Un pasteur Eddie Taylor, 58 ans, au centre, et sa femme, Helen Taylor, 60 ans, à droite, ont fait la queue pour entrer dans un site de vaccination à Houston lundi.Alors que l'admissibilité à la vaccination Covid-19 s'étend rapidement à tous les adultes dans de nombreux États au cours du mois prochain, un nouveau sondage montre une augmentation continue du nombre d'Américains, en particulier d'adultes noirs, qui souhaitent se faire vacciner. Mais il a également constaté que le scepticisme vis-à-vis des vaccins reste obstinément persistant, en particulier parmi les républicains et les chrétiens évangéliques blancs, un problème que l'administration Biden a signalé comme un obstacle à l'immunité collective et au retour à une vie normale.

  • ANNEW 20x Masque FFP2 NR Certifié Norme CE EN149 Masque de Protection Respiratoire Haute Filtration multi Couches Stock France Livraison Rapide 20 pièces
    Masque Certifié CE–ANNEW FFP2 masque est conforme aux normes européennes: EN149: 2001 + A1: 2009, la classification est FFP2 NR. Filtration à multi couches -Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. Confortable et facile à porter -le masque ANNEW à particules présente une forme profilée pour assurer un ajustement ferme, augmentant ainsi le confort et la confiance. Nos masques sont faits de tissus confortables, doux au toucher, donc ils conviennent donc parfaitement aux peaux sensibles. Facile à transporter -Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.
  • U-Kiss 50 pièces KN95 Masques FFP2 Masques Masque respirant et confortable pour bloquer la poussière de pollution atmosphérique (EN149: 2001+ A1: 2009)
    【CLASSE DE PROTECTION FFP2】U-Kiss 50 pièces masques filtrants filtrent l'air inhalé et exhalé et servent ainsi de protection individuelle et externe. Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. 【NORME CE】Testé, certifié et conforme à la règlementation européenne EN149:2001+A1:2009 FFP2 NR. Masque non réutilisable à usage unique. Masque non médical. 【SYSTÈME DE FILTRATION MULTICOUCHE】Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu avec une efficacité de filtration de plus de 95% pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. 【CONFORTABLE ET FACILE À PORTER】Nez Souple Est Conçu Pour Fournir Un Ajustement Personnalisé Afin D'Assurer Une Douce Et Un Ajustement Confortable Pour Réduire L'Irritation De La Peau Tandis Que Les Bandes D'Oreille Extensibles Assurent est confortable à porter 【LIVRAISON RAPIDE】 Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.

À l'heure actuelle, environ 61% des adultes ont reçu leur première dose ou en ont envie d'une, contre 47% en janvier, selon la dernière enquête mensuelle de la Kaiser Family Foundation.

Covid-19 : la confiance dans les vaccins aux États-Unis augmente même si les sceptiques restent, selon une enquête

Le changement a été le plus frappant chez les Noirs américains, dont certains ont déjà exprimé des hésitations, mais qui ont également eu des problèmes d'accès. Depuis février seulement, 14% plus d'adultes noirs ont déclaré qu'ils voulaient ou avaient déjà reçu le vaccin. Dans l'ensemble, les adultes noirs, qui ont également été la cible de campagnes promotionnelles vigoureuses menées par des célébrités, des médecins noirs locaux, des membres du clergé et des responsables de la santé publique, veulent maintenant le vaccin en nombre presque comparable à d'autres groupes démographiques de premier plan: 55%, comparé avec 61% pour les Latinos et 64% pour les Blancs.

L'administration Biden a mis l'équité au centre de sa réponse à la pandémie et a ajouté des sites de vaccination de masse dans plusieurs communautés mal desservies. Début mars, une analyse par le New York Times des informations sur la race et l'ethnicité rapportées par l'État a montré que le taux de vaccination des Noirs aux États-Unis était la moitié de celui des Blancs et que l'écart pour les Hispaniques était encore plus grand.

  • Lot de 50 Masque Chirurgical médical Masque de Protection Masque jetable Type I EN14683, BFE≥95%, 3 Plis ANESTHESIA Ans
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. Standard: YY / T0969 -2013/ EN 14683 TYPE1 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : bleu. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. 4 heures d'utilisation continue max. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.
  • Lot de 50 Masque Noir Chirurgical médical jetable en Noir Masque de Protection Type I EN14683-2019, BFE≥95%, 3 Plis MEDI SANTÉ
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : NOIR. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. Les masques faciaux réutilisables pour adultes sont livrés avec une boucle d'oreille élastique solide, offrent un ajustement sûr et confortable pour les tailles adultes, pas de souci de se détacher de vos oreilles. Ces masques chirurgicaux jetables à la conception soignée affichent un panel de couleurs varié. Très résistants, ils sont également confortables à porter même pendant plusieurs heures. Livraison très rapide. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.

Le Dr Reed Tuckson, fondateur de la Black Coalition Against Covid, a salué les taux d'acceptation croissants, mais a noté que des problèmes pratiques entravent encore l'adoption.

"Les données et nos commentaires anecdotiques sont encourageants et soutiennent davantage le besoin d'une distribution équitable et de sites de vaccination faciles d'accès qui sont dirigés par des organisations de confiance", a-t-il déclaré. "Le système doit soutenir ces choix en faisant ce qu'il faut pour faire ce qui est facile à faire."

Dans l'ensemble, le sondage a révélé que le soi-disant groupe d'attente - des personnes qui n'ont pas encore pris leur décision - diminue proportionnellement, maintenant à 17%, contre 31% en janvier. La moyenne sur sept jours des vaccins administrés a atteint 2,77 millions mardi, une augmentation par rapport au rythme de la semaine précédente, selon les données rapportées par les Centers for Disease Control and Prevention.

L'enquête a été menée entre le 15 mars et le 22 mars, parmi un échantillon aléatoire de 1862 adultes.

Malgré les progrès, un adulte sur cinq (20%) dit qu'il refuserait définitivement le vaccin ou ne serait vacciné que si son travail ou son école l'exigeait. Un certain nombre d'employeurs et d'institutions envisagent d'imposer une telle exigence. La semaine dernière, l'Université Rutgers est devenue la première grande institution universitaire à obliger les étudiants à se faire vacciner cet automne (avec des exemptions pour certaines raisons médicales ou religieuses).

