Par

Presse associée DANICA KIRKA

21 septembre 2020 à 10h26

  • 3 min de lecture
  • Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet articleLONDRES - Le principal conseiller médical britannique a déclaré que le pays avait, dans un «très mauvais sens», franchi un cap sur les taux d'infection au COVID-19, avec des chiffres suggérant qu'il y aura une croissance exponentielle de la maladie à moins que des mesures ne soient prises.

    Conseiller médical britannique : les cas de COVID pourraient augmenter de manière exponentielle

    Le médecin-chef Chris Whitty a déclaré lundi au public que les taux allaient dans la «mauvaise direction» alors que le gouvernement se préparait à annoncer de nouvelles mesures pour contrôler la pandémie.

    Il dit «nous avons dans un très mauvais sens, littéralement tourné un coin», après des semaines d'augmentation des taux d'infection.

    Le Premier ministre Boris Johnson s'est blotti avec des ministres ce week-end pour discuter de la manière dont le gouvernement répondra à la récente augmentation des cas, qui a poussé les taux d'infection à des niveaux observés pour la dernière fois en mai. Plus tard cette semaine, le gouvernement devrait annoncer une série de restrictions à court terme qui agiront comme un «disjoncteur» pour ralentir la propagation de la maladie.

    CECI EST UNE MISE À JOUR DE BREF. L'histoire précédente d'AP suit ci-dessous.

    LONDRES (AP) - Les principaux conseillers médicaux et scientifiques britanniques diront au public lundi que les taux d'infection au COVID-19 vont dans la «mauvaise direction» alors que le gouvernement se prépare à annoncer de nouvelles mesures pour contrôler la pandémie.

    Le médecin-chef Chris Whitty et le directeur scientifique Patrick Vallance doivent tenir un briefing télévisé à 11 heures (10h00 GMT) au cours de laquelle ils présenteront des scénarios de propagation de la maladie.

    "La tendance au Royaume-Uni va dans la mauvaise direction et nous sommes à un point critique de la pandémie", a déclaré Witty dans un communiqué publié avant le briefing. «Nous examinons les données pour voir comment gérer la propagation du virus avant une période hivernale très difficile.»

    Le Premier ministre Boris Johnson s'est blotti avec des ministres ce week-end pour discuter de la manière dont le gouvernement répondra à la récente augmentation des cas, qui a poussé les taux d'infection à des niveaux observés pour la dernière fois en mai. Plus tard cette semaine, le gouvernement devrait annoncer une série de restrictions à court terme qui agiront comme un «disjoncteur» pour ralentir la propagation de la maladie.

    Les nouvelles infections à coronavirus sont passées à une moyenne de sept jours de 3679 le 17 septembre, le plus élevé depuis le 11 mai.

    Le gouvernement espère empêcher ce nombre de remonter au sommet du début avril, alors que plus de 5 000 cas par jour étaient signalés.

    Alors que les taux de mortalité sont restés relativement faibles jusqu'à présent, les responsables de la santé publique préviennent que les décès sont susceptibles d'augmenter dans les semaines à venir.

    Le Royaume-Uni a signalé une moyenne sur sept jours de 21 décès par jour la semaine dernière, contre un sommet de 942 le 10 avril.

    La semaine dernière, le gouvernement a imposé des restrictions plus strictes aux communautés du nord-est de l'Angleterre, où le taux d'infection a commencé à augmenter. Les bars et restaurants de ces zones doivent désormais fermer entre 22 h. et 5 heures du matin et il est interdit aux personnes de socialiser avec des personnes d'autres ménages.

    L’augmentation des taux d’infection survient alors que les législateurs de tous les horizons politiques critiquent le programme de dépistage du gouvernement. Alors que les ministres du gouvernement vantent le nombre record de tests effectués, il existe de nombreux rapports faisant état de personnes devant parcourir des centaines de kilomètres pour des tests et des tests annulés parce que les laboratoires prennent trop de temps pour les traiter.

    Un programme de dépistage efficace est considéré comme essentiel pour contrôler la pandémie, car il permet au gouvernement de suivre les infections et d'informer les gens du moment où ils doivent s'isoler.