• 1. Comment COVID-19 affecte le monde
  • 2. Le chef de l'ONU dénonce l'apartheid des voyages du COVID-19 comme inacceptable
  • 3. L'OMS élaborera un accord mondial sur la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies

1. Comment COVID-19 affecte le monde

Les cas confirmés de COVID-19 ont dépassé les 263,5 millions dans le monde, selon l'Université Johns Hopkins. Le nombre de décès confirmés a désormais dépassé 5,22 millions. Plus de 8,07 milliards de doses de vaccination ont été administrées dans le monde, selon Our World in Data.

COVID-19 : Ce qu'il faut savoir sur la pandémie de coronavirus le 2 décembre

Les craintes concernant l'impact de la variante Omicron du coronavirus ont augmenté jeudi après que le premier cas a été signalé aux États-Unis, tandis que la banque centrale japonaise a mis en garde contre la douleur économique alors que les pays répondent par des mesures de confinement plus strictes. Le premier cas américain connu était une personne entièrement vaccinée en Californie qui est revenue d'Afrique du Sud aux États-Unis le 22 novembre et a été testée positive sept jours plus tard.

Le nombre quotidien de cas de coronavirus en Corée du Sud a atteint un nouveau sommet jeudi, alors que les autorités ont suspendu les exemptions de quarantaine pour les voyageurs entrants entièrement vaccinés pendant deux semaines dans le but de repousser la variante Omicron.

La variante Omicron semble capable de contourner une certaine immunité, mais les vaccins devraient toujours offrir une protection contre les maladies graves, selon les dernières données d'Afrique du Sud, où elle dépasse rapidement Delta pour devenir la variante dominante.

Les autorités indonésiennes ont resserré les barrières frontalières, étendu la quarantaine et limité les déplacements sur les routes à péage stratégiques, dans une mesure préventive pour limiter la propagation de la variante Omicron COVID-19 si elle atteint le plus grand pays d'Asie du Sud-Est.

L'Allemagne devrait imposer des restrictions aux non vaccinés jeudi alors qu'elle cherche à briser une augmentation spectaculaire des infections quotidiennes à coronavirus exacerbée par la découverte de la souche Omicron.

Omicron pourrait devenir la souche dominante en France d'ici la fin janvier, mais en attendant, il devrait être possible de passer un bon Noël si des mesures sont prises pour lutter contre la souche Delta, a déclaré jeudi le principal conseiller scientifique de la France.

L'Agence suédoise de santé publique a déclaré jeudi qu'elle pourrait imposer de nouvelles restrictions dès la semaine prochaine pour lutter contre la pandémie de coronavirus et une marée montante d'infections. La Suède a introduit des laissez-passer de vaccin pour les événements en salle avec plus de 100 personnes au début de ce mois et a indiqué que des mesures supplémentaires pourraient être nécessaires.

2. Le chef de l'ONU dénonce "l'apartheid des voyages" du COVID-19 comme inacceptable

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré mercredi que les restrictions de voyage imposées sur COVID-19 qui isolent un pays ou une région sont "non seulement profondément injustes et punitives - elles sont inefficaces".

Guterres a déclaré que le seul moyen de réduire le risque de transmission tout en permettant les voyages et l'engagement économique était de tester à plusieurs reprises les voyageurs, "avec d'autres mesures appropriées et vraiment efficaces".

"Nous avons les instruments nécessaires pour voyager en toute sécurité. Utilisons ces instruments pour éviter ce genre de, permettez-moi de dire, l'apartheid de voyage, que je pense inacceptable", a déclaré Guterres.

Omicron a été identifié pour la première fois en Afrique australe et de nombreux pays, dont les États-Unis et la Grande-Bretagne, ont annoncé des restrictions de voyage et d'autres restrictions dans la région. L'Afrique a l'un des taux de vaccination contre le COVID-19 les plus bas au monde en raison d'un manque d'accès aux doses.

Guterres a longtemps mis en garde contre les dangers de l'inégalité des vaccins dans le monde et que les faibles taux de vaccination sont "un terrain fertile pour les variantes".

3. L'OMS élaborera un accord mondial sur la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies

L'Assemblée mondiale de la santé a convenu mercredi de lancer un processus mondial historique visant à renforcer la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré que la décision de l'Assemblée mondiale de la santé représentait une occasion unique de renforcer l'architecture de la santé mondiale pour protéger et promouvoir le bien-être de tous gens.

" La pandémie de COVID-19 a mis en lumière les nombreuses failles du système mondial de protection des personnes contre les pandémies : les personnes les plus vulnérables sans vaccins ; les agents de santé n'ayant pas l'équipement nécessaire pour effectuer leur travail vital ; et les approches " moi d'abord " qui entravent la solidarité mondiale nécessaire pour faire face à une menace mondiale ", a déclaré le Dr Tedros.

"Mais en même temps, nous avons assisté à des démonstrations inspirantes de collaboration scientifique et politique, du développement rapide de vaccins à l'engagement actuel des pays à négocier un accord mondial qui contribuera à protéger les générations futures des impacts des pandémies."

L'Assemblée de la Santé s'est réunie en session extraordinaire, la deuxième depuis la fondation de l'OMS en 1948, et a adopté une seule décision intitulée : " Le monde ensemble ".

La décision de l'Assemblée établit un organe intergouvernemental de négociation (INB) pour rédiger et négocier une convention, un accord ou un autre instrument international de l'OMS sur la prévention, la préparation et la riposte aux pandémies, en vue de son adoption en vertu de l'article 19 de la Constitution de l'OMS, ou d'autres dispositions de la Constitution jugées appropriées par l'INB.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur seul et non du Forum économique mondial.