Les personnes les plus susceptibles de s'opposer fermement à la vaccination s'identifient comme républicains (29 pour cent) ou comme chrétiens évangéliques blancs (28 pour cent). En revanche, seulement 10% des adultes noirs ont déclaré qu'ils ne l'obtiendraient certainement pas.

Selon l'enquête Kaiser ainsi que d'autres sondages, les républicains ont peu changé d'avis sur l'acceptation des vaccins ces derniers mois, bien qu'ils aient été plus ouverts l'automne dernier, avant l'élection présidentielle de novembre. La division partisane sur les tirs de Covid est large, avec seulement 46% des républicains affirmant avoir reçu au moins un coup ou vouloir l'obtenir, contre 79% des démocrates.

Aucun groupe n'est monolithique dans ses raisons de s'opposer ou d'accepter les vaccins. Ceux qui sont sceptiques disent se méfier du gouvernement en général et craindre la rapidité du développement du vaccin. Imprégnés de désinformation en ligne, beaucoup s'accrochent à un mythe qui se propage rapidement: les micropuces de suivi sont intégrées dans les prises de vue.

Pour les habitants des zones rurales, l'accès au vaccin est si problématique qu'ils considèrent que la logistique et le temps de déplacement impliqués n'en valent tout simplement pas la peine.

Avec autant de raisons invoquées pour éviter le vaccin, il peut être difficile de rédiger des messages pour convaincre le vaccin

Au moins les deux tiers du soi-disant groupe d'attente et de consultation ont déclaré qu'ils seraient persuadés par le message selon lequel les vaccins sont "presque 100% efficaces pour prévenir l'hospitalisation et les décès dus à Covid-19". D'autres messages forts comprenaient des informations selon lesquelles les nouveaux vaccins sont basés sur une technologie vieille de 20 ans, que les essais de vaccins ont inclus une grande diversité de candidats et que les vaccins sont gratuits.

L'enquête a également noté que de nombreuses personnes hésitantes seraient favorables à certaines incitations. Alors que le pays commence à s'ouvrir et que le travail sur place revient, le rôle de l'employeur dans la vaccination devient de plus en plus pertinent. Un quart de ceux qui hésitent et qui ont un emploi ont déclaré qu'ils se feraient vacciner si leur employeur organisait une vaccination sur le lieu de travail. Presque autant seraient d'accord si leurs employeurs leur accordaient des incitatifs financiers allant de 50 $ à 200 $.

Mais dans l'ensemble, la forte croissance des adultes qui ont reçu une dose du vaccin ou qui sont enclins à l'obtenir est probablement due à leur familiarité croissante avec la notion. Les sondages montrent qu'au fur et à mesure qu'ils commencent à connaître plus d'amis et de parents qui se sont fait vacciner, ils peuvent plus facilement imaginer l'obtenir eux-mêmes.

Jane Mooney, une assistante médicale bénévole, tente de presser une dose supplémentaire de vaccin Moderna dans un flacon dans une clinique de vaccination gratuite au début du mois à Madison, Wisc.Crédit ... Coburn Dukehart / Wisconsin Watch le Delaware et le Wisconsin ont annoncé mardi leur intention d'ouvrir les vaccinations jusqu'à ces 16 ans ou plus d'ici la semaine prochaine, ce qui porte le total à 39 États qui ont annoncé leur intention d'ouvrir les vaccinations à tous les résidents adultes d'ici la mi-avril.

La gouverneure Asa Hutchinson, républicaine de l'Arkansas, a déclaré que ces résidents seraient éligibles à être vaccinés à partir de mardi et a levé les exigences en matière de masque de l'État, malgré un appel urgent du président Biden la veille pour que les États conservent ou réimposent les mandats de masque, même en tant que vaccinations. augmenter. Le changement d’éligibilité du Wisconsin entre en vigueur lundi et celui du Delaware mardi.

Mettre fin au mandat du masque en Arkansas était "approprié", a déclaré M. Hutchinson, qui a déclaré que les nouveaux cas de virus et les hospitalisations avaient diminué dans tout l'État. Bien qu'il n'y ait plus de mandat, M. Hutchinson a tout de même exhorté les gens à continuer de porter des masques. "Il est important d’être courtois envers les autres et de garder à l’esprit que nous devons nous protéger et protéger les autres", a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse mardi.

En Arkansas et dans d'autres États, les cas et les hospitalisations sont en baisse. Mais le nombre de nouveaux cas de virus augmente lentement à travers le pays, y compris au Delaware et au Wisconsin. Cela ajoute une pression pour faire vacciner davantage d'Américains avant que des variantes inquiétantes ne se propagent en une quatrième poussée possible. Dans ce qu'ils considèrent comme une course contre la montre, les responsables fédéraux de la santé ont demandé aux États de ne pas lever les restrictions prématurément.

"Ne laissez pas la fatigue du Covid-19 prendre le dessus lorsque nous sommes si proches de la ligne d'arrivée", a déclaré mardi le gouverneur Tony Evers du Wisconsin, un démocrate, lors d'une conférence de presse. "Avec l'éligibilité qui s'ouvrira à tous les Wisconsinites la semaine prochaine et surtout avec le week-end de vacances à venir, nous avons besoin que les gens soient aussi diligents que jamais."

Après des semaines de déclin plus tôt cette année, suivies d'un plateau, les nouveaux cas de virus augmentent à nouveau, avec une augmentation de près de 19% lundi par rapport au nombre de cas deux semaines plus tôt, selon une base de données du New York Times.

Des hausses similaires dans le passé ont conduit à des flambées majeures dans la propagation du virus. Pourtant, les nouveaux cas et décès ont diminué par rapport au pic de début janvier. La moyenne sur sept jours de nouveaux décès reste proche de 1000 par jour, et le pays a dépassé les 550000 décès par virus au total mardi, selon la base de données du Times.

Les responsables fédéraux de la santé implorent les Américains de rester vigilants, mettant en garde contre une quatrième poussée potentielle alors que certains États, comme l'Arkansas, le Texas et la Floride, assouplissent ou éliminent les restrictions virales.

