La nouvelle survient alors que le débat monte sur la question de savoir si tous les Américains devraient porter un masque.

L'un des décès est un enfant de 6 semaines dans le Connecticut, a déclaré le gouverneur Ned Lamont.

Plus de données montrant que les personnes sans symptômes alimentent la propagation ont incité les hauts responsables américains à repenser si le grand public devrait porter des masques. Mais l'Organisation mondiale de la santé, tout en disant qu'elle examine ses conseils, dit aux gens qu'il n'est pas nécessaire de se couvrir la bouche si vous n'êtes pas un patient ou un agent de santé.

Aux États-Unis, un quart des personnes malades ne présentent aucun symptôme

Concernant les nouvelles données d'Islande, 50% des personnes testées positives se sont dites asymptomatiques.

Aux États-Unis, environ 25% des porteurs de coronavirus ne présentent aucun symptôme, a déclaré le directeur des Centers for Disease Control and Prevention.

« Les informations que nous avons à peu près confirmées aujourd'hui sont qu'un nombre important de personnes infectées restent en fait asymptomatiques. Cela peut atteindre 25% », a déclaré le directeur du CDC, le Dr Robert Redfield à NPR. Pour éviter une nouvelle propagation, le principal expert des maladies infectieuses aux États-Unis a déclaré que les responsables de la santé reconsidèrent les directives sur les masques faciaux. Anthony Fauci a déclaré qu'il « pencherait pour » recommander au grand public de porter des masques faciaux « si nous n'avons pas le problème de retirer les masques aux agents de santé qui en ont besoin ».

« Nous n'en sommes pas encore là, mais je pense que nous sommes sur le point de parvenir à une certaine détermination », a déclaré Fauci.

Si les responsables fédéraux recommandent l'utilisation généralisée des masques faciaux, ce serait un renversement brutal par rapport aux recommandations de l'Organisation mondiale de la santé et du CDC, qui ont déclaré que les masques faciaux ne devraient être portés que par les travailleurs de la santé, ceux qui sont malades et ceux qui sont prendre soin d'une personne malade.

L'organisation « continue d'étudier les preuves » pour savoir si le grand public devrait utiliser des masques pendant la pandémie de coronavirus, a déclaré mercredi le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

L'OMS recommande les masques pour les personnes malades et les soignants, a-t-il dit.

« C'est toujours un virus très nouveau, et nous apprenons tout le temps. À mesure que la pandémie évolue, les preuves aussi, tout comme nos conseils », a-t-il déclaré.

Le chirurgien général américain Jerome Adams avait toujours recommandé au public de ne pas porter de masques, affirmant qu'ils pouvaient causer plus de mal que de bien.

Mais cette semaine, de nouvelles informations sur la propagation asymptomatique pourraient changer les directives publiques, a déclaré Adams.

Un argument majeur contre l'utilisation généralisée des masques est que les agents de santé n'en ont pas assez.

« Nous avons une pénurie mondiale massive », a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du programme OMS sur les urgences sanitaires. « En ce moment, les personnes les plus exposées à ce virus sont les agents de santé de première ligne qui sont exposés au virus chaque seconde de chaque jour. La pensée qu’ils n’ont pas de masque est horrible. »

Dans de nombreuses villes, les médecins et les infirmières tombent malades ou meurent du coronavirus. C'est doublement tragique, car moins d'agents de santé sont en mesure de s'occuper du public. Donc, certaines personnes fabriquent leurs propres masques. JOANN Fabrics and Craft Stores a publié un didacticiel vidéo sur la fabrication de masques faciaux.

Les preuves montrent que la distance sociale aide

Environ 90% de la population américaine vit désormais dans des zones où les ordonnances de séjour à domicile sont établies de comté et de ville.

Certains disent que cela ne suffit pas et appellent à une ordonnance nationale de refuge sur place, en particulier parce que le virus mortel est deux fois plus contagieux que la grippe.

La Floride, avec 21 millions d'habitants et une importante population de personnes âgées, a rejoint la liste mercredi. Le gouverneur Ron DeSantis a publié un décret ordonnant aux personnes âgées et aux personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents de rester à la maison. Tous les Floridiens doivent limiter leurs mouvements, écrit-il. La commande prend effet tôt vendredi.

Les gouverneurs de Géorgie et du Mississippi ont également émis des ordres mercredi.

Alors qu'une dizaine d'États n'ont pas émis d'ordonnance de séjour à domicile, le vice-président Mike Pence a déclaré qu'il ne pensait pas qu'un ordre national soit nécessaire.

« J'ai été très inspiré par la façon dont au cours des 15 derniers jours, les gens dans les États qui ont très peu d'épidémie de coronavirus mettent encore en pratique les directives pour l'Amérique », a-t-il déclaré.

Les responsables de la santé disent que les efforts de distanciation sociale semblent porter leurs fruits, y compris dans le comté de King, dans l'État de Washington – le premier épicentre du coronavirus du pays.

« Nous envisageons des réductions des contacts interpersonnels qui se sont progressivement améliorées et nous ont conduits à un point où nous avons un impact très positif », a déclaré le Dr Jeff Duchin, responsable de la santé publique pour Seattle et le comté de King.

Dans la région de New York, durement touchée

Une étude à grande échelle a révélé que les interventions précoces, telles que la distanciation sociale et les restrictions sévères à la circulation des personnes, ont déjà sauvé des dizaines de milliers de vies à travers l'Europe.

Les scientifiques de l'Imperial College de Londres ont étudié les interventions dans 11 pays européens et ont conclu qu'ils « ont ensemble eu un impact substantiel sur la transmission ».

Les chercheurs estiment qu'au 31 mars, « les interventions dans les 11 pays auront évité 59 000 décès ».

Vous avez demandé, nous avons répondu: Vos principales questions sur les coronavirus

La hauteur de la pandémie de coronavirus est encore à venir

Les responsables de la Maison Blanche prévoient que plus de 100 000 personnes pourraient mourir du coronavirus – et c'est si le public applique parfaitement les directives de distanciation sociale. À la mi-avril, alors que le virus devrait frapper le pays le plus durement, jusqu'à 2 000 Américains pourraient mourir chaque jour, selon un modèle cité par la Maison Blanche. Les responsables de la santé ont déclaré que les mesures visant à freiner la propagation du virus sont le seul espoir de maintenir le nombre de morts par milliers et non par millions.

Si les Américains ne suivent pas les lignes directrices sur la distanciation sociale, des projets de modélisation dans le pire des cas, jusqu'à 2,2 millions de personnes, pourraient mourir, a déclaré le Dr Deborah Birx, coordinatrice de la réponse aux coronavirus de la Maison Blanche.

Plus de deux douzaines d'États ont émis des ordonnances de séjour à domicile, et le gouvernement fédéral a prolongé les lignes directrices sur la distance sociale jusqu'au 30 avril.

Birx a déclaré qu'il n'y avait pas de moyen facile de réparer la pandémie de coronavirus. C'est au public d'aider à stopper la propagation.

« Il n'y a pas de solution miracle », a-t-elle déclaré. « Il n'y a pas de vaccin ou de thérapie magique. Ce ne sont que des comportements. Chacun de nos comportements se traduit par quelque chose qui change le cours de cette pandémie virale au cours des 30 prochains jours. »

Pourquoi s'inquiéter du coronavirus alors que la grippe a tué plus de personnes ?

Jacqueline Howard, Jamiel Lynch, Allie Malloy, Joe Sutton