Long Beach Press -Télégramme via Getty ImagesLes élèves du primaire sont retournés dans les salles de classe de Long Beach, en Californie, lundi et les campus de Los Angeles à Boston se sont préparés à des expansions importantes de l'enseignement en personne, car la majorité des districts du pays ont maintenant commencé à rouvrir les bâtiments scolaires, dont beaucoup ont été fermé depuis plus d'un an.

  • ANNEW 20x Masque FFP2 NR Certifié Norme CE EN149 Masque de Protection Respiratoire Haute Filtration multi Couches Stock France Livraison Rapide 20 pièces
    Masque Certifié CE–ANNEW FFP2 masque est conforme aux normes européennes: EN149: 2001 + A1: 2009, la classification est FFP2 NR. Filtration à multi couches -Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. Confortable et facile à porter -le masque ANNEW à particules présente une forme profilée pour assurer un ajustement ferme, augmentant ainsi le confort et la confiance. Nos masques sont faits de tissus confortables, doux au toucher, donc ils conviennent donc parfaitement aux peaux sensibles. Facile à transporter -Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.
  • U-Kiss 50 pièces KN95 Masques FFP2 Masques Masque respirant et confortable pour bloquer la poussière de pollution atmosphérique (EN149: 2001+ A1: 2009)
    【CLASSE DE PROTECTION FFP2】U-Kiss 50 pièces masques filtrants filtrent l'air inhalé et exhalé et servent ainsi de protection individuelle et externe. Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. 【NORME CE】Testé, certifié et conforme à la règlementation européenne EN149:2001+A1:2009 FFP2 NR. Masque non réutilisable à usage unique. Masque non médical. 【SYSTÈME DE FILTRATION MULTICOUCHE】Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu avec une efficacité de filtration de plus de 95% pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. 【CONFORTABLE ET FACILE À PORTER】Nez Souple Est Conçu Pour Fournir Un Ajustement Personnalisé Afin D'Assurer Une Douce Et Un Ajustement Confortable Pour Réduire L'Irritation De La Peau Tandis Que Les Bandes D'Oreille Extensibles Assurent est confortable à porter 【LIVRAISON RAPIDE】 Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.

Lundi, Burbio, qui surveille quelque 1200 districts, dont les 200 plus grands du pays, a rapporté que 53,1% des élèves fréquentaient des écoles offrant des cours quotidiens en personne et que, pour la première fois, la proportion d'élèves fréquentant l'école virtuellement ou dans les classes hybrides avait chuté.

Covid-19 News : la fréquentation scolaire en personne augmente mais les barrages routiers demeurent

Le changement, ont déclaré les responsables de Burbio, semblait être motivé par le retour des écoles élémentaires et intermédiaires aux cours en personne, et par les nouvelles règles des Centers for Disease Control and Prevention permettant aux écoles d'autoriser trois pieds de distance sociale au lieu de six. pieds dans les écoles élémentaires.

Mais un certain nombre d'obstacles à la réouverture subsistent. Sur la côte ouest, les grands districts urbains ont généralement pris du retard par rapport à leurs homologues du reste du pays. La flambée des infections dans le sud de la Californie après les vacances d'hiver était en partie à l'origine d'un lent rebond du système scolaire de Los Angeles.

  • Lot de 50 Masque Chirurgical médical Masque de Protection Masque jetable Type I EN14683, BFE≥95%, 3 Plis ANESTHESIA Ans
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. Standard: YY / T0969 -2013/ EN 14683 TYPE1 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : bleu. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. 4 heures d'utilisation continue max. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.
  • Lot de 50 Masque Noir Chirurgical médical jetable en Noir Masque de Protection Type I EN14683-2019, BFE≥95%, 3 Plis MEDI SANTÉ
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : NOIR. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. Les masques faciaux réutilisables pour adultes sont livrés avec une boucle d'oreille élastique solide, offrent un ajustement sûr et confortable pour les tailles adultes, pas de souci de se détacher de vos oreilles. Ces masques chirurgicaux jetables à la conception soignée affichent un panel de couleurs varié. Très résistants, ils sont également confortables à porter même pendant plusieurs heures. Livraison très rapide. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.

Une partie de la lenteur du démarrage peut être attribuée à la résistance des enseignants, dont les syndicats sont généralement plus puissants à Washington, en Oregon et en Californie dirigés par les démocrates que dans de nombreux autres États, et qui ont hésité à retourner dans ce qu'ils considèrent comme un lieu de travail dangereux, malgré les directives fédérales selon lesquelles les écoles élémentaires en particulier sont sûres lorsque les précautions sanitaires sont respectées.

Même certaines écoles où les enseignants ont accepté de rentrer connaissent encore des revers. Les écoles d'Oakland et de San Francisco, par exemple, devraient rouvrir le mois prochain pour les élèves du primaire et des élèves ayant des besoins spéciaux. Mais les accords de travail dans ces deux villes de Californie ont permis à un nombre important d'enseignants de se retirer, laissant certaines écoles sans suffisamment d'enseignants pour rouvrir et en incitant d'autres à se démener pour des remplaçants.

Les écoles publiques des trois meilleurs districts de Californie en termes d'inscription - Los Angeles, San Diego et Fresno - ont déclaré qu'elles commenceraient à permettre aux élèves du primaire de revenir sur le campus plus tard en avril, car les nouveaux cas de coronavirus ont fortement chuté dans tout l'État.

Et lundi, Long Beach - le quatrième plus grand district de l’État, avec environ 70 000 élèves - a commencé à permettre à environ 14 000 élèves du primaire de retourner dans les bâtiments scolaires pendant environ 2 heures et demie par jour, cinq jours par semaine.

Le district scolaire de Long Beach a pu ouvrir plus tôt que les autres grands systèmes scolaires californiens parce que les syndicats y ont accepté l'été dernier de rouvrir dès que les conditions de santé le permettraient et parce que la ville a pu commencer à vacciner les enseignants plus tôt que les autres districts de l'État.

Contrairement à la plupart des autres villes du comté de Los Angeles, Long Beach possède son propre service de santé publique, donnant à la ville ses propres réserves de vaccins et le pouvoir de définir ses propres priorités en matière de vaccins, à un moment où le comté dans son ensemble faisait attendre les enseignants. d'autres groupes, comme les résidents de 65 ans et plus, ont été vaccinés.

"Une ville dotée de son propre service de santé a la capacité d’être plus agile", a déclaré Jill Baker, directrice des écoles de la ville, qui a qualifié le retour en classe cette semaine de "passionnant et mémorable".

Le district scolaire fait partie des plus grands employeurs de la ville et les deux tiers de ses élèves ont droit à des déjeuners gratuits ou à prix réduit, de sorte que la vaccination des employés de l’école et la réouverture des salles de classe ont été considérées comme économiquement importantes, a déclaré Mme Baker.

Les cours en personne pour les élèves plus âgés devraient reprendre le 19 avril, la 6e à la 8e année ayant la possibilité de revenir le 20 avril et la 9e à la 11e année le 26 avril. Le dernier jour d'école aura lieu à la mi-juin.

