Un site de vaccination Covid-19 au Dodger Stadium le mois dernier. La Californie ouvrira l'admissibilité au vaccin le 1er avril à tout résident âgé de 50 ans ou plus, et l'étendra aux résidents de 16 ans ou plus le 15 avril.Crédit ... Philip Cheung pour le New York TimesLes gouverneurs à travers les États-Unis accélèrent l'éligibilité aux vaccins contre les coronavirus alors que le nombre de nouveaux cas plafonne à l'échelle nationale, ajoutant plus d'urgence aux efforts de vaccination.

  • ANNEW 20x Masque FFP2 NR Certifié Norme CE EN149 Masque de Protection Respiratoire Haute Filtration multi Couches Stock France Livraison Rapide 20 pièces
    Masque Certifié CE–ANNEW FFP2 masque est conforme aux normes européennes: EN149: 2001 + A1: 2009, la classification est FFP2 NR. Filtration à multi couches -Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. Confortable et facile à porter -le masque ANNEW à particules présente une forme profilée pour assurer un ajustement ferme, augmentant ainsi le confort et la confiance. Nos masques sont faits de tissus confortables, doux au toucher, donc ils conviennent donc parfaitement aux peaux sensibles. Facile à transporter -Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.
  • U-Kiss 50 pièces KN95 Masques FFP2 Masques Masque respirant et confortable pour bloquer la poussière de pollution atmosphérique (EN149: 2001+ A1: 2009)
    【CLASSE DE PROTECTION FFP2】U-Kiss 50 pièces masques filtrants filtrent l'air inhalé et exhalé et servent ainsi de protection individuelle et externe. Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. 【NORME CE】Testé, certifié et conforme à la règlementation européenne EN149:2001+A1:2009 FFP2 NR. Masque non réutilisable à usage unique. Masque non médical. 【SYSTÈME DE FILTRATION MULTICOUCHE】Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu avec une efficacité de filtration de plus de 95% pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. 【CONFORTABLE ET FACILE À PORTER】Nez Souple Est Conçu Pour Fournir Un Ajustement Personnalisé Afin D'Assurer Une Douce Et Un Ajustement Confortable Pour Réduire L'Irritation De La Peau Tandis Que Les Bandes D'Oreille Extensibles Assurent est confortable à porter 【LIVRAISON RAPIDE】 Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.

La Californie ouvrira l'admissibilité au vaccin le 1er avril à tout résident âgé de 50 ans ou plus, et l'étendra aux résidents de 16 ans ou plus le 15 avril, ont annoncé jeudi des responsables de l'État, affirmant qu'ils pourraient le faire en raison de l'augmentation des approvisionnements en vaccins de la gouvernement fédéral. Et le gouverneur Ron DeSantis de Floride a annoncé que tout résident de l'État âgé de 40 ans ou plus serait éligible à partir de lundi et que l'âge minimum passerait à 18 ans le 5 avril.

Covid-19 : la Californie et la Floride se préparent à ouvrir l'accès aux vaccins à tous les adultes

Dans le Connecticut, qui fait partie des États les plus vaccinés du pays, le gouverneur Ned Lamont a déclaré jeudi que tous les résidents de 16 ans et plus seraient éligibles à partir du 1er avril. Le New Hampshire mettra les vaccins à la disposition de tous les résidents de 16 ans et plus à partir du 2 avril. et en Caroline du Nord le 7 avril. Dans le Rhode Island, le gouverneur Dan McKee a déclaré que l'État était sur la bonne voie pour rendre les vaccins disponibles à tous les résidents de plus de 16 ans d'ici le 19 avril.

Le gouverneur Andy Beshear du Kentucky a déclaré que l'État ouvrirait la vaccination aux personnes de 40 ans et plus à partir de lundi, ajoutant qu'un mandat de masque resterait en place pendant au moins 30 jours supplémentaires. Et dans le Minnesota, le gouverneur Tim Walz devrait annoncer vendredi que tous les résidents de plus de 16 ans seront éligibles à partir du 30 mars.

  • Lot de 50 Masque Chirurgical médical Masque de Protection Masque jetable Type I EN14683, BFE≥95%, 3 Plis ANESTHESIA Ans
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. Standard: YY / T0969 -2013/ EN 14683 TYPE1 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : bleu. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. 4 heures d'utilisation continue max. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.
  • Lot de 50 Masque Noir Chirurgical médical jetable en Noir Masque de Protection Type I EN14683-2019, BFE≥95%, 3 Plis MEDI SANTÉ
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : NOIR. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. Les masques faciaux réutilisables pour adultes sont livrés avec une boucle d'oreille élastique solide, offrent un ajustement sûr et confortable pour les tailles adultes, pas de souci de se détacher de vos oreilles. Ces masques chirurgicaux jetables à la conception soignée affichent un panel de couleurs varié. Très résistants, ils sont également confortables à porter même pendant plusieurs heures. Livraison très rapide. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.

L'Alaska, le Mississippi, l'Utah et la Virginie-Occidentale sont les seuls États où tous les adultes sont désormais éligibles pour recevoir des vaccins, mais de nombreux autres ont annoncé leur intention d'élargir l'éligibilité au plus tard le 1er mai, un objectif fixé par le président Biden. Certaines juridictions locales ont également commencé à vacciner tous les adultes.

Le pays reçoit en moyenne environ 2,5 millions de doses de vaccin par jour. À ce rythme, environ la moitié de la population du pays serait au moins partiellement vaccinée à la mi-mai.

La Californie permettra également aux prestataires de soins de santé d'utiliser leur pouvoir discrétionnaire pour vacciner immédiatement les membres de la famille des personnes éligibles, même si les membres de la famille ne seraient pas encore éligibles

Les responsables de l'État ont déclaré qu'ils s'attendaient à ce que la Californie commence à recevoir 2,5 millions de doses par semaine dans la première partie d'avril, et plus de trois millions d'ici la seconde moitié du mois, une augmentation importante par rapport au rythme actuel d'environ 1,8 million de doses par semaine.

M Les experts disent que sa capacité à repousser une campagne de rappel peut dépendre de la vaccination de millions de résidents et de la levée des restrictions restantes, de sorte que l'État soit plus proche de la normale lorsque les électeurs sont invités à décider de son sort.

Le gouverneur a répété à plusieurs reprises que des approvisionnements courts et imprévisibles étaient à blâmer pour ce qui a été critiqué comme un processus de vaccination déroutant et chaotique qui a laissé de nombreuses communautés plus pauvres à la traîne.

