COVID-19 fait son apparition en Haïti. Pouvons-nous faire confiance aux chiffres ?

Haïti a tous les facteurs pour une tempête COVID-19 parfaite : forte densité de population, services de santé médiocres ou inexistants et faible participation du public à la distanciation sociale ou au port de masques. Pire encore, le pays n'a pas encore administré une seule dose de tout vaccin COVID-19 actuellement disponible.

© VALERIE BAERISWYL/AFP via Getty Images
Des travailleurs médicaux sont vus aux urgences de l'hôpital de Martissant, à Martissant, en Haïti, le 31 mai 2021.

Alors qu'Haïti est aux prises avec un nouveau pic d'infection qui est proportionnellement important pour son nombre de pandémies à ce jour, le besoin de chiffres fiables prend une nouvelle urgence pour la préparation d'Haïti au COVID-19.
Haïti a signalé moins de 400 décès depuis le début de la pandémie et environ 16 500 infections au total, selon les données de l'Université Johns Hopkins (JHU). Cela se compare à environ 3 700 décès et plus de 300 000 infections en République dominicaine, voisine d'Haïti sur l'île d'Hispaniola. Les deux pays ont des populations à peu près de la même taille, soit environ 11 millions chacun.

Le président Biden annonce que les États-Unis feront don de 500 millions de vaccins Pfizer COVID-19 à 92 pays

Cliquez pour agrandir

SUIVANT

Cuba, un autre voisin d'Haïti, a signalé environ 1 000 décès et plus de 150 000 infections, tandis que les États-Unis – où de nombreux Haïtiens travaillent, vivent et transitent pour rendre visite à leur famille – ont enregistré près de 600 000 décès et plus de 33 millions d'infections. L'Organisation mondiale de la santé, dans sa dernière mise à jour du 8 juin, a compté des chiffres similaires.

