leurs demandes étant renforcées par la baisse des cas de coronavirus et les appels des experts fédéraux de la santé et du président Biden à rouvrir les écoles.

  • U-Kiss 50 pièces KN95 Masques FFP2 Masques Masque respirant et confortable pour bloquer la poussière de pollution atmosphérique (EN149: 2001+ A1: 2009)
    【CLASSE DE PROTECTION FFP2】U-Kiss 50 pièces masques filtrants filtrent l'air inhalé et exhalé et servent ainsi de protection individuelle et externe. Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. 【NORME CE】Testé, certifié et conforme à la règlementation européenne EN149:2001+A1:2009 FFP2 NR. Masque non réutilisable à usage unique. Masque non médical. 【SYSTÈME DE FILTRATION MULTICOUCHE】Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu avec une efficacité de filtration de plus de 95% pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. 【CONFORTABLE ET FACILE À PORTER】Nez Souple Est Conçu Pour Fournir Un Ajustement Personnalisé Afin D'Assurer Une Douce Et Un Ajustement Confortable Pour Réduire L'Irritation De La Peau Tandis Que Les Bandes D'Oreille Extensibles Assurent est confortable à porter 【LIVRAISON RAPIDE】 Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.
  • ANNEW 20x Masque FFP2 NR Certifié Norme CE EN149 Masque de Protection Respiratoire Haute Filtration multi Couches Stock France Livraison Rapide 20 pièces
    Masque Certifié CE–ANNEW FFP2 masque est conforme aux normes européennes: EN149: 2001 + A1: 2009, la classification est FFP2 NR. Filtration à multi couches -Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. Confortable et facile à porter -le masque ANNEW à particules présente une forme profilée pour assurer un ajustement ferme, augmentant ainsi le confort et la confiance. Nos masques sont faits de tissus confortables, doux au toucher, donc ils conviennent donc parfaitement aux peaux sensibles. Facile à transporter -Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.

Vendredi, le conseil scolaire du Massachusetts a donné au commissaire à l’éducation de l’État le pouvoir de forcer les districts scolaires à ramener des élèves, une mesure dramatique qui permet au commissaire de passer outre les conseils scolaires locaux. Plus tôt cette semaine, le gouverneur Doug Ducey de l'Arizona a ordonné à toutes les écoles élémentaires et à de nombreux collèges et lycées d'offrir un enseignement en classe avant le 15 mars. Une loi signée par le gouverneur Kim Reynolds de l'Iowa est entrée en vigueur le mois dernier qui exige également écoles à offrir un enseignement en classe à plein temps.

Covid-19 Live News : mises à jour sur le virus, les vaccins et les variantes

Alors que M. Biden s'est lancé dans un effort agressif pour encourager l'apprentissage en personne, les gouverneurs ont montré qu'ils étaient de plus en plus disposés à prendre des décisions unilatérales concernant la réouverture d'écoles près d'un an après la première fermeture de nombreuses écoles.

"Il n'y a pas de substitut à l'apprentissage en personne, en particulier pour les étudiants plus jeunes, les étudiants handicapés et les apprenants en anglais", a déclaré Jeffrey C. Riley, le commissaire à l'éducation du Massachusetts, dans une lettre adressée au conseil d'État cette semaine, ajoutant qu'environ 300 000 les élèves de l'État fréquentaient des écoles qui ne dispensaient qu'un enseignement à distance.

  • Lot de 50 Masque Chirurgical médical Masque de Protection Masque jetable Type I EN14683, BFE≥95%, 3 Plis ANESTHESIA Ans
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. Standard: YY / T0969 -2013/ EN 14683 TYPE1 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : bleu. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. 4 heures d'utilisation continue max. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.
  • BLACK SHIELD - Certification CE - Masque chirurgical MEDICAL noir - Lot de 50 - TYPE 1 - Filtration EFB >95% - EN14683
    MASK IS THE NEW BLACK! - SOYEZ CLASS ET ELEGANT! Vous voulez être élégant sans pour autant négliger de vous protéger et de protéger votre entourage ? Vous vous maquillez et en avez assez de laisser des traces sur votre masque ? Vous avez un adolescent à la maison qui ne veut pas ressembler à tout le monde mais qui veut adopter les bons gestes barrière ? BLACK SHIELD est donc votre meilleur allié. Jusqu'à maintenant vous aviez le choix entre des masques chirurgicaux bleus, efficaces ou des masques en tissu noir, plus élégants mais moins efficaces au point de vue protection. Mais ça s’était avant… Les masques BLACK SHIELD nous offrent le meilleur des deux mondes ! Noirs, ils ont du style, sont très confortables et en même temps avec leurs 3 couches ils répondent aux exigences de protection médicale de type 1 garantie par leur norme CE. Pour des raisons d’hygiène les masques sont scellés hermétiquement immédiatement après leur fabrication. Sortez-les de leur emballage plastique et laissez s’aérer avant emploi. BLACK SHIELD est une marque déposée. BLACK SHIELD is a registered trademark. D'autres offres sur Amazon prime: 100 masques - 29.99€ ttc 400 masques - 99.99€ ttc 2000 masques - 299.99€ ht

Le Massachusetts, l'Arizona et l'Iowa ont rejoint au moins quatre autres États avec des gouverneurs républicains, dont le Texas et la Floride, où les responsables de l'État ont exigé que les écoles offrent un enseignement en classe pour au moins certaines années.