Les responsables de l’État ont annoncé brusquement au début du mois que 40% des nouvelles doses de vaccin de l’État seraient destinées aux communautés vulnérables, mais cette décision a frustré les responsables locaux de la région de la Baie, qui n’avait pratiquement aucune des communautés prioritaires.

Le Dr Jeffrey V. Smith, l'exécutif du comté de Santa Clara, a récemment décrit le programme comme "un faux plan d'équité". Le maire Vicente Sarmiento de Santa Ana, le siège du comté d'Orange et qui abrite de nombreux Latinos à faible revenu, a salué le plan.

La Floride, plus que la plupart des États, a mis l'accent sur l'âge, plutôt que sur la profession ou d'autres facteurs de risque, dans son approche de l'admissibilité aux vaccins. L'État a commencé par se concentrer sur les personnes de 65 ans et plus, puis a abaissé le seuil d'âge à 50 ans. Mercredi, 24% de la population totale de Floride avait reçu au moins un vaccin et 14% étaient entièrement vaccinés, selon un New York Times analyse des données des Centers for Disease Control and Prevention.

Le nombre de nouveaux cas de virus signalés en Floride a oscillé autour de 4600 par jour ces dernières semaines, un niveau qui, selon les responsables de la santé, est encore trop élevé, même s'il a considérablement chuté par rapport à un sommet plus tôt cette année.

Les efforts de l’État pour rouvrir son industrie du tourisme n’ont pas été sans problèmes. À Miami Beach, les responsables locaux ont été submergés par les fêtards des vacances de printemps qui ont ignoré les précautions de sécurité telles que le port de masque et la distanciation sociale. La situation est devenue si mauvaise que la ville a imposé un couvre-feu et a envoyé des policiers en tenue anti-émeute pour disperser les foules.

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

États-Unis >

États-UnisLe 25 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

69 586

+ 3%

Nouveaux décès

1 270

–31%

Monde >

MondeLe 25 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

636 543

+ 23%

Nouveaux décès

10 778

+ 4%

Vaccinations aux États-Unis ›

Administrer le vaccin contre le coronavirus AstraZeneca mercredi à Londres.Crédit ... Dan Kitwood sur la base de données plus récentes que celles incluses lorsque la société a annoncé les résultats intermédiaires de son essai clinique américain lundi.

La société a déclaré dans un communiqué de presse que son vaccin était efficace à 76% pour prévenir Covid-19, ce qui est légèrement inférieur à l'efficacité de 79% annoncée lundi par la société.

Les nouveaux résultats renforcent les arguments scientifiques en faveur du vaccin assiégé. Mais ils pourraient ne pas réparer les dommages causés à la crédibilité d'AstraZeneca après que les responsables de la santé américains et les moniteurs indépendants aient émis une réprimande extraordinaire de la société pour ne pas avoir compté certains cas de Covid-19 lorsqu'elle a annoncé ses premières conclusions plus tôt cette semaine.

Le vaccin de la société était déjà soumis à un examen minutieux en Europe après qu'une alerte à la sécurité ait incité plus d'une douzaine de pays à cesser temporairement de l'utiliser. La plupart des pays ont recommencé à utiliser le vaccin, mais le Danemark a annoncé jeudi qu'il prolongeait sa suspension.

AstraZeneca a déclaré mercredi que les résultats complets de son étude sur 32000 personnes ont montré que son vaccin était efficace à 100% pour prévenir les maladies graves et à 85% pour prévenir Covid-19 chez les personnes de plus de 65 ans.

Lorsqu'elle a dévoilé ses résultats intermédiaires lundi, affirmant que le vaccin était efficace à 79%, la société a ignoré des dizaines de cas de Covid-19 récemment confirmés qui avaient surgi chez des volontaires d'essai avant la mi-février.

Dans une lettre à la société et aux responsables fédéraux, le comité de surveillance indépendant qui aidait à superviser l'essai clinique a émis une réprimande inhabituelle à AstraZeneca pour avoir semblé sélectionner des données pour rendre son vaccin plus efficace.

"Des décisions comme celle-ci érodent la confiance du public dans le processus scientifique", indique la lettre. Les membres du comité de surveillance ont écrit que leur modélisation statistique avait révélé que le vaccin pourrait avoir un taux d'efficacité inférieur - entre 69 et 74 pour cent - si les cas de Covid-19 en question étaient inclus dans l'analyse.

Écoutez "Le Quotidien": l’état des vaccinations

Un regard sur l'expansion rapide des vaccins, les personnes qui tiennent encore, et le code de la route pour ceux qui sont vaccinés.L’Institut national des allergies et des maladies infectieuses a par la suite divulgué les préoccupations du groupe par le biais d’une déclaration publique.

La raison pour laquelle la projection du conseil de surveillance s’est avérée inférieure à celle des résultats complets d’AstraZeneca n’était pas claire. Les derniers résultats pourraient encore changer car il y a encore 14 cas possibles de Covid-19 que les représentants d'AstraZeneca n'ont pas encore classés comme cas réels.

Jusqu'à ce qu'ils reçoivent la lettre du conseil de surveillance, les dirigeants d'AstraZeneca ne savaient pas que le panel s'attendait à ce qu'ils incluent ces cas dans les résultats divulgués dans leur communiqué de presse, selon une personne familière avec la pensée des dirigeants.

Les experts en vaccins ont déclaré que le retour des responsables fédéraux semblait refléter des niveaux élevés de méfiance entre les régulateurs américains et AstraZeneca. Certains craignaient que l’épisode ne porte atteinte à la confiance du public non seulement dans le vaccin d’AstraZeneca, mais dans tous les vaccins contre le coronavirus.

"Ce vaccin est si important pour la santé mondiale et les différends ne favorisent pas la santé mondiale", a déclaré Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Les régulateurs européens ont déclaré la semaine dernière qu'une revue avait révélé que le vaccin était sûr après qu'un petit nombre de personnes qui avaient récemment été inoculées ont développé des caillots sanguins et des saignements anormaux. Jeudi, les régulateurs ont annoncé la formation d'un groupe d'experts pour examiner les problèmes de caillots sanguins et le risque potentiel. Le groupe se réunira à la fin du mois et publiera ses conclusions début avril.

Les responsables de la santé au Danemark ont ​​déclaré qu'ils continueraient d'enquêter sur les problèmes de sécurité jusqu'au 15 avril. Le Danemark a été le premier pays à suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca, le 11 mars. Il a signalé deux décès par hémorragie cérébrale parmi les personnes qui avaient reçu le vaccin.

