Le Maine Center for Disease Control and Prevention a signalé dimanche 50 cas de COVID-19, et aucun décès supplémentaire, portant la moyenne sur sept jours de nouveaux cas quotidiens à un plus bas jamais vu depuis fin octobre.

Avec une annonce du gouverneur Janet Mills la semaine dernière que l'état d'urgence du Maine expirera le 30 juin, Mainers peut maintenant s'attendre à ce que de nombreuses restrictions de l'année dernière sur la vie publique disparaissent. Cela inclut le mandat du masque dans les écoles publiques dans les garderies.

Les cas cumulés de COVID-19 dans le Maine sont passés à 68 590 dimanche. Parmi ceux-ci, 50 160 ont été confirmés par des tests et 18 430 sont considérés comme des cas probables de COVID-19. La moyenne sur sept jours des nouveaux cas quotidiens était de 51,1, tandis que la moyenne sur 14 jours était de 60,9 cas.

Huit cent quarante-cinq personnes sont décédées du COVID-19 dans le Maine depuis le début de la pandémie.

Le Maine se prépare pour une saison ouverte à Vacationland, mais les restrictions de voyage de l'ère pandémique éloignent toujours de nombreux étudiants étrangers. Cela laisse certaines entreprises à court de personnel.

Funtown Splashtown USA, à Saco, compte sur des étudiants de la Jamaïque et de la République dominicaine qui viennent avec des visas de courte durée pour travailler, explorer le Maine et pratiquer leur anglais. Le parc a retardé son ouverture au printemps de trois semaines parce que ces étudiants ne pouvaient pas obtenir de visas, a déclaré le directeur général Cory Hutchinson.

"Nous nous efforçons en ce moment de rattraper beaucoup de choses parce que nous sommes si loin de n'avoir aucun de ces étudiants",/Maine Sunday Telegram.

L'année dernière, le parc employait environ 110 travailleurs avec des visas « J-1 » à court terme. Cette année, Hutchinson n'en attend que 45. La pénurie l'a obligé à augmenter le salaire de départ à 14,15 $ l'heure, mais même ainsi, le prix des billets augmente de 2 $ et le lieu ferme tôt chaque jour.

Environ 5 000 personnes sont venues dans le Maine avec des visas J-1 en 2019, ce qui représente environ 10 % de la main-d'œuvre saisonnière du tourisme, a estimé Greg Dugal, directeur des affaires gouvernementales de HospitalityMaine.

"C'est une catastrophe, purement et simplement une catastrophe", a-t-il déclaré.

La plupart des pays d'Europe continentale, ainsi que le Royaume-Uni, la République d'Irlande, le Brésil, l'Inde et l'Afrique du Sud interdisent toujours les voyages directs vers les États-Unis.

Les travailleurs internationaux aident également généralement à doter les camps d'été, une industrie saisonnière majeure dans le Maine qui devrait rouvrir cette année. En raison du jeune âge des enfants qu'ils accueillent, les camps devront toujours faire face aux précautions de l'ère pandémique telles que les masques et la distanciation sociale – tout en se bousculant pour le personnel.

Dimanche matin, le Maine avait administré à 731 802 personnes la première dose d'un vaccin COVID-19 et, avec une distribution accrue du vaccin à injection unique Johnson & Johnson, 746 690 avaient reçu une dose finale. Sur la population de 1,3 million d'habitants de l'État, 54,44 % avaient reçu une première dose.

Parmi les personnes de 12 ans et plus, la population actuellement éligible à la vaccination, 63,05 pour cent sont désormais entièrement vaccinés.

Dimanche par comté, il y avait eu 8 360 cas de coronavirus à Androscoggin, 1 885 à Aroostook, 17 198 à Cumberland, 1 367 à Franklin, 1 370 à Hancock, 6 562 à Kennebec, 1 143 à Knox, 1 076 à Lincoln, 3 624 à Oxford, 6 285 à Penobscot, 574 à Piscataquis, 1 472 à Sagadahoc, 2 260 à Somerset, 1 046 à Waldo, 930 à Washington et 13 435 à York.

Il n'y a eu que deux nouveaux cas dans le comté de Cumberland dimanche; un à Aroostook, Knox, Lincoln, Piscataquis et Sagadahoc; et aucun à Hancock.

Par âge, 18,8 pour cent des patients avaient moins de 20 ans, tandis que 18,3 pour cent étaient dans la vingtaine, 15,2 pour cent dans la trentaine, 13,5 pour cent dans la quarantaine, 14,5 pour cent dans la cinquantaine, 10,2 pour cent dans la soixantaine, 5,3 pour cent étaient dans leurs 70 ans, et 4,2 pour cent avaient 80 ans ou plus.

Sur les 39 patients atteints de COVID-19 dans les hôpitaux du Maine samedi, 23 étaient en soins intensifs et 12 étaient sous ventilateurs. L'État disposait de 88 lits d'unité de soins intensifs sur un total de 372 et de 240 ventilateurs sur 319. Il y avait également 451 ventilateurs alternatifs.

Dans le monde dimanche matin, il y a eu 175,7 millions de cas cumulés de COVID-19 et 3,79 millions de décès, selon l'Université Johns Hopkins. Les États-Unis ont enregistré 33,4 millions de cas et 599 672 décès.

Nom d'utilisateur / mot de passe invalide.

Veuillez vérifier votre courrier électronique pour confirmer et terminer votre inscription.

Lorsque vous aurez soumis votre e-mail de compte, nous vous enverrons un e-mail avec un code de réinitialisation.

" Précédent

Après une interruption pour beaucoup, les camps d'été du Maine ouvrent presque comme d'habitude

Suivant "

MISE À JOUR : un motocycliste d'Oakland, 58 ans, tué dans l'accident d'Augusta

Cette iframe contient la logique requise pour gérer les formulaires de gravité alimentés par Ajax.

Histoires liées