les responsables de la pandémie de l'ancien président Donald J.Trump ont confirmé en termes clairs et sans équivoque ce qui était déjà un secret de polichinelle à Washington: la réponse pandémique de l'administration était criblée de dysfonctionnements, et la discorde, les contre-vérités et les luttes intestines étaient très probables coûté de nombreuses vies.

  • ANNEW 20x Masque FFP2 NR Certifié Norme CE EN149 Masque de Protection Respiratoire Haute Filtration multi Couches Stock France Livraison Rapide 20 pièces
    Masque Certifié CE–ANNEW FFP2 masque est conforme aux normes européennes: EN149: 2001 + A1: 2009, la classification est FFP2 NR. Filtration à multi couches -Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. Confortable et facile à porter -le masque ANNEW à particules présente une forme profilée pour assurer un ajustement ferme, augmentant ainsi le confort et la confiance. Nos masques sont faits de tissus confortables, doux au toucher, donc ils conviennent donc parfaitement aux peaux sensibles. Facile à transporter -Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.
  • U-Kiss 50 pièces KN95 Masques FFP2 Masques Masque respirant et confortable pour bloquer la poussière de pollution atmosphérique (EN149: 2001+ A1: 2009)
    【CLASSE DE PROTECTION FFP2】U-Kiss 50 pièces masques filtrants filtrent l'air inhalé et exhalé et servent ainsi de protection individuelle et externe. Il est facile de transporter et d'utiliser ces masques FFP2 dans tous les lieux publics, permettant une respiration facile et confortable pendant des périodes prolongées. 【NORME CE】Testé, certifié et conforme à la règlementation européenne EN149:2001+A1:2009 FFP2 NR. Masque non réutilisable à usage unique. Masque non médical. 【SYSTÈME DE FILTRATION MULTICOUCHE】Notre masque FFP2 dispose d'un système de filtration à multi couches conçu avec une efficacité de filtration de plus de 95% pour filtrer efficacement la poussière / les impuretés dans l'air afin de protéger les adultes. 【CONFORTABLE ET FACILE À PORTER】Nez Souple Est Conçu Pour Fournir Un Ajustement Personnalisé Afin D'Assurer Une Douce Et Un Ajustement Confortable Pour Réduire L'Irritation De La Peau Tandis Que Les Bandes D'Oreille Extensibles Assurent est confortable à porter 【LIVRAISON RAPIDE】 Stock disponible en France –Nos masques FFP2 sont tous disponible en France qui permet une livraison extrêmement rapide.

Le Dr Deborah L.Birx, coordinateur de la réponse aux coronavirus de M. Trump, a suggéré que des centaines de milliers d'Américains pourraient être morts inutilement, et l'amiral Brett P. Giroir, le tsar des tests, a déclaré que l'administration avait menti au public sur la disponibilité de essai.

Covid-19 : Birx fustige la réponse à la pandémie de Trump et dit que les décès auraient pu être considérablement réduits

Le Dr Robert R. Redfield, ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention, a accusé le secrétaire à la Santé de M. Trump, Alex M. Azar III, et l'équipe de direction du secrétaire de le faire pression pour qu'il révise les rapports scientifiques. "Maintenant, il peut nier cela, mais c’est vrai", a déclaré le Dr Redfield dans une interview avec le Dr Sanjay Gupta M. Azar, dans une déclaration, l'a nié.

Le Dr Stephen K. Hahn, ancien commissaire de la Food and Drug Administration, a déclaré que sa relation avec M. Azar était devenue "tendue" après que le secrétaire à la Santé eut révoqué le pouvoir de l'agence de réglementer les tests de coronavirus. "C'était une ligne dans le sable pour moi", a déclaré le Dr Hahn. Lorsque le Dr Gupta lui a demandé si M. Azar lui avait crié dessus, le Dr Hahn a répondu: "Vous devriez lui poser cette question."

  • Lot de 50 Masque Chirurgical médical Masque de Protection Masque jetable Type I EN14683, BFE≥95%, 3 Plis ANESTHESIA Ans
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. Standard: YY / T0969 -2013/ EN 14683 TYPE1 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : bleu. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. 4 heures d'utilisation continue max. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.
  • Lot de 50 Masque Noir Chirurgical médical jetable en Noir Masque de Protection Type I EN14683-2019, BFE≥95%, 3 Plis MEDI SANTÉ
    Masque 3 couches. BFE ≥ 95% de filtration. 50 pièces de masques jetables dans une boîte. Couleur : NOIR. Matériau : 65% Tissu non tissé. 35% Tissu soufflé par fusion. Dimensions : 17,5 x 9,5 cm. Taille adulte standard. Paquet de 50 unités. Les masques faciaux réutilisables pour adultes sont livrés avec une boucle d'oreille élastique solide, offrent un ajustement sûr et confortable pour les tailles adultes, pas de souci de se détacher de vos oreilles. Ces masques chirurgicaux jetables à la conception soignée affichent un panel de couleurs varié. Très résistants, ils sont également confortables à porter même pendant plusieurs heures. Livraison très rapide. Nous ferons de notre mieux pour résoudre votre problème afin de vous garantir la meilleure expérience d'achat.

Mais c'était le Dr Birx, qui a été mis au pilori pour avoir loué M. Trump comme étant "si attentif à la littérature scientifique" et pour ne pas avoir publiquement corrigé le président alors qu'il faisait des déclarations farfelues sur des thérapies non prouvées, dont les révélations étaient peut-être les plus convaincantes. .

Dimanche, plus de 548000 Américains sont morts d'une infection par le coronavirus. "Je regarde les choses de cette façon", dit-elle. "La première fois, nous avons une excuse. Il y a eu environ 100 000 morts à la suite de cette vague initiale. "

"Tous les autres", a-t-elle dit, faisant référence à près de 450 000 décès, "dans mon esprit, auraient pu être atténués ou considérablement diminués" si l'administration avait agi de manière plus agressive.

Dans ce qui était l'une de ses premières interviews télévisées depuis son départ de la Maison Blanche en janvier, elle a également décrit un appel téléphonique "très inconfortable, très direct et très difficile" avec M. Trump après avoir parlé des dangers du virus l'été dernier. "Tout le monde à la Maison Blanche était contrarié par cette interview", a-t-elle déclaré.

Après cela, elle a décidé de parcourir le pays pour parler aux chefs d'État et locaux des masques, de la distanciation sociale et d'autres mesures de santé publique que le président ne voulait pas qu'elle explique au public américain depuis le podium de la Maison Blanche.

Le Dr Gupta a demandé si elle était censurée. "De toute évidence, quelqu'un m'empêchait de le faire", a-t-elle déclaré. "Je croyais comprendre que je ne pouvais pas être national parce que le président pourrait le voir."