L'essai américain n'a révélé aucun signe de tels problèmes de sécurité.

Dans d'autres développements à travers le monde:

  • Écoles en Roumanie fermera pendant quatre semaines à compter du mois prochain alors que le pays d'Europe de l'Est se bat pour enrayer sa dernière vague de cas de Covid-19. La plupart des écoles fermeront du 2 avril au 4 mai, a annoncé jeudi Sorin Cimpeanu, ministre roumain de l’Education, prolongeant la pause habituelle pour les Pâques orthodoxes et catholiques.
  • Voyageurs volant à Allemagne devront montrer la preuve qu'ils ont été testés négatifs pour Covid-19 avant d'embarquer sur les vols à partir de dimanche, a déclaré jeudi le ministère de la Santé du pays. Les Allemands se sont précipités pour réserver des vols et des hôtels au Portugal et en Espagne pour les vacances de Pâques et de la Semaine Sainte après que le gouvernement ait retiré ces nations de sa liste "à risque" qui obligent les gens à se mettre en quarantaine à leur retour en Allemagne.

Le directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, a témoigné à distance jeudi devant le comité de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants des États-Unis, avec ses collègues dirigeants de Big Tech Sundar Pichai et Jack Dorsey. Crédit .. Google et Twitter sur le rôle de leurs entreprises dans la propagation de la désinformation potentiellement nuisible sur Internet. Les pistes d'enquête étaient larges et incluaient la manière dont Big Tech pourrait entraver la lutte contre le coronavirus en permettant à la désinformation sur les vaccins de proliférer.

Les membres démocrates et républicains du comité de l'énergie et du commerce de la Chambre ont grillé Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey pendant plus de cinq heures, et la question de savoir si Facebook, YouTube et Twitter faisaient assez pour endiguer la désinformation nuisible autour de la vaccination a été soulevée à plusieurs reprises.

"Vous pouvez résoudre ce problème", a déclaré le représentant Mike Doyle, démocrate de Pennsylvanie. "Mais vous choisissez de ne pas le faire." Il a déclaré que Facebook "avait les moyens" d'endiguer la vague de désinformation, "mais à chaque fois, vous choisissez l'engagement et le profit plutôt que la santé et la sécurité" des utilisateurs de Facebook.

La lutte contre la désinformation et ses effets sur les utilisateurs a été un problème majeur pour les plates-formes technologiques au cours des quatre dernières années, atteignant un sommet en matière de politique après l'élection présidentielle de 2016. Dans le même temps, des informations fausses et trompeuses sur les vaccins Covid-19 et leur disponibilité auprès du grand public ont proliféré sur les plateformes numériques.

Cette semaine encore, une douzaine de procureurs généraux ont appelé Facebook et Twitter à sévir davantage contre le contenu anti-vaccination qui apparaît sur leurs sites, pointant vers un certain nombre de comptes de "super-diffuseur anti-vaxxer" dans les services, dont ils ont affirmé qu'ils étaient responsables. pour une grande partie de la désinformation sur les vaccins circulant à travers les plates-formes.

"Votre réticence à vous engager sans ambiguïté à appliquer vos propres politiques et à supprimer les 12 diffuseurs les plus flagrants de désinformation vaccinale de vos plates-formes va droit à ce qui me préoccupe", a déclaré le représentant Jerry McNerny, démocrate de Californie, lors de l'audience.

Pour leur part, les dirigeants de la technologie ont déclaré qu'ils avaient intensifié leurs efforts pour lutter contre la désinformation sur les vaccins conformément aux politiques de leur entreprise. M. Zuckerberg, directeur général de Facebook, a déclaré que la société avait institué de nouvelles règles concernant la désinformation sur le coronavirus et les vaccins, et avait agi rapidement pour supprimer les cas de ce contenu lorsqu'ils étaient découverts par les systèmes de la société. Facebook a supprimé plus de 12 millions de messages faux ou trompeurs concernant Covid-19 ou des vaccins au cours des derniers mois, a déclaré la société.

M. Pichai, directeur général de la société mère de Google, Alphabet, a fait écho à cela en ce qui concerne la filiale de Google YouTube, et M. Dorsey a également souligné que sa société, Twitter, réprimait les tweets faux ou trompeurs liés aux vaccins.

Mais les dirigeants ont averti que certains contenus tombaient dans des "zones grises", en particulier lorsqu'il s'agissait de points qui n'étaient pas prouvés ou manifestement faux, et qu'il était difficile pour chaque entreprise de contrôler tout le contenu tout le temps aux échelles auxquelles ils fonctionner. Et les dirigeants ont tous découragé toute évolution vers un avenir dans lequel leurs plates-formes deviendraient de soi-disant "arbitres de la vérité" dans le discours public. Ils ont souligné qu'ils préféraient se tromper en n'intervenant dans le contenu que dans des circonstances clairement définies dans les politiques de leur entreprise.

"Je ne pense pas que quiconque veuille un monde où l'on ne puisse dire que des choses que les entreprises privées jugent vraies", a déclaré M. Zuckerberg. "Mais nous ne voulons pas non plus que des informations erronées se propagent qui sape la confiance dans les vaccins, empêche les gens de voter ou cause d'autres préjudices."

Le Dr George Yancopoulos, président de Regeneron, sur le campus de l’entreprise à Tarrytown, dans l’État de New York, en septembre dernier. Crédit ... Brendan Mcdermid Cuomo a reçu un accès spécial aux tests de coronavirus l'année dernière alors que la première vague de la pandémie déchirait New York, une époque où les tests étaient sévèrement limités.

La société, Regeneron, a demandé des tests à l'État pour son président, le Dr George Yancopoulos, et sa famille après qu'un "membre de sa famille ait été infecté par Covid-19", a déclaré une porte-parole de l'entreprise. Les agents de l'État ont accédé à la demande et ont testé la famille à la maison en mars.

À ce moment-là, New York était devenu l'épicentre de la pandémie, sa population effrayée étant soudainement confrontée à une fermeture généralisée face à un virus dont on savait peu de choses.

Le mois suivant, le Gouverneur Cuomo a annoncé que Regeneron créerait 500 000 kits pour tester des échantillons et les fournirait gratuitement à l’État de New York.

La société, qui est finalement devenue un acteur essentiel dans les efforts visant à réduire le risque d'hospitalisation et de décès chez les patients à haut risque de Covid-19, a déclaré que le Dr Yancopoulos n'avait pas été impliqué dans le don des kits.

