• Les jeunes sont confrontés à des perturbations de l'éducation et des opportunités d'emploi et à des taux de chômage élevés en raison de la pandémie COVID-19
  • Investir dans les jeunes pour aider à lutter contre les pénuries de compétences pourrait fournir un moyen à l'épreuve du temps de se remettre des impacts économiques du COVID-19
  • Les programmes de création d'emplois et de formation pour les jeunes doivent s'attaquer aux conséquences immédiates et aux défis systémiques à long terme auxquels sont confrontés les jeunes, notamment le changement climatique et les inégalités

La pandémie COVID-19 a bouleversé et mis à nu les inégalités dans nos systèmes économiques et sociaux mondiaux. Il a montré clairement que certaines des populations les plus vulnérables et des professions sous-évaluées de notre société sont non seulement les plus durement touchées en temps de crise, mais aussi celles sur lesquelles nous comptons le plus.

Partout dans le monde, la pandémie a eu un impact particulièrement grave sur l'emploi des jeunes en raison des perturbations de l'éducation, des licenciements et des pertes de revenus et de l'augmentation des obstacles à l'entrée sur le marché du travail. Pour les jeunes qui poursuivent encore des études, la pandémie entraînera probablement de nouvelles inégalités sans précédent après l'obtention de leur diplôme.

COVID-19: Investir dans la jeunesse assurera la pérennité de l'économie

Il y a plus de jeunes dans le monde que jamais auparavant et ils sont des membres essentiels de la société mondiale qui font avancer les idées, les innovations et les mouvements. Les jeunes sont également aux premières lignes d'autres transformations économiques majeures dans l'économie mondiale, notamment la numérisation, l'automatisation, l'action climatique et autres. Nous croyons en l'opportunité d'une grande réinitialisation - notre société a la capacité de relever ce défi. Si nous saisissons cela, tout comme nous l’avons fait au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, nous savons qu’une économie mondiale meilleure, plus équitable, plus compatissante et prospère est possible.

Les chiffres sur l'emploi des jeunes sont en

Selon le Rapport sur les perspectives des risques COVID-1949,3% des experts seniors en risques estiment que les niveaux élevés de chômage structurel, en particulier chez les jeunes, sont l'une des conséquences les plus probables de la pandémie; 43,8% pensent qu'il s'agit d'un domaine de grande préoccupation à l'échelle mondiale.

La récente enquête de l'OIT sur le chômage des jeunes révèle également que les jeunes du monde entier ont été durement et de manière disproportionnée affectés par la crise du COVID-19, en particulier les jeunes femmes. Plus d'un jeune sur six est sans travail en raison de la pandémie. Parallèlement, 178 millions de jeunes sont employés dans des secteurs qui ont été durement touchés par la pandémie et sont menacés de licenciements et 131 millions de ces jeunes sont employés de manière informelle.

L'enquête révèle également que les jeunes femmes sont «plus susceptibles de rencontrer des défis importants en combinant leur emploi avec une augmentation du travail de soins non rémunéré». En outre, pour de nombreuses jeunes femmes qui sont déjà confrontées à diverses formes de marginalisation économique, il pourrait y avoir des problèmes aggravants ou la privation de leurs droits.

Preuve des compétences pour l'avenir du travail

Au-delà de la pandémie COVID-19, nous sommes confrontés à l'un des plus grands défis de main-d'œuvre du 21e siècle: le déficit de compétences des jeunes travailleurs dans l'économie mondiale. La mise à l'épreuve des compétences sera essentielle car la vitesse du changement et les perturbations continuent de transformer l'avenir du travail. Des mécanismes pragmatiques et efficaces seront nécessaires pour créer de nouvelles opportunités qui répondent à l'évolution des contextes et des demandes technologiques et économiques.

Comme le dernier Rapport sur les emplois de demain D'après les notes du Forum économique mondial, la demande de facteurs numériques et humains continuera d'augmenter, ce qui entraînera une demande accrue d'emplois dans l'économie des soins et l'économie verte, en particulier, parmi d'autres groupes de professions. Il est important de veiller à ce que les jeunes soient équipés et habilités à lutter contre les défis de longue date de notre société, en particulier la menace du changement climatique.

Appel à l'action: donner la priorité aux jeunes dans les efforts de reprise économique

Une réponse urgente et globale pour lutter contre le chômage des jeunes pendant le COVID-19 doit être un aspect crucial des stratégies de relance économique des pays. Il s'agit d'une occasion unique de remodeler les fondations de notre économie mondiale, de préparer les jeunes à prospérer dans l'avenir du travail, de générer une nouvelle prospérité généralisée et de jeter les bases d'un monde plus sûr, plus propre, plus vert et plus équitable. Investir et recycler les gens maintenant peut nous aider à les remettre immédiatement au travail tout en bâtissant des économies plus justes, inclusives et résilientes.

Répondre à la pandémie COVID-19 nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires, qui est au centre de la mission du Forum économique mondial en tant qu’Organisation internationale de coopération public-privé.

Depuis son lancement le 11 mars, la plate-forme d’action COVID du Forum a réuni 1667 parties prenantes de 1106 entreprises et organisations pour atténuer le risque et l’impact de l’urgence sanitaire mondiale sans précédent qu'est le COVID-19.

La plateforme est créée avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé et est ouverte à toutes les entreprises et groupes industriels, ainsi qu'à d'autres parties prenantes, dans le but d'intégrer et d'éclairer une action commune.

En tant qu'organisation, le Forum a fait ses preuves en soutenant les efforts visant à contenir les épidémies. En 2017, lors de notre réunion annuelle, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée - réunissant des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. Le CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre ce brin du coronavirus.

À la lumière de cela, Canadian Shapers a écrit une lettre ouverte au gouvernement du Canada exhortant le gouvernement à accélérer les investissements dans la formation et le perfectionnement des jeunes dans le cadre de son programme de rétablissement du COVID-19. Cette initiative Reskill4Recovery, expose la justification de cet investissement et le décompose en trois recommandations:

  • Investir dans des compétences évolutives et essentielles pour les jeunes qui entrent sur le marché du travail et les personnes dont le travail est en transition
  • Investir dans des compétences sectorielles et une formation technique pour résoudre les problèmes les plus urgents auxquels notre société est confrontée, en particulier le changement climatique
  • Investissez immédiatement dans des programmes de création d'emplois

Comme la pandémie du COVID-19 aura des répercussions durables sur les jeunes, de telles actions au niveau de l'État ou au niveau national peuvent aider à faire entendre la voix des jeunes inclusifs. Les jeunes sont essentiels aux efforts de relance économique. Pousser nos institutions nationales à offrir de nouvelles opportunités à ceux qui ont été évincés du marché du travail et à relever les défis systémiques à long terme, comme le changement climatique et les inégalités, est primordial pour la grande réinitialisation.

Licence et republication

Les articles du Forum économique mondial peuvent être republiés conformément à la licence publique internationale Creative Commons Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 et conformément à nos conditions d'utilisation.

Écrit par

Puninda Thind, vice-conservatrice, Toronto Hub,

George Patrick Richard Benson, Global Shaper, Vancouver Hub

Daniela Pico, conservatrice, Toronto Hub

Dominique Souris, co-fondateur et directeur exécutif, Youth Climate Lab

Ana Gonzalez Guerrero, cofondatrice et directrice générale, Youth Climate Lab

Rita Steele, Global Shaper, Vancouver Hub,

Alyssa McDonald, vice-conservatrice, Vancouver Hub,

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur seul et non du Forum économique mondial.