Dans de nombreux cas, les ordonnances de réouverture des écoles se sont heurtées aux objections des syndicats d’enseignants, dont certains ont fait valoir que leurs membres devaient être vaccinés avant de risquer une exposition dans les bâtiments scolaires. M. Biden a déclaré cette semaine que tous les enseignants devraient recevoir au moins une injection de vaccin d'ici la fin du mois.

Les Centers for Disease Control and Prevention ont recommandé que les écoles élémentaires ouvrent si elles suivent des précautions, et ses directives indiquent que même là où la transmission est élevée, les écoles élémentaires peuvent rouvrir en toute sécurité en mettant en œuvre des mesures de sécurité strictes. Cependant, parmi les écoliers de tous âges, seuls 4% environ vivent dans des comtés où la transmission est suffisamment faible pour que les écoles rouvrent en toute sécurité sans restrictions supplémentaires.

Un sondage réalisé le mois dernier par Pew Research a révélé qu'environ 59% des adultes estiment que les écoles devraient attendre de rouvrir jusqu'à ce que les enseignants aient eu la chance de se faire vacciner. Le pourcentage était encore plus élevé chez les adultes non blancs, et 80% des adultes noirs ont déclaré que les écoles devraient attendre que les enseignants puissent se faire vacciner, le plus élevé de tous les groupes raciaux. Les gens qui gagnaient moins d'argent et les démocrates étaient également plus susceptibles de dire que les écoles devraient attendre.

Au Massachusetts, les élèves du primaire retourneront probablement en classe à plein temps le mois prochain, a déclaré M. Riley, le commissaire à l'éducation.

Il a promis de continuer à travailler en étroite collaboration avec des experts médicaux lors de la prise de décisions concernant la réouverture. Dans "un ensemble limité de circonstances", a-t-il dit, les écoles pourraient obtenir des dérogations leur permettant de rouvrir plus lentement, et les parents pourraient choisir de garder leurs enfants à la maison et d'apprendre à distance tout au long de cette année scolaire.

Mais M. Riley a déclaré lors de la réunion du conseil d'État, dont les membres sont nommés par le gouverneur Charlie Baker, que l'année prochaine, les parents auront besoin d'une exemption médicale pour empêcher leurs enfants d'entrer dans les salles de classe, a rapporté le Boston Globe.

"À ce stade, avec les stratégies d'atténuation robustes que nous avons en place et toutes les données et preuves que nous avons en main", a-t-il déclaré, "il est temps de commencer le processus de retour encore plus d'élèves dans les salles de classe."

États-Unis >

États-UnisLe 5 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

65 682

–12%

Nouveaux décès

2 483

–5%

Monde >

MondeLe 5 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

442 744

+ 4%

Nouveaux décès

10 771

–12%

Vaccinations aux États-Unis ›

La Californie a annoncé un assouplissement des restrictions relatives aux coronavirus qui permettra à des sites comme le Dodger Stadium, actuellement un site de vaccination de masse, d'ouvrir avec un nombre limité de fans en avril.Crédit ... Robyn Beck malgré les avertissements de hauts responsables fédéraux de la santé tels que le Dr Anthony S.Fauci selon lesquels les nouveaux cas de coronavirus aux États-Unis ont plafonné à un niveau très élevé après que leur baisse drastique se soit arrêtée, et que le pays devait de toute urgence contiennent la diffusion de variantes plus transmissibles.

L'Arizona, la Californie et la Caroline du Sud ont rejoint une liste croissante vendredi en assouplissant les restrictions à des degrés divers. Le gouverneur de l'Arizona a mis fin aux limites de capacité des entreprises, mais a déclaré qu'elles devaient toujours exiger des masques. Le gouverneur républicain de Caroline du Sud a levé le mandat de masquage de l’État dans les bâtiments gouvernementaux, tout en recommandant que les restaurants continuent d’exiger le masquage.

La Californie permettra aux parcs d'attractions, aux sports de plein air et aux événements en direct dans les stades de redémarrer le 1er avril, avec une capacité réduite et des masques obligatoires.

"Nous venons tout juste de subir la pire augmentation", a déclaré vendredi le Dr Fauci lors d'un briefing sur le coronavirus à la Maison Blanche, ajoutant que le pays avait plafonné entre 60 000 et 70 000 nouveaux cas par jour. "Lorsque vous avez autant d'activité virale sur un plateau, cela signifie presque invariablement que vous êtes à risque pour un autre pic."

La moyenne sur sept jours des nouveaux cas était d'environ 61000 jours vendredi, la moyenne la plus basse depuis octobre, selon une base de données du New York Times. Mais ce nombre était encore proche du plus haut sommet de l’été dernier.

Les décès sont également en baisse, en partie à cause des vaccinations dans les maisons de soins infirmiers. Pourtant, la nation rapporte toujours régulièrement 2 000 décès en une seule journée.

Le Dr Fauci a averti que les États-Unis pourraient suivre le même chemin perfide que l'Europe a récemment emprunté.

"Ils ont atteint un plateau", a-t-il dit. "Et maintenant, au cours de la semaine dernière, ils ont constaté une augmentation des cas de 9%, ce que nous voulons désespérément éviter."

Il a averti que le virus mute lors de sa réplication, un processus qui peut être prolongé lorsque des personnes immunodéprimées sont infectées. Il a déclaré qu'il était urgent de maintenir le masquage, le lavage des mains et la distanciation sociale.

