Les Colombiens protestent face à la flambée des cas de coronavirus

Des émeutes ont éclaté dans plusieurs villes du pays sud-américain alors que les habitants protestaient contre la pauvreté croissante qui a été aggravée par le verrouillage de la pandémie.

Des milliers de personnes ont protesté bruyamment dans les rues de plusieurs villes de Colombie contre la pauvreté et les inégalités croissantes qui n'ont été qu'exacerbées par la pandémie COVID-19. Au moins 24 personnes sont mortes et quelque 800 blessées, selon le Miami Herald.

L'Amérique latine continue d'être un point chaud pour la pandémie, la Colombie connaissant désormais sa troisième poussée de coronavirus. Le pays, avec une population de 50 millions d'habitants, a enregistré près de 3 millions de cas de virus et plus de 76 000 décès, selon l'Organisation mondiale de la santé.

«Le COVID-19 a eu un impact terrible en Amérique latine et plus particulièrement en Colombie. Les pauvres sont au chômage et désespérés », a déclaré Joseph Ganitsky, professeur de pratique à l'Université de Miami Patti et Allan Herbert Business School et directeur du programme de maîtrise en commerce international.

On estime qu'environ 4 millions de personnes ont été poussées dans la pauvreté dans le pays par la pandémie, selon le Département administratif national des statistiques. La Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes a estimé qu’à la fin de l’année dernière, 37,5% de la population colombienne vivait en dessous du seuil de pauvreté, ce qui en fait le pays avec le taux de pauvreté le plus élevé d’Amérique latine.

«Les populistes les mobilisent [the protesters] contre le gouvernement, qui a utilisé ses réserves financières pour favoriser, sur une base très limitée, ceux du bas », a déclaré Ganitsky.

Les manifestations ont d'abord commencé comme une impasse contre une réforme fiscale proposée pour faire face au déficit pandémique, mais la réforme fiscale a été annulée et le secrétaire au Trésor a démissionné. Le gouvernement conservateur du président Ivan Duque a promis de réviser le plan économique.

Selon Ganitsky, le gouvernement doit augmenter les impôts et réduire les dépenses pour couvrir le déficit. Sinon, la Colombie perdra sa cote de crédit favorable sur les marchés internationaux, ce qui se traduirait par des coûts d'emprunt plus élevés dans les années à venir.

Il a également déclaré que le déploiement de la taxe aurait pu être mieux géré.

«Le gouvernement n'a pas suffisamment écouté les principaux électeurs avant de proposer la réforme fiscale, puis il n'a pas réussi à communiquer correctement son intention stratégique importante», a-t-il déclaré. «Le plan prévoyait de nouvelles taxes sur la classe moyenne, auxquelles tous les dirigeants politiques se sont opposés, y compris ceux du propre parti du président.

L'équipe de Duque - y compris son nouveau secrétaire au Trésor - a promis une nouvelle proposition plus équilibrée qui pourrait refléter le dialogue en cours avec différents groupes de pression, a déclaré Ganitsky.

Dans l'intervalle, une nouvelle vague d'infections au COVID-19 a frappé durement le pays, écrasant les hôpitaux. Le gouvernement a demandé des verrouillages qui ne sont pas suivis, a noté Ganitsky.

«Cette grève et l'opposition aux taxes proposées placent le candidat présidentiel de gauche Gustavo Petro (un ancien guérillero) beaucoup plus près de remporter les élections présidentielles de l'année prochaine», a-t-il ajouté. Cela pourrait être évité, a souligné Ganitsky, si les diverses factions politiques de droite à mi-gauche s'unissaient, comme elles l'ont fait récemment en Équateur.

"Gardez à l'esprit que les électeurs colombiens sont avant tout très conservateurs, et ils ont déjà très peur de répéter les erreurs du Venezuela", a-t-il déclaré.

«Le déficit budgétaire et la réforme fiscale ne font que commencer», a ajouté Ganitsky. «Les troubles sociaux et politiques ne disparaîtront pas. Plus tard cette année, différents dirigeants politiques trouveront à contrecœur un compromis sur une solution pas très bonne pour le pays, et encore moins pour les personnes les plus touchées par le COVID-19.