Les autorités sanitaires mondiales luttent pour éviter que la pandémie de COVID-19 n'ait de graves conséquences sur la santé des femmes, avec des pics de violence domestique et de mortalité maternelle prévus car les femmes perdent l'accès aux services de santé vitaux et au soutien social.

Le Dr Natalia Kanem, directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), a averti que l'épidémie de coronavirus a « gravement perturbé » l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR) et de violence sexiste (VBG) « à une époque où les femmes et les filles ont le plus besoin de ces services « .

COVID-19 pourrait avoir des effets sur la santé des femmes, selon l'ONU

Parmi les groupes à risque qu'elle a identifiés, il y a les femmes enceintes qui ont besoin de soins prénatals mais ne savent pas si elles doivent se rendre à une clinique, et les femmes dans des relations abusives prises au piège à la maison pendant l'isolement.

Les données disponibles sur l'impact de COVID-19 sur les femmes enceintes sont actuellement limitées, sans aucune suggestion de sensibilité accrue ou de transmission verticale (mère-enfant).

Cependant, les organisations d'aide travaillant dans ce que l'on appelle les « systèmes de santé faibles » – définis par un taux de mortalité maternelle (TMM) élevé – tirent les leçons de l'épidémie d'Ebola de 2014-2016 au Libéria, en Guinée et en Sierra Leone. Une énorme augmentation du ROR a été enregistrée pendant et après l'épidémie, car les femmes sont restées à l'écart des installations médicales en raison de restrictions de quarantaine ou d'idées fausses sur la transmission du virus, et ont plutôt été contraintes à des accouchements à domicile plus risqués.

En 2015, l'UNFPA prévoyait que l'épidémie causerait 120 000 décès maternels évitables, soit plus de 10 fois le nombre de personnes tuées par la maladie elle-même (soit au total environ 11 310). En outre, les programmes de vaccination contre la tuberculose, la rougeole et la fièvre jaune ont perdu du terrain, les nouvelles mères ayant refusé de se rendre aux rendez-vous postnatals, les taux de fréquentation n'ayant pas pu se rétablir une fois l'épidémie passée.

Préparation et sensibilisation

Le Kanem déclare que la préparation sera essentielle pour faire face aux effets d'entraînement de la pandémie. L'UNFPA fait pression pour le maintien complet des services de santé sexuelle et génésique pendant l'épidémie de COVID-19, qui devraient inclure les soins prénatals et postnatals, l'accès à la contraception moderne et la contraception d'urgence, et l'avortement sûr et les soins post-avortement « dans toute la mesure du possible ». de la loi « dans tous les domaines où les services sont susceptibles d'être affectés. L'organisation s’emploie actuellement à prépositionner des kits de santé reproductive d'urgence dans les zones susceptibles d'être affectées.

Après l'épidémie d'Ebola, les taux de mortalité maternelle en Sierra Leone ont grimpé en flèche, revenant aux sinistres sommets observés lors de la guerre civile de 1991-2002. Le pays a reculé dans le temps – et se bat toujours pour récupérer. En 2015, un agent de santé a déclaré qu'il craignait que l'impact soit « éternel ».

« Nous pensons que les dommages collatéraux de l'épidémie sont plus élevés que les dommages causés par l'épidémie elle-même », a déclaré à l'époque la gynécologue Séverine Caluwaerts de l'Institut de médecine tropicale d'Anvers.

La course est lancée pour s'assurer qu'il n'en va pas de même pour les femmes lorsque tous les effets du COVID-19 deviennent clairs.

Une nouvelle souche de coronavirus, COVID 19, se répand dans le monde, causant des décès et des perturbations majeures de l'économie mondiale.

Répondre à cette crise nécessite une coopération mondiale entre les gouvernements, les organisations internationales et le monde des affaires, qui est au cœur de la mission du Forum économique mondial en tant qu’Organisation internationale de coopération public-privé.

Le Forum a créé la plate-forme d'action COVID, une plate-forme mondiale pour convoquer le monde des affaires pour une action collective, protéger les moyens de subsistance des personnes et faciliter la continuité des affaires, et mobiliser le soutien pour la réponse COVID-19. La plateforme est créée avec le soutien de l'Organisation mondiale de la santé et est ouverte à toutes les entreprises et tous les groupes industriels, ainsi qu'à d'autres parties prenantes, visant à intégrer et à informer l'action commune.

En tant qu'organisation, le Forum a fait ses preuves pour soutenir les efforts visant à contenir les épidémies. En 2017, lors de notre réunion annuelle, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI) a été lancée – réunissant des experts du gouvernement, des entreprises, de la santé, du monde universitaire et de la société civile pour accélérer le développement de vaccins. Le CEPI soutient actuellement la course au développement d'un vaccin contre ce brin du coronavirus.

Licence et republication

Les articles du Forum économique mondial peuvent être republiés conformément à nos conditions d'utilisation.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur seul et non du Forum économique mondial.