La variante B.1.1.7, identifiée pour la première fois en Grande-Bretagne, se propage si rapidement aux États-Unis que l'analyse des données suggère qu'à partir de cette semaine, elle a probablement augmenté pour représenter 20% des nouveaux cas aux États-Unis. Et des scientifiques de l'Oregon ont identifié un seul cas d'une variante locale avec la même colonne vertébrale que B.1.1.7 qui porte une mutation qui pourrait affaiblir l'efficacité des vaccins.

Plus tôt cette semaine, le Texas et le Mississippi, deux États dirigés par les républicains, ont levé les mandats de masque. Le président Biden a dénoncé ces mouvements comme "une grosse erreur" reflétant "la pensée néandertalienne", affirmant qu'il était essentiel que les fonctionnaires suivent les conseils des médecins et des responsables de la santé publique alors que la campagne de vaccination contre le coronavirus prend de l'ampleur.

D'autres républicains ont été plus prudents. Le gouverneur Mike DeWine de l'Ohio a déclaré qu'il lèverait toutes les mesures de santé publique visant à enrayer la crise virale, mais seulement une fois que les nouveaux cas tomberont sous un certain seuil. En Alabama, la gouverneure Kay Ivey a déclaré qu’elle prolongerait le mandat du masque de l’État jusqu’au 9 avril.

En Arizona, le gouverneur Doug Ducey a adopté ce qu’il appelle une "approche mesurée" interdisant aux dirigeants locaux de prendre des mesures qui ferment les entreprises et autorisant le redémarrage des sports des ligues majeures s’ils reçoivent l’approbation du Département des services de santé de l’État.

Parmi les démocrates, la gouverneure Gretchen Whitmer du Michigan a déclaré mardi qu'elle assouplissait les restrictions sur les entreprises et permettrait aux membres de la famille qui avaient été testés négatifs pour le coronavirus de visiter les résidents des maisons de soins infirmiers. En Californie, le département de la santé publique de l'État a également assoupli certaines restrictions vendredi, affirmant que les parcs d'attractions pourraient rouvrir sur une base limitée dès le 1er avril.

À New York, la restauration limitée à l'intérieur est de retour. Et jeudi, le gouverneur du Connecticut a déclaré que l’État mettrait fin aux limites de capacité plus tard ce mois-ci dans les restaurants, les gymnases et les bureaux. Les masques restent obligatoires aux deux endroits.

Le Dr Rochelle P. Walensky, directeur des Centers for Disease and Prevention, a imploré les États de ne pas encore assouplir leurs restrictions. Un nouveau rapport du C.D.C. a constaté que les comtés qui autorisaient les restaurants à ouvrir pour des repas en personne aux États-Unis avaient une augmentation des infections quotidiennes des semaines après. L'étude a également indiqué que les comtés qui ont émis des mandats de masque ont signalé une diminution des cas de virus et des décès en quelques semaines.

Vidéotranscription

Retourtranscription

Biden dit que le plan de relance "répondra aux besoins les plus urgents de la nation"

Le président Biden a célébré samedi l'adoption par le Sénat de son plan de secours en cas de pandémie de 1,9 billion de dollars, affirmant qu'il apporterait une aide urgente aux Américains et aux entreprises en difficulté, en plus de réduire de moitié la pauvreté des enfants.Aujourd’hui, je peux dire que nous avons fait un pas de plus en avant pour tenir la promesse que l’aide est en route. Je tiens à remercier - commencez par remercier - le vice-président, mais je tiens à remercier tous les sénateurs qui ont travaillé si dur pour parvenir à un compromis afin de faire ce qu'il faut pour le peuple américain pendant cette crise et qui ont voté en faveur du sauvetage américain. Plan. Ce n’était évidemment pas facile, ce n’était pas toujours joli, mais c’était si désespérément nécessaire, urgent. Cette nation a trop souffert pendant trop longtemps. Et tout dans ce paquet est conçu pour soulager les souffrances et pour répondre aux besoins les plus urgents de la nation et nous mettre dans une meilleure position pour l'emporter, à commencer par vaincre ce virus et vacciner le pays. Les ressources de ce plan seront utilisées pour développer et accélérer la fabrication et la distribution de vaccins. Ce plan fera sortir les chèques à partir de ce mois-ci aux Américains qui ont désespérément besoin d'aide. Ce plan nous met sur la bonne voie pour vaincre le virus. Ce plan donne aux familles qui éprouvent le plus de difficultés l'aide et la marge de manœuvre dont elles ont besoin pour traverser ce moment. Ce plan donne aux petites entreprises du pays une chance de survivre. Et encore une chose - ce plan est historique. Dans son ensemble, ce plan va permettre de réduire de moitié la pauvreté des enfants. Lorsque j’ai été élu, j’ai dit: "Nous allons faire en sorte que le gouvernement ne se batte plus sur Twitter et revienne au service du peuple américain." De faire une différence dans leur vie, en donnant à chacun une chance, une chance de se battre. De montrer au peuple américain que son gouvernement peut travailler pour lui. Et passer le plan de sauvetage américain fera cela.

Le président Biden a célébré samedi l'adoption par le Sénat de son plan de secours en cas de pandémie de 1,9 billion de dollars, affirmant qu'il apporterait une aide urgente aux Américains et aux entreprises en difficulté, en plus de réduire de moitié la pauvreté des enfants.CreditCrédit ... Stefani Reynolds pour le New York TimesWASHINGTON - Le projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars du président Biden a été adopté samedi par un Sénat profondément divisé, alors que les démocrates ont mis en œuvre un plan d'aide en cas de pandémie qui comprend une augmentation extraordinaire des dépenses de filet de sécurité dans le plus grand effort de lutte contre la pauvreté depuis une génération.

