Si les citoyens israéliens ne coopèrent pas aux efforts pour contenir la nouvelle épidémie de coronavirus et que la morbidité continue d'augmenter, le gouvernement rétablira certaines restrictions, en particulier celles liées au laissez-passer vert, a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett lors de l'ouverture de la réunion du cabinet le Dimanche, alors que le pays enregistre une augmentation légère mais constante des cas graves, dont le nombre s'élevait à 35 dimanche matin, contre son chiffre le plus bas – 21 – quelque deux semaines plus tôt.« Au cours de la semaine dernière, il y a eu une augmentation du taux d'infection », a déclaré Bennett. « Dans le cadre de ce que nous avons appris du passé, nous n'attendrons pas pour protéger la santé des citoyens israéliens.

»
Le Premier ministre a souligné que l'objectif du gouvernement est d'atteindre le plus haut niveau de protection avec une perturbation minimale de la vie quotidienne des gens.
Bennett a appelé toutes les personnes éligibles à un vaccin à aller se faire vacciner, ainsi qu'à chacun de respecter l'obligation de porter des masques à l'intérieur.« Sans la coopération des citoyens d'Israël, et si la morbidité continue d'augmenter, nous envisagerons de réimposer certaines des restrictions liées au laissez-passer vert », a prévenu le Premier ministre.

Coronavirus : le laissez-passer vert pourrait revenir si la morbidité augmente – Bennett

Le système de laissez-passer vert, qui a été mis en œuvre en Israël jusqu'à il y a quelques semaines, n'accordait l'accès à certaines activités ou lieux qu'aux personnes entièrement vaccinées ou rétablies, et aux enfants non éligibles au vaccin qui avaient subi un test PCR dans les 72 heures précédentes .
Le ministère de la Santé a signalé samedi soir 185 nouveaux cas, soit moins que les 323 enregistrés vendredi, alors qu'il a dépassé les 300 pour la deuxième fois depuis avril, la dernière fois mercredi. Cependant, seuls 40 000 tests ont été traités samedi, contre près de 70 000 vendredi.

cnxps.cmd.push(function () { cnxps({ playerId: '36af7c51-0caf-4741-9824-2c941fc6c17b' }).

render('4c4d856e0e6f4e3d808bbc1715e132f6'); });
if(window.location.pathname.

indexOf("656089") ! = -1){console.log("hedva connatix");document.getElementsByClassName("divConnatix")[0].

style.display ="aucun";}Au cours des deux jours, seulement 0,5% des personnes dépistées ont été testées positives.
Alors que la morbidité grave a été jusqu'à présent extrêmement limitée par rapport au passé, dimanche, il y avait 35 patients dans un état grave.

La dernière fois que le pays a enregistré un nombre similaire de ces patients, c'était le 6 juin. Le nombre de cas graves variait de 23 à 29 au cours de la semaine dernière.
Plus de 100 000 adolescents et pré-adolescents âgés de 12 à 16 ans ont été vaccinés contre le coronavirus, selon une mise à jour du ministère de la Santé.

"Ces derniers jours, il y a eu une très forte réponse à la vaccination chez les jeunes", a déclaré samedi soir le ministère, qualifiant le taux de vaccination de "réalisation sans précédent".
Quelque 570 000 enfants âgés de 12 à 15 ans vivent en Israël. Environ 55 000 d'entre eux se sont remis du COVID et environ 110 000 ont reçu au moins la première dose du vaccin.

Israël avait pensé qu'il avait atteint l'immunité collective peu de temps avant que la variante Delta n'entre dans le pays et ait entraîné un nouveau pic de cas quotidiens. Afin de maîtriser l'épidémie, selon le professeur Eran Segal de l'Institut des sciences Weizmann, davantage de personnes doivent vacciner.
"Pour regagner l'immunité collective, nous devons vacciner autant des 1,2 million de plus de 12 ans qui n'ont pas encore été vaccinés", a-t-il écrit sur Twitter ce week-end.

"Oui, c'est aussi simple que ça."
Au total, quelque 5 627 620 Israéliens ont reçu au moins une injection du vaccin Pfizer. Les premières injections du vaccin Pfizer ne seront disponibles que pendant cinq jours supplémentaires, jusqu'au 9 juillet, car l'approvisionnement restant du pays expire à la fin du mois.

Israël avait demandé à Pfizer de prolonger sa date d'expiration, mais la société a refusé. Il est probable que des centaines de milliers de doses seront jetées si une autre solution n'est pas trouvée.
Israël avait entamé des négociations avec le Royaume-Uni pour leur fournir les flacons qui devaient bientôt expirer, mais l'accord aurait échoué.

À l'heure actuelle, Israël compte quelque 2 500 cas actifs, contre moins de 200 début juin.