Plusieurs des responsables de l'interview, dont le Dr Anthony S.Fauci - qui contrairement aux autres est un scientifique de carrière et conseille maintenant le président Biden - ont accusé la Chine, où le virus a été détecté pour la première fois, de ne pas être assez ouverte avec les États-Unis. . Et plusieurs, dont le Dr Redfield et l’amiral Giroir, ont déclaré que les premiers échecs avec les tests - et l’attitude au sein de la Maison Blanche selon laquelle les tests donnaient mauvaise mine au président en augmentant le nombre de rapports de cas - étaient un grave problème dans la réponse de l’administration.

Et les problèmes liés aux tests allaient au-delà de l’obsession de M. Trump pour l’optique. L'amiral Giroir a déclaré que l'administration n'avait tout simplement pas eu autant de tests que les hauts responsables le prétendaient à l'époque.

"Quand nous avons dit qu'il y avait des millions de tests - il n'y en a pas eu, n'est-ce pas ?" il a dit. "Il y avait des composants du test disponibles, mais pas l'offre complète."

Dans une longue déclaration lundi soir, M. Trump a riposté contre le Dr Fauci et le Dr Birx, les qualifiant de "deux auto-promoteurs essayant de réinventer l'histoire pour couvrir leurs mauvais instincts et leurs recommandations erronées", tout en louant les efforts de son administration pour développer un vaccin.

L'ancien président, qui a régulièrement mis en doute la nécessité de verrouillages et d'autres précautions pendant son administration, a déclaré à propos du Dr Fauci et du Dr Birx: "Si cela ne tenait qu'à eux, nous serions actuellement enfermés dans nos sous-sols alors que notre pays souffrait. une dépression financière. "

Une scène de l'île balnéaire de South Beach la semaine dernière. Crédit ... Calla Kessler pour le New York TimesLes scientifiques considèrent la Floride - l'État le plus avancé dans la levée des restrictions, la réouverture de la société et l'accueil des touristes - comme un indicateur de la nation.

S'il y a une indication des tendances récentes, le reste du pays peut être en difficulté.

Le nombre de cas confirmés de coronavirus en Floride n'a cessé d'augmenter, bien que les hospitalisations et les décès soient toujours en baisse. Au cours de la semaine dernière, l'État a enregistré en moyenne près de 5 000 cas par jour, soit une augmentation de 8% par rapport à sa moyenne deux semaines plus tôt.

B.1.1.7, la variante la plus contagieuse identifiée pour la première fois en Grande-Bretagne, augmente également de façon exponentielle en Floride, où elle représente une plus grande proportion du nombre total de cas que dans tout autre État, selon les chiffres recueillis par les Centers for Disease Control and Prevention. .

"Partout où nous avons une croissance exponentielle, nous nous attendons à une augmentation du nombre de cas, et une augmentation du nombre de cas entraînera des hospitalisations et des décès", a déclaré Bill Hanage, épidémiologiste au Harvard T.H. École de santé publique Chan.

La Floride a eu l’une des campagnes de vaccination les plus déroutantes et les plus inefficaces du pays et a complètement vacciné environ 15% de sa population - bien en deçà de ce que les principaux États, comme le Nouveau-Mexique et le Dakota du Sud, ont réussi. Pourtant, la vaccination des personnes âgées et d’autres personnes à haut risque peut atténuer quelque peu le nombre de décès en Floride. L'État a annoncé qu'il commencerait à offrir le vaccin à toute personne de plus de 18 ans le 5 avril.

Au moins certains des cas en Floride sont le résultat de l’invitation ouverte de l’État aux touristes. Des hordes d'étudiants pendant les vacances de printemps sont descendues sur l'État depuis la mi-février. Des foules tapageuses à Miami Beach ce mois-ci ont forcé les responsables à imposer une 20 heures. couvre-feu, même si de nombreuses personnes ont encore bafoué les règles.

Le comté de Miami-Dade, qui comprend Miami Beach, a connu l’une des pires épidémies du pays et continue d’enregistrer des chiffres élevés. Le comté a enregistré en moyenne plus de 1 100 cas par jour au cours de la semaine écoulée.

Dans le comté d'Orange, les cas sont en augmentation chez les jeunes. Les personnes de 45 ans et moins représentent une hospitalisation sur trois pour Covid, et l'âge moyen des nouvelles infections est tombé à 30 ans.

Le gouverneur Ron DeSantis a rejeté les restrictions strictes dès le début de la pandémie. La Floride n'a jamais eu de mandat de masque et, en septembre, M. DeSantis a interdit aux gouvernements locaux d'exécuter leurs propres mandats. Parmi ses conseillers scientifiques figurent désormais les architectes de la déclaration de Great Barrington, qui a appelé les dirigeants politiques à permettre au coronavirus de se propager naturellement chez les jeunes, tandis que les personnes âgées et celles souffrant de maladies sous-jacentes sont à l'abri sur place.

Les gens en attente de tests de coronavirus à Corona, Queens, New York, la semaine dernière. La moyenne des nouvelles infections sur sept jours dans l'État a augmenté de plus de 3000 depuis mardi dernier.Crédit ... James Estrin / The New York TimesAprès des semaines de déclin suivies d'un plateau régulier, les cas de coronavirus sont à nouveau en hausse aux États-Unis. Les décès sont toujours en baisse, mais le pays a enregistré en moyenne 61 545 cas la semaine dernière, 11 pour cent de plus que la moyenne deux semaines plus tôt.

Les scientifiques ont prédit il y a des semaines que le nombre d'infections courberait à nouveau à la hausse fin mars, au moins en partie en raison de la montée en puissance des variantes du coronavirus à travers le pays. La variante qui a frappé la Grande-Bretagne, appelée B.1.1.7, a conduit à une nouvelle vague de cas dans la majeure partie de l'Europe. Certains scientifiques ont averti que cela pourrait conduire à une nouvelle vague aux États-Unis.

L'augmentation des infections est également le résultat du retrait des dirigeants des États sur les mesures d'atténuation et de grandes interactions sociales, comme les rassemblements de relâche en Floride, a déclaré le Dr Anthony S.Fauci, conseiller scientifique en chef de l'administration Biden, sur le programme CBS. la Nation "dimanche.

"Les variantes jouent un rôle, mais ce n’est pas complètement les variantes", a déclaré le Dr Fauci. La plupart des États ont levé les restrictions, y compris sur les repas à l'intérieur, en réponse à la baisse du nombre, actions que le Dr Fauci a qualifiées de "prématurées".

Entreprises

Appuyez sur un état pour plus de détails

Masques

Appuyez sur un état pour plus de détails

Commandes au domicile

Appuyez sur un état pour plus de détails

Jeudi, il y avait 8 337 cas connus de la variante B.1.1.7 dans le pays, mais le nombre réel est probablement beaucoup plus élevé car les laboratoires du pays n'analysent qu'une très petite proportion des cas diagnostiqués. Pourtant, la tendance est claire: la variante - qui est plus transmissible et peut-être plus mortelle - a augmenté de façon exponentielle aux États-Unis, sa croissance masquée par la baisse globale des infections.