La session a été paralysée pendant la majeure partie de vendredi alors que les démocrates ont négocié avec le sénateur Joe Manchin III de Virginie-Occidentale, un hold-out modéré, pour réduire les allocations de chômage afin que la mesure puisse se poursuivre. Ensuite, les sénateurs se sont précipités du jour au lendemain par une série de votes d'amendements rapides alors que les républicains bombardaient les démocrates d'amendements politiquement chargés. Le processus a duré bien après le lever du soleil samedi et le vote sur le projet de loi a eu lieu peu avant 12h30. Un Sénat groggy et aux yeux troubles a approuvé le paquet 50 à 49, avec un républicain absent: le sénateur Dan Sullivan de l'Alaska, qui est retourné dans son état vendredi pour les funérailles de son beau-père.

Le programme d'aide en cas de pandémie cherche à la fois à réduire la pandémie de coronavirus, à stimuler la morosité de l'économie et à protéger les personnes les plus nécessiteuses en son sein. Les républicains ont voté à l'unanimité contre et l'ont assailli comme inutile et inabordable. Le projet de loi doit être renvoyé à la Chambre avant de se rendre au bureau de M. Biden pour être promulgué, et les démocrates s’empressent de lui faire parvenir le projet de loi à temps afin d’éviter que les allocations de chômage ne commencent le 14 mars.

Intitulé American Rescue Plan, il s’agit de la première grande initiative législative de la présidence de M. Biden. Cela injecterait de grandes quantités de ressources fédérales dans l'économie, y compris des paiements directs allant jusqu'à 1400 dollars pour des centaines de millions d'Américains, une aide au chômage de 300 dollars par semaine pour durer tout l'été, de l'argent pour la distribution de vaccins contre le coronavirus et des secours pour les États, les villes, écoles et petites entreprises en difficulté pendant la pandémie.

Au-delà de l'aide immédiate, elle aurait également un effet énorme sur la pauvreté aux États-Unis. Cela réduirait potentiellement de moitié la pauvreté des enfants, grâce à une augmentation généreuse des crédits d'impôt pour les Américains avec enfants, à une augmentation des subventions pour la garde d'enfants, à un élargissement de l'admissibilité en vertu de la Loi sur les soins abordables et à une expansion des bons alimentaires et de l'aide au loyer.

Son coût époustouflant est tout juste inférieur à la mesure de relance de 2,2 billions de dollars qui est entrée en vigueur en mars dernier, alors que l'impact dévastateur sur la santé publique et l'économie de la crise des coronavirus commençait à peine à se faire sentir. C'est le sixième d'une série de projets de loi de dépenses importants que le Congrès a promulgués depuis lors, et le seul à passer sans soutien bipartisan, bien qu'il soit largement populaire auprès des membres des deux partis en dehors de Washington.

"Aujourd'hui, je peux dire que nous avons fait un pas de plus en avant pour tenir cette promesse, que l'aide est en route", a déclaré M. Biden dans une allocution à la Maison Blanche. "Ce n’était pas toujours joli, mais c’était si désespérément nécessaire, urgent."

Pourtant, avec les démocrates nouvellement au contrôle des deux chambres du Congrès et M. Biden entamant sa première poussée législative majeure, le vote de la ligne du parti était un indicateur précoce de l'opposition républicaine qui menaçait le programme du nouveau président dans un Sénat 50-50.

Vidéotranscription

Retourtranscription

Le Sénat adopte de peu le plan de secours en cas de pandémie de Biden

Le Sénat a adopté samedi le projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars du président Biden, avec un vote de 50 contre 49. Le paquet doit maintenant revenir à la Chambre avant d'être signé dans la loi."La pandémie a affecté presque tous les aspects de la vie américaine, de sorte que ce projet de loi couvre toute la gamme et fournit un soutien à toutes les régions de notre pays. Pour les Américains qui doutent que le gouvernement puisse les aider en cette période de crise, vous obtiendrez des chèques directs. Vos écoles recevront une aide pour rouvrir rapidement et en toute sécurité. Vos entreprises locales auront une autre bouée de sauvetage. Et le jour où vous recevrez le vaccin sera beaucoup plus tôt. Le plan de sauvetage américain sera considéré comme l'un des efforts de rétablissement fédéraux les plus radicaux de l'histoire. Notre travail en ce moment est d'aider notre pays à passer de ce présent orageux à cet avenir plein d'espoir. Et cela commence par un vote "oui" sur la législation dont nous sommes saisis. Votez "oui" au plan de sauvetage américain. " "Les électeurs ont donné aux démocrates du Sénat la majorité la plus mince possible. Les électeurs ont choisi un président qui a promis l'unité et le bipartisme. La réponse des démocrates est de faire adopter ce qu’ils appellent, c’est-à-dire "la législation nationale la plus progressiste depuis une génération", à une majorité infime dans les deux chambres. Nous aurions pu travailler ensemble pour accélérer la victoire, mais nos collègues démocrates ont pris une décision. Leur priorité absolue n’était pas le secours en cas de pandémie. C'était leur souhait à Washington - une liste de souhaits. Alors, Monsieur le Président et chers collègues, je recommande vivement un vote "non". " "Les oui sont 50. Les non sont 49. Le projet de loi tel qu'amendé est adopté."