Le traitement inhabituel et préférentiel accordé au Dr Yancopoulos a également été étendu aux proches de M. Cuomo, y compris sa mère, Matilda Cuomo, et son frère et au moins une de ses sœurs, ainsi que d'autres bien connectés. personnes, selon des personnes ayant une connaissance directe de l'effort.

Les révélations sur l'accès spécial qu'ils ont obtenu aux tests de coronavirus gérés par l'État au début de la pandémie ont attiré l'intérêt des enquêteurs de l'Assemblée de l'État de New York.

Le comité judiciaire de l'Assemblée de l'État de New York s'est déjà penché sur plusieurs allégations de harcèlement sexuel formulées ces dernières semaines contre M. Cuomo, ainsi que sur la manipulation par ses cadres supérieurs de données relatives aux décès dans les maisons de retraite.

Jeudi, le président du comité, le député Charles D. Lavine, a déclaré que l’accès préférentiel pour la famille de M. Cuomo ferait également partie de l’enquête.

Le campus Rutgers au Nouveau-Brunswick, New Jersey, a fermé ses portes l'automne dernier. Crédit ... Bryan Anselm pour le New York TimesPrenant note du vœu du président Biden de rendre chaque adulte éligible à un vaccin au début de l'été, l'Université Rutgers, dans le New Jersey, a annoncé jeudi que tous les étudiants devraient être complètement vaccinés contre le coronavirus avant d'être autorisés à retourner sur le campus dans le tombe.

"L'ajout de la vaccination contre le COVID-19 à nos exigences d'immunisation pour les étudiants aidera à fournir une expérience universitaire plus sûre et plus solide à nos étudiants", a déclaré Jonathan Holloway, président de l'Université Rutgers, dans un communiqué. L'université, l'une des plus grandes du pays, serait l'une des premières à exiger que les étudiants reçoivent le vaccin contre le coronavirus.

Cette exigence s’appliquera aux trois campus principaux de Rutgers, au Nouveau-Brunswick, à Newark et à Camden. À compter de l'automne, les étudiants devront présenter une "preuve de vaccination" avant de s'installer dans leur dortoir ou d'assister à des cours en personne.

Selon l'université, les étudiants peuvent demander une exemption pour des raisons médicales ou religieuses. Ceux qui participent à des programmes entièrement en ligne ou hors campus seront également exemptés. L'université compte plus de 70 000 étudiants, dont 81% sont des résidents du New Jersey.

Plus tôt ce mois-ci, le gouverneur Phil Murphy a déclaré que l'État disposerait de suffisamment de vaccins "pour presque tout le monde" d'ici mai. Il s’est fixé comme objectif d’assurer que 70% de la population adulte de l’État soit vaccinée au cours des six prochains mois.

Rutgers prévoit d'ouvrir un centre de vaccination une fois que de nouvelles doses seront disponibles. Dory Devlin, porte-parole de l'université, a déclaré que le collège élaborait toujours des plans sur la manière dont les étudiants vaccinés et non vaccinés interagiraient.

Même avec la nouvelle exigence, les étudiants des campus Rutgers devront pratiquer la distanciation sociale et utiliser des masques faciaux, a déclaré l'université. Tous les professeurs, membres du personnel et étudiants du campus devront participer au programme de test de l’université. Et l'université prévoit de continuer à offrir des cours hybrides pour éviter la surpopulation dans les salles de classe l'année prochaine, a déclaré Mme Devlin.

Jusqu'à présent, les dirigeants universitaires n'ont pas rendu obligatoire la vaccination des professeurs et du personnel, mais "exhortent fortement" leurs employés à le faire avant l'automne.

Des vaccins contre le coronavirus ont été administrés mercredi à Cleveland, Mississippi, crédit ... Rory Doyle pour le New York TimesLe président Biden, qui a déclaré lors de son investiture qu'il aurait "100 millions de coups dans les bras" d'Américains d'ici son 100e jour au pouvoir, a annoncé jeudi lors de sa conférence de presse qu'il doublait cet objectif.

L’objectif en mouvement est conforme au modèle du président: visez bas, et quand il est clair que l’objectif initial sera dépassé, ajustez à la hausse sur un autre objectif atteignable.

Le pays est déjà sur la bonne voie pour atteindre le chiffre de 200 millions. Jeudi, les Centers for Disease Control and Prevention ont rapporté qu'un total de 130 millions de vaccins avaient été administrés et que 14% de la population américaine était entièrement vaccinée.

La Maison Blanche compte les coups de feu administrés depuis le 20 janvier, date à laquelle M. Biden a pris ses fonctions; la nation a franchi cette étape la semaine dernière, lors de son 58e jour de fonction, a déclaré jeudi le président.

"Nous aurons, à mon 100e jour au pouvoir, administré 200 millions de coups de feu dans les bras du peuple", a déclaré M. Biden, annonçant son nouvel objectif au début de sa conférence de presse. "C'est vrai - 200 millions de clichés en 100 jours. Je sais que c'est ambitieux, deux fois notre objectif initial, mais aucun autre pays au monde ne s'est même rapproché. "

Les fabricants de vaccins font également leur chemin. Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson ont promis des doses suffisantes pour inoculer tous les quelque 260 millions d’adultes du pays d’ici la fin du mois de mai, comme l’a promis M. Biden. En juin, les premiers producteurs de vaccins, Pfizer et Moderna, devraient livrer 100 millions de doses supplémentaires - suffisamment pour couvrir 50 millions de personnes supplémentaires.

Les États-Unis ont administré en moyenne environ 2,5 millions de doses par jour au cours de la semaine dernière. Si ce rythme se poursuit, le pays dépasserait l’objectif de 200 millions de tirs avant le 100e jour de M. Biden, le 30 avril

Les responsables disent que la nation atteindra bientôt un point où l'offre de vaccins dépasse la demande; lorsque cela se produira, la principale préoccupation ne sera pas une pénurie de vaccins, mais de convaincre ceux qui sont sceptiques quant au vaccin de se faire vacciner et de décider quoi faire avec un stock croissant. L'hésitation à la vaccination est particulièrement importante chez les minorités, ainsi que chez les républicains, qui ont passé des mois l'année dernière à écouter l'ancien président Donald J.Trump suggérer que le risque du virus était exagéré.

Plus tôt jeudi, des responsables de la Maison Blanche ont déclaré que l'administration dépenserait 10 milliards de dollars de crédits du Congrès pour élargir l'accès aux vaccins Covid-19 et renforcer la confiance en matière de vaccins dans les communautés les plus touchées et les plus à risque. Le C.D.C. a également annoncé jeudi que les cliniques de dialyse offriraient désormais des vaccins aux patients atteints d'insuffisance rénale chronique dans les centres de dialyse et au personnel de santé des centres, dans le cadre d'un partenariat fédéral.