"Il est remarquable à quel point cela rappelle la situation l'année dernière où nous avons eu des introductions de virus à différents endroits qui, selon les scientifiques, seraient un problème", Bill Hanage, épidémiologiste au Harvard T.H. École de santé publique, a déclaré dimanche dans une interview. "Les gens ont attendu qu’ils posent un problème avant de passer à l’action - et trop tard, ils ont agi."

Le Dr Hanage a déclaré qu'il était particulièrement préoccupé par B.1.1.7 car il est au moins 50% plus transmissible que le virus d'origine. Le rythme soutenu des vaccinations arrêtera quelque peu la marée, mais l'immunité croissante de la population pourrait être plus que compensée par la contagiosité de la variante, a-t-il ajouté. "B.1.1.7 est vraiment effrayant", a-t-il déclaré.

Les vaccins utilisés aux États-Unis - fabriqués par Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson - devraient prévenir les maladies graves et la mort de l'une des variantes, bien qu'ils soient légèrement moins efficaces contre une variante qui a été identifiée en Afrique du Sud. . Cette variante, connue sous le nom de B.1.351, ne s'est pas encore largement répandue aux États-Unis.

Étant donné que bon nombre des personnes les plus à risque ont été vaccinées, les hospitalisations et les décès peuvent ne pas afficher une forte augmentation avec les infections. Mais une augmentation du nombre de cas entraînera toujours des cas graves et des décès, a déclaré le Dr Hanage.

"Nous devrons attendre de voir quelle sera sa taille", a-t-il déclaré. "Mais dans l'idéal, nous n'attendrions pas de voir, idéalement nous agirions."

Vendredi, des hommes et des enfants juifs ultra-orthodoxes brûlent des articles au levain en vue de la fête de la Pâque à Bnei Brak, près de Tel Aviv. Des rassemblements en Israël sont désormais possibles car plus de la moitié de la population du pays a été vaccinée.Crédit ... Oded Balilty la Pâque d’Esti Shushan a été ruinée. L'application soudaine du verrouillage du coronavirus en Israël a forcé Mme Shushan à marquer la fête juive - généralement un moment joyeux de grandes réunions de famille - avec seulement ses quatre enfants et son mari.

Mais ce week-end, Mme Shushan, entrepreneuse et militante des droits des femmes, a pu revenir à quelque chose d’approche de la normalité. Le programme de vaccination d’Israël a fait chuter les taux d’infection, entraînant un assouplissement des restrictions. Mme Shushan s'est réunie samedi soir avec 40 proches.

"C'était un sentiment de libération", a-t-elle déclaré. "Cela nous a permis de nous sentir libres. Cela nous a permis de respirer - de vivre le printemps autour de nous.

Partout en Israël, la vie s'ouvre. Plus de la moitié de la population israélienne a reçu les deux doses du vaccin Pfizer-BioNTech, le taux le plus élevé au monde.

Samedi soir, cela a permis à de grands groupes de célébrer la Pâque, qui marque la fuite des Israélites de l'esclavage en Égypte. Puis le dimanche matin, les fidèles chrétiens ont été autorisés à se rassembler en grand nombre pour marquer le dimanche des Rameaux - y compris à l'église du Saint-Sépulcre, qui, selon la tradition, a été construite sur le site de Jérusalem où Jésus-Christ a été à la fois crucifié et enterré.

Pour de nombreux Israéliens, l'émergence des restrictions anti-virus a donné un symbolisme supplémentaire à un rituel, connu dans le judaïsme sous le nom de Seder, centré sur la liberté.

"Pour les Juifs, Seder célèbre la libération", a déclaré Harry D. Wall, un activiste et réalisateur de documentaires qui a célébré la soirée avec 11 amis à Jérusalem - 10 de plus que l'année dernière lorsqu'il passait les vacances seul.

"Et cela a rendu le retour au rassemblement en personne, après un an de verrouillages, de restrictions, d'isolement des amis et de la famille encore plus significatif cette année", a ajouté M. Wall. "C'était comme une vraie délivrance."

L’atmosphère du service du dimanche des Rameaux à l’église du Saint-Sépulcre - où les fidèles commémoraient l’entrée du Christ à Jérusalem, une semaine avant sa crucifixion - était encore modérée par rapport à l’ère prépandémique. La plupart des lieux de culte ne peuvent encore admettre que 50% de leur capacité. Mais c'était une heureuse amélioration par rapport à l'année dernière, a déclaré Pierbattista Pizzaballa, le plus haut responsable catholique de la ville.

"L'année dernière a été une terrible Pâques, sans personne, portes closes" "Cette année est bien meilleure - les portes sont ouvertes. Nous n’avons pas beaucoup de monde, mais nous avons plus d’espoir que les choses s’amélioreront. "

A quelques kilomètres au sud à Bethléem, en Cisjordanie occupée, les chrétiens palestiniens ont également pu se rassembler à l'église de la Nativité, qui se dresse sur un site où la tradition veut que le Christ soit né. Mais l'ambiance à Bethléem est généralement plus sombre: comme dans une grande partie de la Cisjordanie, la ville ferme désormais à 19 heures. pour aider à tempérer la propagation du virus.

Le taux d’infection augmente dans les parties des territoires occupés administrés par l’Autorité palestinienne. L’autorité n’a pu se procurer qu’une petite partie des vaccins dont elle a besoin pour protéger la population palestinienne. Et Israël a vacciné principalement les Palestiniens qui travaillent en Israël même ou dans les colonies juives de Cisjordanie, suscitant un débat sur sa responsabilité en tant que puissance occupante.

Israël soutient que les responsables palestiniens ont assumé la responsabilité des vaccinations après la signature des accords d'Oslo dans les années 1990. Mais les défenseurs palestiniens soutiennent qu’il est du devoir d’Israël d’aider les Palestiniens, citant la quatrième Convention de Genève, une loi internationale qui régit les occupations.

La nouvelle application Excelsior PassCrédit ... Bureau de presse du gouverneur de New York dans le cadre d'un effort visant à accélérer la réouverture des entreprises, des arènes sportives et des lieux de divertissement dans l'État.

New York est le premier État à créer officiellement un passeport numérique pour Covid-19. La plate-forme en ligne gratuite, appelée Excelsior Pass, a été développée avec IBM et fonctionne comme une carte d'embarquement mobile. Les utilisateurs se voient attribuer un pass numérique avec un code QR sécurisé, qu'ils peuvent imprimer ou enregistrer sur leur smartphone. Les entreprises participantes utilisent ensuite une application compagnon pour scanner le code QR du client et vérifier son statut Covid. L’État a déclaré que les données des personnes seraient conservées en sécurité et confidentielles.

