VA constate une baisse de la demande de vaccins contre le coronavirus

Stars and Stripes met gratuitement à disposition des articles sur la pandémie de coronavirus. Voir plus d'histoires de personnel et de fils ici. Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne sur les coronavirus ici. Veuillez soutenir notre journalisme avec un abonnement.

WASHINGTON - Des dizaines de milliers d'anciens combattants de moins recherchent des vaccins contre le coronavirus auprès du ministère des Anciens Combattants par rapport à il y a à peine deux semaines, a déclaré lundi le secrétaire de la VA, Denis McDonough.

Plus tôt ce mois-ci, entre 50 000 et 75 000 anciens combattants se faisaient vacciner chaque jour. Vendredi, la distribution est tombée entre 25 000 et 30 000 vaccins par jour, a déclaré McDonough. La baisse de la demande, qui reflète le reste de la population américaine, a incité le ministère à accroître sa communication aux anciens combattants sur l'importance de se faire vacciner.

«Nous constatons un décalage de la demande», a déclaré McDonough lors d'un point de presse. «Cela souligne l’importance pour nous de continuer à plaider en faveur de la vaccination

La semaine dernière, plus de la moitié des adultes aux États-Unis avaient reçu au moins une dose de vaccin, et le président Joe Biden a annoncé avoir atteint l'objectif de 200 millions de vaccins administrés au cours de ses 100 premiers jours en fonction.

Cependant, l’administration de Biden est maintenant confrontée au défi de lutter contre l’hésitation à la vaccination. Le nombre quotidien moyen de vaccinations est tombé la semaine dernière à moins de 3 millions, contre 3,4 millions, selon les Centers for Disease Control and Prevention.

Environ 9 millions d'anciens combattants sont inscrits dans les soins de santé VA. Lundi, l'AV avait complètement vacciné plus de 2,5 millions de personnes. Les vétérans noirs se font vacciner aux taux les plus élevés, avec 40% de vaccinés jusqu'à présent, suivis de 38% des vétérans asiatiques, 36% des vétérans autochtones hawaïens, 36% des vétérans hispaniques, 35% des vétérans blancs et 26% des vétérans amérindiens .

Semblable au reste de la population américaine, l'AV voit le plus d'hésitation envers le vaccin parmi les vétérans qui vivent dans les zones rurales.

Le département a vacciné 39% des vétérans vivant dans les zones urbaines, contre 30% dans les zones rurales et 27% dans les zones très rurales. Une enquête de la Kaiser Family Foundation, une organisation à but non lucratif qui se concentre sur les problèmes de santé nationaux, a révélé que trois résidents sur 10 dans les régions rurales d'Amérique ont déclaré qu'ils ne recevraient certainement pas de vaccin ou qu'ils ne le feraient que si nécessaire.

McDonough a déclaré que l'AV essayait de connecter les anciens combattants à leurs médecins afin qu'ils puissent poser des questions et répondre à leurs préoccupations.

«Dans les zones plus rurales, nous constatons une hésitation accrue», a-t-il déclaré. «Notre réponse à cela a donc été d'accroître l'engagement auprès des cliniciens. De manière générale, cela aide. "

Les Sénateurs Jon Tester, D-Mont., Et Jerry Moran, R-Kan., Les chefs du Comité sénatorial des anciens combattants, ont publié jeudi une annonce d’intérêt public encourageant les anciens combattants à se faire vacciner. Les deux sénateurs représentent des États ruraux où il y a eu des problèmes d'hésitation.

«Répondez à l'appel, protégez-vous avec le vaccin Covid-19 et aidez à protéger et à défendre votre famille, vos amis et notre nation», a déclaré Moran dans la vidéo.

On ne sait toujours pas comment la pause dans la distribution du vaccin Johnson & Johnson pourrait affecter l'hésitation. Les responsables de la santé américains ont suspendu l’utilisation du vaccin J&J par le pays pendant 11 jours pour répondre aux préoccupations concernant six cas de caillots sanguins graves. Samedi, la Federal Drug Administration a levé la pause, affirmant que les caillots sanguins étaient des «événements très rares» et que les avantages du vaccin l'emportaient sur les risques.

Le Dr Kameron Matthews, sous-secrétaire adjoint à la santé à l’AV, est optimiste que la pause ait apaisé les inquiétudes des gens concernant les vaccins, plutôt que l’inverse.

«Cela confirme en fait pour beaucoup de gens que ce processus tient compte de la sécurité et tient compte de la sécurité», a-t-il déclaré. "Il y avait des inquiétudes au départ concernant l'hésitation, mais le fait que ce soit un processus aussi transparent a aidé."

Le VA a publié lundi une déclaration selon laquelle il reprendrait l'utilisation des vaccins J&J. Les vétérans à qui on propose des vaccins J&J recevront des informations sur les risques et les avantages potentiels et seront informés des autres options de vaccins, indique le communiqué.

Lundi, l'AV avait administré 2,7 millions de doses du vaccin Pfizer, suivies de 2,4 millions de doses du vaccin développé par Moderna. Il n'avait donné que 113 619 injections du vaccin J&J.

[email protected]
Twitter: @nikkiwentling

l'article continue ci-dessous