Le Sénat a adopté samedi le projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars du président Biden, avec un vote de 50 contre 49. Le paquet doit maintenant retourner à la Chambre avant d'être signé dans la loi.CreditCredit ... Erin Schaff / The New York TimesLe Sénat a adopté samedi sa version du plan de sauvetage américain de 1,9 billion de dollars. Le projet de loi sur les secours en cas de pandémie revient maintenant à la Chambre des représentants, qui doit approuver les modifications du Sénat avant de pouvoir aller au bureau du président Biden. Voici quelques réponses à quelques questions fréquemment posées.

Les paiements de relance s'élèveraient à 1 400 $ pour la plupart des bénéficiaires. Les personnes éligibles recevraient également un paiement identique pour chacun de leurs enfants.

Pour avoir droit à la totalité des 1 400 $, une personne seule aurait besoin d'un revenu brut rajusté de 75 000 $ ou moins. Pour les chefs de famille, le revenu brut ajusté devrait être de 112 500 dollars ou moins, et pour les couples mariés déclarant conjointement, ce nombre devrait être de 150 000 dollars ou moins.

Si vous recevez déjà des prestations de chômage, les paiements seraient généralement prolongés de 25 semaines supplémentaires, jusqu'au 6 septembre. La prestation supplémentaire hebdomadaire, qui s'ajoute à vos prestations régulières, restera de 300 $ mais courra jusqu'au 6 septembre.

Bien que les prestations de chômage soient imposables, la nouvelle loi rendrait les premiers 10 200 $ de prestations non imposables pour les personnes dont le revenu est inférieur à 150 000 $. Cela s'applique uniquement à 2020.

L'achat d'une assurance par le biais du programme gouvernemental connu sous le nom de COBRA deviendrait temporairement beaucoup moins cher.

COBRA, pour le Consolidated Omnibus Budget Reconciliation Act, permet généralement à une personne qui perd un emploi d'acheter une couverture via l'ancien employeur. Mais c’est cher.

En vertu du projet de loi de secours, le gouvernement paierait la totalité de la prime COBRA du 1er avril au 30 septembre.

Une personne qui se qualifiait pour une nouvelle assurance maladie d'employeur ailleurs avant le 30 septembre perdrait son admissibilité à la couverture sans frais. Et quelqu'un qui quittait volontairement son emploi ne serait pas non plus éligible.

Le pape François, 84 ans, a rencontré samedi dans la ville sainte de Nadjaf le plus vénéré religieux chiite d'Irak, le grand ayatollah Ali al-Sistani, 90 ans.Ni le pape François ni le religieux chiite le plus vénéré et le plus puissant d'Irak, le grand ayatollah Ali al-Sistani deuxième jour du voyage historique du pape au de campagne.

Francis est vacciné, tout comme son entourage. L'ayatollah Sistani ne l'est pas. Son bureau a déclaré qu'il pensait que la vaccination était autorisée sur le plan religieux, mais qu'il ne voulait pas sauter devant les autres.

Même avant l'arrivée du pape à Bagdad vendredi, les experts en santé publique s'étaient inquiétés du signal que ses apparitions enverraient, et craignaient pour les foules de chrétiens qu'il attirerait, les personnes mêmes que son voyage est censé consoler et renforcer après des années de persécution après des années de persécution. l'invasion américaine en 2003.

Mais l’objectif de François - améliorer la situation sécuritaire des chrétiens et des autres minorités religieuses du pays - l’a emporté sur toute hésitation du Vatican sur les risques que le voyage posait soit sur la pandémie, soit sur la sécurité du pape. Il y a eu de récents attentats-suicides à Bagdad, des attaques à la roquette contre les forces de la coalition dirigée par les États-Unis et des frappes aériennes de représailles par l'administration Biden.

De Najaf, François s'est rendu aux ruines d'Ur, l'une des plus anciennes civilisations du monde, et a assisté à un service interconfessionnel en plein air, avec des chaises soigneusement espacées.

Plus tard samedi, François a prononcé un sermon dans une cathédrale bondée de Bagdad, où la plupart des membres de la congrégation portaient des masques, bien que la chorale ne le fasse pas.

Le voyage de trois jours du pape a soulevé des inquiétudes plus larges selon lesquelles il pourrait aggraver un récent pic de cas de coronavirus en Irak en attirant des foules. Peu d'Irakiens ont été vaccinés contre le virus et la distanciation sociale est largement ignorée.

"Il y a cette inquiétude que la visite du pape ne mette pas la santé de la population en danger - cela est évident", a déclaré le révérend Antonio Spadaro, prêtre jésuite et proche allié de François. "Il y a une prise de conscience du problème."

Un pasteur catholique recevant la première dose d'un vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19 à Chicago en décembre ... Charles Rex Arbogast d'autres dirigeants catholiques disent maintenant que la prise de tout vaccin est cruciale pour arrêter la propagation du virus.

Les évêques avaient fait état de préoccupations concernant l’utilisation de cellules avec une connexion à distance à l’avortement, bien qu’ils aient réitéré la déclaration du Vatican en décembre selon laquelle il est "moralement acceptable" que les catholiques reçoivent des vaccins contre le coronavirus.

Vendredi, un groupe d'éminents universitaires catholiques anti-avortement a déclaré dans un communiqué que les personnes qui se font vacciner contre Johnson & Johnson ne devraient pas être amenées à penser qu'elles prennent un vaccin "plus entaché moralement" que les deux autres choix.

Et jeudi, l'archidiocèse de Boston a qualifié "d'urgence de faire vacciner autant de personnes que possible". L'archidiocèse a déclaré dans une déclaration écrite qu'il est du devoir de sauver des vies à chaque occasion, en particulier lorsque le virus met en danger tant de personnes.