"La question de la" santé publique ou de l’économie "a toujours été un faux choix - la réponse doit être les deux", a déclaré le gouverneur Andrew M. Cuomo dans un communiqué. "Alors que de plus en plus de New-Yorkais se font vacciner chaque jour et que les principaux indicateurs de santé publique continuent d'atteindre régulièrement leurs taux les plus bas depuis des mois, le premier Pass Excelsior du pays annonce la prochaine étape de notre réouverture réfléchie et fondée sur la science."

L'administration Biden surveille les efforts privés et à but non lucratif pour développer des passeports vaccinaux et s'efforce de garantir qu'ils respectent certaines normes, notamment en matière de confidentialitéZients, le coordinateur de la réponse aux coronavirus de la Maison Blanche, ce mois-ci.

"Alors que nous augmentons le nombre de personnes vaccinées, nous savons que certaines personnes peuvent avoir besoin de démontrer qu'elles sont vaccinées", a déclaré M. Zients. "Le secteur privé et les coalitions à but non lucratif commencent déjà à y travailler. Notre rôle est de contribuer à faire en sorte que toute solution dans ce domaine soit simple, gratuite, open source, accessible aux personnes à la fois numériquement et sur papier, et conçue dès le départ pour protéger la vie privée des personnes. "

Dans le cadre du lancement initial, les New-Yorkais peuvent utiliser le pass numérique pour vérifier leur statut Covid-19 pour assister à des matchs dans les stades et les arènes, à des réceptions de mariage ou à d'autres événements au-dessus de la limite de rassemblement social de l'État.

Les principaux sites, y compris le Madison Square Garden de 20 000 places à New York, ont annoncé qu'ils prévoyaient d'utiliser cette technologie dans les semaines à venir. À partir du 2 avril, les petites salles d'arts et de divertissement peuvent également utiliser Excelsior Pass. Les New-Yorkais intéressés peuvent s'inscrire à l'application ici.

Les Centers for Disease Control and Prevention ont récemment publié leurs directives pour les personnes aux États-Unis qui ont été complètement vaccinées, soit deux semaines après la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna ou deux semaines après la dose unique de Johnson & Johnson. vaccin.

Il permet la reprise de certaines activités en milieu privé entre des personnes entièrement vaccinées en petits groupes ou un ménage entièrement vacciné avec un autre ménage non vacciné. Il a souligné comment les personnes pleinement vaccinées devraient continuer à suivre les précautions de santé et de sécurité en public, notamment le port d'un masque.

tour d'horizon mondial

L'unité de soins intensifs de l'hôpital Melun-Senart, près de Paris, au début du mois.Crédit ... Benoit Tessier les obligeant peut-être à choisir les patients qu'ils traiteront.

Dans un article d'opinion publié dans le Journal du Dimanche, 41 médecins affirment que les vaccinations ne sont pas administrées assez rapidement, créant une "situation médicale catastrophique" dans laquelle la capacité hospitalière de la région parisienne sera dépassée dans les deux prochaines semaines.

"Nous n'avons jamais connu une telle situation, même lors des pires attentats de ces dernières années", ont écrit les médecins, faisant référence aux attaques des terroristes de l'État islamique à Paris en 2015 qui ont fait 130 morts.

"Nous serons obligés de trier les patients afin de sauver le plus de vies possible", ont ajouté les médecins, affirmant que l'urgence entraînerait un "non-accès aux soins" pour certains patients.

Cet avertissement intervient alors que le nombre de patients atteints de Covid en soins intensifs en France a atteint 4900, soit presque le même niveau qu'il y a un an, lorsque la pandémie a explosé pour la première fois dans le pays. L'augmentation actuelle est liée à la diffusion rapide de la variante découverte pour la première fois en Grande-Bretagne. La France a pris du retard par rapport aux autres pays européens dans le déploiement de ses vaccins.

Dans une interview publiée dimanche dans le même journal, le président Emmanuel Macron a défendu une décision récente de ne pas verrouiller totalement le pays malgré la flambée alarmante.

Le gouvernement a récemment imposé un couvre-feu national de 19 heures. et des entreprises non essentielles fermées. Mais dimanche, par un après-midi chaud et ensoleillé, des foules de Paris ont coincé les quais le long de la Seine et se sont pressées dans les parcs, certains ne portant pas de masques en buvant et en mangeant, ce qui a suscité des avertissements de la part des policiers patrouillant dans les rues.

M. Macron, dans l'interview du journal, a laissé ouverte la possibilité de changer de cap si les hôpitaux étaient menacés d'être débordés.

"Les semaines à venir seront difficiles", a-t-il déclaré. "Nous prendrons toutes les mesures nécessaires en temps voulu et, à mon avis, il n'y a pas de tabou."

Dans d'autres actualités à travers le monde:

  • Dans Allemagne, La chancelière Angela Merkel a mis en garde contre d'éventuels couvre-feux alors que les taux de cas continuent de grimper. Le taux de vaccination du pays - 10 pour cent de la population a reçu au moins un premier vaccin, selon une base de données du New York Times - est en retard par rapport aux autres pays d'Europe et du monde entier.
  • Bretagne, où au moins 45 pour cent du pays est partiellement vacciné, devrait lever au moins deux mesures de verrouillage. À partir de lundi, jusqu'à six personnes, ou deux ménages, peuvent se rassembler à l'extérieur; et les sites de sports de plein air, comme les courts de tennis et les terrains de basket, peuvent être utilisés dans une mesure limitée.
  • Dans Australie, la ville de Brisbane a annoncé un verrouillage de trois jours après que sept personnes ont été infectées par le coronavirus, le premier verrouillage de la ville dans le pays depuis plus d'un mois. À partir de 17 h Lundi, les résidents de la troisième plus grande ville d’Australie ne seront autorisés à quitter leur domicile qu’à des fins essentielles - comme faire l’épicerie, faire de l’exercice ou demander des soins médicaux - et les masques seront obligatoires en public. Des tests ont montré que le virus se propageant à Brisbane est la variante hautement contagieuse détectée pour la première fois en Grande-Bretagne, ont déclaré des responsables.

Un site de vaccination de la Cleveland State University, dans l'Ohio, devait administrer 6000 injections par jour peu de temps après son ouverture au début du mois. L'État fait partie de ceux qui étendent les vaccinations à tous les adultes.Crédit ... Joshua Gunter / The Plain Dealer 36 ans, a passé l'année dernière de la pandémie à vivre avec ses grands-parents à Wichita, au Kan., Et à être "extrêmement strict" sur la distance sociale. "Je ne suis jamais sorti", a-t-il dit.

Mais à partir de lundi, lorsque tous les adultes du Kansas seront éligibles au vaccin contre le coronavirus, M. Adams prévoit de trouver un site de vaccination où il y a un rendez-vous disponible. "Ce que j’attends avec impatience, c’est de revoir mes amis", a-t-il déclaré.