Les responsables de la santé sont également préoccupés par des variantes comme celle qui a frappé la Grande-Bretagne, appelée B.1.1.7, qui a conduit à une nouvelle vague de cas dans la majeure partie de l'Europe. Les États-Unis restent en retard dans leurs tentatives de les suivre, bien que les efforts des Centers for Disease Control and Prevention pour les localiser se soient récemment améliorés et continueront de croître.

M. Biden a appelé lundi les gouverneurs et les maires à maintenir ou à rétablir les mandats de masque et a mis en garde contre le "renoncement aux précautions" avant que le virus ne soit plus sous contrôle.

"Nous renonçons à des gains durement gagnés", a-t-il déclaré.

Certains scientifiques ont prédit il y a des semaines que le nombre d'infections pourrait à nouveau augmenter à la fin du mois de mars, au moins en partie en raison de la montée en puissance des variantes du coronavirus à travers le pays. La variante B.1.1.7 augmente de façon exponentielle en Floride où elle représente une plus grande proportion du nombre total de cas que dans tout autre État, selon les chiffres recueillis par le C.D.C.

Quelques heures avant les avertissements de M. Biden lundi, la Dre Rochelle Walensky, la directrice du C.D.C., était émue lorsqu'elle a pris la parole lors d'un point de presse. Elle a dit que si la nation avait "tellement de raisons d'espérer", elle ne pouvait pas ébranler le sentiment récurrent de "malheur imminent".

"Bien que nous ayons tant d'espoir à l'horizon, nous vous demandons simplement de vous accrocher encore un peu. Portez vos masques, continuez à vous éloigner et faites les choses qui vous protègent ", a déclaré mardi le Dr Walensky lors d'une conférence de presse sur un site de vaccination dans le Massachusetts, réitérant les appels qu'elle avait lancés un jour plus tôt.

Les remarques du Dr Walensky sont arrivées à un moment frappant où l’optimisme s’est manifesté quant à la disponibilité et à l’efficacité des vaccins. Trois douzaines d’États devraient ouvrir l’éligibilité au grand public d’ici la mi-avril, bien avant l’engagement de M. Biden le 1er mai.

Plus d'un adulte américain sur trois a reçu au moins un vaccin et près d'un cinquième est entièrement vacciné, mais le pays est loin d'atteindre la soi-disant immunité collective, le point de basculement qui survient lorsque la propagation d'un virus commence à se propager. lent car suffisamment de personnes, estimées à 70 à 90 pour cent de la population, y sont immunisées.

"Nous continuons d'être en guerre contre le virus", a déclaré mardi l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, lors d'une conférence de presse. À mesure que les cas augmentent, a déclaré Mme Psaki, l'administration Biden répond en nature. Elle a souligné les efforts visant à élargir l'admissibilité aux vaccins à travers le pays et à accroître l'approvisionnement en vaccins des États.

Le président s'est engagé lundi à avoir des sites de vaccination à moins de cinq minutes de l'endroit où vivent 90% des adultes américains. Pour ce faire, a déclaré Mme Psaki, l'administration ajoute 23 000 pharmacies avec des vaccins au programme fédéral de pharmacie, en plus des 17 000 pharmacies qui ont déjà reçu des vaccins. Elle a déclaré que les gouverneurs avaient été informés mardi que 33 millions de doses de vaccin supplémentaires seraient attribuées à différentes juridictions et programmes.

"Nous savons que plus il y a de personnes qui peuvent se faire vacciner, plus c'est accessible, plus nous serons efficaces. Et c’est là que nous mettons nos efforts ", a déclaré Mme Psaki.

Vaccinations sur un marché de Bangkok ce mois-ci. Le traité proposé est une reconnaissance du fait que le système actuel des institutions internationales de santé s'est avéré insuffisant.Crédit ... Adam Dean pour le New York TimesBRUXELLES - Citant ce qu'ils appellent "le plus grand défi lancé à la communauté mondiale depuis les années 1940", les dirigeants de plus de deux douzaines de pays, l'Union européenne et l'Organisation mondiale de la santé ont lancé mardi un traité international pour protéger le monde des pandémies.

Dans un article conjoint publié dans de nombreux journaux à travers le monde, les dirigeants préviennent que la pandémie actuelle de coronavirus sera inévitablement suivie par d'autres à un moment donné. Ils esquissent un traité destiné à fournir un accès universel et équitable aux vaccins, aux médicaments et aux diagnostics, une suggestion faite pour la première fois en novembre par Charles Michel, président du Conseil européen, l'organe qui représente les dirigeants des pays de l'Union européenne.

L'article soutient qu'une entente internationale similaire à celle qui a suivi la Seconde Guerre mondiale et qui a conduit aux Nations Unies est nécessaire pour construire une coopération transfrontalière avant que la prochaine crise sanitaire mondiale ne bouleverse les économies et les vies. La pandémie actuelle est "un rappel brutal et douloureux que personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité", écrivent les dirigeants.

Le traité proposé est une reconnaissance du fait que le système actuel des institutions internationales de santé, symbolisé par l'Organisation mondiale de la santé relativement impuissante, une agence des Nations Unies, est inadéquat au problème.

"Il y aura d'autres pandémies et d'autres urgences sanitaires majeures. Aucun gouvernement ou agence multilatérale ne peut à lui seul faire face à cette menace ", notent les dirigeants. "Nous pensons que les nations devraient travailler ensemble pour un nouveau traité international de préparation et de riposte à une pandémie."

Le traité exigerait de meilleurs systèmes d'alerte, le partage de données, la recherche et la production et la distribution de vaccins, de médicaments, de diagnostics et d'équipements de protection individuelle, ont-ils déclaré.

"À un moment où Covid-19 a exploité nos faiblesses et nos divisions, nous devons saisir cette opportunité et nous rassembler en tant que communauté mondiale pour une coopération pacifique qui s'étend au-delà de cette crise", écrivent les dirigeants. "Renforcer nos capacités et nos systèmes pour ce faire prendra du temps et exigera un engagement politique, financier et sociétal soutenu pendant de nombreuses années."