Vidéotranscription

Retourtranscription

CDC. Le réalisateur met en garde contre une éventuelle quatrième vague de coronavirus

Le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention, a lancé lundi un appel passionné aux Américains pour qu'ils s'engagent à nouveau à suivre les directives relatives aux coronavirus alors que les infections augmentent à travers le pays.Quand j'ai débuté au C.D.C. il y a environ deux mois, je vous ai fait une promesse: je vous dirais la vérité, même si ce n'était pas la nouvelle que nous voulions entendre. C'est maintenant un de ces moments où je dois partager la vérité, et je dois espérer et avoir confiance que vous écouterez. Je vais faire une pause ici. Je vais perdre le script. Et je vais réfléchir au sentiment récurrent que j'ai de malheur imminent. Nous avons tant à espérer, tant de promesses et de potentiel de là où nous en sommes, et tant de raisons d'espérer. Mais en ce moment, j'ai peur. Nous avons parcouru un si long chemin: trois vaccins révolutionnaires scientifiques historiques, et nous les déployons très rapidement. Je ne parle donc pas nécessairement aujourd’hui en tant que votre C.D.C. directeur, et pas seulement en tant que votre C.D.C. réalisateur, mais en tant qu'épouse, en tant que mère, en tant que fille, pour vous demander de simplement tenir un peu plus longtemps. J'ai tellement envie d'être fait. Je sais que vous voulez tous tellement avoir fini. Nous y sommes presque, mais pas encore tout à fait. Nous pouvons changer cette trajectoire de la pandémie, mais il nous faudra tous nous réengager à suivre les stratégies de prévention de la santé publique de manière cohérente pendant que nous travaillons pour faire vacciner le public américain. Nous n'avons pas le luxe de l'inaction. Pour la santé de notre pays, nous devons travailler ensemble maintenant pour éviter une quatrième poussée.

Le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention, a lancé lundi un appel passionné aux Américains pour qu'ils s'engagent à nouveau à suivre les directives relatives aux coronavirus alors que les infections augmentent à travers le pays.CréditCrédit ... Anna Moneymaker pour le New York TimesLe président Biden, confronté à une augmentation des cas de coronavirus dans tout le pays, a appelé lundi les gouverneurs et les maires à rétablir les mandats masqués alors que le directeur des Centers for Disease Control and Prevention a mis en garde contre une "catastrophe imminente" due à une quatrième poussée potentielle de la pandémie.

Les commentaires du président sont intervenus quelques heures seulement après le C.D.C. La directrice, la Dre Rochelle Walensky, a semblé retenir ses larmes en suppliant les Américains de "tenir un peu plus longtemps" et de continuer à suivre les conseils de santé publique, comme le port de masques et la distanciation sociale, pour freiner la propagation du virus. La nation a "tellement de raisons d'espérer", a-t-elle ajouté.

"Mais maintenant, dit-elle, j'ai peur."

Les appels consécutifs reflétaient un sentiment d'urgence croissant parmi les hauts responsables de la Maison Blanche et les scientifiques du gouvernement, à savoir que la chance de vaincre la pandémie, maintenant dans sa deuxième année, pourrait lui échapper. Selon une base de données du New York Times, la moyenne sur sept jours des nouveaux cas de virus à la date de dimanche était d'environ 63 000, un niveau comparable à la moyenne de fin octobre. C'était une augmentation de 54 000 par jour deux semaines plus tôt, soit une augmentation de plus de 16 pour cent.

Les experts en santé publique affirment que le pays est dans une course entre la campagne de vaccination et de nouvelles variantes inquiétantes de coronavirus, y compris B.1.1.7, une version plus transmissible et peut-être plus mortelle du virus qui se propage rapidement. Alors que plus d'un adulte américain sur trois a reçu au moins un vaccin et que près d'un cinquième est entièrement vacciné, le pays est loin d'atteindre la soi-disant immunité collective - le point de basculement qui survient lorsque la propagation d'un virus commence à ralentir. car tant de personnes, estimées à 70 à 90 pour cent de la population, y sont immunisées.

Les avertissements viennent en même temps que des nouvelles prometteuses: A C.D.C. Le rapport publié lundi a confirmé les résultats des essais cliniques de l’année dernière selon lesquels les vaccins développés par Moderna et Pfizer étaient très efficaces contre Covid-19. Le rapport a documenté que les vaccins agissent pour prévenir les infections symptomatiques et asymptomatiques "dans des conditions réelles".

La moyenne sur sept jours des vaccins administrés a atteint 2,76 millions lundi, une augmentation par rapport au rythme de la semaine précédente, selon les données rapportées par le C.D.C. Rien que dimanche, près de 3,3 millions de personnes ont été vaccinées, a déclaré Andy Slavitt, conseiller principal en matière de pandémie à la Maison Blanche.

M. Biden a déclaré lundi que l'administration prenait des mesures pour élargir l'admissibilité et l'accès aux vaccins, notamment en ouvrant une douzaine de nouveaux centres de vaccination de masse. Il a ordonné à son équipe d'intervention contre les coronavirus de s'assurer que 90% des Américains ne seraient pas à plus de cinq miles d'un site de vaccination avant le 19 avril.

Un site de vaccination de masse au Kentucky State Fair and Exposition Center à Louisville ce mois-ci.Crédit ... Jon Cherry pour le New York TimesLes vaccins contre les coronavirus fabriqués par Moderna et Pfizer-BioNTech se révèlent très efficaces pour prévenir les infections symptomatiques et asymptomatiques dans des conditions réelles, ont rapporté lundi des chercheurs fédéraux en santé.

Conformément aux données des essais cliniques, un régime à deux doses a évité 90 pour cent des infections deux semaines après le deuxième coup. Une dose a évité 80 pour cent des infections deux semaines après la vaccination.

La nouvelle arrive alors même que le pays élargit rapidement l'admissibilité aux vaccins et que le nombre moyen de vaccins quotidiens continue d'augmenter. La moyenne sur sept jours des vaccins administrés a atteint 2,76 millions lundi, une augmentation par rapport au rythme de la semaine précédente, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Mais le virus prend peut-être un nouvel élan. Selon une base de données du New York Times, la moyenne sur sept jours des nouveaux cas de virus dimanche était de 63 000, soit une augmentation de plus de 16% au cours des deux dernières semaines.

Des hausses similaires au cours de l'été et de l'hiver ont conduit à de fortes augmentations de la propagation de la maladie, a déclaré le Dr Rochelle Walensky, directrice des Centers for Disease Control and Prevention, lors d'un point de presse lundi. Elle a dit qu'elle avait un sentiment de "malheur imminent" à propos d'une possible quatrième poussée du virus.

La nation a "tellement de raisons d'espérer", a-t-elle déclaré. "Mais en ce moment, j'ai peur."

Les scientifiques se sont demandé si les personnes vaccinées pouvaient encore contracter des infections asymptomatiques et transmettre le virus à d'autres. La nouvelle étude, menée par des chercheurs du C.D.C., a suggéré que, comme les infections étaient si rares, la transmission était probablement aussi rare.

On craint également que les variantes ne rendent les vaccins moins efficaces. Les résultats de l’étude ne confirment pas cette crainte. Des variantes troublantes circulaient pendant la période de l'étude - du 14 décembre 2020 au 13 mars 2021 - mais les vaccins fournissaient toujours une protection puissante.

Le C.D.C. a recruté 3 950 personnes à haut risque d'être exposées au virus parce qu'elles étaient des travailleurs de la santé, des premiers intervenants ou d'autres personnes en première ligne. Aucun n'avait été infecté auparavant.

La plupart des participants - 62,8 pour cent - ont reçu les deux vaccins au cours de la période d'étude, et 12,1 pour cent en ont reçu un. Ils ont collecté leurs propres écouvillons nasaux chaque semaine, qui ont été envoyés à un endroit central pour P.C.R. le test, le type de test le plus précis. Les prélèvements hebdomadaires ont permis aux chercheurs de détecter des infections asymptomatiques ainsi que des infections symptomatiques.

Les enquêteurs ont interrogé les participants sur les symptômes associés à l'infection, notamment la fièvre, les frissons, la toux, l'essoufflement, les maux de gorge, la diarrhée, les douleurs musculaires ou la perte d'odorat ou de goût. Ils ont également analysé les dossiers médicaux des patients pour détecter les maladies.

