Joe Buglass a essayé 46 fois d'appeler son médecin généraliste pour réserver un coup de rappel Covid mercredi dernier. « Le téléphone ne faisait que sonner et sonner », a-t-il déclaré. Il avait essayé plusieurs fois au cours des six semaines précédentes, depuis qu'il avait reçu un SMS du NHS.

a-t-il déclaré. Buglass, qui dirige une entreprise d'entretien de propriétés à Newcastle, est cliniquement vulnérable parce qu'il a fait don d'un rein. Quand il a finalement réussi, on lui a dit qu'il appelait les mauvaises personnes. Finalement, quelqu'un l'a rappelé.

"Ils m'ont dit que parce que les cliniques se terminaient ce dimanche, ils n'avaient aucune réservation pour les prochaines semaines", a déclaré Buglass. Il était incrédule. « Où dois-je aller d'ici ? » Il s'est depuis vu offrir un coup de rappel pour aujourd'hui après une annulation. « Ils ont dit qu’en raison de l’augmentation des cas de Covid, tous les le personnel était ramené à l'hôpital.

Des problèmes comme celui de Buglass sont repris par des centaines de personnes sur les réseaux sociaux qui ne savent pas comment procéder pour leurs boosters. Le déploiement rapide du vaccin au printemps semble être il y a longtemps alors que le temps plus froid s'installe. Les recherches du Covid-19 Actuaries Response Group montrent que bien que 5 millions de doses de rappel et les troisièmes doses aient été administrées, le rythme n'a pas suivi les 8,5 millions de personnes éligible pour un jab.

Avec l’augmentation des cas de Covid, l’efficacité du plan A du gouvernement – ​​s’appuyant sur la vaccination pour permettre à la société de fonctionner sans contrainte – semble décliner rapidement. Les ministres subissent désormais d'énormes pressions pour adopter certaines des mesures qu'il a décrites dans son plan B – masques obligatoires, passeports vaccinaux pour les environnements intérieurs surpeuplés tels que les boîtes de nuit, et encourager les gens à travailler à domicile.

«Pour nous, ce n'est pas un signe de linceul ou de l'alarmisme ; cela veut dire que la crise est sur nous maintenant », a déclaré Matthew Taylor, directeur général de la Confédération du NHS, à l'Observer. "Et ça ne fera qu'empirer.

"Ce n'est pas une question d'argent. Même si le gouvernement dépensait de l'argent, nous n'avons pas le personnel - et c'est pourquoi nous devons tout faire pour réduire la demande, avec le plan B-plus.

Matthew Taylor, directeur général de la confédération NHS : "Ça va empirer. Teri Pengilley/The GuardianJusqu'à la semaine dernière, les ministres semblaient tenir la ligne selon laquelle bien qu'au moins 40 000 personnes par jour aient été testées positives pour Covid, les vaccinations limitaient les pires effets du virus, la plupart des 900 patients étant admis à l'hôpital chaque jour en provenance du rangs des non vaccinés.

Puis, mercredi dernier, Taylor a lancé un avertissement sévère au nom des fiducies hospitalières et d'autres organismes du NHS, affirmant que le service de santé serait plongé dans une "crise profonde" à moins que les ministres n'adoptent d'urgence des mesures hivernales du plan B.

À la fin de la journée, Sajid Javid avait convoqué la première conférence de presse Covid du gouvernement en cinq semaines, admettant que l'hiver constituait « la plus grande menace pour notre chemin vers la reprise » et mettant en garde contre l'impact de Covid sous « un ciel plus sombre » et « plus froid ». conditions météorologiques".

Pourtant, le sentiment que le gouvernement perdait son emprise sur la crise de Covid au milieu des distractions de la COP26, de la crise de la chaîne d'approvisionnement et de la crise énergétique, a continué de croître, la British Medical Association avertissant qu'une action urgente est désormais nécessaire.

Le lendemain, le Royal Cornwall Hospitals Trust a déclaré un incident critique avec 25 ambulances attendant devant A&E, remplies de patients ayant besoin d'un traitement d'urgence sans nulle part où aller.

Ensuite, la Commission de la qualité des soins a rendu un rapport confirmant les avertissements que le secteur des soins lançait depuis des mois – qu'il y aurait un « tsunami » de personnes sans soins en raison d'une grave pénurie de personnel. Beaucoup de ces personnes seraient plutôt coincées à l'hôpital, attendant des soins, et d'autres attendant à l'extérieur.