L'article n'est cependant pas clair sur ce qui se passerait si un pays choisissait de ne pas coopérer pleinement ou de retarder le partage d'informations scientifiques, comme la Chine a été accusée de le faire avec le W.H.O.

La Chine n'a pas signé la lettre, du moins jusqu'à présent. Les États-Unis non plus.

Lors d'une conférence de presse mardi à Genève, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que lorsque les discussions sur un traité commenceront, "tous les États membres seront représentés".

Lorsqu'on lui a demandé si les dirigeants de la Chine, des États-Unis et de la Russie avaient été invités à signer la lettre, il a déclaré que certains dirigeants avaient choisi de "participer".

"Les commentaires des États membres, y compris les États-Unis et la Chine, étaient en fait positifs", a-t-il déclaré. "Les prochaines étapes consisteront à impliquer tous les pays, et c'est normal", a-t-il ajouté. "Je ne veux pas que cela soit perçu comme un problème."

Outre les pays européens et le W.H.O., les signataires de la lettre comprenaient des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Mardi, lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, Jen Psaki, l'attachée de presse de la Maison Blanche, a déclaré que bien que les États-Unis soient ouverts à une collaboration mondiale plus poussée, le pays hésitait à entrer dans des négociations de traité.

"Nous sommes préoccupés principalement par le calendrier et le lancement des négociations pour un nouveau traité dès maintenant", a déclaré Mme Psaki, "et nous pensons que cela pourrait détourner l'attention des questions de fond concernant la réponse, la préparation aux futures menaces de pandémie."

Une place presque vide Plaza de Armas dans le centre-ville de Santiago, au Chili, dimanche après qu'un ordre de quarantaine a été imposé.Crédit ... Cristobal Olivares pour le New York TimesSANTIAGO, Chili - Après avoir négocié un accès rapide à des dizaines de millions de doses de vaccins Covid-19, le Chili a inoculé ses résidents plus rapidement que tout autre pays des Amériques et semble en passe d'être parmi les premiers au monde à atteindre l'immunité collective.

Mais les experts disent que la campagne de vaccination rapide et efficace du pays - seuls Israël, les Émirats arabes unis et les Seychelles ont vacciné une plus grande partie de leur population - a donné aux Chiliens une vision plus laxiste envers le virus, contribuant à une forte augmentation des nouvelles infections et des décès.

La flambée des cas, alors même que plus d'un tiers de la population chilienne a reçu au moins la première dose d'un vaccin Covid-19, sert de récit édifiant pour les autres pays qui envisagent des campagnes de vaccination pour mettre rapidement fin à l'ère des assiégés. économies, frontières fermées et distanciation sociale. L'augmentation des cas a déclenché un nouvel ensemble de mesures de verrouillage strictes qui ont restreint la mobilité dans une grande partie du pays, touchant près de 14 millions de personnes.

La gravité de la crise est devenue claire dimanche, alors que le président Sebastián Piñera a demandé au Congrès de retarder de six semaines un vote prévu début avril pour élire les représentants qui rédigeront une nouvelle Constitution et d'autres responsables. Dans une déclaration dimanche, M. Piñera a fait valoir que l'état actuel de la pandémie n'était pas propice à la tenue d'un vote "démocratique, inclusif et sûr".

Alors que plus de six millions des 18 millions de personnes que compte le pays ont été vaccinées, une recrudescence des infections a laissé les unités de soins intensifs fonctionner avec peu de lits disponibles et le système à un point de rupture.

La semaine dernière, le Chili a enregistré 7 626 nouveaux cas de Covid-19 en une seule journée, un record, et le rythme des nouvelles infections a doublé le mois dernier. Les responsables ont également identifié des cas de nouvelles variantes qui ont été observées pour la première fois au Royaume-Uni et au Brésil.

"Personne ne remet en question le fait que la campagne de vaccination est une réussite", a déclaré le Dr Francisca Crispi, présidente régionale de l’association médicale du Chili. "Mais cela a donné un faux sentiment de sécurité aux gens, qui ont estimé que puisque nous sommes tous vaccinés, la pandémie est terminée."

Vidéotranscription

Retourtranscription

La Maison Blanche appelle à la "transparence" sur l’origine de la pandémie

Mardi, la Maison Blanche a appelé à plus de réponses sur les origines du coronavirus, affirmant que le rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé manquait de données cruciales."Le peuple américain, la communauté mondiale, les experts médicaux, les médecins, toutes les personnes qui ont travaillé pour sauver des vies, les familles qui ont perdu des êtres chers, méritent tous une plus grande transparence. Ils méritent une meilleure information. Ils méritent des mesures prises par la communauté mondiale pour y parvenir. Il y a des mesures à partir de là que nous croyons devoir être prises. Il y a une deuxième étape dans ce processus qui, à notre avis, devrait être dirigée par des experts internationaux et indépendants. Ils devraient avoir un accès illimité aux données. Ils devraient pouvoir poser des questions aux personnes qui sont sur le terrain à ce stade. Et c’est une étape que le W.H.O. pourrait prendre. Eh bien, le rapport est toujours en cours d'examen par notre équipe d'experts, 17 experts sont en train de le réviser "Nous en connaissons le titre, et ce n'est pas suffisant." "Nous sommes d'accord. Et nous l'avons dit depuis longtemps, comme je viens de le dire, il manque des données cruciales, des informations. Il manque d'accès, il manque de transparence. Il est certain - nous ne pensons pas que, dans notre examen à ce jour, il rencontre le moment, il répond à l’impact que cette pandémie a eu sur la communauté mondiale. Et c'est pourquoi nous avons également appelé à des mesures supplémentaires tournées vers l'avenir. "

Mardi, la Maison Blanche a appelé à plus de réponses sur les origines du coronavirus, affirmant que le rapport publié par l'Organisation mondiale de la santé manquait de données cruciales.CreditCredit ... Aly Song

Le rapport conjoint d'un W.H.O. L'équipe et les scientifiques chinois, libérés mardi, n'ont pas été concluants, mais ont supposé que la pandémie avait très probablement commencé par une transmission d'animal à homme et avait commencé à largement circuler dans la ville de Wuhan, en Chine, comme l'ont affirmé depuis longtemps les responsables chinois.