Cinquante-huit pour cent des infections ont été détectées avant que les gens n'aient des symptômes. Seulement 10,2% des personnes infectées n'ont jamais développé de symptômes.

Parmi ceux qui étaient complètement vaccinés, il y avait 0,04 infections pour 1 000 jours-personnes, ce qui signifie que sur 1 000 personnes, il y aurait 0,04 infections par jour.

Il y avait 0,19 infections pour 1 000 jours-personnes parmi ceux qui avaient reçu une dose du vaccin. En revanche, il y avait 1,38 infections pour 1 000 jours-personnes chez les personnes non vaccinées.

Le Dr Walensky a exhorté les Américains à continuer de prendre des précautions et à ne pas perdre de temps à se faire vacciner dès qu'ils sont éligibles.

"Je vous demande de tenir un peu plus longtemps, de vous faire vacciner quand vous le pouvez, afin que toutes ces personnes que nous aimons tous soient toujours là lorsque cette pandémie se terminera", a-t-elle déclaré.

Andres Alvarez, 26 ans, a reçu lundi le vaccin Johnson & Johnson Covid-19 au lycée Booker T.Washington de Houston.Crédit ... Go Nakamura pour le New York TimesHOUSTON - Alors que le Texas a rejoint lundi plusieurs autres États pour ouvrir l'admissibilité aux vaccins contre le coronavirus à des millions d'adultes en bonne santé, l'anticipation du tir pouvait être vue dans la longue file qui serpentait devant le lycée Booker T.Washington à Houston.

"C'est un bon signe", a déclaré Nelson Garcia, 48 ans, qui a attendu plus de deux heures avec ses deux jeunes enfants avant d'être enfin à la portée d'une protection contre une maladie qui pourrait être mortelle pour les personnes atteintes de diabète comme lui. "Il semble que tout le monde veut se faire vacciner. Je veux que mes enfants voient que c'est une bonne chose et que le vaccin peut enfin nous aider à revenir à la normale. "

Lundi, le Texas est devenu le plus grand État à étendre l'admissibilité à la vaccination à toute personne de 16 ans ou plus, soit environ 22 millions de personnes. Les longues files d'attente ont été répliquées dans tout l'État et les rendez-vous étaient difficiles à obtenir en ligne. Les points de vaccination sur HEB.com, le site Web de la chaîne de supermarchés la plus populaire du Texas, étaient rares.

Le pic était attendu. "Presque tout le monde peut se faire vacciner maintenant", a déclaré la représentante Sheila Jackson Lee, une démocrate qui représente la région de Houston.

Cinq autres États, dont l'Oklahoma et la Louisiane voisins, ainsi que le Kansas, l'Ohio et le Dakota du Nord, ont également ouvert leurs portes à tous les adultes lundi. Plusieurs ont signalé un intérêt accru pour le vaccin, mais les chiffres n'ont pas submergé le système des fournisseurs de vaccins.

Lundi également, des responsables de l'État de New York, autrefois le centre de la pandémie avec environ 31000 décès dans la seule ville de New York, ont annoncé qu'à compter de mardi, tous les adultes de 30 ans et plus seraient éligibles au vaccin. Au moins 36 autres États se sont engagés à offrir des vaccins à tous les adultes qui en veulent un d'ici la mi-avril.

Six États - le Colorado, le Connecticut, l'Indiana, le Minnesota, le New Hampshire et la Caroline du Sud - prévoient d'élargir l'éligibilité cette semaine, ont déclaré des responsables de ces États.

Daryl Bedard, alors qu'il recevait le vaccin AstraZeneca à Toronto ce mois-ci.Crédit ... Nathan Denette / La Presse canadienne craignant qu'il ne provoque des caillots sanguins rares et dangereux, en particulier chez les femmes d'âge moyen et plus jeunes.

Le pays s’est joint à la France et aux pays d’Europe nordique pour adopter une approche de précaution à l’égard du vaccin, même après que le principal organisme de réglementation pharmaceutique de l’Union européenne l’a déclaré sûr plus tôt ce mois-ci.

"D'autres études doivent être effectuées", a déclaré la Dre Caroline Quach-Thanh, présidente du Comité consultatif national de l'immunisation, lors d'une vidéoconférence lundi. "Étant donné que d'autres vaccins sont disponibles au Canada, N.A.C.I. estime qu'il est très important d'étudier les risques et les avantages par mesure de précaution. "

La décision a été prise après avoir examiné des preuves provenant d'Allemagne, où l'Institut Paul-Ehrlich a rapporté qu'une personne sur 100000 recevant le vaccin AstraZeneca a développé des caillots sanguins, entraînant une maladie appelée thrombocytopénie, qui peut être mortelle dans environ 40% des cas, panel ont dit les membres. Cela est venu après que l'Agence européenne des médicaments a signalé un taux inférieur: un sur un million.

Aucun cas n'a été signalé au Canada.

L’autorité sanitaire du pays continue de recommander le vaccin AstraZeneca à la population âgée du pays, qui est beaucoup plus sensible aux cas graves de Covid-19, et n’a pas semblé développer de caillots sanguins dans les études menées en Europe, ont déclaré les membres du panel.

"Nous voulons éviter les hospitalisations et les maladies graves chez les plus de 55 ans", a déclaré le Dr Quach-Thanh.

Le vaccin, créé par l'Université d'Oxford, a été approuvé à la fin de février pour une utilisation au Canada, mais a subi des revers. Peu de temps après son approbation, N.A.C.I. recommandé de ne pas l’administrer aux personnes de 65 ans et plus, en raison du manque de données sur l’efficacité du vaccin dans ce groupe d’âge. Deux semaines plus tard, N.A.C.I. a renoncé à ses préoccupations initiales et a approuvé le vaccin pour tous les adultes.

Santé Canada a demandé à AstraZeneca plus de données sur le vaccin selon l’âge et le sexe, "dans le contexte canadien", a déclaré le Dr Howard Njoo, directeur adjoint de la santé publique du pays.

Le vaccin était le troisième approuvé dans le pays, deux mois après Pfizer-BioNTech et Moderna. Un peu plus de 300 000 doses d'AstraZeneca ont été administrées, soit environ 6 pour cent des doses totales administrées dans le pays. Douze pour cent de la population a reçu au moins une dose de l'un des vaccins.

Plus tôt ce mois-ci, l'administration Biden a promis de prêter au Canada 1,5 million de doses du vaccin, dont l'utilisation n'a toujours pas été approuvée aux États-Unis.

La ligne devant un site de vaccination dans le Bronx jeudi.Crédit ... James Estrin / The New York TimesNew York peut commencer à vacciner toute personne de 30 ans ou plus mardi et rendra tous les résidents de 16 ans ou plus éligibles le 6 avril, dépassant l'objectif du président Biden de rendre chaque adulte éligible à un vaccin contre le coronavirus d'ici le 1er mai, a annoncé lundi le gouverneur Andrew M. Cuomo. .

New York était l'un des rares États à n'avoir pas encore fixé de calendrier pour l'admissibilité universelle des adultes. Cinq États avaient déjà entièrement élargi l'éligibilité à la fin de la semaine dernière; six l'ont fait lundi; sept autres suivront plus tard cette semaine, et six autres le 5 avril. Au moins 11 États ont déclaré qu'ils attendraient jusqu'au 1er mai.

Bien que M. Cuomo ait progressivement assoupli les critères d’admissibilité au vaccin au cours du mois dernier, il a exprimé sa réticence la semaine dernière à fixer une date cible précise pour supprimer les exigences de l’État. Le gouverneur a déclaré qu'il ne voulait pas définir un calendrier pour une vaccination plus répandue jusqu'à ce qu'il soit plus confiant que New York aurait un approvisionnement suffisant en vaccins pour sa population.

