Coronavirus : Ce qu'il faut savoir sur les mesures de voyage assouplies pour les Canadiens entièrement vaccinés

Des règles de voyage assouplies pour les Canadiens entièrement vaccinés peuvent rendre la visite aux États-Unis plus facile pour certains, mais l'incertitude entourant le fait de voyager avec des enfants non vaccinés cause déjà de la frustration pour d'autres, selon les experts en voyages.

Le gouvernement fédéral déconseille toujours les voyages non essentiels – par voie terrestre ou aérienne – vers des destinations américaines et internationales, et la fermeture des frontières terrestres a récemment été prolongée jusqu'au 21 juillet. Dans l'ensemble, le public s'est conformé.

Cependant, les récits abondent sur les escapades transfrontalières douteuses de certains, dont quelques politiciens, qui ont continué à voler tout au long de la pandémie.

Les exigences de quarantaine au retour ont été dissuasives, mais cet obstacle se lève le 5 juillet pour les voyageurs entièrement vaccinés avec un vaccin autorisé par Santé Canada. Un test COVID-19 négatif est toujours requis avant l'entrée, quel que soit le statut vaccinal, et les voyageurs doivent être complètement vaccinés pendant au moins deux semaines avant de rentrer au Canada.

Stephen Fine, qui gère un site Web de ressources pour les personnes âgées canadiennes qui passent l'hiver dans les États du sud des États-Unis, a déclaré que les exigences de quarantaine ont empêché de nombreuses personnes de réserver des voyages.

"Maintenant que c'est parti, la dissuasion pour les gens de se rendre aux États-Unis est un peu annulée", a déclaré Fine, président de Snowboard Advisor.

Les nouvelles règles ne s'appliquent qu'aux personnes entièrement vaccinées. Ceux qui bénéficient d'une protection partielle ou inexistante doivent tout de même se mettre en quarantaine à leur retour au Canada.

Sandra Pappas, une agence de voyages basée à Toronto qui se spécialise dans la réservation de vacances en famille en Floride, a déclaré que les choses se compliquent lorsque des enfants non vaccinés sont impliqués, et elle a déjà entendu des clients exprimer leur confusion et leur frustration face aux règles.

Les enfants non vaccinés ou partiellement vaccinés arrivant par avion avec des parents entièrement vaccinés n'auront pas à se rendre dans des hôtels de quarantaine – la ministre fédérale de la Santé Patty Hadju a déclaré lundi qu'ils peuvent rester à la maison pendant deux semaines, mais doivent également passer un deuxième test COVID-19 sur leur huitième jour d'isolement. Les mêmes règles s'appliquent aux enfants non vaccinés qui franchissent la frontière terrestre.

"C'est frustrant pour nous parce que nous réservons beaucoup de Disney (vacances) et les familles vont à Disney", a déclaré Pappas. "Donc, ce n'est pas aussi bien pour les familles parce que, oui, elles peuvent voyager … mais avec des enfants (non vaccinés), ils doivent toujours faire la quarantaine de 14 jours."

Santé Canada a autorisé l'utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech pour les enfants âgés de 12 à 15 ans le mois dernier. L'approbation de Moderna pour le même groupe d'âge est en attente, mais aucun vaccin COVID-19 n'est encore autorisé pour les enfants de moins de 12 ans.

Pappas a déclaré que les parents pourraient devoir repenser la réservation d'un voyage si cela signifie qu'ils devront s'absenter du travail pour surveiller leurs enfants en quarantaine après leurs vacances.

"Cela pourrait mettre un frein à leurs plans", a-t-elle déclaré. "Je ne vois pas les gens comme réceptifs à voyager s'ils réservent une semaine à Disney et cela finit par leur coûter trois semaines au lieu d'une."

Les voyageurs entièrement vaccinés doivent toujours soumettre un test COVID-19 négatif avant d'entrer dans le pays, être asymptomatiques et avoir un "plan de quarantaine approprié … au cas où il serait déterminé à la frontière qu'ils ne répondent pas aux exigences nécessaires", a déclaré le gouvernement. site Web dit.

Les voyageurs doivent télécharger leur test avant l'arrivée et leur statut de vaccination dans l'application ArriveCAN, et porter une preuve numérique ou papier de leur statut de vaccination pour montrer aux agents frontaliers.

La falsification des documents de vaccination peut entraîner une amende de 750 000 $, jusqu'à six mois de prison, ou les deux.

Pappas a déclaré que si les voyages aériens ont généralement été plus cléments que les traversées terrestres, il appartient toujours aux douanes américaines de déterminer qui elles laissent entrer dans leur pays. Les familles qui souhaitent voyager pour les loisirs doivent s'assurer de connaître les réglementations potentielles COVID-19 de leur destination.

Le site Web de l'ambassade et des consulats des États-Unis au Canada répertorie les raisons des déplacements essentiels comme : le travail, les études, le soutien aux infrastructures essentielles, les services économiques et les chaînes d'approvisionnement, la santé, les soins médicaux immédiats et la sécurité.

Bien que le Canada n'interdise pas catégoriquement les voyages à des fins non essentielles, le pays le déconseille fortement.

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré mardi qu'il comprenait "l'impatience que les gens éprouvent à recommencer à voyager. Mais assurer la sécurité des Canadiens a été et continuera d'être notre priorité numéro 1".

Trudeau a déclaré que l'assouplissement potentiel de nouvelles restrictions pourrait dépendre du nombre de cas de COVID-19 et de la prévalence de variantes préoccupantes au Canada et ailleurs.

Il existe un risque de contracter le COVID-19 lors de voyages, même pour les personnes entièrement vaccinées, bien que l'efficacité des jabs signifie qu'une infection grave est moins probable. Pourtant, certains experts ont déclaré qu'il était possible qu'une personne vaccinée puisse encore propager le virus.

Fine a déclaré que les gens devront peser leur propre tolérance au risque lors de la réservation d'un voyage.

"Vous allez probablement voir une augmentation significative du nombre de personnes voyageant en juillet", a-t-il déclaré. "Mais il y a des gens qui peuvent choisir d'attendre plus longtemps pour voir si nous continuons à aller dans la bonne direction."

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 24 juin 2021.