Certains observateurs, dont Robert Redfield, l'ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention, ont remis en question cette théorie, arguant que le virus pourrait provenir d'un laboratoire gouvernemental, bien que les responsables du renseignement américain aient déclaré ne pas disposer de preuves permettant de déterminer où le virus venait de.

"Le rapport manque d'informations et d'accès aux données cruciales - il représente une image partielle et incomplète", a déclaré Jen Psaki, l'attachée de presse de la Maison Blanche, lors d'une conférence de presse mardi, ajoutant que les responsables chinois "n'ont pas été transparents, ils n'ont pas fourni données sous-jacentes. "

OMS. les fonctionnaires auraient dû avoir un "accès sans entrave" et "devraient pouvoir poser des questions aux personnes qui se trouvaient sur le terrain", a déclaré Mme Psaki.

"Cela ne peut certainement pas être qualifié de coopération", a-t-elle ajouté, résumant le point de vue de la Maison Blanche sur la coopération de la Chine à un moment de tensions déjà accrues entre les deux nations.

Plus tard dans la journée, les États-Unis ont cosigné une lettre avec des responsables d'Israël, d'Australie, du Japon, du Canada et de Grande-Bretagne appelant à une "analyse transparente et indépendante" des origines du virus sans "influence indue".

À certains moments, Mme Psaki mêlait sa critique de Pékin au scepticisme quant à l’enquête de W.H.O. et à la valeur du rapport de mardi.

"Cela ne nous conduit pas à une compréhension ou à une meilleure connaissance que nous avions il y a six à neuf mois sur l'origine", a-t-elle déclaré. "Il ne fournit pas non plus de directives ou d'étapes, d'étapes recommandées, sur la façon dont nous devrions éviter que cela se produise à l'avenir. Et ceux-ci sont impératifs. "

Certaines des frustrations de l’administration Biden avec la Chine et le W.H.O. font écho aux critiques acerbes de l'ancien président Donald J. Trump à l'encontre du W.H.O. - bien que M. Biden se soit opposé aux efforts de M. Trump pour couper le financement fédéral à l'agence ou se retirer en tant que membre pour sa gestion de la crise virale. Les responsables de l'agence ont fait valoir qu'ils n'avaient pas d'autorité d'exécution et qu'ils n'avaient pas le pouvoir d'exiger une plus grande coopération de la part des nations.

Mme Psaki a déclaré que M. Biden, tout en soutenant les agences internationales de santé, n'avait pas l'intention de se désengager du W.H.O., mais a déclaré qu'il avait longtemps exprimé sa frustration face aux actions de la Chine dans la crise.

"Il croit que le peuple américain, la communauté mondiale, les experts médicaux, les médecins - toutes les personnes qui ont travaillé pour sauver des vies, les familles qui ont perdu des êtres chers, méritent tous une plus grande transparence, ils méritent de meilleures informations". dit-elle.

Pourtant, l'administration Biden n'a pas l'intention immédiate de se joindre aux efforts des dirigeants de plus de deux douzaines de pays, de l'Union européenne et de l'Organisation mondiale de la santé pour créer un nouveau traité international pour protéger le monde des futures pandémies.

"Nous sommes préoccupés principalement par le calendrier et le lancement des négociations pour un nouveau traité dès maintenant", a déclaré Mme Psaki, "et nous pensons que cela pourrait détourner l'attention des questions de fond concernant la préparation de la riposte aux futures menaces de pandémie."

Vidéotranscription

Retourtranscription

OMS. Rapports sur les théories d'origine des coronavirus

Alors que le W.H.O. rapport produit par une équipe d'enquête en Chine a laissé de nombreuses questions sans réponse, il a suggéré que le coronavirus est probablement apparu chez les chauves-souris.La pensée actuelle est toujours que nous regardons le début dans et autour de Wuhan, puis reculons, essayant de savoir comment cela est arrivé là-bas. Et que cela vienne d'une autre partie de la Chine ou d'ailleurs, cela dépendra des études et recherches ultérieures. Mais en raison de la forte suspicion de certaines espèces de chauves-souris étant l'hôte de ce virus, et d'avoir trouvé d'autres souches de virus relativement proches du SRAS-CoV-2 dans la région, également en Asie du Sud-Est en général où ces chauves-souris vivent, est une forte indication que c'est là que se trouve la source. Bien sûr, il y avait beaucoup d'intérêt des deux côtés. Et je pense, comme vous l'avez dit, bien sûr, qu'il y a eu des pressions politiques de toutes parts, également en dehors de la Chine. Mais je pense que nous avons pu créer un espace pour la science, un espace pour les deux groupes de scientifiques qui étaient ensemble. Nous n'avions rien à cacher. Il n'y avait donc aucun problème à travailler dans un environnement ouvert, et à partager notre travail et nos discussions.

Alors que le W.H.O. rapport produit par une équipe d'enquête en Chine a laissé de nombreuses questions sans réponse, il a suggéré que le coronavirus est probablement apparu chez les chauves-souris.CreditCredit ... Hector Retamal publié mardi, a soulevé plus de questions que de réponses dans le monde entier, y compris certaines du W.H.O. directeur général, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a déclaré qu'il espérait que les études futures comprendraient "un partage de données plus opportun et plus complet".

La détermination de l'origine du virus pourrait aider à prévenir une autre pandémie et à développer des vaccins et des traitements.

Voici ce que le Times sait du rapport.

  • Les experts ont rejeté une théorie de fuite de laboratoire. Pendant des mois, des scientifiques, des politiciens et d'autres personnes en dehors de la Chine ont promu la théorie selon laquelle le virus aurait pu émerger après un accident de laboratoire en Chine. Les experts ont qualifié la théorie d '"extrêmement improbable", après s'être entretenus avec des scientifiques de l'Institut de virologie de Wuhan, qui abrite un laboratoire de pointe connu pour ses recherches sur les coronavirus des chauves-souris.