"Nous avons une obligation morale de sauver des vies, de soutenir la santé publique et de contribuer au bien commun", indique le communiqué.

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis avait précédemment établi une distinction morale subtile entre les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna - qui utilisaient une lignée cellulaire dérivée de l'avortement uniquement pour tester l'efficacité des vaccins - et ceux produits par Johnson & Johnson, qui utilisaient un avortement. -lignée cellulaire dérivée non seulement dans les tests mais aussi dans le développement et la production, ce qui soulève "des préoccupations morales supplémentaires", ont déclaré les évêques.

L'archidiocèse de la Nouvelle-Orléans et le diocèse catholique romain de Burlington, dans le Vermont, ont qualifié le vaccin Johnson & Johnson de "moralement compromis" dans des déclarations récentes, et ont conseillé aux catholiques de choisir le coup de feu Pfizer ou Moderna sur Johnson & Johnson s'ils ont un option.

À Boston, l'archidiocèse a souligné que l'Église devrait "toujours s'opposer à l'avortement". Mais il a noté que le vaccin Johnson & Johnson peut être transporté et stocké plus facilement et ne nécessite qu'une seule injection, ce qui encouragera "un accès efficace et équitable à la vaccination".

Selon le magazine Science, des cellules dérivées de fœtus humains prélevés sur des avortements électifs qui ont eu lieu il y a des décennies sont utilisées dans la recherche et la fabrication de vaccins depuis les années 1960. Les vaccins qui reposent sur des lignées cellulaires dérivées de tissus fœtaux comprennent également ceux contre la rubéole, la varicelle et l'hépatite A.

Selon la doctrine catholique romaine, tout avortement qui n’a pas pour but de sauver la vie de la mère est immoral. Mais le Vatican dit que le lien entre les vaccins et l'avortement est lointain et a souligné le "grave danger" de la pandémie.

Les universitaires catholiques - dont Ryan T. Anderson, président du Centre d'éthique et de politique publique; Le professeur Robert P. George de l'Université de Princeton et le professeur O. Carter Snead de l'Université de Notre-Dame - ont déclaré dans un communiqué que la lignée cellulaire utilisée pour la recherche scientifique ne contient les restes d'aucun être humain. Son utilisation ne "montre pas un manque de respect pour les restes humains, pas plus que l'utilisation contemporaine de produits", ont écrit les chercheurs, "comme les routes ou les lignes de train, qui ont été construites par des êtres humains injustement réduits en esclavage, ou l'utilisation de terres injustement prises. manque de respect pour ces victimes dans un passé lointain.

Les personnes ayant accès à ces vaccins, ont-ils écrit, ont de formidables raisons morales de les prendre.

Vidéotranscription

Retourtranscription

Le Dalaï Lama reçoit son premier vaccin contre le Covid-19

Le Dalaï Lama, le chef spirituel tibétain, a reçu sa première dose du vaccin contre le coronavirus Oxford-AstraZeneca samedi, à Dharamsala, en Inde. Il a exhorté les autres à "avoir le courage" de se faire vacciner.Afin d'éviter certains problèmes graves, cette injection est très, très utile. Très bien. Donc, ces autres patients devraient également recevoir cette injection. Je veux partager: Plus de gens, ils devraient avoir le courage de prendre cette injection.

Le Dalaï Lama, le chef spirituel tibétain, a reçu sa première dose du vaccin contre le coronavirus Oxford-AstraZeneca samedi, à Dharamsala, en Inde. Il a exhorté les autres à "avoir le courage" de se faire vacciner.CreditCredit ... Bureau de presse du Dalaï Lama le chef spirituel tibétain, a reçu samedi sa première injection du vaccin Oxford-AstraZeneca dans la ville de Dharamsala, dans le nord de l'Inde.

Il a profité de ce moment pour encourager également les gens à prendre le vaccin, affirmant que cela éviterait "un problème grave".

"Cette injection est très, très utile", a déclaré le jeune homme de 85 ans, un leader du bouddhisme tibétain, dans un message vidéo après l'inoculation, indiquant qu'il espérait que son exemple inspirerait plus de gens à "avoir le courage" de se faire vacciner. pour le "plus grand bénéfice".

Le dalaï-lama a reçu la balle dans un hôpital de Dharamsala, qui a servi de siège au gouvernement tibétain en exil pendant plus de 50 ans après un soulèvement raté contre la domination chinoise.

L’Inde a accueilli des réfugiés tibétains depuis l’exode du Dalaï Lama en 1959, à la condition qu’ils ne protestent pas contre le gouvernement chinois sur le sol indien. La Chine considère le dirigeant tibétain comme un dangereux séparatiste, une affirmation qu'il nie.

Des vidéos ont montré le chef spirituel conduit à l'hôpital et ses disciples, qui étaient masqués, alignés des deux côtés de la route, les mains jointes et la tête baissée en agitant la main.

Le Dr GD Gupta, un fonctionnaire de l'hôpital où le vaccin a été administré, a déclaré que le chef spirituel "s'était porté volontaire pour venir à l'hôpital" et que 10 autres personnes vivant dans sa résidence avaient également reçu le vaccin Covishield, développé par AstraZeneca et Université d'Oxford et fabriqué par le Serum Institute of India.

Samedi, l'Inde comptait plus de 11,1 millions de cas confirmés et le troisième plus grand nombre de décès par virus au monde, après les États-Unis et le Brésil, avec 157656 décès, selon une base de données du New York Times. L'Inde a commencé sa campagne nationale de vaccination à la mi-janvier avec les agents de santé et les agents de première ligne.