Le Kansas est l'un des six États - la Louisiane, le Dakota du Nord, l'Ohio, l'Oklahoma et le Texas sont les autres - qui étendent l'admissibilité au vaccin à tous les adultes lundi. Le Minnesota suivra mardi, et l'Indiana et la Caroline du Sud mercredi.

La gouverneure Laura Kelly, du Kansas, a exhorté les résidents la semaine dernière à demander des rendez-vous, déclarant: "Avec l'augmentation prévue de l'offre du gouvernement fédéral, nous devons rapidement mettre en armes chaque dose de vaccin."

Alors même que l'admissibilité au vaccin continue de s'étendre à travers l'Amérique - presque tous les États se sont engagés à rendre chaque adulte éligible d'ici le 1er mai - les États-Unis ont également signalé une augmentation du nombre de nouveaux cas au cours de la semaine dernière. Environ 75 000 nouveaux cas ont été signalés vendredi, une augmentation significative par rapport aux 60 000 ajoutés le vendredi précédent.

Les États du Nord-Est ont représenté environ 30% des nouveaux cas du pays au cours des deux dernières semaines, contre 20% au cours des deux premières semaines de février.

À New York, il y a eu en moyenne 8 426 nouveaux cas par jour, une augmentation de 18% par rapport à la moyenne deux semaines plus tôt, selon une base de données du New York Times. Dans le New Jersey au cours de la semaine dernière, il y a eu en moyenne 4 249 nouveaux cas signalés par jour, une augmentation de 21% par rapport à la moyenne deux semaines plus tôt. Et vendredi, le Vermont a établi un record de cas en une seule journée avec 283 nouvelles infections; c'est le premier État à établir un dossier depuis le 18 janvier.

Pour beaucoup, le vaccin ne peut pas venir assez tôt.

Nicole Drum, 42 ans, une écrivaine de la région métropolitaine de Kansas City, au Kan., A pleuré vendredi lorsqu'elle a appris qu'elle serait éligible au vaccin dès lundi. Elle a commencé à appeler les pharmacies et à rechercher en ligne les rendez-vous disponibles "dans les minutes qui ont suivi les nouvelles", a-t-elle déclaré.

Mme Drum a appelé environ 10 places sans succès. Elle a eu plus de chance sur un site Web de comté et a pris rendez-vous pour mercredi.

Elle a dit qu'elle prévoyait de porter un t-shirt spécial disant "Je crois en la science" à son rendez-vous. "Je me suis procuré une tenue amusante, je suis en train de me faire vacciner", dit-elle en riant.

Elle prévoit également d'emmener son fils de 4 ans avec elle, car elle veut qu'il voie "comment la recherche, la science et les gens qui se rassemblent peuvent vraiment aider à endiguer ce genre de choses", a-t-elle déclaré.

"Je veux qu'il sache qu'il n'est pas nécessaire d'avoir peur tout le temps de grandes choses effrayantes, car il y a toujours des aides qui essaient de comprendre cela", a déclaré Mme Drum. "Bien que la solution soit peut-être quelque chose qui est un coup dans le bras qui fait un peu mal, cela en vaut la peine."

Vidéotranscription

Retourtranscription

Des milliers de personnes assistent à un concert expérimental en salle à Barcelone

Un concert pour 5000 personnes a eu lieu samedi dans une arène de Barcelone, l'un des nombreux prévus en Europe pour tester comment les foules peuvent se rassembler en toute sécurité pendant la pandémie. Les participants ont été dépistés pour le coronavirus avant le spectacle.[music] [applause]

Un concert pour 5000 personnes a eu lieu samedi dans une arène de Barcelone, l'un des nombreux prévus en Europe pour tester comment les foules peuvent se rassembler en toute sécurité pendant la pandémie. Les participants ont été dépistés pour le coronavirus avant le spectacle.CreditCredit ... Emilio Morenatti Espagne - Mireia Serret, une étudiante de 21 ans à l'Université de Barcelone, a déclaré qu'elle n'était pas une grande fan du groupe qui jouait ici samedi, et qu'elle n'aime pas normalement les grandes foules.

Néanmoins, elle a acheté l’un des 5 000 billets pour le plus grand concert de rock en salle d’Europe depuis le début de la pandémie. "Cela faisait trop longtemps que je n'avais pas pu danser et m'amuser à un concert pour la dernière fois", a-t-elle déclaré.

Organisé par un groupe de promoteurs de musique espagnols dans le cadre d’une initiative intitulée "Festivals for Safe Culture", le concert au Palau de Sant Jordi a été présenté comme l’effort le plus audacieux d’Europe pour amener des milliers de personnes dans une salle intérieure, sans sièges ni distanciation sociale obligatoire. Le seul acte était Love of Lesbian, un groupe de rock indépendant espagnol formé il y a des décennies.

Une équipe de l'hôpital a aidé à tester au préalable les spectateurs pour le coronavirus. Six personnes ont été testées positives, selon les organisateurs. L'équipe s'appuie sur les dossiers médicaux publics pour savoir si des spectateurs sont testés positifs par la suite.

À un moment où des pays comme la France et l'Italie ont récemment mis leurs résidents sous clé pour aider à arrêter une autre vague d'infection, les personnes derrière l'événement de Barcelone ont déclaré que leur objectif était de regarder vers l'avenir.

De tels procès ont eu lieu dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne et aux Pays-Bas. Le gouvernement britannique organisera une série d'événements tests le mois prochain, dont un dans une discothèque à Liverpool.

Les célèbres festivals de musique d'été en Europe sont à nouveau mis en doute cette année. Plusieurs festivals ont déjà annulé leur programmation de juin, notamment Rock am Ring à l'hippodrome de Nürburgring en Allemagne et le festival Sonar à Barcelone.

Pourtant, Roskilde, le plus grand festival du Danemark, espère se poursuivre en juin avec des artistes comme le rappeur Kendrick Lamar. Le gouvernement danois a déclaré la semaine dernière son intention de redémarrer les concerts pop à partir du 6 mai à l'aide d'un "passeport corona" qui permettra aux gens de montrer leur statut de vaccination, la preuve des récents tests négatifs pour le virus ou les documents dont ils ont récupéré. Covid19.

Dorothy Oliver, qui dirige le magasin général à Panola, Ala., Population 144, a téléphoné aux résidents ce mois-ci pour voir s'ils ont été vaccinés.Crédit ... Abdul Aziz pour le New York TimesPANOLA, Ala. - Une roulotte à oreilles de chien qui sert de seul dépanneur à moins de 20 miles de ce hameau rural de 144 habitants, c'est plus qu'un endroit pour faire le plein d'articles essentiels. Ces jours-ci, le magasin - ou plus précisément sa propriétaire, Dorothy Oliver - est devenu un centre logistique non officiel pour les résidents afro-américains à la recherche du vaccin contre le coronavirus.