    Les responsables locaux ont assuré aux enquêteurs qu'ils ne manipulaient aucun virus qui semblait être étroitement lié au coronavirus qui a provoqué la récente pandémie, selon les notes de réunion incluses dans le rapport. Ils ont également déclaré que les membres du personnel avaient été formés aux protocoles de sécurité.

  • Le rôle des marchés d'animaux n'est toujours pas clair. L'équipe d'experts a conclu que le coronavirus était probablement apparu chez les chauves-souris avant de se propager à l'homme par un animal intermédiaire, mais ils ont déclaré qu'il n'y avait pas de conclusion ferme pour cette théorie. Au début de la pandémie, les responsables chinois ont émis des théories suggérant que l'épidémie de coronavirus aurait pu commencer sur le marché de Huanan. Plus d'un an plus tard, le rôle des marchés d'animaux dans l'histoire de la pandémie n'est toujours pas clair, selon le rapport.
  • Le succès de l’enquête dépendra de la Chine. L'équipe d'experts propose une longue liste de recommandations pour des recherches supplémentaires: plus de tests sur la faune et le bétail en Chine et en Asie du Sud-Est, plus d'études sur les premiers cas de Covid-19 et plus de traçage des voies entre les fermes et les marchés à Wuhan. Mais on ne sait pas si la Chine, qui a entravé à plusieurs reprises le W.H.O. enquête, coopérera. Il a fallu des mois au pays pour permettre à une équipe de l'agence mondiale de la santé de se rendre.

Le site de vaccination du Yankee Stadium dans le Bronx le mois dernier.Crédit ... Kirsten Luce pour le New York TimesAlors que des millions de personnes se font vacciner aux États-Unis, les lieux d'événements qui ont été utilisés comme sites de vaccination de fortune doivent maintenant décider s'il faut aller de l'avant avec l'administration de vaccins, car certains de ces événements commencent à revenir.

Avant la saison de baseball, certains stades se sont engagés à continuer les vaccinations pour le moment. Le Yankee Stadium sera utilisé comme site au moins jusqu'à la fin avril, avec des horaires réduits. Le stade, domicile des Yankees de New York, n'administrera pas de vaccins les jours où les matchs à domicile sont prévus.

Au Citi Field dans le Queens, domicile des Mets de New York, les vaccinations quotidiennes se poursuivront au McFadden's, un restaurant situé près de l'entrée de la troisième base du stade, a déclaré un porte-parole de l'équipe. Les stades fonctionneront à 20% de leur capacité pour les matchs selon les directives de l'État de New York à partir du 1er avril, jour de l'ouverture.

D'autres stades ont déjà fermé ou déplacé leurs sites de vaccination. À Boston, les responsables de l'État ont annoncé que Fenway Park, où jouent les Red Sox, ne serait plus utilisé comme lieu pour administrer des tirs; les opérations seront transférées au Hynes Convention Center.

Le gouverneur Charlie Baker du Massachusetts a déclaré que les responsables avaient décidé de déplacer l'opération de vaccination hors de Fenway Park pour éviter toute confusion, étant donné que les joueurs ne jouent pas seulement à des jeux, mais s'entraînent au stade.

"Cela crée un certain potentiel de confusion pour les personnes qui s'y rendent pour se faire vacciner", a déclaré M. Baker lors d'une conférence de presse ce mois-ci.

À San Diego, les autorités ont fermé un site de vaccination à Petco Park, domicile des Padres de San Diego, le 20 mars.

"L'accord avec les Padres était que le site fermerait au début de la saison de baseball", a déclaré José Álvarez, un porte-parole du comté de San Diego, dans un communiqué.

Certains responsables de l'État affirment que la fermeture des stades n'affectera pas largement le nombre de vaccins administrés, même si l'éligibilité augmente.

"Les sites sportifs jouent un rôle de premier plan, mais font de plus en plus partie des efforts de l'État pour vacciner les Californiens", a déclaré Darrel Ng, un porte-parole du ministère de la Santé publique de Californie, dans un communiqué, ajoutant que la majorité des vaccins seront administrés chez le médecin. bureaux, hôpitaux, cliniques et pharmacies.

D'autres sites ont annoncé des plans pour doubler les événements et les vaccinations.

À Roseville, en Californie un lieu de l'événement, a annoncé qu'il organiserait un événement d'anime à la fin de cette semaine à la place de l'administration de vaccins, ce qui a suscité des critiques de la part de certains utilisateurs de médias sociaux.

Charlie Gardner, le directeur général du site, a défendu la décision, soulignant que les autorités locales ont prolongé les heures d'ouverture du site de vaccination plus tôt dans la semaine pour compenser la fermeture de deux jours. M. Gardner a déclaré que le lieu avait un contrat préétabli au milieu de l'année dernière et que la distanciation sociale et le port de masques seraient appliqués.

"Nous n’avons pas d’autres conflits comme celui-ci dans un proche avenir et nous ne prévoyons pas d’autres interruptions", a déclaré M. Gardner.

Une femme et un enfant dans un camp du nord-est de la Syrie au début du mois. La pandémie a aggravé les crises économiques et humanitaires auxquelles le pays est confronté.Crédit ... Delil Souleiman un indicateur révélateur de la façon dont la pandémie a rendu de nombreux pays donateurs riches moins charitables.

La conférence annuelle, parrainée par les Nations Unies et l'Union européenne, a recueilli 6,4 milliards de dollars, contre 7,7 milliards de dollars en 2020. L'objectif était de 10 milliards de dollars - 4,2 milliards de dollars pour les Syriens à l'intérieur du pays et 5,8 milliards de dollars pour aider les pays voisins accueillant des millions de réfugiés syriens. .

Les agences humanitaires ont exprimé leur profonde déception face au résultat, qui intervient alors que la Syrie entre dans sa 11e année de guerre. Mercy Corps, une organisation caritative internationale, a déclaré que les engagements étaient "terriblement insuffisants pour la tâche qui nous attend".

L’Organisation des Nations Unies a estimé que 13,4 millions de Syriens - soit plus de la moitié de la population d’avant-guerre du pays - ont besoin d’une aide humanitaire, soit 20% de plus qu’il y a un an. La guerre et la pandémie se sont combinées pour déprimer davantage l’économie du pays, ce qui se traduit par l’effondrement de sa monnaie et le doublement ou plus des prix des denrées alimentaires en 2020.

