La Californie suit-elle la science ?

Avec le coup de minuit le 15 juin, le charme est enfin rompu. Les masques tombent. Les églises, les gymnases et les cinémas se rempliront. Nous pouvons enfin distinguer un sourire d'un air renfrogné, et les ventes de baume à lèvres - et, peut-être, de bonbons à la menthe - augmenteront sûrement.

Alors que la Californie est au bord du précipice de la normalité après plus d'un an de drame pandémique et de traumatisme, certains s'inquiètent. Sommes-nous vraiment prêts ? L'État qui a vaillamment juré de suivre la science suit-il vraiment la science ?

"Lorsque la date du 15 juin a été annoncée en avril, je me suis dit:" Quelle boule de cristal l'État a-t-il? "", a déclaré Andrew Noymer, épidémiologiste et démographe à l'UC Irvine. "Je sentais qu'ils étaient peut-être un peu arrogants."

Des nuages ​​ont plané sur une grande partie de la Californie le 7 janvier – l'un des jours les plus sombres de la pandémie – lorsque 22 836 personnes ont été hospitalisées avec COVID-19 et 4 905 étaient si malades qu'elles ont nécessité des soins intensifs. Rien que ce jour-là, 690 personnes sont décédées.

Avance rapide jusqu'au 8 juin, lorsque le ciel était bleu. Seulement 1 304 Californiens ont été hospitalisés avec COVID-19 et seulement 270 étaient si malades qu'ils ont nécessité des soins intensifs. Personne n'est mort.

L'arme pas si secrète : les vaccins. Seul un demi-million de Californiens avaient été vaccinés début janvier. Plus de 22 millions de personnes avaient été vaccinées début juin.

L'immunité naturelle construite par une infection généralisée - bien qu'elle ne soit pas censée être aussi robuste que l'immunité induite par le vaccin - a également joué un rôle.

"Ils ont réussi", a déclaré Noymer. « Les chiffres semblent bons. COVID n’est pas un gros problème en ce moment en Californie. »

Et il n'y a pas d'expert qui ne serait pas d'accord.

"Je suis quelque peu surpris que nous soyons là où nous en sommes maintenant, étant donné où nous étions il y a trois mois, il y a six mois", a déclaré le Dr John Swartzberg, professeur clinicien émérite à la Division des maladies infectieuses et de la vaccinologie de l'UC Berkeley.

« Cela a vraiment dépassé mes attentes et témoigne de deux choses majeures : ces vaccins fonctionnent bien mieux que nous ne le pensions, et nous avons un gouvernement qui nous a vraiment guidés à travers cette dernière phase de manière très positive, rendant les vaccins largement disponibles. . "

Au 11 juin, 66 % des Californiens âgés de 12 ans et plus avaient subi au moins une injection, selon les données de l'État. C'est plus de la moitié de la population totale de l'État.

"Pour la plupart des États avec de grands centres de population, c'est à peu près aussi bon que possible", a déclaré George Rutherford, professeur d'épidémiologie et de biostatistique à l'UC San Francisco. « Cela doit être mieux, mais nous sortons de la partie raide de la courbe. »

Politique ou science ?

Certains ont affirmé que la date du 15 juin avait été tirée d'un chapeau par un gouverneur assiégé face à une élection de rappel, mais la politique n'a joué aucun rôle dans la décision, a déclaré le Dr Mark Ghaly, secrétaire de la California Health and Human Services Agency, dans un Webinaire du Policy Institute of California, le vendredi 11 juin.

"Nous étions réfléchis", a déclaré Ghaly.

En avril, alors que l'éligibilité augmentait et que les fournitures de vaccins augmentaient vraiment, Ghaly et d'autres responsables se sont réunis sur Zoom pour faire des calculs de base, a-t-il déclaré.

Ils ont laissé quelques semaines jusqu'à ce que tous les Californiens éligibles aient la chance de se faire vacciner; regardé le temps maximum qui doit s'écouler entre les prises de vue, qui était de quatre semaines pour Moderna; ajouté deux semaines à cela, car le système immunitaire a besoin de ce temps pour se mettre en forme de lutte contre le COVID; et se sont retrouvés devant un bloc de temps d'environ huit semaines.

"Nous étions à la mi-avril", a déclaré Ghaly. «Nous avons essentiellement avancé jusqu'au 15 juin. Cela a donné suffisamment de temps aux gens pour être complètement vaccinés. C'était une décision réfléchie. »

L'État aurait ajusté la date si ces projections étaient fausses, mais ce n'était pas le cas. Et il n'y a pas à discuter avec le succès.

"Je pense que nous sommes prêts", a déclaré le Dr Julie Parsonnet, professeur de médecine, d'épidémiologie et de santé des populations à Stanford. « La Californie se porte incroyablement bien.

« Nous avons des traitements qui fonctionnent – ​​ils ne sont pas parfaits, mais ils fonctionnent – ​​et si les gens se font vacciner, ils ne devraient pas avoir besoin de traitements. Tous ceux qui peuvent se faire vacciner devraient se faire vacciner. Dans mon esprit, il n’y a aucune excuse pour d’autres décès dus à COVID. »