Alors même que les stocks de vaccins en Alabama sont devenus plus abondants, les voisins de Mme Oliver, dont beaucoup sont plus âgés et pauvres, ne disposent pas des téléphones intelligents et du service Internet nécessaires pour prendre des rendez-vous. Et s'ils parviennent à obtenir un créneau, ils n'auront peut-être pas le moyen de se rendre aux sites de vaccination éloignés.

Mme Oliver aide ses voisins à prendre des rendez-vous en ligne et les met en correspondance avec ceux qui sont prêts à faire les 45 minutes de route de Livingston, le siège du comté de Sumter et la ville la plus proche offrant des vaccinations. Près des trois quarts des habitants du comté, qui comprend Panola, sont afro-américains.

"Nous devons nous débrouiller seuls parce que personne d’autre ne va nous aider", a déclaré Mme Oliver, 68 ans, une administratrice de bureau à la retraite loquace qui passe la plupart de ses heures de veille au téléphone. "C’est ainsi que cela a toujours été pour les pauvres Noirs vivant dans le pays."

Dans les États du Sud, des médecins noirs, des prédicateurs baptistes et des personnalités respectées de la communauté comme Mme Oliver tentent de combattre le scepticisme persistant à l'égard des vaccins tout en aidant les gens à surmonter les obstacles logistiques qui ont conduit à une disparité troublante des taux de vaccination entre les Afro-Américains et les Blancs.

Bien que les dirigeants locaux aient fait des progrès dans la lutte contre l'hésitation, ils disent que les plus gros obstacles sont structurels: les grandes étendues de l'Alabama et du Mississippi sans connexion Internet ni service de téléphonie cellulaire fiable, la rareté des fournisseurs de soins médicaux et un établissement médical qui a longtemps négligé la santé. besoins de soins des Afro-Américains.

Un laboratoire exploité par la société pharmaceutique Biocad, sous-traitant du site de production du vaccin Spoutnik V, le mois dernier à Saint-Pétersbourg, en Russie.Crédit ... Emile Ducke pour le New York TimesMOSCOU - Alors que la Russie exporte en grande pompe son vaccin contre le coronavirus Spoutnik V dans des pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Europe, elle doit discrètement importer des fournitures pour répondre à ses propres demandes, luttant pour produire le vaccin chez elle et s'appuyant sur des fabricants étrangers .

Le gouvernement russe a conclu un accord avec une société sud-coréenne, GL Rapha, pour fabriquer des doses de Spoutnik V et les expédier en Russie. Plusieurs avions sont arrivés en décembre et une autre expédition est prévue prochainement.

Le Kremlin a conclu des accords avec des entreprises indiennes pour commencer à faire de même, mais ces accords risquent d’être assombri par les récentes mesures prises par l’Inde pour empêcher l’exportation des approvisionnements en vaccins afin qu’ils puissent être utilisés au niveau national.

La Russie a présenté ses vaccins, dirigés par Spoutnik V, comme un triomphe des scientifiques du pays, mais leur fabrication à grande échelle au niveau national a été une autre histoire. Les producteurs nationaux ont lutté pendant des mois l'automne dernier pour obtenir l'équipement biotechnologique de fabrication chinoise dont ils avaient besoin.

L’ampleur exacte des importations de la Russie n’a pas été divulguée, mais elle devrait augmenter au cours des prochains mois. Les responsables russes ont déclaré l'automne dernier que la fabrication à l'étranger pourrait être utilisée pour répondre à la demande intérieure, mais sont depuis restés silencieux sur la question.

Les doses importées pourraient aider la Russie à surmonter un déploiement de vaccination terriblement lent dans son pays. So far, Russia has vaccinated 4.4 percent of its population, compared with 10 percent in the European Union and 26 percent in the United States.

The situation also illustrates that even countries whose scientists have designed successful vaccines must often rely on cross-border trade for supplies.

The slow start to production even played a role in when President Vladimir V. Putin was inoculated. His spokesman said last week that Mr. Putin put off getting a shot in January, when he became eligible under Russia’s priority rules, to avoid stimulating demand before the vaccine became widely available outside Moscow.

Mr. Putin said last week that enough Sputnik V to fully inoculate 8 Russia’s minister of industry said Monday that he expected the country to soon be producing twice that amount every month.

More than 20 countries have begun using Sputnik V in relatively small amounts provided by Russia, including Algeria, Argentina, Bolivia, Hungary and Paraguay. Russian officials have said that most of the demand for Sputnik V abroad will be met by overseas production.

President Nicolás Maduro of Venezuela promoted an unproven remedy for Covid-19 on Facebook, which prompted the company to freeze his page. Credit...Manaure Quintero Nicolás Maduro, was frozen for “repeated” violations of its misinformation policies the company said on Sunday, the latest example of the social media giant cracking down on political figures who violate its content policies.

Mr. Maduro’s Facebook page will be frozen for 30 days in a “read-only” mode, the company said, “due to repeated violations of our rules.”

“We removed a video posted to President Nicolas Maduro’s Page for violating our policies against misinformation about Covid-19 that is likely to put people at risk for harm,” a Facebook spokesman said. “We follow guidance from the W.H.O. that says there is currently no medication to cure the virus.” The spokesman was referring to the World Health Organization.

Facebook’s move came after Mr. Maduro posted a video on his page that promoted Carvativir, a drug derived from thyme. He said in January that the medicine was a “miracle In the video, Mr. Maduro falsely claimed that Carvativir can be used preventively and therapeutically against the coronavirus.

In the past, Facebook has been criticized for its inaction against political figures who test the boundaries of the company’s content policies by spreading misinformation. Mark Zuckerberg, the founder and chief executive of Facebook, has said he does not want to be the “arbiter of truth” in public discourse.

But in recent months, Facebook has cracked down on certain types of misinformation across the network. The company has banned posts containing false or misleading information regarding the coronavirus, and has shown willingness to take action against some political figures. And in the past the president of Brazil, for false coronavirus remedy claims regarding the malaria drug hydroxychloroquine.

In January, after insurgents stormed the United States Capitol, President Donald J. Trump’s account was banned indefinitely for inciting his supporters to violent action using the social network.

In response to his account restriction, Mr. Maduro has said Facebook is practicing a form of “digital totalitarianism which first reported Mr. Maduro’s suspension.

Mr. Maduro said on Twitter on Sunday that he would continue to broadcast his regular coronavirus briefing from his other digital accounts, including Instagram, YouTube and Twitter. And to circumvent his suspension, he said he would use the Facebook account belonging to his wife, Cilia Flores, to broadcast Covid-19 information. Facebook would not comment on whether it would suspend Ms. Flores’s account.

Harvard graduates celebrating during their commencement last May.Credit.. Harvard is not even calling its commencement a “commencement.” It plans to hold virtual degree-granting ceremonies and, for the second year in a row, will postpone traditional festivities.

The universities of South Florida, Southern California, Pennsylvania, North Carolina at Chapel Hill, Vanderbilt, Rochester and Kentucky, among others, are holding in-person commencements, but with differing rules about guests.