"Je veux juste m'assurer que les prévisions d'allocation que nous obtenons du gouvernement fédéral sont correctes, franchement", a déclaré M. Cuomo lors d'une conférence de presse la semaine dernière. "Je ne veux pas dire:" Nous allons ouvrir jusqu'à 30 ans dans trois semaines ", puis quelque chose se passe avec l'allocation."

L'annonce de M. Cuomo intervient alors que New York a ajouté de nouveaux cas de virus à l'un des taux les plus élevés parmi les États américains. Lundi, l'État comptait en moyenne sur sept jours 49 nouveaux cas de virus par jour pour 100 000 habitants, selon une base de données du New York Times, juste derrière le New Jersey. (Le pays dans son ensemble enregistrait en moyenne 19 nouveaux cas pour 100 000 habitants.)

Alors même que le nombre de nouveaux cas continue d'augmenter, l'État n'a pas fait face au niveau de dévastation qu'il a connu il y a un an, lorsque les hôpitaux étaient débordés de patients et que les morgues débordaient.

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

Fort de ses progrès en matière de vaccination, l'État a également réouvert progressivement des entreprises au cours des dernières semaines. M. Cuomo a permis aux événements sportifs et aux concerts de reprendre dans les grandes salles le mois dernier et aux cinémas de ramener le public ce mois-ci. Les restaurants de New York sont désormais autorisés à servir les convives à l'intérieur à une capacité de 50%, leur plus haut niveau de restauration à l'intérieur depuis que M. Cuomo les a fermés l'année dernière au début de la pandémie.

Lundi matin, 29,6% des habitants de l’État de New York avaient reçu au moins une injection de vaccin, tandis que 16,8% étaient entièrement vaccinés, selon les données de l’État.

Actuellement, toutes les personnes de 50 ans et plus sont éligibles pour recevoir le vaccin à New York, en plus des enseignants, de certains travailleurs essentiels et des personnes souffrant de certaines conditions médicales qui les rendent plus vulnérables aux maladies graves causées par le virus.

Une étudiante a placé son écouvillon de test dans le flacon pour un test en piscine dans une salle de classe de la South Boston Catholic Academy de Boston en janvier ... Crédit ... Allison Dinner en utilisant une approche de test groupée qui pourrait être un modèle pour les districts scolaires du pays. .

Plus de 1 000 écoles du Massachusetts, représentant près de la moitié des districts de l'État, participent déjà au programme.

Depuis février, le programme a analysé 22 679 échantillons regroupés d'étudiants, d'enseignants et de membres du personnel, rapportant lundi un taux de positivité de moins de 1 pour cent, considéré comme faible. Étant donné que les échantillons regroupés comprennent généralement des écouvillons provenant de sept personnes différentes, les responsables de l'État ont déclaré que le taux de positivité individuelle est probablement beaucoup plus faible.

Dans une interview téléphonique lundi, le gouverneur Charlie Baker a déclaré que l'État avait été en mesure d'étendre le programme en vérifiant les laboratoires de test et en signant des contrats avec eux, au lieu de laisser chaque district faire ce travail seul. Il a estimé que le programme, qui utilise les fonds de secours fédéraux de Covid pour payer les tests, pourrait coûter 30 à 40 millions de dollars.

"Nous avons commencé à le faire sur une base de démonstration avec quelques districts scolaires juste pour le tester et voir si la logistique pouvait fonctionner", a déclaré M. Baker. "Nous avons maintenant un modèle fonctionnel qui fonctionne à une assez grande échelle et dans un assez grand état."

Le programme de test groupé recueille des écouvillons nasaux des étudiants, des professeurs et des membres du personnel, puis les teste par lots, un processus qui permet d'économiser du temps et des ressources de laboratoire. La semaine dernière, environ 63 000 étudiants et membres du personnel ont été testés.

Si un lot est négatif, tout le monde dans le pool est considéré comme ayant un résultat négatif. Si un lot est positif, chaque personne de la piscine est alors testée.

Le Massachusetts, qui avait initialement prévu de payer les tests pour les écoles jusqu'à la mi-avril, prévoit désormais de couvrir les coûts jusqu'à la fin de l'année scolaire. Il encourage également d'autres districts scolaires de l'État à s'inscrire.

M. Baker a déclaré qu'il prévoyait de promouvoir le modèle du Massachusetts auprès d'autres États. Certains districts, comme les écoles publiques du comté de Montgomery, le plus grand système du Maryland, prévoient d’introduire des tests groupés en avril.

"Il y a suffisamment d’argent dans les divers projets de loi fédéraux adoptés, y compris le plus récent, pour permettre aux États ou aux municipalités de payer tous les deux pour un programme comme celui-ci", a déclaré M. Baker.

Des centaines de personnes ont été libérées de Rikers Island en mars dernier alors que le virus se propageait. Mais la population à l'intérieur s'est glissée à nouveau.Crédit ... Dave Sanders pour le New York TimesL'État de New York doit immédiatement commencer à offrir les vaccins Covid-19 à toutes les personnes incarcérées dans les prisons et les prisons de l'État, a décidé un juge lundi, faisant de l'État l'un des rares du pays à fournir des doses à une population aussi large derrière les barreaux. .

L’ordonnance, la première concernant l’un des plus grands systèmes correctionnels du pays, intervient alors que le coronavirus continue de rugir dans les installations de New York. Au moins 1100 personnes vivant derrière les murs de la prison ont été testées positives pour le virus depuis le début du mois dernier, et cinq sont décédées.

Mais même si le personnel pénitentiaire et de nombreux autres groupes, y compris certains qui vivent dans des contextes de contact étroit comme les foyers de groupe et les refuges pour sans-abri, ont eu accès aux vaccins ces dernières semaines, la plupart des personnes incarcérées à New York sont restées inéligibles pour recevoir des doses.

La juge Alison Y. Tuitt de la Cour suprême de l'État du Bronx a écrit dans sa décision de lundi après-midi que les personnes détenues dans les prisons et les prisons avaient été arbitrairement exclues du déploiement et que cela était "injuste et injuste" et un "abus de pouvoir discrétionnaire".

Les responsables de l’État, a-t-elle dit, "ont fait une distinction irrationnelle entre les personnes incarcérées et les personnes vivant dans tous les autres types d’établissements collectifs pour adultes, qui courent un grand risque pour la vie des personnes incarcérées pendant cette pandémie."

Elle a ajouté: "Il n'y a aucune excuse acceptable pour cette exclusion délibérée."

Les épidémiologistes et les spécialistes des maladies infectieuses ont largement convenu, même aux premiers stades des efforts de vaccination, lorsque l'offre était plus limitée, que les quelque 50000 personnes dans les établissements correctionnels de l'État devraient être éligibles en raison de leur risque particulièrement élevé de contracter et de propager le virus. Un nombre disproportionné d’entre eux sont également des Noirs et des Latino-américains, des groupes qui ont été durement touchés par la pandémie.

Mais la vaccination des personnes incarcérées s'est avérée politiquement lourde à travers le pays, et les États aux prises avec les mêmes questions éthiques, logistiques et juridiques ont établi des délais radicalement différents pour offrir des doses. Dans certains États, les autorités ont fait marche arrière par rapport aux plans de vaccination des prisonniers en raison de vents contraires politiques.

À New York, la plupart des personnes derrière les barreaux avaient été laissées de côté, bien que les agents correctionnels aient été inclus et que d'autres groupes à haut risque tels que les employés de la restauration, les employés du gouvernement faisant face au public et les travailleurs des services essentiels du bâtiment soient récemment devenus éligibles.

