Des navetteurs portant des masques pour éviter de contracter la maladie à coronavirus (COVID-19) marchent sur un passage piéton à Séoul, en Corée du Sud, le 5 juillet 2021./Kim Hong-Ji

  • La Corée du Sud signale 1 212 nouveaux cas quotidiens
  • Restrictions de mouvement prolongées à Séoul
  • Les autorités préviennent que des bordures plus dures pourraient être rétablies
  • Variante Delta alimentée par des jeunes et non vaccinés

La Corée du Sud a signalé mercredi son deuxième plus grand nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19, quelques jours seulement après avoir commencé à assouplir les restrictions de distanciation sociale dans certaines parties du pays, soutenue par un déploiement accéléré de vaccins.

La Corée du Sud envisage de réimposer des restrictions alors que les cas de COVID-19 augmentent

Avec la majorité des 1 212 nouveaux cas provenant de Séoul densément peuplée, les autorités ont prolongé les restrictions de mouvement dans la capitale et les régions environnantes pendant au moins une semaine supplémentaire et envisagent de repousser les restrictions au plus haut niveau.

Le Premier ministre Kim Boo-kyum a déclaré que la quatrième vague de virus du pays, alimentée par la variante Delta hautement contagieuse, se propageait rapidement, en particulier parmi les personnes non vaccinées dans la vingtaine et la trentaine.

Kim a exhorté les personnes de ce groupe démographique à se faire tester à titre préventif "pour protéger non seulement vous-même, mais tous les membres de votre famille, vos amis, votre école et le pays".

"Si la situation n'est pas sous contrôle après une surveillance de deux à trois jours, cela pourrait nous laisser d'autre choix que d'imposer le plus strict de tous les niveaux de distanciation sociale", a déclaré Kim.

Le président Moon Jae-in a ordonné que l'armée soit mobilisée pour aider à une recherche plus large des contacts et a exhorté les autorités à installer des centres de test supplémentaires dans les zones densément peuplées, a déclaré mercredi à la presse la porte-parole présidentielle Park Kyung-mee.

Le nombre de cas quotidiens était le pire depuis le 25 décembre, lorsque la Corée du Sud connaissait une troisième vague de pandémie.

Les autorités se dirigeaient ces dernières semaines vers une réouverture complète du pays. Les restrictions de mouvement dans une grande partie du pays ont été assouplies le 1er juillet, bien que les responsables du grand Séoul se soient tenus debout alors qu'ils regardaient le nombre de cas recommencer à augmenter.

Les experts de la santé ont déclaré que l'assouplissement des mesures qui restreignaient les heures d'ouverture des entreprises et les rassemblements sociaux en dehors de Séoul, ainsi que la connaissance que de nouveaux assouplissements seraient à venir, ont conduit à la complaisance du public, en particulier chez les jeunes socialement mobiles de la capitale.

Environ 85% des nouveaux cas transmis localement se trouvaient dans la région métropolitaine de Séoul, qui abrite plus de la moitié de la population du pays.

"Alors que le taux d'infection a relativement baissé chez les personnes de plus de 60 ans grâce à la campagne de vaccination, la transmission se poursuit dans le groupe non vacciné", a déclaré Kim Tark, professeur agrégé de maladies infectieuses à l'hôpital de l'université de Soonchunhyang Bucheon.

"C'est un rappel pour accélérer la vaccination des moins de 60 ans."

LES VACCINS ARRIVENT

Seulement 10 % des 52 millions d'habitants du pays ont été complètement vaccinés, tandis que 30 % ont reçu au moins une injection, la majorité d'entre eux ayant plus de 60 ans.

L'Association médicale coréenne a exhorté le gouvernement à s'abstenir de toute décision hâtive pour assouplir les politiques de distanciation sociale avec des vaccinations à de faibles niveaux.

Le pays a reçu mercredi 700 000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech (PFE.N) (22UAy.DE) d'Israël dans le cadre d'un accord d'échange, ainsi qu'un envoi séparé de 627 000 doses achetées directement.

Une partie de la nouvelle offre sera envoyée dans le Grand Séoul pour les programmes de vaccination qui doivent commencer le 13 juillet, ont indiqué les autorités.

L'amélioration des niveaux de vaccination a permis de réduire le taux de mortalité en Corée du Sud à 1,25% et le nombre de cas graves à 155 mercredi, en baisse significative par rapport à 1,41% et 311 cas signalés lors du pic précédent fin décembre.

Le pays a signalé un total de 162 753 infections et 2 033 décès pendant la pandémie.

Montage par Miyoung Kim et Jane Wardell