Les États-Unis ont promis plus de 596 millions de dollars lors de la conférence, parmi les dons les plus importants, mais toujours en baisse par rapport aux près de 700 millions de dollars annoncés à la conférence l'année dernière. La Grande-Bretagne a promis environ 280 millions de dollars, contre 412 millions de dollars l'année dernière. L’exception notable parmi les donateurs occidentaux est l’Allemagne, qui a promis plus de 2 milliards de dollars; son ambassadeur aux Nations Unies, Christoph Heusgen, a qualifié le montant de la contribution la plus élevée du pays aux secours syriens au cours des quatre dernières années.

D'autres crises humanitaires auxquelles les Nations Unies sont confrontées ont également été entravées par un soutien financier moins généreux pendant la pandémie, les pays donateurs consacrant plusieurs milliards de dollars pour faire face aux retombées sanitaires et économiques de la crise au niveau national. Une conférence d'annonce de contributions le 1er mars pour aider à éviter la famine au Yémen, par exemple, a rapporté 1,7 milliard de dollars, soit moins de la moitié du total recherché.

"À un moment où les besoins humanitaires mondiaux augmentent, nous assistons malheureusement à une baisse des contributions financières à ces besoins humanitaires" un porte-parole des Nations Unies.

"Maintenant, il est clair que nous vivons aussi, le monde et les gouvernements vivent, dans une période où il y a moins d'argent, où les besoins sont plus grands chez nous", a-t-il déclaré. "Donc, nous comprenons cela, mais l'investissement dans les besoins humanitaires est un investissement essentiel dans la paix et la sécurité et pour le bien-être de la planète."

Dunmore, un village de l'ouest de l'Irlande, en septembre. Dans les zones rurales du pays, les jeunes travailleurs affluent depuis longtemps vers les villes, en particulier Dublin, creusant de nombreuses communautés.Crédit ... Paul Faith l'Irlande espère profiter de ce moment pour aider les petites villes et villages en difficulté à réduire l'écart toujours plus grand avec les centres urbains.

Le gouvernement irlandais a annoncé cette semaine qu'il était prêt à dépenser environ 1 milliard de dollars pour encourager les gens à s'installer dans les zones rurales, espérant qu'un investissement dans la revitalisation des centres-villes et d'autres incitations attirera les jeunes qui ont afflué pendant des années vers les villes, en particulier Dublin. .

Comme d'autres pays d'Europe, le creusement de villages et de petites villes autrefois dynamiques a contribué à des divisions sociales plus larges, et les universitaires et les experts en politiques publiques ont averti que la scission pourrait devenir une source majeure de tension dans les démocraties occidentales.

La proposition de l’Irlande, "Notre avenir rural", est l’un des efforts les plus ambitieux annoncés en Europe pour résoudre ce problème, motivé par les changements induits par la pandémie.

Entre autres choses, il propose une législation qui donnerait aux employés le droit de demander à travailler à domicile, la mise en place d'un réseau de 400 centres de travail à distance et le financement d'une meilleure connectivité Internet à l'échelle nationale.

Près de la moitié des Irlandais vivent dans les zones rurales et les petites villes, mais le gouvernement espère que les propositions feront augmenter ce nombre.

Annonçant le plan, le Premier ministre, Micheal Martin, a déclaré: "L'Irlande se dirige vers une ère de changement sans précédent, et avec cela, il y a une opportunité sans précédent."

"Au cours de la pandémie, nous avons découvert de nouvelles façons de travailler et nous avons redécouvert nos communautés", a-t-il ajouté.

Dublin a longtemps été un pôle d'attraction pour les près de cinq millions d'habitants du pays, et le centre technologique florissant de la capitale n'a fait que rendre la ville plus attrayante ces dernières années, en particulier pour les jeunes travailleurs.

Mais le passage au travail à distance pendant la pandémie, qui, selon de nombreux experts, devrait se poursuivre dans une certaine mesure même après le retrait de la pandémie, a fourni l'occasion de repenser, a déclaré le gouvernement.

The proposals announced on Monday could also have the downstream effect of easing a deep housing crisis in Dublin, where small supply and high demand have seen prices skyrocket in recent years.

Prime Minister Imran Khan in Islamabad, Pakistan, last year. The government has imposed a ban on public gatherings, sports events and wedding ceremonies, starting in April.Credit...B.K. Bangash with Prime Minister Imran Khan and President Arif Alvi among several senior officials to have contracted the virus recently, just as the nation struggles to stem the outbreak.

As the number of cases soars, the federal government has imposed a ban on public gatherings, sports events and wedding ceremonies, starting in April.

Emergency wards of hospitals in Lahore and Islamabad have been filled to capacity with coronavirus patients, according to health workers. Several neighborhoods in both cities have been placed under strict lockdowns.

Officials said on Tuesday that at least 100 deaths had been reported in the past 24 hours. The country has recorded 14,356 deaths and 663,200 infections since the start of the pandemic.

The virus is also taking a toll in the senior ranks of the government. Mr. Khan was reported on March 20 to have become infected, while Mr. Alvi and the defense minister, Pervez Khattak, tested positive on Monday.

The president’s wife, Samina Alvi, who said she had tested negative, noted that the couple had received a first vaccine dose in mid-March, although it was not clear which vaccine.

“It takes time to develop immunity,” she wrote on Twitter.

Officials said that Mr. Khan was making a steady recovery and had been allowed to resume work.

On Tuesday, Abdul Hafeez Sheikh, the country’s former finance minister, also tested positive for the coronavirus. Mr. Khan removed him from his position on Monday because of Mr. Sheikh’s failure to stem an increasing inflation rate.

Dr. Faisal Sultan, the acting health minister, said that the four provinces of Pakistan had been given permission to independently import vaccines.

The federal government has said that it is in the process of procuring more vaccines from China, but critics have denounced the slow rollout. The vaccination drive was started this month, with people over the age of 60 and health workers eligible for doses developed by the Chinese company Sinopharm.