So it goes in this second graduation season of the pandemic. Day by day, another university announces commencement plans, and given the uncertainty created by the coronavirus, the decisions are breaking in opposite ways.

Prairie View A&M in Texas plans to hold live commencements, even as, somewhat surreally, the president of the college, Ruth Simmons, will be delivering the principal address at Harvard’s virtual commencement.

In the United States, reported coronavirus cases and deaths have fallen significantly after a post-holiday surge, according to a New York Times database. Vaccinations have also picked up, averaging about 2.5 million shots a day, as eligibility expands in several states.

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

Éligible uniquement dans certains comtés

Experts warn, however, that dangerous variants could lead to a spike in cases and states that lift restrictions could be acting prematurely.

Many universities are stipulating that in order to participate in graduation, students must have tested negative for the coronavirus before the ceremony and have a good record of adhering to campus policies created to guard against infection.

Peter Salovey, the president of Yale, said in a statement this month that the university would be recognizing graduation by holding in-person gatherings “on or around May 24, if public health conditions permit.” Students studying both on campus and remotely are invited, but not their guests. Mr. Salovey said Yale was excluding families because it seemed unlikely that everybody would be vaccinated by graduation day.

Harvard was one of the first universities to evacuate its campus in mid-March last year, and it is still in caution mode. In an email to students on Feb. 26, its president, Lawrence Bacow, said that postponing live commencement for two years running was “deeply disappointing, but public health and safety must continue to take precedence.”

Like other universities, though, Harvard promised to bring the classes of 2020 and 2021 back to celebrate at some future date.

Some universities plan to hold their commencements in outdoor stadiums. Notre Dame, which was aggressive about bringing students back to campus last fall, is planning to accommodate all 3,000 graduates and a limited number of guests in its 79,000-seat stadium. Health officials have authorized the use of up to 20 percent of the seating.

The University of Southern California will hold in-person ceremonies for the classes of 2021 and 2020 in May. The ceremonies will take place at the Los Angeles Memorial Coliseum and graduates will be allowed to invite two guests, although they must be California residents.

Northeastern University in Boston will host five commencement ceremonies in Fenway Park in May. Officials are aiming to allow each graduate to invite one guest, though they are still evaluating total capacity with physical distancing.

The University of South Florida in Tampa said this month that its commencement would take place at nearby Tropicana Field, which can hold about 40,000 people. The university set a tentative date of May 7 to 9. Students will be allowed to bring two guests and must register in advance.

Some schools are holding ceremonies without guests, in what will be largely empty stadiums.

The University of Wisconsin-Madison will hold in-person ceremonies in its Camp Randall Stadium, which can hold about 80,000 people. The university will hold two ceremonies on May 8, but graduates cannot bring guests.

Princeton plans to hold an outdoor commencement at its stadium for students who have taken part in the testing program and who live on or near campus. It is also considering extending the invitation to students learning virtually.

Princeton is still deciding whether to allow guests at its in-person ceremony, and summed up the uncertainty this way: “Families are encouraged not to make nonrefundable travel arrangements.”

Some universities are moving forward with entirely virtual commencements. Columbia is planning a virtual ceremony, but has held out some hope of smaller outdoor events. New York University and Stanford University have also announced plans to hold virtual celebrations.

The Rev. Patricia Hailes Fears receiving the Johnson & Johnson vaccine during a gathering of interfaith clergy members, community leaders and officials at the National Cathedral in Washington this month.Credit...Manuel Balce Ceneta according to a New York Times survey.

The vaccines come at a critical time: As religious leaders continue to work on the front lines of the pandemic in hospitals, mortuaries and long-term care facilities, many are now working with health officials to help combat vaccine hesitancy in their communities.

In Utah, mosques are sharing videos on social media of imams receiving the vaccine. In Michigan, a rabbi is weaving messages of support for vaccination into his sermons and conversations with his congregation. And at the Washington National Cathedral this month, Dr. Anthony S. Fauci, the nation’s leading infectious-disease specialist, and other health officials joined 25 faith leaders from across the D.C. region as they received their vaccines on camera.

“Religious figures are among the most trusted leaders, so seeing congregation leaders get vaccinated first can relieve anxiety and fears,” Melissa Rogers, the executive director of the White House Office of Faith-Based and Neighborhood Partnerships, said during the vaccination event in Washington.

Many states have prioritized all clergy members for the vaccine, while at least 17 have expanded eligibility to religious leaders who work only in hospitals or other health care settings. In some other states, all adults are already eligible.

Rabbi Mark Miller of Temple Beth El in Bloomfield Hills, Mich., who continued to preside over funerals during the pandemic, was vaccinated in January.

“With everything that went on in the country over the last year, one of the things that didn’t stop, and couldn’t stop, was funerals,” said Rabbi Miller, who has urged his congregants to get the vaccine when they become eligible.

In some places, religious leaders have pushed to become eligible because their work can place them at higher risk of contracting the virus. Bishop Daniel G. P. Gutiérrez of the Episcopal Diocese of Pennsylvania said he and other faith leaders started calling elected officials in December to ensure that clergy members would be vaccinated with other frontline workers. Though clergy members in most of Pennsylvania are still not eligible for the vaccine, the state has moved them into an earlier priority group than it had originally planned.

“People don’t recognize the 24-hour, seven-day-a-week ministry of a clergy,” Bishop Gutiérrez said. “Once we brought that to their attention, almost all said: ‘You’re right. Let’s do this.’”

Officials with the Utah Muslim Civic League, which has hosted vaccination events at mosques, said registration numbers had been growing. And in Washington, after the Rev. Patricia Hailes Fears of Fellowship Baptist Church became the first clergy member to receive the vaccine at the event with Dr. Fauci, some congregants took notice.

“I wasn’t even home from the cathedral, and I was getting phone calls from members of the congregation saying, ‘Pastor, we saw you ! I’m getting my shot on Saturday,’” she said.

Across the country, public health officials have reached out to religious leaders in Black and Hispanic communities, which have sometimes reported significantly lower vaccination rates compared with their representation in the general population.

In Baltimore, the Rev. Terris King of Liberty Grace Church of God has set up virtual discussions for members of his predominantly Black congregation with representatives from health care companies, such as Pfizer. Governments need to work with churches, the reverend said, because religious leaders understand their communities’ needs and anxieties, with much of the mistrust stemming from historical and current mistreatment of people of color in the health care system.

“Many of them have seen what, as a researcher in minority health, I’ve always known, and that’s that the church is the trusted source in the African-American community around the country,” he said.

  • Brillian Bao and Kristine White
  • Ofelia Becerra Díaz Culy, lost a sister to Covid-19.Credit...Sasha Maslov for The New York TimesThe old job, the old office the possibility of the return of something resembling their old life appears finally within reach. For them, the year of the pandemic was a blip, a pause, however frustrating, in their lives.