Le pays a récemment élargi l'admissibilité aux personnes âgées et aux personnes souffrant de problèmes de santé qui les mettent en danger, mais la campagne ambitieuse de vaccination de sa vaste population a été lente.

Le gouverneur de l'Alabama, Kay Ivey Alabama, mercredi.Credit ... Jake Crandall / The Montgomery Advertiser au cours de ses quatre années au pouvoir, être une républicaine du Sud conformiste et fiable, avec un historique de défense de l'ancien président Donald J.Trump, du deuxième amendement et des monuments de la Confédération.

Mais cette semaine, Mme Ivey, une vétérane de la politique du Sud âgée de 76 ans, a démontré une série de non-conformités prononcées sur la question émotionnellement chargée du port de masque pendant la pandémie de coronavirus. Contre la pression de ses compatriotes républicains de l'Alabama, Mme Ivey a déclaré jeudi qu'elle prolongerait le mandat du masque de l'État jusqu'au 9 avril, alors même que les gouverneurs républicains du Texas et du Mississippi ont levé ces exigences au nom de la liberté personnelle.

"Nous devons dépasser Pâques et, espérons-le a déclaré Mme Ivey lors d'une conférence de presse. "Mes amis, nous n'en sommes pas encore là, mais Dieu sait que nous nous rapprochons."

Les partisans de Mme Ivey disent que cette décision est enracinée dans son approche pratique de la gouvernance, bien qu'ils reconnaissent également que cela pourrait créer des vulnérabilités primaires pour elle si elle se présente à la réélection l'année prochaine dans un État profondément conservateur, en particulier depuis que le président Biden a a intensifié la partisanerie sur la question, fustigeant les gouverneurs du Texas et du Mississippi pour leur "pensée néandertalienne".

Rien de tout cela n'a semblé effrayer la gouverneure depuis qu'elle a émis le mandat de masque pour la première fois en juillet, et elle a insisté sur le fait que ses mesures reposaient sur une analyse approfondie et scientifique d'une pandémie qui a coûté la vie à plus de 10000 personnes en Alabama.

"Maintenant, je n'essaie pas d'être le gouverneur Meemaw, comme certains sur les réseaux sociaux m'ont appelé", a déclaré Mme Ivey lorsqu'elle a prolongé l'ordonnance en décembre. "J'essaie simplement de vous exhorter à utiliser le bon sens que le Bon Dieu a donné à chacun de nous pour être intelligent et attentionné envers les autres."

Un beau-frère bien-aimé: Hector Elfante Jr. de Readington, N.J., est décédé le 6 mai 2020. Crédit ... Un Américain sur 670 est mort du virus. Des millions d'Américains s'adaptent à une nouvelle réalité sans leurs proches, ce qui aurait été inimaginable il y a seulement un an.

Pour les endeuillés, tout comme ils sont pris au piège de la pandémie, ils sont pris au piège de leur chagrin.

Les jeunes ont perdu les vieux - des parents et des grands-parents qui auraient pu vivre des décennies de plus.

Fini leur présence aimante, leur sagesse, leur réconfort.

Les parents de Cathrine Solomon, Antonio et Estelita Solomon, de Queens, New York, sont décédés le 26 mars et le 10 avril 2020. "Ma mère et mon père m'appellent, ils me dérangent, leur voix me manque", dit-elle. "J'écoute toujours les messages vocaux que j'ai d'eux sur mon téléphone. "Où allons-nous sortir pour manger ?" "Allez-vous venir ? Tu me manques.'"

Plus de la moitié des décès sont survenus depuis novembre, et pour de nombreuses personnes, le chagrin est d'une fraîcheur douloureuse.

Début mars, les Américains faisaient la queue dans les 50 États pour se faire vacciner. Les décès à travers le pays ont ralenti. Il y a de l'espoir que la pandémie a finalement relâché son emprise. Mais pour ceux qui ont perdu quelqu'un, leur propre vie est définitivement redessinée.

Nous avons parlé aux personnes confrontées à la douleur incommensurable de la perte.

Le cimetière de Viola Formosa à Sao Paulo, au Brésil, jeudi, lorsque le pays a signalé que les décès quotidiens avaient atteint un record de 1 910. Plus de 260000 personnes sont mortes du virus au Brésil. Crédit ... Fernando Bizerra Jr / EPA, via ShutterstockLes Brésiliens meurent en nombre record de Covid-19. Les unités de soins intensifs dans un nombre croissant de villes sont à pleine capacité ou presque, car des variantes plus contagieuses font augmenter les cas. Les personnes âgées ont commencé à dormir à l’extérieur des centres de vaccination dans l’espoir de se faire vacciner grâce à l’approvisionnement limité du pays.

Mais ce n'est pas le moment de nouvelles restrictions sur les entreprises et le transit, a déclaré cette semaine le président Jair Bolsonaro avec défi. Au lieu de cela, son gouvernement place un immense espoir dans un spray nasal expérimental, en cours de développement en Israël pour traiter les patients gravement malades de Covid-19, que le président a qualifié de "produit miraculeux".

Samedi, le ministre des Affaires étrangères Ernesto Araújo doit se rendre en Israël pour rencontrer les scientifiques qui développent le spray, qui n'a subi que des tests préliminaires et n'est pas utilisé dans les soins de routine aux patients. Le gouvernement de M. Bolsonaro a annoncé son intention de le tester sur des patients gravement malades au Brésil, où plus de 260000 personnes sont décédées du virus et où les décès quotidiens ont atteint un record de 1 910 jeudi.