Les responsables de l'État ont annoncé lundi que tous les résidents adultes seraient éligibles pour recevoir un vaccin contre le coronavirus d'ici le 6 avril, ce qui aurait pu amener plus de personnes derrière les barreaux à se voir bientôt proposer des doses même si la décision n'avait pas été rendue.

Nicole Greene-Cramer, assistante de classe à Marlboro, Vermont, regardant Marc Balch, un E.M.T., lui donne la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech ce mois-ci.Crédit ... Kristopher Radder / The Brattleboro Reformer atteignant des sommets qui n'ont pas été observés depuis janvier.

"Il s’agit d’un nombre préoccupant de nouveaux cas et ne doit pas être rejeté", a déclaré le Dr Mark Levine, commissaire à la santé de l’État, lors d’une conférence de presse vendredi.

Le Vermont a battu un record de cas en une seule journée avec 283 nouveaux cas confirmés vendredi, selon une base de données du New York Times, ce qui en fait le premier État à établir un record de cas depuis le 18 janvier. (Sa moyenne sur sept jours, 154, est toujours La moitié des cas signalés au cours des deux dernières semaines concernaient des personnes de moins de 30 ans, ont indiqué des responsables.

Cette nouvelle vague a été motivée par un certain nombre de facteurs, y compris la fatigue pandémique et la propagation de variantes plus contagieuses, a déclaré le Dr Levine dans une interview lundi. Au fur et à mesure que les personnes âgées se font vacciner et que les décès commencent à baisser, les jeunes sont plus disposés à se rassembler en groupes, a-t-il déclaré.

L'Université du Vermont a signalé une augmentation significative des cas confirmés parmi les étudiants, passant à 80 la semaine dernière contre 41 deux semaines auparavant. La flambée à l'échelle de l'État, cependant, ne semble pas être principalement motivée par les étudiants, a déclaré le Dr Levine, car il n'y a pas eu d'augmentation généralisée sur d'autres campus.

Les cas à travers les États-Unis ont commencé à augmenter ces dernières semaines, après que les infections aient commencé à chuter à la suite d'une poussée post-vacances. Les scientifiques ont mis en garde pendant des semaines contre une autre augmentation, alors que des variantes plus contagieuses se propagent et que les États lèvent les restrictions. Les États du nord-est ont représenté environ 30 pour cent des nouveaux cas du pays au cours des deux dernières semaines, contre 20 pour cent au début de février.

Pourtant, les responsables de l'État du Vermont ont défendu la récente levée des restrictions, invoquant une baisse continue des décès et des hospitalisations. L'État a assoupli les restrictions la semaine dernière, rouvrant des bars à une capacité limitée et permettant aux restaurants d'accueillir jusqu'à six personnes de différents ménages ensemble. L'Etat a toujours un mandat de masque.

Anne Sosin, chercheuse en politique au Dartmouth College qui suit la réponse Covid-19 du Vermont depuis le début de la pandémie, a déclaré que la levée des restrictions combinée à la propagation de nouvelles variantes pourrait être dangereuse. "Si nous créons les conditions de la transmission, les variantes ne feront qu'exacerber les effets de cela", a-t-elle déclaré.

Le Vermont a ouvert lundi les vaccinations aux adultes de 50 ans et plus, et élargira l’éligibilité à tous les adultes le 19 avril. Environ 33% de la population de l’État a reçu au moins une dose, selon un système de suivi des vaccins du New York Times.

"Maintenant que nous avons un calendrier pour que tous les Vermontois se font vacciner, marquez votre calendrier, prenez votre rendez-vous et obtenez votre vaccin", a déclaré le Dr Levine vendredi.

Peter Ben Embarek, membre de l'équipe de l'Organisation mondiale de la santé chargée d'enquêter sur l'origine du coronavirus, à Wuhan, en Chine, en février.Crédit ... Thomas Peter Et cela ne fait pas grand-chose pour apaiser les inquiétudes occidentales concernant le rôle du Parti communiste chinois, qui est notoirement résistant à un examen extérieur et a parfois cherché à entraver toute enquête du W.H.O.

Le rapport, qui a été divulgué aux médias lundi, un jour avant sa publication officielle prévue, ne sait pas non plus si la Chine autorisera des experts extérieurs à continuer à creuser.

Plus tôt cette année, une équipe internationale d'experts a passé 27 jours à Wuhan, la ville chinoise où le virus a été détecté pour la première fois à la fin de 2019. Ils ont visité des hôpitaux, des marchés d'animaux vivants et des laboratoires gouvernementaux, ont mené des entretiens et ont fait pression sur les responsables chinois pour obtenir des données, mais sont venus loin encore de comprendre les origines de la pandémie qui a tué près de 2,8 millions de personnes dans le monde.

"L'enquête court le risque d'aller nulle part, et nous pourrions ne jamais trouver les véritables origines du virus", a déclaré Yanzhong Huang, chercheur principal pour la santé mondiale au Council on Foreign Relations.

Le rapport indique que la Chine ne dispose toujours pas de données ou de recherches pour indiquer comment et quand le virus a commencé à se propager. Certains sceptiques à l'extérieur du pays disent que la Chine peut avoir plus d'informations qu'elle ne l'admet.

L'équipe d'experts rejette également comme "extrêmement improbable" la possibilité que le virus émerge accidentellement d'un laboratoire chinois, même si certains scientifiques disent que c'est une question importante à explorer.

Le gouvernement chinois, tout en accordant un certain degré d'accès et de coopération, a tenté à plusieurs reprises de plier l'enquête à son avantage. Le rapport a été rédigé conjointement par une équipe de 17 scientifiques du monde entier, choisis par le W.H.O., et de 17 scientifiques chinois, dont beaucoup occupent des postes officiels ou travaillent dans des institutions gouvernementales, ce qui donne à Pékin une grande influence sur ses conclusions.

Jesse Bloom, biologiste évolutionniste au Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle, a déclaré après avoir vu une copie du rapport qu'il n'était pas convaincu qu'une fuite de laboratoire était extrêmement improbable. Il a dit qu'il était d'accord avec le rapport selon lequel le virus pourrait provenir d'une zoonose naturelle, mais il n'a vu aucun raisonnement dans le rapport pour écarter la possibilité d'une évasion de laboratoire.

Un membre de l'équipe d'experts, Peter Daszak, un écologiste des maladies qui dirige EcoHealth Alliance, a repoussé les critiques du travail de l'équipe et du niveau de coopération de la Chine, appelant l'hypothèse de fuite de laboratoire, qui a été promue par certains responsables de l'administration Trump., "Politique dès le départ".

La théorie dominante reste que le virus est originaire de chauves-souris, a sauté sur un autre animal, puis a muté d'une manière qui lui a permis de se transmettre aux humains, et d'homme à homme. Mais le processus de recherche des origines d'un virus est notoirement laborieux.

Pour répondre aux nombreuses questions restantes, le rapport recommande de nouvelles études rétrospectives sur les infections humaines, y compris les cas les plus précoces, et davantage de tests viraux sur le bétail et la faune en Chine et en Asie du Sud-Est. Mais on ne sait pas dans quelle mesure la Chine coopérerait.

Lundi à Washington, l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré que des experts du gouvernement américain, y compris des dirigeants de la médecine vétérinaire et de la biosécurité, examinaient actuellement le rapport.

"Nous avons clairement indiqué qu'une enquête indépendante et techniquement solide est notre objectif, et une fois que cela sera examiné, nous aurons une évaluation des étapes à suivre", a-t-elle déclaré.

Plus tôt dans la journée, le Dr Anthony S. Fauci, le principal expert des maladies infectieuses aux États-Unis, et le Dr Rochelle Walensky, chef des Centers for Disease Control and Prevention, ont déclaré qu'ils n'avaient pas encore vu le rapport.