Le pape François lors d'une réunion du Tribunal de la Rote romaine mercredi. Le pape François a ordonné des réductions de salaire générales pour les cardinaux et autres religieux de haut rang travaillant au Vatican.Crédit ... EPA, via ShutterstockROME - Dans un effort pour contenir les coûts et sauver des emplois dans un contexte de baisse des dollars des touristes et des dons à la suite de la pandémie de coronavirus, le pape François a ordonné des réductions de salaire généralisées pour les cardinaux et autres religieux de haut rang travaillant dans le Vatican.

Les cardinaux verront leurs revenus réduits de 10%, selon un décret publié mercredi. Les supérieurs des départements du Vatican verront leurs salaires réduits de 8%, tandis que des réductions de 3% seront appliquées aux prêtres et aux religieuses de haut niveau. Un gel des salaires de deux ans a été imposé aux autres employés à des échelles de salaire plus élevées.

Le pape lui-même ne reçoit pas de salaire.

La pandémie a "influencé négativement toutes les sources de revenus du Saint-Siège et de l'État de la Cité du Vatican", a écrit François dans une lettre apostolique. "Un avenir économique durable nécessite aujourd'hui, entre autres décisions, l'adoption de mesures qui concernent également les salaires des employés."

Les coupes, qui entreront en vigueur le 1er avril, ne concernent que les employés du Saint-Siège, de la Cité du Vatican et des institutions associées, y compris le Vicariat de Rome. Ils ne s'appliqueront pas au personnel du Vatican qui peut prouver qu'il ne peut pas supporter les coûts des soins médicaux personnels ou ceux des membres de sa famille proche.

Sur les quelque 5000 personnes employées dans la Curie romaine, les institutions administratives du Saint-Siège et dans l'État de la Cité du Vatican, les cardinaux ont les salaires mensuels les plus élevés, variant entre 4000 et 5000 euros, soit environ 4700 à 5900 dollars, selon Mimmo Muolo, l'auteur du livre de 2019 "L'argent de l'Église". Le Vatican ne rend pas publics les salaires des fonctionnaires.

Le budget 2021 approuvé par François prévoyait un déficit de 49,7 millions d'euros, alors même que les coûts de fonctionnement avaient été réduits de 24 millions d'euros par rapport à 2019, l'année précédant la pandémie. Le personnel représente environ la moitié du budget.

Le révérend Juan Antonio Guerrero Alves, le plus haut responsable économique du Vatican, a déclaré ce mois-ci que les revenus devraient être d'environ 213 millions d'euros en 2021, soit une réduction de 30% par rapport à 2019.

Les revenus du Saint-Siège proviennent de la gestion immobilière, des investissements et des dons. L'État de la Cité du Vatican a un budget séparé et tire une partie de ses revenus des musées du Vatican. Les musées ont été ouverts et fermés l'année dernière à cause de la pandémie.

Des travailleurs essentiels à Chennai, en Inde, en attente de se faire vacciner contre Covid-19 samedi dernier. Le gouvernement a fortement réduit les exportations de doses de vaccins pour accélérer les efforts au pays. Crédit ... Arun Sankar ce qui a entraîné des revers pour les campagnes de vaccination dans de nombreux autres pays, alors que le pays s'en sort se concentre sur une augmentation des cas dans son pays.

Le gouvernement indien retient désormais la quasi-totalité des 2,4 millions de doses de vaccin produites quotidiennement par le Serum Institute of India, l’un des plus grands fabricants mondiaux de vaccins AstraZeneca.

L'Inde a désespérément besoin de toutes les doses qu'elle peut recevoir. Les infections montent en flèche, atteignant 50 000 par jour, soit plus du double du nombre d'il y a moins de deux semaines. Et la campagne de vaccination indienne a été lente, avec moins de 4 pour cent des près de 1,4 milliard de personnes en Inde recevant un vaccin, loin derrière les taux des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la plupart des pays européens.

Il y a quelques semaines à peine, l'Inde était un exportateur majeur du vaccin AstraZeneca et l'utilisait pour exercer une influence en Asie du Sud et dans le monde. Plus de 70 pays, de Djibouti à la Grande-Bretagne, ont reçu des vaccins fabriqués en Inde, avec un total de plus de 60 millions de doses. De la mi-janvier à mars, il ne s'est pas écoulé plus de quelques jours entre les principales expéditions de vaccins quittant l'Inde.

Mais la taille de ses expéditions à l’étranger a considérablement diminué au cours des deux dernières semaines, selon les données du ministère indien des Affaires étrangères. Et Covax, le programme mis en place par les agences donatrices pour acheter des vaccins pour les pays les plus pauvres, a déclaré jeudi qu'il avait dit à ces pays que près de 100 millions de doses attendues en mars et avril subiraient des retards en raison de "l'augmentation de la demande de vaccins Covid-19 en Inde."

Le gouvernement indien n’a pas commenté publiquement ce qui se passe et ne le ferait pas une fois contacté par le New York Times pour cet article. Mais les experts de la santé disent que l’explication est évidente: l’Inde est en train de tracer ses portes alors qu’une deuxième vague d’infections frappe son pays, se tenant fermement à un vaccin qu’elle n’a pas développé mais qui est produit en quantités énormes sur son sol.

Trois autres régions de France seront soumises à des restrictions plus strictes à partir de vendredi soir, notamment la ville de Lyon et ses environs. Crédit ... Andrea Mantovani pour le New York TimesUne semaine après que plusieurs régions, dont Paris, ont été bloquées, les autorités françaises ont annoncé jeudi que de nouvelles régions suivraient, alors que la France tente de lutter contre une augmentation des infections.

"La situation épidémique n'est pas bonne", a déclaré le ministre français de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse jeudi. Il a déclaré que la pression sur le système hospitalier, qui est déjà élevée, continuerait d'augmenter "dans les prochains jours".

M. Véran a déclaré que trois départements supplémentaires - les régions administratives du pays - seraient soumis à des "mesures de freinage renforcées" pendant quatre semaines, à compter de vendredi soir. Ils comprennent la région où se situe la ville de Lyon, ainsi que les zones de l'est du pays.

Les mesures à mettre en place sont similaires à celles imposées la semaine dernière autour de Paris, ainsi que dans une grande partie du nord et dans la pointe sud-est du pays.

