Résultats de laboratoire et radiologiques

Tableau 2. Tableau 2. Données de laboratoire à l'admission à l'hôpital et résultats d'imagerie.

Le tableau 2 montre les résultats de laboratoire et radiologiques chez les patients à l'admission et pendant le cours de soins intensifs. À l'admission, la lymphocytopénie était courante (chez 75% des patients), avec un nombre médian de lymphocytes de 720 par millimètre cube (intervalle interquartile, 520 à 1375). Le lactate artériel était de 1,5 mg par décilitre ou plus chez 8 patients, et les enzymes hépatiques étaient de 40 U par litre ou plus chez 9 patients. Les concentrations de troponine ont été élevées chez 2 patients au début de leur cycle de soins intensifs (valeur maximale, 0,80 ng par décilitre).

Figure 1. Figure 1. Radiographies thoraciques et images CT d'un patient de 55 ans atteint du SRAS-CoV-2.

Une radiographie initiale (vue antéropostérieure) de la poitrine à l'admission (panneau A) montre des opacités brumeuses dans les zones pulmonaires supérieure et médiane. Une autre radiographie thoracique obtenue environ 24 heures après la présentation initiale (panneau B) montre une aggravation des opacités multifocales de l'espace aérien. Les images tomodensitométriques axiales (panneaux C et D) et les reformats coronaux (panneau E) obtenus dans les 2 heures suivant la radiographie thoracique dans le panneau B montrent de grandes opacités en verre dépoli et des foyers occasionnels de consolidation.

Une radiographie thoracique a été obtenue chez 23 patients (96%) à l'admission aux soins intensifs, et toutes les radiographies ont montré des opacités pulmonaires bilatérales. Aucun épanchement pleural n'a été observé. Une tomodensitométrie (TDM) de la poitrine a été obtenue chez 5 patients (21%); quatre des scans ont montré des opacités bilatérales en verre dépoli et une a montré des nodules pulmonaires. La figure 1 fournit des images représentatives d'un seul patient, illustrant l'évolution rapide des opacités pulmonaires et les résultats diffus. Une vidéo montrant les images transversales CT de la poitrine est disponible sur NEJM.org.

Insuffisance respiratoire et choc

Tableau 3. Tableau 3. Thérapies au niveau des soins intensifs et résultats cliniques.

Dix-huit patients (75%) ont reçu une ventilation mécanique invasive (tableau 3). Pour les patients qui ont reçu une ventilation mécanique, les ratios Pao2: Fio2 étaient compatibles avec un SDRA modéré à sévère. Les sécrétions pulmonaires ont été caractérisées comme modérées ou épaisses et purulentes chez 14 patients (77%) au cours des 7 premiers jours de ventilation mécanique. Le Fio2 médian au jour 1 de la ventilation mécanique était de 0,9 (intervalle interquartile, 0,7 à 1,0), et le Fio2 s'est amélioré du jour 3 à 0,6 (intervalle interquartile, 0,5 à 0,7). La pression d'entraînement médiane (la différence entre la pression de plateau et la pression expiratoire à l'extrémité positive [PEEP]) au jour 1 de la ventilation mécanique était de 13 cm d'eau (intervalle interquartile, 11 à 17). Au cours des 3 premiers jours de ventilation mécanique, la pression de conduite médiane était de 12 à 13 cm d'eau. L'observance pulmonaire médiane au jour 1 était de 29 ml par cm d'eau (intervalle interquartile, 25 à 36). La compliance pulmonaire s'est améliorée au cours des 3 premiers jours de ventilation mécanique, avec une compliance médiane au jour 3 de 37 ml par cm d'eau (intervalle interquartile, 25 à 42). Cinq patients (28%) ont été placés en position couchée, 7 (39%) ont reçu un blocage neuromusculaire et 5 (28%) ont reçu des vasodilatateurs pulmonaires inhalés pour traiter une insuffisance respiratoire hypoxémique dans le SDRA. La trachéotomie n'a été réalisée chez aucun des patients.

Dix-sept patients (71%) ont présenté une hypotension concomitante nécessitant des vasopresseurs, sans preuve évidente d'infection secondaire. Parmi ces patients, 3 (18%) présentaient une hypotension transitoire après l'intubation; 14 (82%) présentaient une hypotension non liée à l'intubation ou qui persistait plus de 12 heures après l'intubation. Aucun des échocardiogrammes réalisés chez 9 patients (38%) n'a montré de nouveau dysfonctionnement cardiaque. Sept patients ont reçu du remdesivir à usage compassionnel comme traitement antiviral, 1 patient a reçu de l'hydroxychloroquine et 1 patient a reçu du lopinavir – ritonavir; aucun patient n'a reçu de glucocorticoïdes systémiques ou de tocilizumab aux soins intensifs.