Les responsables locaux de la santé publique sont devenus si inquiets qu'ils ont pris les choses en main vendredi, demandant effectivement aux écoles anglaises d'adopter le plan B au niveau local.

Le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, lors de la conférence de presse de la semaine dernière. Toby Melville//, mais les principes sont relativement simples : le NHS est confronté à une demande croissante de soins hospitaliers pendant les mois d'hiver. Il délivre un traitement en fonction de sa capacité. Ensuite, les patients quittent l'hôpital pour rentrer chez eux ou dans des maisons de soins. Mais si les services de santé et de soins manquent de capacité : le système doit soit laisser les gens en attente de traitement, soit essayer de réduire la demande.

Au cours de la dernière décennie, le NHS a essayé de rationaliser ses services pour répondre à la demande attendue, au nom d'une plus grande efficacité, tandis que les services non protégés par le badge NHS, tels que les maisons de soins et la santé publique, ont été réduits par l'austérité.

Covid a fait exploser ce modèle – les mesures de contrôle des infections nécessaires pour empêcher la propagation du virus dans les hôpitaux signifient qu’une capacité de réserve bien plus importante est nécessaire. Mais avec 39 000 postes vacants en soins infirmiers, selon le Royal College of Nursing, les capacités sont déjà très limitées et, contrairement à celles d'autres secteurs, les professionnels de la santé n'ont pas pu éviter la « pingdémie ».

L'argument politique a porté sur la capacité. Edward Argar, le ministre de la Santé, a déclaré la semaine dernière après l'intervention de Taylor qu'il y avait 6 000 lits Covid disponibles dans le NHS. Le personnel des soins intensifs était incrédule.

« Ceux d'entre nous qui travaillent sur le terrain dans les unités de soins intensifs estiment que la pression est importante et qu'elle n'est pas durable », a déclaré le Dr Stephen Webb, président de l'Intensive Care Society. «Certaines unités de soins intensifs sont pleines à craquer. Nous avons du personnel infirmier, du personnel médical et AHP qui sont malades ou qui s'auto-isolent. »

Depuis que la deuxième vague a été maîtrisée et que les vaccinations ont commencé plus tôt cette année, le NHS s'est concentré sur la suppression de l'arriéré de 5,7 millions de personnes nécessitant une intervention chirurgicale. Mais l'augmentation des cas de Covid commence à menacer cette dynamique, a déclaré Webb.

"Dans de nombreux endroits, la chirurgie urgente prévue est annulée", a déclaré Webb. « Ce n'est pas à cause d'un manque de lits physiques ; c'est à cause d'un manque de personnel pour pouvoir ouvrir ces lits. Nous avons entendu parler de l'annulation d'une chirurgie cardiaque urgente, d'une chirurgie intestinale majeure parce que ces patients ont besoin de lits de soins intensifs postopératoires. Et ce n'est pas seulement dans une ou deux régions, c'est dans tout le pays.

Les ministres sont sous pression pour rendre le port du masque obligatoire. Tolga Akmen//. « Si le service de santé devait faire face à plus de personnes atteintes de Covid, en serait-il capable ? Oui, cela pourrait, bien sûr », a déclaré Taylor. "Mais le problème est l'effet d'entraînement - le fait que nous avons une demande sans précédent dans tout le système. Cela doit être clarifié, mais les personnes qui attendent sont plus susceptibles d'aller aux A&E et à d'autres parties des services de santé qui sont sous pression. »

Taylor a déclaré que le gouvernement doit reconnaître que « nous avons besoin d'une mobilisation nationale. Vous devez reconnaître qu'il y a une crise de santé et de soins à venir au cours des trois ou quatre prochains mois et l'accepter, le reconnaître et encourager le public à faire tout ce qu'il peut pour aider - en utilisant 111, en utilisant le NHS en ligne et en utilisant l'application NHS.

Saffron Cordery, directeur général adjoint de NHS Providers, a déclaré qu'il y avait une "pression extrême" sur les services d'ambulance. « Je ne pense pas pouvoir insister suffisamment là-dessus. La semaine dernière, chaque fiducie d'ambulance du pays était en alerte noire. Certains recevaient trois fois plus d'appels que d'habitude.

Les listes d'attente, les transferts de l'hôpital vers les soins et les pressions hivernales de la grippe et d'autres maladies non liées à Covid créaient "un vortex de pression", a-t-elle déclaré.