Les experts de la santé considèrent la poursuite par le gouvernement d'un remède non prouvé comme le dernier d'une série de faux pas qui ont fait du Brésil un récit édifiant de pandémie et un terrain fertile pour des variantes plus contagieuses.

La campagne de vaccination contre le Covid-19 au Brésil a démarré lentement et de manière chaotique car le gouvernement a tardé à négocier l’accès aux vaccins, dont la sécurité et l’efficacité ont été remises en question par M. Bolsonaro.

Mercredi, le président a cherché à rassurer les Brésiliens sur le fait que l'aide était en route en annonçant que son administration avait l'intention de signer un protocole d'accord en Israël pour tester le spray nasal, qui, selon lui, pourrait émerger comme "la vraie solution pour traiter Covid".

Les scientifiques israéliens qui développent le spray nasal disent qu’il est trop tôt pour dire s’il va changer la donne en cas de pandémie.

Le médicament, appelé EXO-CD24, vise à prévenir les "tempêtes de cytokines", qui écrasent les réponses du système immunitaire au Covid-19 qui peuvent provoquer une inflammation grave des poumons, une défaillance des organes et parfois la mort.

L’épidémie au Brésil, parmi les pires au monde, est devenue une source de préoccupation mondiale, car de nouvelles variantes plus contagieuses sont devenues dominantes dans une grande partie du pays. Les scientifiques affirment qu'il existe des preuves inquiétantes que les variantes peuvent rendre les réinfections plus probables et ils étudient de toute urgence si ces variantes réduisent l'efficacité des vaccins.

Vendredi, des responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont qualifié la flambée de cas au Brésil de profondément troublante et ont averti qu’elle pourrait faire des ravages bien au-delà des frontières du pays.

Un agent immobilier partageant un désinfectant pour les mains avec un client après une visite dans une maison à vendre à Montréal en juin.Crédit ... Christinne Muschi Evan Siddall, a présenté des excuses inhabituelles sur Twitter cette semaine, reconnaissant que l'agence fédérale avait commis une erreur l'année dernière en prévoyant que l'effondrement économique induit par la pandémie pourrait faire chuter les prix des logements d'autant. comme 18 pour cent.

Au lieu de cela, le Canada se demande à nouveau si la majeure partie du pays est dans une bulle immobilière qui éclatera bientôt.

À Vancouver le mois dernier, le prix de référence des maisons individuelles a augmenté de 13,7% par rapport à l'année précédente, atteignant 1,6 million de dollars canadiens. Dans la région de Toronto, le prix de vente moyen des maisons individuelles a augmenté de 23,1% au cours de la même période, et un prix composite qui comprend tous les types de logements a dépassé 1 million de dollars canadiens.

Un marché de vendeurs prévaut dans de nombreuses régions du pays, même en période de détresse économique pour beaucoup.

À Toronto cette semaine, un garage pour une voiture délabré s'est vendu en trois jours pour 729 000 dollars canadiens, sa valeur étant le terrain en dessous.

Mais la pandémie n’a pas commencé de cette façon. M. Siddall a noté dans ses tweets que le marché immobilier s'était fortement contracté au cours des premiers mois de la crise sanitaire.

"Les temps étaient incertains et j’avais le sentiment qu’un avertissement sur les prix des logements était responsable", a-t-il écrit à propos de la prudence de l’année dernière.

About a quarter of Canadians were on emergency income support after their jobs were suspended because of shutdowns to curb the spread of the virus, and large numbers of Canadians were deferring their mortgage payments. Mr. Siddall’s agency had stepped in to buy 150 billion dollars in mortgage securities to keep the market afloat. And on top of that, prices in many places were, in Mr. Siddall’s view, already unsustainable.

A new report from his agency shows why, despite those factors

And when the market nearly shut down early in the pandemic, the report found, it created pent-up demand that meant buyers soon outnumbered sellers on the market in many regions

A child tossed a surgical mask into a fire during a protest at the Idaho Statehouse in Boise, Idaho.Credit...Nathan Howard videos show, in a state that has never had a statewide mask mandate.

“Destroy them ! Feed them to the fire ! We don’t want them in our world anymore ! ” young children are heard shouting as they grab handfuls of surgical and cloth masks and toss them into a barrel of flames. Adults in the background cheer them on.

Gov. Brad Little, a Republican, has resisted a mask mandate in Idaho, despite research showing mask mandates are linked to fewer infections and Covid-19 deaths in counties across the United States. Conservative lawmakers in the state have nonetheless pushed legislation banning any such measures

The videos, taken by a Oregon Public Broadcasting reporter and a New York Times contributor, Sergio Olmos, show about 100 people on the steps of the state capitol building.

In one video, several children not much taller than the burning barrel itself approach to drop in masks. “Here fire, you hungry ?” says one child. In another video, police officers approaching a woman about a fire are repeatedly told to back off. “Leave her alone ! ” protesters call out. Idaho State Police said in a statement that open flames were not allowed on State Capitol grounds and that the incident was under review.

The demonstrations were in part organized by Darr Moon, the husband of Dorothy Moon, an Idaho State representative.

In a video posted to YouTube on Friday, Ms. Moon, along with another state representative, Heather Scott, called the demonstrations a “grass-roots project that we have become aware of and fully support.”

Ms. Moon claimed in the video that the state has a low caseload that doesn’t justify protective measures. A total of 1,880 people in Idaho have died from the coronavirus, according to a New York Times database.