Des étudiants traversant le campus le mois dernier à l'Université de l'Idaho à Moscou, Idaho.Crédit ... Rajah Bose pour le New York TimesLe ministère de l'Éducation a déclaré lundi qu'il abolirait les dettes collégiales subventionnées par le gouvernement fédéral de milliers d'étudiants handicapés et mettrait fin aux formalités administratives pour des dizaines de milliers d'autres - des mesures visant à alléger la dette des prêts étudiants aggravée par la pandémie.

L'agence a déclaré que les changements bénéficieraient à 41000 emprunteurs handicapés avec 1,3 milliard de dollars de prêts étudiants dont les dettes ont été annulées, puis rétablies, car ils n'ont pas fourni d'informations sur leurs revenus pendant la pandémie. 190 000 autres emprunteurs dont les dettes ont été remises n'auront pas à soumettre de paperasse pendant la pandémie.

En vertu des règles du ministère de l'Éducation, les emprunteurs de prêts étudiants qui sont définitivement invalides et ne peuvent pas travailler peuvent voir leurs dettes annulées. Pendant une période de trois ans après avoir obtenu un allégement de la dette, ils doivent soumettre des données sur leurs revenus prouvant qu'ils ne peuvent toujours pas travailler.

Un rapport de 2016 du Government Accountability Office a toutefois révélé que 98% des emprunteurs handicapés dont les prêts remboursés avaient été rétablis n'étaient pas en mesure de remplir les documents nécessaires.

L'annonce est intervenue alors que l'administration Biden a déclaré qu'elle examinait les moyens d'alléger le fardeau de la dette étudiante en général. President Biden has proposed forgiving $10,000 in student loan debt for borrowers as some congressional Democrats, including Senator Chuck Schumer, the majority leader, push for even greater relief.

In a related announcement this month, the Education Department said it would scrap a Trump administration policy limiting defrauded students from seeking debt forgiveness.

Reacting to Monday’s announcement on disabled borrowers, Student Defense, a nonprofit education advocacy organization, said it did not go far enough, urging loan forgiveness for an additional 400,000 disabled borrowers with $14 billion in outstanding loans.

Former President Donald J. Trump and former Vice President Mike Pence with Adm. Brett P. Giroir and DrCredit...Doug Mills les responsables de la pandémie de l'ancien président Donald J.Trump ont confirmé en termes clairs et sans équivoque ce qui était déjà un secret de polichinelle à Washington: la réponse pandémique de l'administration était criblée de dysfonctionnements, et la discorde, les contre-vérités et les luttes intestines étaient très probables. coûté de nombreuses vies.

Le Dr Deborah L.Birx, coordinateur de la réponse aux coronavirus de M. Trump, a suggéré que des centaines de milliers d'Américains pourraient être morts inutilement, et l'amiral Brett P. Giroir, le tsar des tests, a déclaré que l'administration avait menti au public sur la disponibilité de essai.

Dr. Robert R. Redfield, the former director of the Centers for Disease Control and Prevention, accused Mr. Trump’s health secretary, Alex M. Azar III, and the secretary’s leadership team of pressuring him to revise scientific reports. "Maintenant, il peut nier cela, mais c’est vrai", a déclaré le Dr Redfield dans une interview avec le Dr Sanjay Gupta Mr. Azar, in a statement, denied it.

Le Dr Stephen K. Hahn, ancien commissaire de la Food and Drug Administration, a déclaré que sa relation avec M. Azar était devenue "tendue" après que le secrétaire à la Santé eut révoqué le pouvoir de l'agence de réglementer les tests de coronavirus. “That was a line in the sand for me,” Dr. Hahn said. When Dr. Gupta asked him if Mr. Azar had screamed at him, Dr. Hahn replied: “You should ask him that question.”

But it was Dr. Birx, who has been pilloried for praising Mr. Trump as being “so attentive to the scientific literature” and for not publicly correcting the president as he made outlandish claims about unproven therapies, whose disclosures may have been the most compelling.

As of Sunday, more than 548,000 Americans have died from infection with the coronavirus. “I look at it this way,” she said. “The first time, we have an excuse. There were about 100,000 deaths that came from that original surge.”

“All of the rest of them,” she said, referring to almost 450,000 deaths, “in my mind, could have been mitigated or decreased substantially” had the administration acted more aggressively.

In what was one of her first televised interviews since leaving the White House in January, she also described a “very uncomfortable, very direct and very difficult” phone call with Mr. Trump after she spoke out about the dangers of the virus last summer. “Everybody in the White House was upset with that interview,” she said.

After that, she decided to travel the country to talk to state and local leaders about masks and social distancing and other public health measures that the president didn’t want her to explain to the American public from the White House podium.

Dr. Gupta asked if she was being censored. “Clearly someone was blocking me from doing it,” she said. “My understanding was I could not be national because the president might see it.”

Several of the officials in the interview, including Dr. Anthony S where the virus was first detected, for not being open enough with the United States. Et plusieurs, dont le Dr Redfield et l’amiral Giroir, ont déclaré que les premiers échecs avec les tests - et l’attitude au sein de la Maison Blanche selon laquelle les tests donnaient mauvaise mine au président en augmentant le nombre de rapports de cas - étaient un grave problème dans la réponse de l’administration.

And the problems with testing went beyond Mr. Trump’s obsession with optics. Admiral Giroir said that the administration simply did not have as many tests as top officials claimed at the time.

"Quand nous avons dit qu'il y avait des millions de tests - il n'y en a pas eu, n'est-ce pas ?" il a dit. “There were components of the test available but not the full deal.”

In a lengthy statement Monday evening, Mr. Trump shot back at Dr. Fauci and Dr. Birx, blasting them as “two self-promoters trying to reinvent history to cover for their bad instincts and faulty recommendations,” while praising his administration’s efforts to develop a vaccine.

The former president, who routinely questioned the need for lockdowns and other precautions during his administration, said of Dr. Fauci and Dr. Birx, “If it were up to them, we’d currently be locked in our basements as our country suffered through a financial depression.”

Demonstrators gathered at the State Capitol in Sacramento in January to call for rent forgiveness and stronger eviction protections.Credit...Rich Pedroncelli pushing it back from the end of March, when it had been scheduled to lapse.

The move, while widely expected

Le C.D.C. issued the moratorium last fall, citing its jurisdictional authority to implement measures needed to promote public health, and agency officials cited those same powers in extending the moratorium on Monday.

“The Covid-19 pandemic has presented a historic threat to the nation’s public health,” the agency’s director, Rochelle P. Walensky, said in a statement”

Under President Biden, the Department of Housing and Urban Development earlier this year extended its own foreclosure and eviction moratorium for federally financed housing to June 30. (An earlier version of this item misstated the status of that moratorium. It was extended in February.)

The new housing secretary, Marcia L. Fudge, has signaled that she would like to extend her agency’s eviction freeze even longer. Department officials have reached out to community groups to elicit suggestions on how to streamline the new rule.

The administration’s $1.9 trillion relief package, passed this month, includes $21.5 billion for emergency rental assistance, $5 billion in emergency housing vouchers, $5 billion for homelessness assistance and $850 million for tribal and rural housing. But that aid will take months to be disbursed.

Initially, the C.D.C. ban was riddled with loopholes that allowed some landlords to evict some tenants. But over all, it helped to create a significant drop in eviction applications filed in local housing courts.

The federal moratorium is part of a patchwork of federal, state and local efforts to prevent a national health and economic emergency from turning into a monumental housing collapse.

plus Washington, D.C But the range of protections varies wildly and some tenants, including in the New York City neighborhoods hit hardest by the pandemic, have been displaced because they were unaware of the protections.

