Les contraintes de préparation au conseil d'administration contre les coronavirus sont alignées sur les recommandations des Centers for Disease Control and Prevention – distanciation sociale, lavage fréquent des mains, toux et éternuements dans le coude, s'il vous plaît. Alors que les chiffres du coronavirus commençaient à augmenter, de nouveaux protocoles ont été mis en place, parmi eux, interrompant les rénovations de toute sorte.

Lorsqu'un portier a récemment déclaré qu'il ne se sentait pas bien, la société de gestion de la coopérative a parcouru le flux vidéo du bâtiment pour localiser et contacter la quarantaine de résidents qui avaient récemment interagi avec lui. Heureusement, son test de coronavirus est revenu négatif; des plans d’urgence sont en cours d’élaboration dans le cas où les employés tombent malades ou ne peuvent se rendre au travail en raison de directives plus strictes en matière d’abri en place.

Comment une coopérative de Manhattan fait face au coronavirus

Il y avait un point assez épineux à l'ordre du jour lors d'une téléconférence du conseil d'administration de la coopérative: l'opportunité de faire savoir s'il y avait un cas confirmé de Covid-19 parmi les actionnaires. «Nous avons discuté de la possibilité ou de la nécessité de divulguer l'étage ou le bâtiment en question», a rappelé M. Wagner. «Nous n'étions pas limités par les règles de confidentialité de la HIPAA, mais beaucoup de gens disaient non», a-t-il déclaré en référence aux directives de confidentialité des soins de santé.

Enfin, les membres du conseil d'administration ont simplement décidé d'encourager toute personne infectée par le virus à en faire part. Ils ont également conseillé aux actionnaires de se comporter comme s'ils avaient le virus et de traiter leurs concitoyens comme s'ils étaient également affligés. «Agissez comme si vous l'aviez et que votre voisin l'a», a déclaré M. Wagner.

« Bien sûr, vous ne pouvez pas garder ce genre de chose secret. »

Il devrait savoir. Son épouse, Barbara Wagner, une responsable des relations publiques, a été testée positive pour Covid 19 à la mi-mars; c'était le premier cas connu dans le complexe. Le couple a immédiatement prévenu deux des six voisins de leur étage et quelques autres amis ailleurs dans la coopérative. La nouvelle se répandit rapidement.

Pour garantir que le virus ne se propage pas également, la société de gestion a fait appel à une entreprise pour désinfecter le hall, l'ascenseur, la salle de repos du personnel et les vestiaires, entre autres.

La demande pour la procédure de nettoyage en profondeur monte en flèche. «Avant le 1er mars, nous ne l'avions jamais fait», a déclaré Jeffrey Gross, chef de l'exploitation de Maxons, une entreprise de restauration des dommages matériels (mais pas celle utilisée par la coopérative Wagners). «Depuis le 1er mars, nous avons fait 200, la majorité dans les bâtiments résidentiels.  » Les frais commencent à 5 000 $.