Saluez-vous, Cole Beasley. Vous êtes maintenant le visage du mouvement anti-vax de la NFL.

Les questions auxquelles les Cowboys doivent répondre avant d'être considérés comme des prétendants

SUIVANT

Beasley, le receveur des Bills de Buffalo, n'a pas hésité à exprimer son dédain pour les protocoles COVID-19 révisés conçus par la NFL et la NFL Players Association - institués pour le camp d'entraînement et la pré-saison pour le moment, avec d'autres ajustements à venir probablement plus tard - que trace une ligne dans le sable entre les joueurs vaccinés et les non vaccinés.

Si vous êtes vacciné, vous n'êtes pas obligé de porter un masque au siège de l'équipe et n'êtes plus soumis à des tests quotidiens. Vous pouvez vous détendre dans le sauna, manger à la cafétéria et rendre visite à vos amis et à votre famille lors de vos voyages en voiture.

Des matchs de la NFL aux résultats sportifs universitaires, toutes les actualités sportives que vous devez savoir chaque jour.

Si vous n'êtes pas vacciné, vous pourriez aussi bien porter un " X " rouge sur votre front. Vous serez soumis à des tests quotidiens, vous devrez porter un masque au siège de l'équipe et vous serez interdit d'accès au sauna et au hammam. Vous ne pouvez pas manger à la cafétéria. Et si vous quittez l'hôtel de l'équipe pour manger dans un restaurant ou interagir avec quelqu'un en dehors du groupe de voyage de l'équipe lors d'un voyage en voiture, vous serez passible d'une amende de 50 000 $.

Oui, la NFL et le syndicat ont clairement indiqué : ils veulent que les joueurs soient vaccinés.

"C'est fou", a répondu Beasley dans un message sur Twitter. " Avons-nous voté là-dessus ? Je reste à l'hôtel. Nous avons encore des réunions. Nous serons tous ensemble. Les joueurs vaccinés peuvent sortir de l'hôtel et pourraient ramener le covid là où je suis. Alors, qu'importe si je reste à l'hôtel maintenant ? 100 % immunisé avec la vaccination  ? Non. L'association des joueurs est une blague. Appelez cela quelque chose de différent. Ce n'est pas pour les joueurs.

© Troy Babbitt, Troy Babbitt-USA AUJOURD'HUI Sports

Le receveur des Bills de Buffalo Cole Beasley (11) est abordé après une capture contre les Broncos de Denver au cours du premier trimestre à Empower Field at Mile High.

Bien sûr, Beasley, comme ses collègues de la ligue et les Américains en général, a parfaitement le droit de ne pas se faire vacciner pour se protéger du nouveau coronavirus qui a coûté la vie à plus de 600 000 citoyens américains et à des millions d'autres à travers le monde.

Pourtant, claquer la NFLPA sur celui-ci est loin de la base. Pourquoi ne pas claquer la ligue aussi ? Pour Beasley, tirer sur le syndicat à ce sujet est à la fois stupide et injuste.

En fait, la NFLPA mérite un certain crédit pour avoir travaillé main dans la main avec la ligue - et pas toujours à la mode Kumbaya - depuis que la pandémie a commencé à élaborer les protocoles et les règles de travail. N'oubliez pas que sans l'insistance de la NFLPA, la ligue aurait probablement essayé de se lancer dans la saison dernière sans tests quotidiens stricts. Et le syndicat a toujours défendu le droit des joueurs de choisir, avec le conseiller médical de la NFLPA, Thom Mayer, le disant si éloquemment  : " Ce sont des hommes adultes qui prennent des décisions d'adultes ".

Pourtant, Beasley a tiré sur une cible facile, la NFLPA, plutôt que de lancer une flèche sur Bills GM Brandon Beane, qui a récemment pris de la chaleur pour avoir suggéré qu'il couperait hypothétiquement un joueur non vacciné pour aider son équipe à faire lever certains protocoles COVID-19.

En tout état de cause, c'est un débat réel qui se déroule dans l'environnement de la NFL… tout comme COVID-19 a perturbé le monde de la NFL comme il a la société dans son ensemble.

