La réticence à se faire vacciner est probablement due aux directives fluctuantes des responsables de la santé au début de la pandémie. Initialement, le CDC a déclaré que les personnes enceintes pouvaient se faire vacciner, mais il ne l'a pas recommandé. En effet, les études initiales sur le vaccin n'incluaient pas intentionnellement les personnes enceintes, bien que certaines participantes soient tombées enceintes au cours des études. Mais tout a changé en été. Fin juillet, deux principales associations d'OBGYN ont apporté leur soutien sans équivoque au vaccin et, en août, le CDC a officiellement recommandé le vaccin après que les études n'ont montré aucun risque accru de fausse couche. Le mois dernier, le CDC a envoyé un appel urgent qui recommandait fortement aux femmes enceintes de se faire vacciner immédiatement. Pourtant, le faible taux de vaccination dans cette population persiste. Et cela se traduit par une augmentation inquiétante des admissions à l'hôpital qui laisse certaines nouvelles mères coincées à l'hôpital et se battent pour leur vie pendant des semaines avant de tenir leurs nouveau-nés. D'autres ne rencontreront jamais leurs bébés. Au moins 180 personnes enceintes sont décédées du Covid depuis le début de la pandémie, avec 22 décès enregistrés rien qu'en août, selon le CDC. Les taux de mortalité parmi ce groupe sont particulièrement inquiétants, étant donné que les taux annuels de mortalité maternelle hors Covid oscillent autour de 700 par an. Plus de 22 500 personnes enceintes ont été hospitalisées avec Covid depuis le début de la pandémie, avec 12% de ces cas entraînant une admission aux soins intensifs, selon les chiffres du CDC. Les perspectives en Angleterre sont encore plus sombres. Un sur cinq des patients Covid les plus gravement malades du pays est une femme enceinte non vaccinée, a déclaré lundi le National Health Service (NHS) dans un communiqué. Les femmes enceintes représentaient près d'un tiers (32 %) de toutes les femmes âgées de 16 à 49 ans sous oxygénation extracorporelle par membrane (ECMO) - une thérapie médicale utilisée uniquement lorsque les poumons d'un patient sont si endommagés qu'un ventilateur ne peut pas maintenir les niveaux d'oxygène, a déclaré le NHS. Ce chiffre était en hausse par rapport à seulement 6% au début de la pandémie. Les chiffres du NHS ont été publiés pour encourager les femmes enceintes à se faire vacciner. La sage-femme en chef d'Angleterre, Jacqueline Dunkley-Bent, a déclaré que les statistiques étaient "un autre rappel brutal que le vaccin Covid-19 peut vous garder, vous, votre bébé et vos proches, en sécurité et hors de l'hôpital".

À l'échelle mondiale, les directives sur le vaccin Covid pour les personnes enceintes et allaitantes varient toujours, 51 pays recommandant explicitement que certaines ou toutes les personnes enceintes reçoivent le vaccin, selon le COMIT Covid-19 Maternal Immunization Tracker. Les vaccins sont autorisés pour les femmes enceintes dans 53 pays et dans 23 autres pays pour les personnes qui sont des agents de santé essentiels ou qui ont des problèmes de santé sous-jacents. Au total, 32 pays ne recommandent pas encore le vaccin pour les femmes enceintes.

Covid-19 : les hésitations vaccinales chez les femmes enceintes entraînent une augmentation des hospitalisations Covid

Pendant ce temps, deux études de chercheurs aux États-Unis et en Belgique suggèrent que l'incidence de Covid chez les enfants semble être comparable à celle chez les adultes. Cela conduit les responsables de la santé publique à considérer le message concernant les stratégies de vaccination pour les enfants alors que le déploiement s'étend aux populations plus jeunes.

Tu as demandÉ. nous avons rÉpondu.

Q : Les vaccins Covid affectent-ils la grossesse, la fertilité ou les règles ?

UNE : Il y a beaucoup de fausses informations qui circulent autour de l'affirmation selon laquelle les vaccins provoquent des fausses couches et affectent la fertilité. Mais ils ne sont pas étayés par des preuves scientifiques. Deux études publiées en septembre montrent que les vaccins Covid n'augmentent pas le risque de fausse couche. Les chercheurs du CDC ont étudié les données de plus de 2 000 femmes enceintes qui ont été vaccinées. Ils n'ont trouvé aucun risque plus élevé dans ce groupe que pour les femmes enceintes en général. Les fausses couches sont courantes – entre 11 % et 22 % de toutes les grossesses reconnues se terminent par des fausses couches avant 20 semaines de gestation, ont-ils déclaré. Ce taux n'a pas augmenté parmi les vaccinés, selon les chercheurs.

Il existe des preuves que la réponse immunitaire provoquée par les vaccins et les infections virales peut affecter temporairement les cycles menstruels. Il est donc important d'étudier ces effets pour atténuer les craintes, selon le Dr Victoria Male, spécialiste de la reproduction à l'Imperial College de Londres. "L'hésitation des jeunes femmes aux vaccins est largement motivée par de fausses affirmations selon lesquelles les vaccins Covid-19 pourraient nuire à leurs chances de grossesse future", a écrit Male dans le British Medical Journal le mois dernier. "Le fait de ne pas enquêter de manière approfondie sur les rapports de changements menstruels après la vaccination est susceptible d'alimenter ces craintes", a-t-elle ajouté.