Lucilia Pato receives the AstraZeneca vaccine in Toronto this month.Credit...Nathan Denette The action came a day after Canada suspended its use in people 55 and under.

Earlier in the day Munich and the state of Brandenburg — had made similar moves.

A small district in North Rhine-Westphalia banned use of the AstraZeneca vaccine on Monday for all women below the age of 55, after serious episodes last week involving two women who had received the vaccine: one, 47, died of sinus vein thrombosis and another, 28, became seriously ill.

No causative link has been established between the patients’ conditions and the vaccine.

Chancellor Angela Merkel met Tuesday evening with state governors to discuss the AstraZeneca vaccine, and said that Germany would follow the recommendation and hold off using it to inoculate people under 60 unless they have discussed the risks with their doctor first.

France and several Nordic countries have also taken a precautionary stance on the vaccine, even after the European Union’s top drug regulator cleared it as safe this month. Some suspensions in Europe may have been driven as much by political considerations as by science.

In Canada, Dr. Caroline Quach-Thanh, the chairwoman of the National Advisory Committee on Immunization “Given alternative vaccines are available in Canada, N.A.C.I. feels it is very important to study the risks and benefit as a precautionary measure,” she noted.

The Canadian decision was made after reviewing evidence emerging from Germany, where the Paul-Ehrlich Institute, the country’s vaccine regulatory body, reported earlier this month that at least seven people who had recently received the AstraZeneca vaccine had developed a very rare, potentially fatal condition involving blood clots that can block the drainage of blood from the brain, associated with low blood platelet counts (thrombocytopenia) and bleeding.

(An earlier version of this item referred incompletely to the condition.)

Statistically, seven cases was significantly higher than normal for the population of 1.6 million adults that had received the vaccine in Germany by March 15, the institute said; by its calculations, just one case would have been expected.

The Canadian health authority continues to recommend the AstraZeneca vaccine for older adults, who are much more susceptible than younger people to serious cases of Covid-19, and have not appeared to develop blood clots in studies conducted in Europe, the committee members said.

“We want to prevent hospitalizations and severe disease for those over 55,” Dr. Quach-Thanh said.

The AstraZeneca vaccine, created by Oxford University, was approved in late February for use in Canada but has suffered setbacks there and elsewhere. Soon after its approval, N.A.C.I. recommended that it not be administered to people 65 and older, because of a lack of data about that age group; two weeks later, N.A.C.I. waived its initial concerns and approved the vaccine for all adults.

The vaccine was the third approved in the country, after those from Pfizer-BioNTech and Moderna. Just over 300,000, or 6 percent, of the doses administered in Canada so far have been AstraZeneca’s vaccine. The Biden administration promised this month to loan Canada 1.5 million more doses of the vaccine, which still has not been approved for use in the United States.

President Biden signed the extension less than a week after Congress gave final approval.Credit...Doug Mills/The New York TimesPresident Biden on Tuesday signed a two-month extension of the Paycheck Protection Program, which offers loans for small businesses struggling with the economic toll of the coronavirus pandemic.

Mr. Biden signed the extension in the Oval Office alongside Vice President Kamala Harris and Isabella Casillas Guzman, the administrator of the Small Business Administration, less than a week after Congress gave final approval to the extension.

“It is a bipartisan accomplishment,” Mr. Biden said before signing the act. “Small business is the backbone of our economy.”

The House approved the extension on a 415-to-3 vote earlier this month, and the Senate on Thursday cleared the legislation on a 92-7 margin. The program had been set to expire on March 31. The extension also gives the Small Business Administration an additional 30 days to process loans submitted before the new May 31 deadline.

The federal loan program was first established in the $2.2 trillion stimulus law passed last March under President Donald J. Trump. In December, Congress restarted the program and added more funding. Around 3.5 million borrowers have received forgivable loans this year, taking the program’s total lending to $734 billion.

The Biden administration overhauled the program in late February, prompting self-employed people and the smallest of businesses to rush to take advantage of newly freed-up aid. The extension by lawmakers gave small businesses, as well as lenders, more time to adjust to the overhaul.

Mr. Biden said the extension would especially help small businesses in minority communities.

“Many small businesses, as you know, particularly Hispanic as well as African-American small businesses, are just out of business because they got bypassed the first time around,” Mr. Biden said.

JPMorgan Chase, the program’s largest lender, had previously refused to make the Biden administration’s changes to the loan formula for self-employed applicants, saying it lacked the time to do so before the program’s deadline. A bank spokeswoman said Chase will now make those changes in the next few days. And Bank of America, which stopped accepting new applications earlier this month, reopened its system on Monday.

Around $79 billion remains in the fund. Banks and financiers, which make the government-backed loans, generally expect the money to be depleted in mid- to late April, well ahead of the program’s new deadline.

A pool in Hillingdon, in western London, on Monday, after lockdown restrictions were eased to allow outdoor sports facilities to open.Credit...Adrian Dennis one piece of news seemed to capture the mood of optimism: just before the regulations were eased, there had been a day with no recorded Covid deaths in London.

The figure for Saturday proved to be not quite the hoped-for zero (another metric recorded two deaths that day and a single death on Sunday), but that did little to dampen the sense that the country was turning a corner.

scheduled to happen on April 12.

Helped by clear spring skies in the capital on Tuesday, there were signs that the city was edging back to life after a long hibernation. Stores raised shutters and laid out goods in windows. Restaurants set out chairs. Traffic along the Thames was picking up, with the ferries starting to carry passengers.

And in parks across the city, people gathered to bat around a ball, socialize with friends or simply bask in the sun.

Still, the anticipation that the worst of the pandemic could be over was tempered by warnings from officials that, with many European countries in the grip of a fresh wave of cases, the lull in Britain could be short-lived.

Prime Minister Boris Johnson said, “What we don’t know is exactly how strong our fortifications are.”

“Historically, there’s been a time lag,” he added, “and then we’ve had a wave ourselves.”

Vaccinations have helped create a wall against new infections, and that protection would strengthen with the second dose, according to England’s chief medical officer, Chris Whitty, on Monday.

But, he added, it was a “leaky wall.”