Erreur de chargement

Alors, les chiffres d'Haïti sont-ils exacts, ou d'autres facteurs dans le célèbre pays des Caraïbes en difficulté démentent-ils les données ?
'Multiplier par au moins 10'
Certains experts soutiennent que les chiffres de la pandémie d'Haïti sont bien en deçà de la réalité probable.
« Les données sur le nombre de personnes infectées sont sous-estimées. Nous devrions multiplier le nombre d'infections signalées par au moins 10 », a déclaré Jean William Pape, le chef de l'Alliance haïtienne pour la santé mondiale, également connue sous l'acronyme GHESKIO, basée au capitale du pays, Port-au-Prince.
"Dans la majorité des cas, les patients présentent très peu ou pas de symptômes", a déclaré Pape, expliquant que seuls ceux présentant des symptômes sont comptés, ce qui naturellement sous-estime l'ampleur de ceux qui peuvent être infectés mais ne le savent pas, ou ne le savent pas. pas le montrer.
Pape a noté que, contrairement aux faibles chiffres d'infection, le nombre de décès signalés du COVID-19 est "plutôt fiable". Cela est vrai, a-t-il dit, même pour les populations où il est difficile de dénombrer, en particulier dans les bidonvilles urbains d'Haïti, également connus sous le terme français de bidonville. Ces quartiers pauvres souffrent de la surpopulation et du manque d'eau courante, ce qui rend pratiquement impossible des mesures simples comme la distanciation sociale et le lavage des mains.
"Nous [at GHESKIO] ont des travailleurs communautaires qui travaillent dans les bidonvilles" de Port-au-Prince, a-t-il expliqué. "S'il y avait eu des morts, on l'aurait su."
Pape a également souligné que c'est précisément en raison du faible nombre de morts en Haïti que les Haïtiens restent sceptiques, voire nient, l'existence de la pandémie dans leur pays.
Entre déni et « sale politique »
Ce déni n'est pas difficile à trouver parmi les Haïtiens ordinaires.
Kiki Antoine, un voyagiste basé dans la ville méridionale de Jacmel, a désigné le gouvernement du pays comme le principal acteur – et un égoïste – derrière la discussion sur le COVID-19 en Haïti.
"C'est politique", a déclaré Antoine. "Le gouvernement veut de l'aide étrangère [for the pandemic], pour qu'ils puissent s'enrichir. C'est de la sale politique. Le gouvernement gagne beaucoup ; les médecins et les infirmières gagnent un peu."
Jean-Ruid Senatus, directeur d'hôtel également de Jacmel, partageait la méfiance d'Antoine à l'égard du gouvernement. Le Senatus a assumé le pire de tous les efforts ou fonds liés à la pandémie mis à disposition de l'étranger.
Le gouvernement « est un État mafieux », a-t-il déclaré. « L'État s'enrichit aux dépens de la population.
Antoine, reflétant les points de vue de nombreux Haïtiens, a cité les antidotes naturels - du climat tropical d'Haïti à la nécessité de consommer plus de gingembre - comme les meilleurs moyens de conjurer le virus.
« Tu vois tout ce soleil ? dit-il en pointant le ciel. "Ça tue les microbes. C'est tout."
Antoine est allé plus loin, écartant toute la pandémie, du moins dans son propre pays. « Le coronavirus, il n'existe pas en Haïti. Je demande aux gens : « Connaissez-vous quelqu'un qui est touché par le COVID-19 ? » Ils disent non. Zéro."
Cette approche de la maladie consistant à voir c'est croire est paradoxalement une raison du scepticisme populaire persistant quant à l'existence du virus en Haïti, a souligné Pape de GHESKIO.
En termes de décès, « C'est aussi le [fact of the] peu de décès en Haïti, ce qui explique pourquoi la population ne croit pas au coronavirus », a déclaré Pape.
La population haïtienne a une longue expérience de la méfiance des appels du gouvernement à faire preuve de prudence ou à faire confiance aux institutions publiques pour gérer les crises. Les Haïtiens méfiants ont mis du temps à se faire vacciner contre les maladies du passé, notamment la diphtérie et la tuberculose. COVID-19 a déclenché plus du même comportement.
La vie comme d'habitude, alors que le nombre de COVID-19 augmente
D'autres reconnaissent la présence de la pandémie en Haïti mais reconnaissent que le respect des directives de santé publique est faible, voire inexistant.
"Le COVID-19 grandit du jour au lendemain. Il se propage", a déclaré Pierre-Dhimy Dimanche, un artiste commercial de Jacmel. « Les gens croient une fois qu'ils l'observent. S'ils ne le voient pas, ils doutent. C'est comme le VIH », se référant aux premiers jours de l'épidémie de VIH/SIDA en Haïti et aux effets de propagation de la maladie du scepticisme populaire.
"Les gens ne portent des masques que lorsqu'ils y sont obligés", comme lorsqu'ils entrent dans des magasins ou des bâtiments publics, a expliqué Watly Valcin, un chauffeur de moto-taxi basé à Fort Jacques, une banlieue au sud de Port-au-Prince. « La plupart ne le croient pas. Regardez autour de vous », dit-il en désignant la cafétéria où il était assis. "Pas de masques."
Le fait que les chiffres du COVID-19 en Haïti soient restés bas ne signifie pas que les infections et les décès ne peuvent pas augmenter à l'avenir, comme ils l'ont fait récemment. Un pic des taux d'incidence de la pandémie en Haïti a placé la pandémie à son plus haut niveau depuis l'arrivée de la crise en Haïti au début de l'année dernière.
La flambée des cas – et des décès – sonne l'alarme parmi les experts médicaux. Lors d'un point de presse le 2 juin, l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a déclaré qu'elle était « particulièrement préoccupée par la situation en Haïti », au milieu des informations faisant état d'une forte augmentation des infections, des décès et des hospitalisations.
Les formes d'engagement civique nécessaires pour freiner la propagation, comme le port du masque, sont « en grande partie ignorées par la population en général », a déclaré l'OPS.
« Il n'y a vraiment pas de temps à perdre », a déclaré la Directrice de l'OPS Carissa Etienne. L'organisation a salué le projet d'Haïti d'administrer ses premiers vaccins COVID-19, qui se présenteront sous la forme du vaccin AstraZeneca, via le programme COVAX pour le monde en développement. COVAX vise un « accès mondial équitable à un vaccin », ce qui implique la livraison de doses des pays avancés aux pays en développement du monde entier.
Les doses de COVAX devraient commencer à être distribuées en Haïti plus tard ce mois-ci.
Pour l'avenir, « Se souvenir des leçons » des crises sanitaires haïtiennes passées
Elizabeth Campa, conseillère principale en matière de santé et de politiques pour l'éminent organisme médical à but non lucratif Partners in Health, a examiné de manière mesurée à la fois la récente augmentation en Haïti et les chiffres depuis le début de la pandémie.
Il y a eu un « changement majeur » dans les taux de COVID-19 ces dernières semaines, a déclaré Campa. Lorsqu'on lui a demandé si les données antérieures étaient dignes de confiance, elle a déclaré qu'il n'y avait "aucune raison de croire que les chiffres JHU ne sont pas exacts".
Campa a également noté que plus de la moitié de la population d'Haïti a moins de 24 ans, une population plus jeune que ses voisins régionaux, ce qui se traduit par une baisse des morbidités de base telles que le diabète ou les maladies respiratoires que le COVID-19 peut aggraver jusqu'à l'hospitalisation ou la mort.
Le ministère haïtien de la Santé publique et de la Population, le ministère de la Communication et le ministère de la Planification et de la Coopération externe n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.
Pour l'avenir, Campa a exhorté les parties prenantes à se souvenir de l'expérience des batailles sanitaires passées d'Haïti comme guide pour l'actuelle avec COVID-19. Elle a également appelé à l'équité des vaccins, ainsi qu'à une distribution à plus grande échelle des doses des pays riches vers les pays les plus pauvres, une notion humanitaire qui s'étend bien au-delà des frontières d'Haïti.
« Nous devons nous rappeler les leçons du VIH/SIDA, de la tuberculose et du choléra », a déclaré Campa, faisant écho à la pression du programme COVAX pour un accès équitable aux vaccins. "Si nous ne nous en souvenons pas, nous échouons toute l'humanité."
William Fleeson est un écrivain et journaliste indépendant basé à Washington, D.C.
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur.
Commencez votre essai Newsweek illimité

Continuer la lecture

Afficher des articles complets sans bouton « Continuer la lecture » ​​pendant {0} heures.