La plupart des magasins considérés comme non essentiels devront fermer et les déplacements des personnes seront limités dans un rayon de 10 km autour de leur domicile. Quitter les régions sera interdit. Les nouvelles restrictions s'ajoutent à un couvre-feu nocturne qui était déjà en place dans les trois départements.

M. Véran a tenté de mettre les nouvelles règles sous le jour le moins onéreux.

"Ce n'est pas un verrouillage", a-t-il dit, "mais 50 nuances de mesures qui prennent en compte la situation épidémique et ce que nous savons du virus."

Interrogé sur l'éventuelle fermeture d'écoles, il a déclaré que ce serait une "solution de dernier recours" en raison de ses "très lourdes conséquences" sur les enfants et leurs familles.

Contrairement à certains de ses voisins, la France a résisté à un nouveau verrouillage national, même face aux nouvelles variantes de virus, optant plutôt pour des mesures régionales.

M. Véran a déclaré que plus de sept millions de personnes dans le pays avaient reçu une première injection d'un vaccin Covid-19, soit près de 11 pour cent de la population totale. Plus de 2,5 millions de personnes ont eu deux injections, a-t-il déclaré.

M. Véran a également annoncé une extension de l'admissibilité au vaccin ce samedi à toute personne de plus de 70 ans. L'objectif est de faire passer un premier vaccin à 10 millions de personnes d'ici la mi-avril.

"Cet été pourrait être celui d'un retour progressif à la normale, et ensuite il n'y aura probablement pas de vagues supplémentaires à venir", a déclaré M "Nous devons tenir encore quelques semaines et nous y arriverons. Nous allons vaincre cette troisième vague. "

La France a enregistré plus de 45 000 nouveaux cas jeudi, un nombre qui rappelle les chiffres observés lors de la deuxième vague de la pandémie à l'automne. Le nombre de morts a augmenté de 225 au cours des dernières 24 heures pour s'établir à 93 378, le huitième le plus élevé au monde.

Le corps d'une personne décédée mercredi avec Covid-19 dans l'unité de soins intensifs d'un hôpital municipal de Duque de Caxias, au Brésil. Crédit ... Felipe Dana a déclaré jeudi le ministère de la Santé, soulignant l'ampleur d'une épidémie de boule de neige qui devient une crise politique majeure pour le président Jair Bolsonaro.

Le nombre record de cas, ainsi que 2 777 décès supplémentaires liés à Covid-19, survient un jour après que le Brésil a dépassé les 300 000 décès dus à la pandémie, le pire bilan du monde après les États-Unis.

Le Brésil a souffert d'un déploiement irrégulier du vaccin, d'un manque de coordination nationale et d'une nouvelle variante infectieuse. Les critiques, y compris les législateurs de haut rang ayant des liens avec le président, blâment de plus en plus M. Bolsonaro pour sa gestion de la pandémie. Il a suscité de vives critiques pour ses efforts visant à bloquer les verrouillages, à mépriser les masques et à semer le doute sur les vaccins.

M. Bolsonaro fait également face à des appels croissants pour remplacer le Ministre des affaires étrangères Ernesto Araujo en raison des échecs de la riposte du pays à la pandémie. Le président du Sénat, Rodrigo Pacheco, a déclaré jeudi que la politique étrangère du Brésil devait s’améliorer, ajoutant qu’il appartenait à M. Bolsonaro de décider s’il remplacerait M. Araujo.

Proche allié idéologique du président, M. Araujo a été critiqué pour ses barbes contre la Chine, qui distribue des vaccins à ses alliés, alors qu'il a eu du mal à obtenir des doses du stock américain.

M. Bolsonaro, qui avait mis en doute la "ruée vers l’achat de vaccins" l’année dernière, s’est engagé à intensifier la campagne de vaccination du pays, en ciblant 1 million de doses quotidiennes, contre environ 350 000 par jour la semaine dernière.

Jeudi, le ministre de l'Economie, Paulo Guedes, a suggéré que le secteur privé pourrait aider à accélérer les vaccinations en achetant des fournitures et en les faisant don au gouvernement. On ne sait pas si l’idée est viable dans un marché mondial des vaccins aussi serré.

Des travailleurs portant des équipements de protection individuelle enterrés non réclamés restent sur l'île Hart en avril 2020.Crédit ... John Minchillo le champ de potier de la ville, selon une analyse des données de la ville.

L'analyse, une collaboration entre le Stabile Center of Investigative Journalism de la Columbia Journalism School et un site Web d'information à but non lucratif, The City, a révélé une énorme augmentation des enterrements sur Hart Island en 2020 - 2334 adultes y ont été enterrés, contre 846 en 2019 citant des responsables de la santé publique, a attribué l'augmentation en grande partie à la pandémie: des personnes tuées par le coronavirus ou par d'autres problèmes médicaux qui n'ont pas été résolus en raison de la crise.

(Il y a eu une augmentation similaire, bien que plus faible, des enterrements de Hart Island à la fin des années 1980, au plus fort de l'épidémie de sida.)

En plus des enterrements, le bureau du médecin légiste de la ville stocke les corps non réclamés de plus de 700 personnes décédées au plus fort de la pandémie, selon Aja Worthy-Davis, porte-parole du bureau. Elle a dit que les causes exactes de décès pour beaucoup d'entre eux ne sont peut-être pas claires.

Si ces corps sont également enterrés sur Hart Island et que tous sont comptés comme des décès dus à une pandémie, le total dépasserait 3000 - environ un dixième des 30793 décès de coronavirus enregistrés dans la ville mercredi, selon une base de données du New York Times.

On estime qu'environ un million de personnes ont été enterrées sur l'île Hart depuis qu'elle est devenue un cimetière public au 19e siècle, a déclaré The City.

Les responsables de la ville ont récemment envisagé de mettre fin aux enterrements sur l'île et d'expédier des corps hors de la ville à la place. Mais pendant la pandémie, lorsque les salons funéraires ont été débordés, Hart Island est devenu un dernier recours, préférable à des corps qui languissent indéfiniment dans des camions frigorifiques.

Melinda Hunt, fondatrice du Hart Island Project, un groupe à but non lucratif qui a fait pression pour une plus grande sensibilisation et un meilleur accès à l'île, a déclaré en janvier qu'elle espérait que les exigences de la pandémie aideraient les législateurs et le public à considérer différemment les enterrements sur Hart Island. .

"Ce n’est pas quelque chose de Dickens", a déclaré Mme Hunt. "C’est un système d’enterrements ordonné et sécurisé qui fonctionne, en particulier lorsque vous avez des décès de l’ampleur d’une épidémie."