«Nous n'avons pas le personnel, nous n'avons pas les ressources, nous n'avons pas les bons cadres pour traiter les gens et nous n'avons pas le flux de patients parce que les services sociaux doivent être réparés. Aucune de ces fissures dans le NHS antérieures à Covid n’a été corrigée. »

Si la capacité est à sa limite, l'alternative est de réduire la demande, et les écoles sont en première ligne des nouveaux cas. La campagne de vaccination des 12-15 ans devait se terminer la semaine prochaine, mais vendredi, seuls 18,9% avaient été vaccinés.

Les chefs d'établissement ont imputé la lenteur du déploiement au manque de personnel infirmier. Les équipes des services de vaccination pour les enfants d'âge scolaire ont eu du mal à faire face à la demande, et le nombre croissant de cas a également retardé les injections. Près de 1 900 enfants sur 100 000 âgés de 10 à 14 ans ont été testés positifs le 17 octobre, les derniers chiffres disponibles sur le tableau de bord Covid du gouvernement – ​​près du double du taux le plus élevé de tous les groupes d'âge au plus fort de la deuxième vague.

Cependant, il y a d'autres plaintes d'écoles concernant les promesses de moniteurs de CO2 et le manque de ventilation dans de nombreux bâtiments scolaires anciens. collèges, mais leur arrivée ne résoudra pas les problèmes de mauvaise ventilation dans les salles de classe », a déclaré Julie McCulloch de l'Association of School and College Leaders.

Vic Goddard, directeur de la Passmores Academy à Harlow, Essex, est furieux contre le gouvernement car un membre du personnel qui n'a pas pu recevoir le vaccin est maintenant en soins intensifs.

« Il ne pouvait pas se faire vacciner pour des raisons médicales », a déclaré Goddard. « Nous avons un gouvernement qui est très favorable au choix – mais vous n'avez pas le choix si vous travaillez dans l'éducation. Nous avons eu plus de cas depuis septembre que nous n'en avons eu pendant tout le temps jusqu'en septembre. »

Depuis la rentrée, il y a eu plus de 250 cas positifs de Covid dans la chaîne d'académie de trois écoles primaires et secondaires que dirige Goddard. Dans une primaire, quatre enseignants sur sept sont en arrêt de travail à cause de Covid.

Goddard a commencé à conseiller aux élèves du secondaire de porter des masques, mais seulement un sur cinq le fait. Seul un quart des élèves de Passmores éligibles à un vaccin ont choisi de le recevoir. Pour essayer de réduire les infections, il a supplié les parents d'enfants qui ont contracté Covid de garder tous les frères et sœurs hors de l'école jusqu'à ce que chaque frère ait passé un test PCR et ait été testé négatif.

Le Syndicat national de l'éducation indique que jusqu'à présent, 13 conseils – six dirigés par les conservateurs, quatre par les travaillistes et trois qui ne sont sous aucun contrôle global – ont récemment commencé à conseiller aux écoles de réintroduire des mesures d'atténuation de Covid telles que le port de masques, des bulles et une interdiction de rassemblements.

Le virologue, le professeur David Matthews de l'Université de Bristol, a déclaré que le gouvernement devrait prendre l'exemple de la France, qui a introduit les passeports vaccinaux.

« Nous ne semblons pas avoir de problème à nous assurer que les gens portent la ceinture de sécurité, et nous devons réfléchir à la façon de faire de même pour les vaccins. Nous devons faire pression sur les gens beaucoup plus rigoureusement pour qu'ils aient un coup de Covid-19. »

Ravi Gupta, professeur de microbiologie clinique à l'Université de Cambridge. « La Grande-Bretagne aurait dû vacciner les enfants dès le début, comme l'ont fait les États-Unis et l'Europe, et nous aurions dû mettre les rappels en ligne plus rapidement. »

Stephen Griffin, professeur agrégé de virologie à l'Université de Leeds, a également critiqué les échecs du gouvernement à maintenir les succès du début de l'été. « Les gens disent que les choses ne sont pas aussi mauvaises que l'année dernière. Mais nous avons des vaccins maintenant et si c'était aussi mauvais que l'année dernière, nous serions vraiment en difficulté. La question est : s'il s'agissait d'une nouvelle épidémie, et que c'était le niveau de décès et de maladie que vous connaissiez, l'accepteriez-vous ? Vous ne voudriez pas.

Pourtant, la politique de Covid peut permettre aux ministres de tenir plus longtemps. Le secrétaire fantôme à la Santé, Jonathan Ashworth, a semblé dire que le parti travailliste était "en faveur" des mesures du plan B cette semaine, avant que le parti ne le corrige en déclarant qu'il n'appelait pas à la mise en œuvre complète du plan B, mais préférait "faire fonctionner le plan A". Keir Starmer est nerveux à l'idée d'appeler à une imposition plus large de passeports Covid pour les grands rassemblements, qui fait partie du plan B.

