Les cas de COVID-19 baissent pour la septième semaine, mais les décès diminuent moins lentement : OMS

Cependant, alors que les cas hebdomadaires sont au plus bas depuis février, "les décès ne diminuent pas aussi rapidement", a déclaré aux journalistes à Genève Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Le nombre de décès signalés la semaine dernière était similaire à la semaine précédente, et la baisse mondiale masque une augmentation inquiétante des cas et des décès dans de nombreux pays », a-t-il expliqué.

L'Afrique "particulièrement préoccupante"

Avec le moins d'accès aux vaccins, aux diagnostics et à l'approvisionnement en oxygène pour les personnes gravement malades, une forte augmentation en Afrique est "particulièrement préoccupante", a déclaré le chef de l'OMS.

Une récente étude du journal médical Lancet a montré que malgré le nombre de cas signalés moins nombreux que la plupart des autres régions, le continent a le taux de mortalité le plus élevé parmi les patients COVID-19 gravement malades.

Et les preuves suggèrent que de nouvelles variantes ont considérablement augmenté la transmission à l'échelle mondiale.

« Cela signifie que les risques ont augmenté pour les personnes qui ne sont pas protégées, qui constituent la majeure partie de la population mondiale », a-t-il déclaré.

Les pays leaders doivent intensifier

Actuellement, le virus se déplace plus rapidement que les distributions mondiales de vaccins, selon l'OMS.

« Lors du sommet du G7 samedi, j'ai dit que pour mettre fin à la pandémie, notre objectif commun doit être de vacciner au moins 70 % de la population mondiale d'ici la prochaine réunion du G7 en Allemagne », a affirmé Tedros.

Il a déclaré que le groupe intergouvernemental du G7 et les principaux pays industrialisés du G20 avaient la capacité de fournir les 11 milliards de doses nécessaires et devraient « faire en sorte que cela se produise ».

Tedros a également salué le soutien du G7 à l'OMS, l'accélérateur ACT et une proposition de traité sur la préparation à une pandémie, ainsi que leur annonce de 870 millions de doses de vaccin, pour les pays les moins riches, principalement par le biais de l'initiative de tirs équitables COVAX soutenue par l'ONU.

Alors qu'"une grande aide... nous avons besoin de plus, et nous en avons besoin plus rapidement", a déclaré le responsable de l'ONU, soulignant que plus de 10 000 vies sont perdues chaque jour, ajoutant que "au cours de cette seule conférence de presse, plus de 420 personnes seront mourir."

Urgence vaccinale

Les communautés ont besoin de vaccins « maintenant, pas l'année prochaine », a déclaré le chef de l'OMS.

Il existe suffisamment de doses de vaccins pour réduire la transmission et sauver des vies dans le monde, « s'ils sont utilisés aux bons endroits, pour les bonnes personnes », a-t-il déclaré, en donnant la priorité aux agents de santé et aux personnes les plus à risque.

Alors que les taux de vaccination élevés dans les pays du G7 ont contribué à ramener les cas de COVID et les décès à des niveaux presque record, la plupart des États dépendent toujours uniquement des mesures de santé publique et sociales pour tenir le COVID-19 à distance.

Cependant, de nouvelles variantes plus transmissibles signifient des mesures plus strictes dans les zones à faible vaccination.

Alors que les vaccins ont un impact clair et mesurable, l'évaluation des mesures de santé publique et sociales est plus difficile car les pays utilisent une gamme de méthodes différentes.

"Démêler l'impact précis de chaque mesure individuelle peut être difficile", a déclaré le chef de l'OMS.

De plus, l'efficacité dépend du niveau d'adhésion de la population et de l'engagement de soutien du gouvernement.

"Ce qui compte, ce n'est pas seulement la mesure elle-même, mais comment et quand elle est mise en œuvre", a-t-il ajouté.

© UNICEF/Milequem Diarassouba
Un agent de santé à Abidjan, en Côte d'Ivoire, devient l'une des premières personnes à recevoir le vaccin COVID-19 dans le cadre du déploiement mondial de COVAX en Afrique.

Prioriser les avantages

Tous les pays devraient viser à mettre en œuvre des mesures pour maximiser les avantages pour la santé publique, tout en minimisant l'impact social, selon le chef de l'OMS.

Pour améliorer l'efficacité des mesures de santé publique et sociales fondées sur des preuves, il a expliqué que l'OMS collecte des données à l'échelle mondiale sur les méthodes utilisées et le niveau auquel elles sont appliquées.

« Nous travaillons également avec plusieurs pays et groupes de modélisation pour évaluer l'impact des mesures de santé publique et sociales sur la transmission…[and] a établi un nouveau groupe de travail de l'OMS… pour étudier l'impact des mesures de santé publique et sociales pendant COVID-19 et d'autres urgences sanitaires », a déclaré Tedros.

Don de vie : Sang

Marquant également la Journée mondiale du don de sang, le responsable de l'ONU a noté que tout au long de la pandémie, des donneurs du monde entier ont donné du sang "et le don de la vie", à d'autres.

Cette année met en lumière le rôle des jeunes dans le soutien d'un approvisionnement en sang sûr et suffisant, aujourd'hui et à l'avenir, avec le message de « donner du sang et faire battre le monde ».