Alejandra Gerardo, 9, looks up to her mom, Dr. Susanna Naggie, as she gets the first of two Pfizer COVID-19 vaccines during a clinical trial for children at Duke Health.Credit...Shawn Rocco/Duke HealthPfizer has begun testing its Covid-19 vaccine in children under 12, a significant step in turning back the pandemic. The trial’s first two participants, 9-year-old twin girls, were immunized at Duke University in North Carolina on Wednesday.

Results from the trial are expected in the second half of the year, and the company hopes to begin vaccinating younger children widely early in 2022, according to Sharon Castillo, a spokeswoman for the company.

Moderna also is beginning a trial of its vaccine in children six months to 12 years of age. Both companies have been testing their vaccines in children 12 and older, and expect those results in the next few weeks.

AstraZeneca began testing its vaccine last month in children six months and older, and Johnson & Johnson has said it planned to extend trials of its vaccine to young children after assessing its performance in older children.

Immunizing children will help schools reopen, said Dr. Emily Erbelding, an infectious diseases physician at the National Institutes of Health who oversees testing of Covid-19 vaccines in special populations.

An estimated 80 percent of the population may need to be vaccinated for the United States to reach what scientists call herd immunity, when the virus would stop spreading because anyone with an active infection would be unlikely to encounter many people who could catch it from them. Still, some adults may refuse to be vaccinated, and others may not produce a robust immune response.

Children under 18 make up about 23 percent of the population in the United States, so even if a vast majority of adults opt for vaccines, “herd immunity might be hard to achieve without children being vaccinated,” Dr. Erbelding said.

Vidéotranscript

Retourtranscript

New York Plans to Open Vaccination Site for Broadway Theater Workers

Mayor Bill de Blasio of New York said on Thursday that the city plans to open a Covid-19 vaccination site on Broadway, as well as a mobile vaccination unit and pop-up sites specifically for theater industry workers.It’s time to raise the curtain and bring Broadway back. So the next four weeks, we’ll be setting up dedicated vaccination sites, specifically for the theater community, the theater industry. It will be staffed by workers from the theater industry. We’re going to make sure it’s right where people are used to going, right in the heart of the theater district. We’re also going to have a mobile unit that will serve off-Broadway theaters. It’s so important to make sure that people are getting vaccinated, now as we look forward to the fall, also to make sure that testing is available on an ongoing basis. So there will be pop-up testing sites at and near theaters on Broadway and off Broadway. Now, we’re working with the Broadway community now to develop the plans to make the reopening go smoothly. One of the things we need is a crowd management plan. The city will be actively engaged in helping theaters to manage crowds before and after shows. We’re going to have an active presence working with the theater community to make sure that goes smoothly as well. So we’ll do the testing, we’ll help with the crowd management, working with the theaters, we’ll do everything in our power to bring Broadway and off-Broadway back strong. But we need some help. We need some help from the state of New York. So I’m calling upon the state to please quickly issue clear guidance for theater workers in terms of mask usage, in terms of how we use proof of vaccination or proof of negative testing to help ensure that everyone can work, and that crowds can come back in the fall.

Mayor Bill de Blasio of New York said on Thursday that the city plans to open a Covid-19 vaccination site on Broadway, as well as a mobile vaccination unit and pop-up sites specifically for theater industry workers.CreditCredit...Jeenah Moon Mayor Bill de Blasio announced on Thursday, as the city hopes to reopen shows by the fall.

In addition to the Broadway vaccination site, there would be a mobile vaccination unit for theater workers in other parts of the city The sites will be staffed by theater workers, many of whom have been relying on unemployment insurance since Broadway shut down more than a year ago.

“This is going to be a year to turn things around,” Mr. de Blasio said. “It’s time to raise the curtain and bring Broadway back.”

The city’s plans will not change the state’s rules around vaccinations, which currently limit eligibility to people 50 and older, plus those in certain job categories or with certain health conditions. Mr. de Blasio said that the sites would be set up over the next four weeks or so, and that vaccination eligibility is expected to expand by then.

There are also plans for pop-up coronavirus testing sites outside or near Broadway and Off Broadway theaters, to make sure that there is ample testing available as the industry tries to get back on its feet. And the city will assist theaters in developing plans to safely manage crowds entering and leaving theaters.

Gov. Andrew M. Cuomo of New York announced this month that arts, entertainment and events venues could reopen April 2 at 33 percent of capacity, with a ceiling of 100 people indoors or 200 people outdoors, and higher limits if patrons are required to show that they have recently tested negative. But Broadway producers say it is not economically feasible to run commercial productions at reduced capacity. Although there may be some special events inside theaters in the spring and summer, full-scale plays and musicals are not likely to open until after Labor Day.

  • The city of Berlin is testing a program that would allow people to attend live performances at its opera houses and theaters. The audience would be required to wear masks, maintain social distance and test negative for Covid-19; the test would be included in the price of admission. The first 350 tickets to a show at the venerable Berliner Ensemble theater sold out in four minutes.

Registering for a vaccination in Milan this week.Credit...Alessandro Grassani for The New York TimesThe European Union, where coronavirus vaccinations are moving at a maddeningly slow pace compared with those in United States and Britain, made clear this week that it is willing to flex its muscles to get more doses for its citizens, going so far as to curb exports of vaccine from the bloc.

But the E.U.’s trouble inoculating its population does not result from an inadequate vaccine supply alone.

Bureaucratic inertia, strategic errors, a diffusion of responsibility and logistical problems in booking appointments have all helped seriously undercut vaccination efforts.

Consider the northern Italian town of Cremona, an early victim during the pandemic’s initial explosion in Europe.