"La plupart des personnes qui signalent un changement dans leurs règles après la vaccination constatent qu'elles reviennent à la normale le cycle suivant et, surtout, il n'y a aucune preuve que la vaccination Covid-19 affecte négativement la fertilité", a déclaré Male.

Êtes-vous un travailleur de la santé qui lutte contre le Covid-19 ?: +1 347-322-0415.

Lectures de la semaine

Des échantillons de la banque de sang chinoise fourniront des "indices vitaux" sur les origines de la pandémie

La Chine se prépare à tester des dizaines de milliers d'échantillons de banques de sang de la ville de Wuhan dans le cadre d'une enquête sur les origines de Covid-19, selon un responsable chinois, écrit Nick Paton Walsh. Cette décision intervient au milieu d'appels croissants à la transparence sur l'émergence du virus. Le magasin pouvant contenir jusqu'à 200 000 échantillons, y compris ceux des derniers mois de 2019, a été identifié en février de cette année par le panel d'enquêteurs de l'Organisation mondiale de la santé comme une source possible d'informations qui pourrait aider à déterminer quand et où le virus a traversé pour la première fois l'homme..

Les écoles britanniques sont le nouveau champ de bataille de la guerre de désinformation de Covid

Les efforts de désinformation sur les vaccins ciblant les enfants et leurs parents se sont rendus au Royaume-Uni, le déploiement des vaccinations contre Covid pour les enfants ouvrant un nouveau front dans la lutte contre la désinformation, écrit Laura Smith-Spark. Le mois dernier, le gouvernement britannique a annoncé qu'il étendrait les vaccinations aux enfants âgés de 12 à 15 ans, dans l'espoir que la mesure protégerait les enfants d'attraper le virus, réduirait la transmission dans les écoles et limiterait les perturbations de leur éducation. Parallèlement à cette annonce, les militants anti-vax, qui ont manifesté jusqu'aux portes des écoles. Dans une école du centre de l'Angleterre, un directeur a dû impliquer la police après avoir reçu des "messages abusifs et menaçants" de militants qui avaient collé des affiches accusant l'école de "traiter les enfants comme des animaux de laboratoire".

Alors que les parents au Royaume-Uni doivent généralement autoriser la vaccination des enfants de moins de 16 ans, les enfants peuvent passer outre les parents hésitants à se faire vacciner si un clinicien les considère "compétents" pour le faire, a déclaré le gouvernement.

Sydney est sortie de sa "grotte"

Pour la première année de la pandémie, l'Australie a été l'un des rares grands pays à contrôler avec succès le virus grâce à des restrictions strictes aux frontières, une quarantaine obligatoire et des blocages temporaires. Mais en juin, une épidémie de Delta à Sydney s'est rapidement propagée à l'État voisin de Victoria et au Territoire de la capitale australienne (ACT). Les retards dans le déploiement de la vaccination dans le pays, en partie dus à la faiblesse des approvisionnements, ont rendu la population vulnérable, obligeant les autorités à imposer des fermetures locales.

Lundi, des habitants de Sydney entièrement vaccinés, qui représentent plus de 70% des adultes de la ville, sont sortis de leur soi-disant "grotte", retrouvant leurs proches dans des maisons de soins infirmiers et retournant dans les restaurants, les bars et les gymnases. Mais toute cette liberté durement gagnée aura un coût, écrit Ben Westcott, la modélisation nationale suggérant que Sydney verra des milliers de nouvelles infections et des décès inévitables. Ce qui se passera ensuite sera critique pour la ville et l'Australie dans son ensemble. D'autres pays de la région surveillent également de près pour voir si Sydney peut réussir à maintenir le nombre de cas et de décès suffisamment bas pour éviter de submerger les hôpitaux, tout en permettant aux affaires de reprendre et aux gens de continuer leur vie.

Conseil supÉrieur

L'allaitement maternel pourrait aider à protéger les nourrissons de la maladie

La recherche a montré que la plupart des personnes enceintes qui ont reçu les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna transmettaient des anticorps protecteurs à leurs nouveau-nés par le placenta, et les femmes allaitantes pourraient transmettre des anticorps à leurs bébés par le lait maternel. Cependant, davantage de données sont nécessaires pour déterminer la protection que ces anticorps peuvent apporter au bébé.

Il s'avère que la façon dont les options sont présentées pour nous, que ce soit sur les menus des restaurants ou sur les formulaires gouvernementaux, a un impact significatif sur les choix que nous faisons. le Dr Sanjay Gupta, plonge dans la science derrière la théorie du nudge avec l'ancienne experte du nudge de la Maison Blanche Maya Shankar, et examine une action qui peut aider à lutter contre Covid-19. ÉCOUTE MAINTENANT.