Il y a également de la frustration parmi le Covid Recovery Group des députés conservateurs, qui ont mené l'opposition au Parlement contre l'imposition de restrictions, certains estimant que de nouvelles restrictions sont en cours lorsqu'ils n'ont pas la possibilité d'utiliser le Parlement pour voter contre des mesures. Mark Harper, l'ancien whip en chef qui dirige le groupe, a demandé aux ministres d'accélérer le processus de rappel et d'injecter les ressources supplémentaires promises dans les services sociaux pour libérer des lits d'hôpitaux. Les chiffres du NHS suggèrent que ce dernier est irréaliste à très court terme.

Au final, ce sont les patients qui en souffriront. Imelda Redmond, directrice nationale de Healthwatch England, a déclaré que si les gens doivent attendre plus longtemps pour se faire soigner, le NHS doit mieux communiquer. "Les gens doivent avoir des moyens faciles de mettre à jour le NHS sur les changements de leur état", a-t-elle déclaré. "Les gens ont besoin d'une relation continue qui minimise les risques et le stress de l'attente."

Buglass est toujours préoccupé par la manière dont la campagne de vaccination peut être gérée. « Quand vous regardez l’évolution de la situation – la façon dont les cas de Covid augmentent, les hospitalisations augmentent – ​​vous pouvez voir que peut-être toutes ces personnes administrant des vaccins Covid, des rappels, des vaccins contre la grippe sont nécessaires dans les hôpitaux », a-t-il déclaré. « C'est très, très frustrant. Vous regardez les informations, entendez des publicités à la télévision et on vous dit de contacter votre médecin généraliste ou d'obtenir votre rappel, et vous ne pouvez pas passer. Vous commencez à penser, à quoi ça sert ? »

Les questions clés

Quelle est la prévalence du Covid-19 au Royaume-Uni et quels changements se produisent dans les taux d'infection ?

Les chiffres publiés vendredi par l'Office of National Statistics ont révélé que pour la semaine se terminant le 16 octobre, la prévalence de Covid-19 en Angleterre est passée de 1 sur 60 à 1 sur 55 de la population tandis qu'en Écosse, la prévalence a continué de baisser par rapport à son pic de septembre de 1 sur 45 jusqu'à 1 sur 90 la semaine dernière. Sur la base de l'expérience de l'Écosse, cette tendance suggère que les cas continueront d'augmenter en Angleterre, mais pourraient culminer dans quelques semaines lorsque le pays atteindra sa prévalence de 1 sur 45.

Quels facteurs pourraient affecter cette prévision?

Plusieurs variables pourraient changer le cours de la maladie en Angleterre. La diminution de la protection vaccinale pourrait entraîner une nouvelle augmentation du nombre de cas. Il existe également des inquiétudes concernant une nouvelle souche «delta plus» qui pourrait avoir une transmissibilité accrue de 10 % et pourrait également augmenter le nombre de cas. Et à mesure que l'hiver approche et que les gens se rendent à l'intérieur, il est probable qu'il y ait une nouvelle augmentation des infections.

Que faire pour contrer ces pressions ?

Les programmes de vaccination scolaire et de rappel ont tous deux faibli et doivent être améliorés, un point souligné par le professeur Jim Naismith, directeur du Rosalind Franklin Institute, Oxford. « L'augmentation de la couverture vaccinale aura tendance à diminuer la propagation du virus. Nous pouvons faire mieux », a-t-il déclaré. Ce point de vue est partagé par de nombreux autres scientifiques.

Comment cela se reflétera-t-il dans les hospitalisations et les décès?

Nous voyons actuellement environ 1000 personnes par semaine mourir de covid19. Ce chiffre va augmenter alors qu'il semble à peu près certain que nous atteindrons et dépasserons 1 000 personnes par jour admises à l'hôpital.

"Le Royaume-Uni a décidé de traiter un nombre élevé de cas quotidiens depuis l'été", a ajouté Naismith. « Cela signifie que nous décidons de vacciner un nombre important de personnes par infection plutôt que par vaccination. Cela se traduit par une augmentation des décès et une longue covid19 au Royaume-Uni par rapport à d'autres pays. Cela signifie que l'immunité sera plus élevée que de simplement compter sur le vaccin seul. Dans une démocratie, ce sont les politiciens – pas les scientifiques – qui prennent ces décisions. »