    But for so many others, the old life is gone forever, washed away in tragedy, a job erased or a reordering of priorities.

    subways full of vaccinated riders. The next few weeks will bring many reasons to feel hopeful. An increase in vaccine supply means appointments should be easier to secure, and the warmer weather will begin to draw people out of their homes.

    But look closer and you see the truth. New York couldn’t possibly emerge from this year the same. Not after all this. Every street, block and building has suffered loss in some form.

    The make-do adjustments, pivots and reactions of the last year have since calcified, becoming regular parts of the day. This is the new New York, and these are some of the new New York lives.

    People wait in line to receive the Covid-19 vaccine earlier this month at the Jacob K. Javits Convention Center in New YorkCredit...Peter Foley/EPA, via ShutterstockAfter Covid-19 vaccines made by Pfizer and Moderna were approved for use in late 2020, anecdotes proliferated about rich people finding ways to jump the distribution priority line.

    “I heard a lot from friends in Miami about people flying in, because they were giving it to everybody,” the writer Carole Radziwill said. “There was a lot of that in January.”

    But a month later, as eligibility expanded in places like New York to include people with pre-existing conditions, such as cancer, severe obesity or cardiovascular disease

    To be fair, most comorbidities are invisible, and federal law protects the privacy of patients’ health information. And the more people who are vaccinated, the better. The supply of vaccines is supposed to increase dramatically over the next week or two, making these concerns less urgent.

    Holly Peterson, who has written several novels about wealth in New York, heard about visibly slender people getting their vaccines early by citing, without much credibility, a high body mass index, or B.M.I.

    To her, that seemed like “the equivalent of knocking over an old lady for a taxi and feeling good about yourself,” as she put it in an interview.

    The generous phrase “including but not limited to” when one is asked to verify an “underlying condition as defined by the New York Department of Health” on the state’s comorbidities information sheet has been, for some, an open invitation to be creative with their medical history.

    That people are publicly airing their vaccination status has made some who have been waiting for eligibility to broaden uneasy. “It’s broadcasting status, that you got the vaccine ahead of others,” said Erik Maza “We should all consider taking up the Garbo challenge and stay off social media for a spell instead of broadcasting every waking second of the day, including your vax shot.”

    Alanna Ehrike handing out milk and lunches to her fifth-grade class in Wausau, Wis., in December.Credit...Jenn Ackerman for The New York TimesFew professions have been more upended by the pandemic than teaching has, as school districts have vacillated between in-person, remote and hybrid models of learning, leaving teachers concerned for their health and scrambling to do their jobs effectively.

    For students considering the profession, the disruptions in education this past year have seeded doubts, which can be seen in declining enrollment numbers.

    A survey by the American Association of Colleges for Teacher Education found that teaching programs had a 19 percent drop in enrollment this year at the undergraduate level and an 11 percent decline at the graduate level. And Teach for America, which recruits recent college graduates to teach in low-income schools across the country, said it had received fewer applications for its fall 2021 corps compared with this period last year.

    Many program leaders believed that enrollment numbers declined because of the perceived hazards posed by in-person teaching and the difficulties of remote learning, combined with longstanding frustrations over low pay compared with professions that require similar levels of education. (The national salary average for a public-school teacher was roughly $61,000 in 2017.) Some are hopeful that enrollment will return to its prepandemic level as vaccines continue to roll out and schools resume in-person learning.

    But the challenges in teacher recruitment and retention run deeper: The number of education degrees conferred by American colleges and universities dropped 22 percent from 2006 to 2019, despite an overall increase in the number of graduates from universities in the United States, stoking concerns about a future teacher shortage.

    Passengers heading to Hawaii from Seattle-Tacoma International Airport this month.Credit...Ted S. Warren a parking lot full of rental cars. The tourists were back.

    “It was just so packed,” said Mr. Chandler, 27 and a Native Hawaiian. “Me and my cousins were looking at each other like, should we just go home ?” The youngest cousins needed several reminders to keep their distance from strangers for virus safety.

    For much of the pandemic, Hawaii had some of the strictest rules for visitors in the United States, requiring a 14-day quarantine for everyone arriving in the islands. The policy took a heavy economic toll on a state that depends heavily on tourism, but it was lauded for its success in limiting the impact of the virus for months.

    Now, though, Hawaii has reopened for travelers: A negative test within 72 hours of arrival lets them skip the quarantine in most places. At least 28,000 people arrived in Hawaii on each of the last two Saturdays and not far from typical prepandemic levels.

    The influx has residents worried. Some have been posting on social media for months, pleading with mainlanders not to come, or if they do, to be mindful of the islands’ isolation and limited resources. The state has a total of 3,000 hospital beds for its population of 1.4 million, and has among the fewest I.C.U. beds per capita of any state; they were often mostly full even before the pandemic.

    Hawaii’s precautions did not keep the virus out completely: The islands had a holiday surge, like the rest of the country, and parts of the state are struggling with outbreaks now. Daily new case reports have doubled since late February, with some recent clusters focused on tourism workers. Hospitalizations have increased 17 percent in the last two weeks.

    “The looming concerning things are the variants,” said Dr. Damien Kapono Chong-Hanssen of the Kauai Community Health Center. “The California variant has been implicated in what’s happening in Maui right now. Maui is not looking better.”

    Mainlanders are making the trip anyway. “Hawaii is again packed with tourists,” wrote the travel site The Points Guy. Favorite sites are sold out, check-in lines are long, and the lines for outbound flights are getting longer.

    Tourists are crowding popular beaches without wearing masks or paying much attention to social distancing. Some visitors have gotten rowdy. A pair of arriving tourists were sent home after trying to pay a bribe to avoid the testing requirement.

    The situation is worsening the irritation that many state residents feel toward vacationers. Now the tourists aren’t just crowding the island and driving up prices, they say, they are also heedlessly risking everyone’s health.

    “Hawaiians and locals alike have always seen the disrespect that tourists bring to our islands,” Mr. Chandler said. “This is kind of the last straw. You’re coming to our home and you’re endangering us during a pandemic.”

    The tension is especially prevalent among Native Hawaiians and Pacific Islanders, who face greater risk for Covid-19 and higher rates of chronic disease than average.

    “Local people are tired of being treated a certain type of way,” said Charles Kaua Taylor-Fulton, 20, who lives on Oahu. “When tourists come, they can be very rude or entitled. There’s just a sense of entitlement.”

    Dr. Lee Buenconsejo-Lum of the University of Hawaii at Manoa said the state’s case numbers are not exploding, at least not yet. But she said she would like to see travelers exhibit the same commitment to wearing masks that locals have. “It’s a matter of constantly educating the tourists,” she said.

    Still, the high travel season is just getting started, and restrictions are continuing to ease. Bars have reopened in parts of the state and outdoor weddings are now allowed to welcome up to 100 guests.

    “We can already see into the future of summer,” Mr. Chandler said, “and it’s going to be packed.”