Beasley n'est guère seul dans sa position. Le quart-arrière des Panthers de la Caroline Sam Darnold, le porteur de ballon des Bengals de Cincinnati Joe Mixon et l'ailier défensif de l'équipe de football de Washington Montez Sweat sont d'autres à déclarer un résultat similaire, bien que personne n'ait été aussi véhément que Beasley sur la question. Alors que les équipes de la NFL terminaient les minicamps la semaine dernière et entraient dans la zone morte du calendrier de la ligue avant l'ouverture des camps d'entraînement fin juillet, la question de la vaccination devenait urgente. Alors que l'entraîneur de Washington Ron Rivera a engagé un expert en vaccins COVID-19 pour parler à ses joueurs de ce problème avec le taux de vaccination de l'équipe oscillant autour de 50% (il y a 10 jours), l'entraîneur des Steelers, Mike Tomlin, s'est vanté que Pittsburgh était "au sommet de la ligue " pour le taux de vaccination parmi les joueurs, bien qu'aucune donnée officielle n'ait été publiée.

© Mark Konezny, USA AUJOURD'HUI Sports

Le receveur large des Bills de Buffalo Cole Beasley (10) célèbre avoir marqué un touché contre les Broncos de Denver au troisième trimestre au New Era Field.

"Les gars ont travaillé dur pour adhérer aux politiques et aux protocoles", a déclaré Tomlin mardi. "C’est juste une continuation de 2020 en ce qui concerne notre attitude. Nous allons travailler dur pour adhérer et rechercher tout avantage que la conformité pourrait nous donner. "

Après ce que la NFL a traversé la saison dernière (ainsi que la société dans son ensemble), je suis déconcerté que les joueurs de la NFL n'aient pas mené la charge de vaccination. Je n'accepte pas la raison pour laquelle certains, comme Sweat, ont exprimé le fait qu'ils recherchent plus d'informations. Mais la résistance peut également souligner la méfiance profondément ancrée qui existe avec des mesures de santé aussi répandues, dont une grande partie, je suppose, concerne certains cas honteux à travers l'histoire. Il y a aussi l'argument selon lequel après un développement aussi rapide des vaccins, il faut plus de temps pour mesurer les effets à long terme. Mais reste.

"Je pense que cela dépend vraiment du niveau de confort de la personne; ils doivent faire ce qui est le mieux pour eux ", a déclaré l'ailier défensif des Ravens Calais Campbell la semaine dernière.

Campbell a rapporté qu'il était effectivement vacciné, et sans aucun doute l'expérience de 2020 a cimenté cette décision. Les Ravens ont connu l'une des pires épidémies de la ligue - leur match de fin de saison à Pittsburgh a été reporté à trois reprises - et Campbell a contracté COVID-19. Il a décrit le fait de le surmonter comme " brutal " et se demande toujours s'il existe des symptômes persistants.

"Parfois, j'ai l'impression que cela va et vient dans un sens", a déclaré Campbell, "donc je suppose que je ne peux vraiment pas être sûr jusqu'à ce que nous entrions dans le vif du sujet. Mais j'ai été vraiment bien ces derniers mois. Je n'ai pas eu de vrais problèmes, mais cela a définitivement duré un certain temps.

"Je ne souhaite toujours cela à personne. C'est juste une chose si difficile à vivre, juste parce que vous ne vous sentez pas vraiment vous-même. Même lorsque vous avez dépassé les symptômes que tout le monde a, et que vous redevenez un athlète professionnel, il y a un certain sentiment que vous avez lorsque vous êtes juste prêt, et COVID-19 a en quelque sorte rendu un peu plus difficile d'avoir ce bon sentiment. "

Si le cas de Chris Paul lors des éliminatoires de la NBA cette semaine – le gardien vedette des Phoenix Suns est mis à l'écart indéfiniment après avoir entré les protocoles de santé et de sécurité de la ligue – n'a pas résonné avec les joueurs de la NFL qui se demandent s'ils doivent se faire vacciner, alors ils devraient peut-être Témoignage de Campbell dans le cadre de leurs recherches. Les inquiétudes quant à savoir si le vaccin causera des problèmes à long terme peuvent être pâles par rapport aux problèmes qui peuvent persister (ou être découverts dans le futur) du fait d'avoir eu COVID-19.

Beasley, dans un message Twitter de suivi, n'a pas bougé. Peu importe les risques.

"Je peux mourir de covid, mais je préfère mourir vivant", a posté Beasley. " J'ai des membres de ma famille dont les jours sont comptés. S'ils veulent venir me voir et rester chez moi, alors ils viennent quel que soit le protocole. "

Peut-être. Mais les règles du lieu de travail dans la NFL fonctionnent à un niveau plus élevé - et certainement pour le mieux.

49/49 DIAPOSITIVES

Cet article est paru à l'origine sur USA TODAY : Opinion : Cole Beasley, d'autres joueurs de la NFL manquent la marque en repoussant la vaccination COVID-19

Continuer la lecture