As many as one in five renters said they did not pay last month’s rent, according to Census Bureau surveys, with a third of Black renters reporting a recent missed payment.

A designated quarantine hotel in Hong Kong. The city’s strict quarantine requirements are being loosened for travelers from some countries.Credit...Lam Yik Fei for The New York TimesLes responsables de Hong Kong ont déclaré lundi que les résidents bloqués en Grande-Bretagne seraient autorisés à rentrer à partir du mois prochain, alors qu'ils annonçaient l'assouplissement de plusieurs restrictions relatives aux coronavirus.

Hundreds of Hong Kong residents have been stuck in Britain since late December, when the Chinese territory abruptly announced a ban on direct travel from the country after the emergence there of a highly contagious variant of the virus. À partir de la deuxième quinzaine d'avril, ils seront autorisés à rentrer à Hong Kong sur des vols désignés, ont déclaré des responsables. They did not mention any change to similar bans on arrivals from Brazil, Ireland and South Africa.

Hong Kong’s quarantine requirements, which are among the strictest in the world, will also be eased for travelers arriving from “low-risk” countries like Australia, New Zealand and Singapore. Instead of quarantining at designated hotels for 21 days La frontière de Hong Kong reste fermée aux non-résidents.

Other changes appeared aimed at rejuvenating the city’s struggling vaccination effort. The government announced that it would lift visitation restrictions at hospitals and nursing homes for those who have been inoculated and end mandatory coronavirus testing for restaurant, school and construction workers who are fully vaccinated.

Seuls 6% des 7,5 millions de personnes de Hong Kong ont été vaccinés depuis le début de la campagne en février. The program suffered a setback last week when packaging defects were discovered in a batch of doses of the Pfizer-BioNTech vaccine, prompting health officials to suspend its use.

Over the weekend Health officials said that the vaccine remained safe to use and that they would resume administering it “as soon as possible.”

Hormis le vaccin Pfizer-BioNTech, le seul autre vaccin autorisé à être utilisé à Hong Kong est celui développé par la société chinoise Sinovac. Les sondages ont montré que la majorité des résidents de Hong Kong sont réticents à prendre un vaccin, mais ils se méfient particulièrement de Sinovac après avoir signalé que plusieurs personnes étaient décédées après l'avoir reçu. Officials have found no direct link between the shots and the deaths.

L'assouplissement des restrictions intervient alors que Hong Kong émerge d'une quatrième vague d'infections qui a débuté fin novembre. Pendant deux jours au cours du week-end, la ville n'a signalé aucun cas local pour la première fois en plus de quatre mois. On Monday, one local case was reported.

Family members in Nezahualcóyotl, Mexico, praying beside a loved one who died of the coronavirus this month.Credit...Henry Romero new government figures show: The virus may have claimed more than 300,000 lives, a staggering toll for the country of 126 million.

The Mexican government updated its mortality statistics on Saturday, showing that from the start of the pandemic through mid-February, some 294000 recorded up to that point.

Adding official deaths registered since mid-February, the country’s actual coronavirus death toll now appears to stand above 310623 deaths currently recorded on the Mexican government’s coronavirus tracking website.

Extremely low levels of testing and a widespread fear of hospitals in Mexico have led to a severe undercount of the pandemic’s true cost, with many cases only confirmed as virus-related upon a later revision of death certificates.

The updated numbers showed that there was a total of 417,000 more deaths over all in Mexico than would have been expected in the period since the pandemic began, a figure known as excess mortality. That figure suggests that the pandemic’s true impact could be even higher.

Mexico is struggling with a glacial vaccination campaign: According to Johns Hopkins University, less than 1 percent of the population has been fully vaccinated so far.

On Sunday, 1.5 million doses of the AstraZeneca vaccine arrived in Mexico from the United States, part of a total of 2.7 million doses being sent to Mexico as part of an agreement with President Biden.

A vaccination center in Kathmandu, Nepal, this month.Credit...Niranjan Shrestha Népal - Le Népal a reçu lundi un don de 800000 doses d'un vaccin Covid-19 en provenance de Chine, qui, selon les autorités, les aiderait à redémarrer une campagne de vaccination qui avait été interrompue en raison de retards d'expédition en Inde.

Dr. Jageshwor Gautam, a spokesman for the ministry of health, said the vaccination campaign could resume in less than a week, “once we determine beneficiary age groups.”

China and India, both of which border Nepal, have been jockeying for influence over the Himalayan nation of 30 million people, most recently through vaccine diplomacy.

Nepal had planned its vaccination campaign around the Oxford-AstraZeneca vaccine manufactured by the Serum Institute of India, the world’s largest vaccine producer. Un million de doses ont été données par le gouvernement indien et le Népal a acheté deux millions de doses supplémentaires au Serum Institute.

Mais la moitié de l'achat au Serum Institute a été retardé indéfiniment, ont déclaré des responsables de la santé au Népal, malgré un accord selon lequel il arriverait 15 jours après l'accord. India, which is supplying the AstraZeneca vaccine to more than 70 countries, has begun holding back nearly all of its exports as it tries to suppress a surge in coronavirus cases at home.

Officials in Nepal suspended vaccinations on March 17, citing the shortage of doses.

To fill the gap, they are now relying on a vaccine developed by the Chinese company Sinopharm, which last month became the second approved for emergency use in Nepal after Beijing pledged to provide doses free.

Since its vaccination drive began in late January, Nepal has administered about 1.6 million doses, according to a New York Times database. Le Dr Gautam a déclaré que les 500 000 doses restantes d'AstraZeneca seraient administrées aux agents de santé de première ligne, et qu'il n'y en avait aucune disponible pour le reste de la population "du moins pour le moment".

Nepal has recorded almost 277,000 infections and 3,027 deaths, according to a New York Times database. Bien que les nouveaux cas quotidiens moyens du pays ne représentent qu'une petite fraction de ce qu'ils étaient à leur apogée l'automne dernier, les responsables de la santé craignent une deuxième vague alors que les infections augmentent dans l'Inde voisine. Lundi, l'Inde a signalé 68 020 nouvelles infections, la plus forte augmentation en une journée depuis octobre.

The vaccine, which requires only a single shot, comes from Johnson & Johnson’s Janssen subsidiary.Credit...Stephen Zenner as the continent experiences a slow rollout of vaccines, an uptick in cases and worries about new mutations of the coronavirus.

The pharmaceutical company said that its unit, Janssen Pharmaceutica NV, had agreed to a deal with the African Vaccine Acquisition Trust, an African Union organization, to supply up to 220 million doses of its Covid-19 vaccine beginning in the fall. The organization will also have the option to order an additional 180 million doses for a combined total of up to 400 million doses through 2022.

La société fournira la plupart des doses à partir d'une usine en Afrique du Sud, qui est exploitée par Aspen Pharma. The African Export-Import Bank, a pan-African bank based in Cairo, will pay manufacturers $2 billion on behalf of member countries in the form of loans.

South Africa’s president, Cyril Ramaphosa, who as chairman of the African Union set up the vaccine trust last year, was expected to tour the Aspen Pharma facilities in Port Elizabeth, on the country’s southeast coast, on Monday.

“This agreement is a significant milestone in protecting the health of all Africans,” Mr. Ramaphosa said in a statement. "C'est aussi une démonstration puissante de l'unité africaine et de ce que nous pouvons réaliser grâce à un partenariat entre le secteur public, le secteur privé et les institutions internationales qui place les personnes au premier plan."

L'annonce est intervenue alors que les cas de coronavirus dépassaient 4,1 millions en Afrique, avec plus de 111000 décès, selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies. Les inquiétudes grandissent quant à l'émergence de variantes sur le continent, en particulier dans des pays comme l'Afrique du Sud, où une variante hautement transmissible a fait augmenter les cas. Scientists also recently said they found a highly mutated variant of the coronavirus in travelers from Tanzania, the East African nation whose leaders have consistently brushed aside the virus threat.