Over the weekend, the mayor got a call that the local vaccination center was empty. The region’s booking < “There was staff, there were also vaccines, but there were no people,” said the mayor, Gianluca Galimberti. Similar scenarios are playing out throughout the country, as the authorities struggle to get vaccines to older and vulnerable Italians who most need them. But the problems getting people vaccinated are hardly limited to Italy. The temporary suspension last week by multiple countries of the AstraZeneca vaccine, one that the European Union has bet on, was just one indication of how Europe’s rollouts have been plagued by an overabundance of caution, bad deals and flouted obligations by pharmaceutical companies. The situation remains so dire that the bloc unveiled emergency restrictions to curb exports of Covid-19 vaccines for six weeks. And the Italian government, acting on a request from the European Commission, the E.U. executive arm, sent the police to inspect 29 million doses of AstraZeneca vaccine in a facility outside Rome, amid suspicions of possible exports out of the bloc. Italy is paying an especially heavy price for the vaccination campaign problems. A full year after the country became the first Western nation to confront the virus, it now has the dubious distinction of having the highest rate of daily deaths from Covid-19 among Europe’s major powers. And the missteps have especially affected Italy’s most vulnerable population: the elderly. Fewer than one in five people over 80 have received both doses of a vaccine, and less than 5 percent of septuagenarians have received their first shot. When it comes to distributing vaccines, Italy is on par with France and Germany and a little behind Spain, but its difficulties in vaccinating older citizens are far more consequential, given that it is the country with the oldest population in Europe. “Every time the phone rings, I hope it’s them,” said Ester Bucco, an 84-year-old resident of the Lombardy region, who registered two months ago to get vaccinated. She has yet to get an appointment. The Nelson Airport in New Zealand last year. The New Zealand government has announced that it would require citizens returning from overseas to remain in the country for six months, rather than the previous three, or pay a quarantine fee.Credit.. twice as long as the previous requirement, and to pay for hotel quarantine if they don’t. The new rules, which took effect on Wednesday, add to the anxiety of New Zealand residents abroad who have been waiting to book spots in a quarantine system that the government introduced in October. There is currently a waiting list of around four months, and new slots often disappear within minutes. Under the new system, returning citizens who plan to stay less than six months must pay 3,100 New Zealand dollars, or around $2,150, for the two-week hotel quarantine they are required to undergo upon arrival. They had previously been required to pay the fee for stays of less than three months. The changes were a response to anecdotal evidence that New Zealanders were entering the country for a three-month “holiday” to avoid paying the fee, said Chris Hipkins, the minister for Covid-19 response. “Ultimately, our managed isolation facilities are designed to ensure that New Zealanders who need to return home are able to,” he told reporters on Wednesday. New Zealand is one of the few places in the world that is limiting the number of residents who can return home during the pandemic. Tens of thousands of Australian citizens have also been stranded abroad in recent months because of restrictions that limit number of people allowed on flights into that country. The new charges in New Zealand are expected to affect approximately three percent of those returning, according to the Ministry of Business Innovation and Employment. As of February, New Zealand’s quarantine system was free to most residents and had collected only $4.7 million in fees since its introduction last spring. The system has cost taxpayers around $1.7 million a day, according to figures provided to Radio New Zealand last year. New Zealand has all but eliminated local transmission of the coronavirus, reporting a total of 2,476 cases and 26 deaths as of Friday, according to a New York Times database. It has so far vaccinated 41,500 people, most of them workers at the country’s border or immigration facilities. California plans to allow relatives to resume visiting prisoners next month. The state has had major coronavirus outbreaks at several of its prisons, including San Quentin.Credit...Eric Risberg presenting challenges for facilities that want to balance much-needed contact between inmates and their families with the need to limit the spread of Covid-19 in one of the nation’s hardest-hit populations. California, Texas, Ohio, Michigan, Delaware and Louisiana have either resumed allowing visits in the past few days or plan to restart them in the next few weeks. Even when most were closed to visitors, the nation’s correctional institutions suffered many major coronavirus outbreaks, with almost 660,000 cases and nearly 3,000 deaths in all, according to a New York Times database. The facilities are preparing for the resumption of visits with extra safety protocols, including social distancing and temperature screenings. There will also probably be a good deal of awkwardness and long, silent gazes, prisoners, relatives and experts said. Family visits are what keeps prisoners “motivated, not to mention sane,” said Craig Haney, a psychology professor and expert on prison isolation at the University of California, Santa Cruz. “There will be socially awkward interactions, and even more than a little initial social anxiety,” Dr. Haney said about the resumption of visits. “And some relationships will have changed. Children are one year older, and have grown up without the limited face-to-face contact they were once afforded with their incarcerated parent. The relationships will have to be re-established on a somewhat different footing.” After California resumes allowing in-person visits on April 10, Michelle Tran plans to visit her husband, Thai Tran, at Avenal State Prison for the first time since March 8, 2020. “I’m going to be there,” Ms. Tran said she told her husband I know that sounds crazy, to see you’re not virtual, you’re real. I need to see your face. And that’s what I need. I need to see my husband.” Lamont Heard, 43, who is incarcerated at the Lakeland Correctional Facility in Michigan, said he has struggled with his mental health because he hasn’t seen his family. “I’m not evolving,” Mr. Heard wrote in an email. “Having the feelings of being ignored, rejected, left out and cut off. It makes me feel like I’m by myself, and I go into a deep depression. But a visit takes all of that away.” Global Roundup Vials of the AstraZeneca Covid-19 vaccine at a facility in Copenhagen last month.Credit...Ritzau Scanpix/Liselotte Sabroe the Danish Health Authority announced on Thursday, as other European countries are restarting use of the vaccine. bleeding and blood clots in unexpected places in the body, the head of the Danish Health Authority, Soren Brostrom, said. The European Medical Agency, the continent’s top drug regulator, said last week that it had found no sign of the vaccine causing such rare but dangerous problems, and strong evidence that its lifesaving benefits “outweigh the risk of the side effects.” The agency announced on Thursday that it was convening a group of external medical experts to help assess the safety of the vaccine. Denmark was the first country to suspend use of the AstraZeneca vaccine, on March 11. It has reported two deaths from brain hemorrhages among people who had received the shot. Officials acknowledged that continuing the suspension would lead to delays in the vaccination process. “We are very conscious that a continued hold on vaccination with the Covid-19 vaccine from AstraZeneca delays the Danish vaccination program,” Mr. Brostrom said. “However, the vaccines are already in the refrigerator. If we decide to recommence vaccination with the Covid-19 vaccine from AstraZeneca, we can quickly distribute and use the vaccines.” The health authorities in Sweden, which last week suspended the use of the AstraZeneca vaccine, said on Thursday that the country would resume its use for people over 65. In other developments around the world:

  • Écoles en Roumanie will close for four weeks starting next month as the Eastern European country fights to curb its latest wave of Covid-19 cases. Most schools will close from April 2 to May 4, Sorin Cimpeanu, Romania’s education minister, said on Thursday, extending the usual break for Orthodox and Catholic Easter.
  • Travelers flying to Allemagne will need to show proof they tested negative for Covid-19 before boarding flights starting on Sunday, the country’s health ministry said on Thursday. Germans rushed to book flights and hotels in Portugal and Spain for Easter and Holy Week holidays after the government took those nations off its “at risk” list that require people to quarantine upon return to Germany.