’s health systems,” she said.
Though the region is home to about 8 percent of the world’s population, it has accounted for 30 percent of worldwide deaths attributed to the coronavirus — more than 1.5 million so far.
Many countries in the region have had difficulty immunizing their populations; on average, only 39 percent of people in Latin America and the Caribbean are fully vaccinated, the agencies’ report said.
The pandemic has brought into focus the region’s dependence on imported vaccines and medicines, highlighting the need to increase local manufacturing capacity, they said.
The economic effects of the pandemic have been devastating in Latin America and the Caribbean. Taken together, the region’s economies contracted more sharply in 2020 than in any other year since 1900. The region’s economy is expected to expand by 5.9 percent this year, but even that big a rebound will not be enough to restore output to 2019 levels.
Unemployment, poverty and inequality have all soared, as women in particular dropped out or were pushed out of the work force.
“In addition to giving rise to an alarming public health situation in the countries of Latin America and the Caribbean, the pandemic has also revealed the weaknesses of the economic, social and environmental aspects of the region’s development model,” the agencies said in the report.
An earlier version of this briefing misstated the intended recipient of vaccine donations from the United States. It is the African Union, not Kenya.