Besides facing other deadly outbreaks including Ebola, polio and measles, many nations in Africa are also dealing with vaccine inequity, as developed nations hoard doses and seek to inoculate their entire populations. So far, only 7.7 million vaccines have been administered on the continent, according to the World Health Organization, which last week warned of a slowdown in deliveries even as initial batches were exhausted.

Vaccines have yet to arrive in 10 African countries, the W.H.O. said, while many others continue to face logistical challenges in addition to vaccine hesitancy.

Nations including South Africa have called on governments and pharmaceutical companies to waive vaccine patents to get medicines to more people more quickly.

L'Africa C.D.C L'accord avec Johnson & Johnson "permet à l'Afrique d'atteindre près de 50 pour cent de cet objectif", a déclaré le Dr John Nkengasong, le chef de l'Africa C.D.C., dans un communiqué.

"La clé de ce vaccin particulier est qu'il s'agit d'un vaccin à injection unique, ce qui facilite son déploiement rapide et efficace, sauvant ainsi des vies", a-t-il ajouté.

Passengers heading to Hawaii from Seattle-Tacoma International Airport this month.Credit...Ted S. Warren a parking lot full of rental cars. The tourists were back.

"C'était tellement bondé", a déclaré M. Chandler, 27 ans, originaire d'Hawaï. "Mes cousins ​​et moi nous regardions comme, devrions-nous simplement rentrer à la maison ?" The youngest cousins needed several reminders to keep their distance from strangers for virus safety.

Pendant une grande partie de la pandémie, Hawaï avait certaines des règles les plus strictes pour les visiteurs aux États-Unis, exigeant une quarantaine de 14 jours pour toute personne arrivant dans les îles. La politique a eu un lourd tribut économique sur un État qui dépend fortement du tourisme, mais elle a été louée pour son succès à limiter l'impact du virus pendant des mois.

Maintenant, cependant, Hawaï a rouvert ses portes aux voyageurs: un test négatif dans les 72 heures suivant leur arrivée leur permet de sauter la quarantaine dans la plupart des endroits. At least 28,000 people arrived in Hawaii on each of the last two Saturdays and not far from typical prepandemic levels.

The influx has residents worried. Some have been posting on social media for months, pleading with mainlanders not to come, or if they do, to be mindful of the islands’ isolation and limited resources. The state has a total of 3,000 hospital beds for its population of 1.4 million, and has among the fewest I.C.U. beds per capita of any state; ils étaient souvent pour la plupart pleins avant même la pandémie.

Hawaii’s precautions did not keep the virus out completely: The islands had a holiday surge, like the rest of the country, and parts of the state are struggling with outbreaks now. Daily new case reports have doubled since late February, with some recent clusters focused on tourism workers. Hospitalizations have increased 17 percent in the last two weeks.

“The looming concerning things are the variants,” said Dr. Damien Kapono Chong-Hanssen of the Kauai Community Health Center. "La variante californienne a été impliquée dans ce qui se passe actuellement à Maui. Maui n'a pas l'air mieux.

Mainlanders are making the trip anyway. “Hawaii is again packed with tourists,” wrote the travel site The Points Guy. Favorite sites are sold out, check-in lines are long, and the lines for outbound flights are getting longer.

Les touristes envahissent les plages populaires sans porter de masques ni accorder beaucoup d'attention à la distanciation sociale. Certains visiteurs sont devenus tapageurs. A pair of arriving tourists were sent home after trying to pay a bribe to avoid the testing requirement.

La situation aggrave l'irritation que de nombreux résidents de l'État ressentent envers les vacanciers. Now the tourists aren’t just crowding the island and driving up prices, they say, they are also heedlessly risking everyone’s health.

"Les Hawaïens et les habitants ont toujours vu le manque de respect que les touristes apportent à nos îles", a déclaré M. Chandler. "C'est un peu la dernière goutte. Vous venez chez nous et vous nous mettez en danger pendant une pandémie. "

The tension is especially prevalent among Native Hawaiians and Pacific Islanders, who face greater risk for Covid-19 and higher rates of chronic disease than average.

"Les populations locales sont fatiguées d'être traitées d'une certaine manière", a déclaré Charles Kaua Taylor-Fulton, 20 ans, qui vit à Oahu. “When tourists come, they can be very rude or entitled. There’s just a sense of entitlement.”

Le Dr Lee Buenconsejo-Lum de l’Université d’Hawaï à Manoa a déclaré que le nombre de cas de l’État n’explosait pas, du moins pas encore. But she said she would like to see travelers exhibit the same commitment to wearing masks that locals have. “It’s a matter of constantly educating the tourists,” she said.

Still, the high travel season is just getting started, and restrictions are continuing to ease. Bars have reopened in parts of the state and outdoor weddings are now allowed to welcome up to 100 guests.

"Nous pouvons déjà voir l’avenir de l’été", a déclaré M. Chandler, "et il va être plein à craquer."

ROUNDUP MONDIAL

A vaccination center at a mosque in London on Sunday. Britain has administered more than 30 million vaccine doses.Credit...Henry Nicholls Britain on Monday began a gradual lifting of coronavirus restrictions for most of its population.

Les personnes en Angleterre sont désormais autorisées à se rassembler à l'extérieur en groupes de six ou deux ménages au maximum, après la fin d'une ordonnance de maintien à la maison en vigueur depuis début janvier.

Des installations sportives de plein air, comme des courts de tennis et de basket-ball et des piscines, ouvrent également en Angleterre. Nonessential retail and outdoor dining are set to return starting April 12. Students returned to classes earlier this month. Elsewhere in Britain, Scotland and Wales have also begun easing stay-at-home orders, and Northern Ireland is set to review coronavirus restrictions next month.

For many in Britain, the easing was a cautious optimistic note after months of lockdown, the nation’s third. The current lockdown began in January, after a new variant of the coronavirus swept the country, with as many as 60,000 daily cases and 1,800 daily deaths at its winter peak. Dimanche, le pays a signalé 3 862 cas et 19 décès, selon une base de données du New York Times. London has so far reported no deaths from the virus on Sunday, according to Public Health England. Si aucun rapport n’est ajouté plus tard - les chiffres ne sont pas encore finalisés - ce serait le premier jour de la capitale sans décès par virus depuis septembre. Les responsables espèrent qu'une lente levée supprimera en grande partie les restrictions à la socialisation en Angleterre d'ici le 21 juin.

Les voyages à l'étranger pour les résidents anglais restent toutefois interdits, un groupe de travail révisant la règle le mois prochain. Officials cautioned that people should still work from home where possible and minimize contact.

Dans d'autres nouvelles du monde entier:

  • Dans Australie, officials in Brisbane said Tuesday that they had found two clusters of new infections, both linked to unvaccinated frontline health workers. Eight cases were reported overnight, making it 15 new cases in total over the past few days in Australia’s third-largest city. Brisbane is under a three-day lockdown after tests showed the virus spreading in the city is the highly contagious variant first detected in Britain.
  • La région capitale de la Philippines est entré dans le plus haut niveau de verrouillage du pays lundi. Under what is known as enhanced community quarantine, which is set to last until Easter Sunday, Manila and four surrounding provinces are under curfew from 6 p.m. to 5 a.m. People under 18 and over 60, as well as pregnant women and those with chronic health conditions, are instructed to stay home at all times. La région de la capitale, qui abrite plus de 25 millions de personnes, se trouvait au deuxième niveau de verrouillage le plus élevé depuis le 22 mars.