La Californie est de retour.

© Fourni par le LA Times

Norm Langer, à gauche, propriétaire de Langer's Deli à Westlake, discute avec les clients mardi alors que le restaurant a rouvert ses portes aux repas en personne pour la première fois depuis plus d'un an. (Irfan Khan / Los Angeles Times)

Mardi matin, les restrictions de capacité liées aux coronavirus et les exigences de distanciation physique ont été levées dans presque toutes les entreprises et autres institutions. Les résidents de l'État qui sont entièrement vaccinés contre le COVID-19 peuvent désormais se passer de masques faciaux dans la plupart des situations non professionnelles.

Ce jour survient après 15 mois de peur, de frustration, de bouleversement et de misère et a été rendu possible grâce à des sacrifices collectifs et à des réalisations scientifiques – mais seulement après que la pandémie a laissé une profonde cicatrice sur la psyché collective de l'État.

Pour des dizaines de millions de Californiens et d'innombrables entreprises, la réouverture signale un nouvel espoir de jours meilleurs alors que l'ombre portée par COVID-19 se rétrécit.

Alors que mardi pourrait éventuellement s'enraciner dans la conscience publique au sens large le jour où la Californie a déclaré la victoire sur le coronavirus, le bilan de la bataille reste ahurissant.

Plus de 3,77 millions de Californiens – plus que l'ensemble de la population du comté de San Diego – ont été testés positifs pour le virus à un moment donné. Et près de 63 000 personnes, soit à peu près l'équivalent de la population de la ville d'Encinitas, sont décédées du COVID-19 dans tout l'État.

"Aujourd'hui est le jour pour célébrer l'incroyable voyage que nous avons effectué au cours des 15 derniers mois", a déclaré mardi le gouverneur Gavin Newsom. "C'est aussi un moment d'humilité … parce que cela a été un voyage difficile pour des dizaines de milliers de personnes qui ont perdu la vie. Et nous sommes conscients que cette maladie ne décolle pas aujourd'hui ; elle ne va pas prendre les mois d'été de congé.."

Pourtant, l'excitation était palpable mardi alors que les résidents profitaient de leur premier jour de vie presque normale depuis plus d'un an.

Najee Ali, 58 ans, était assise dans un stand chez Langer's Deli, enduisant une pile de crêpes avec du beurre et du sirop.

Il venait dans le restaurant emblématique de Los Angeles depuis plus de trois décennies et était l'un des premiers clients là-bas lorsque le restaurant a rouvert mardi matin pour des repas en personne après plus d'un an à proposer uniquement la livraison et les plats à emporter.

"C'est l'un des meilleurs jours de ma vie parce que, avec beaucoup d'autres, j'ai vécu la pire crise sanitaire mondiale de notre vie", a déclaré Ali. "C'est donc quelque chose que nous n'oublierons jamais que nous avons vécu."

Après que leur restaurant ait été fermé aux repas en personne pendant 469 jours, les propriétaires Norm et Jeanette Langer ont coupé un grand ruban rouge à l'extérieur de la charcuterie de Westlake vers 8 heures du matin, accueillant les convives.

"Nous ne savions pas si nous allions fermer une semaine, un mois, un an ou ne jamais rouvrir", a déclaré Norm Langer. « Ça a été des montagnes russes émotionnelles. »

Langer, 76 ans, se précipitait, bavardait avec les employés et saluait les clients tandis que la charcuterie bourdonnait d'activité : employés coupant du pastrami, clients passant leurs commandes préférées.

Jaime Castaneda, 60 ans, travaillait derrière le comptoir. C'était un "moment triste" lorsque l'épicerie a fermé il y a un an, "quelque chose que nous n'avions jamais rencontré auparavant", a-t-il déclaré. Langer a dû licencier tous ses serveurs à la fermeture du restaurant.

Castaneda désigna les autres ouvriers autour de lui. Beaucoup d'entre eux sont ici depuis 10, 20, 30 ans, a-t-il déclaré.

"C'est un grand jour pour la Californie", a-t-il déclaré. Pourtant, « nous ne pouvons pas encore baisser la garde ».

Jeanette Langer a déclaré qu'elle s'attendait à ce qu'il faille du temps avant que tous leurs anciens clients ne reviennent, notant: "Je pense que les gens vont être plus prudents."

Chez Charlie's Best Burgers à East Los Angeles, les clients et le personnel ont traité le jour de la réouverture de la Californie comme n'importe quel autre.

Le hamburger et la chaîne alimentaire mexicaine exigeaient toujours que les clients portent des masques et maintiennent une distance sociale.

« À l'heure actuelle, il y a tout simplement trop de personnes non vaccinées pour ne pas demander à nos clients de porter des masques », a déclaré le directeur général du restaurant Jorge Jimenez, 35 ans.

« Si vous regardez la région, elle a été durement touchée par COVID-19. Cela n'a pas de sens de changer en ce moment.

Selon les dossiers du comté, plus de 25 000 cas de COVID-19 ont été signalés dans l'Est de L.A. ainsi que 432 décès.

"Nous avons été remplis d'un chagrin profond à cause des nombreux êtres chers que nous avons perdus et des personnes qui ont souffert pendant la pandémie", a déclaré mardi la superviseure du comté de Los Angeles, Hilda Solis.

Bien que la pandémie reste globalement sur une trajectoire positive, Solis a déclaré qu'elle ne pouvait pas oublier ceux qui sont morts de la maladie – y compris les plus de 24 000 qui ont péri dans le comté de L.A.

"Alors pendant que nous les pleurons et que nous prions pour eux et présentons nos condoléances à leur famille, nous attendons également avec impatience un jour meilleur", a-t-elle déclaré.

Lorsque son restaurant a mis en place pour la première fois un mandat de masque au printemps dernier, Jimenez a déclaré que plusieurs clients avaient refusé et étaient partis. Depuis lors, cependant, la communauté a généralement accepté le protocole.

Les amis Albert Ramon, Kenneth Ruiz et Yerson Henriquez, tous les 19 ans, avaient retiré leurs masques chirurgicaux et en tissu pour dîner mardi.

"Honnêtement, je pense toujours que c'est beaucoup trop tôt", a déclaré Ramon à propos de la levée de nombreux protocoles de pandémie.

Une partie de ce qui a rendu Charlie's Best Burger attrayant, a déclaré Henriquez, est que le restaurant applique toujours un mandat de masque.

D'autres entreprises le long du boulevard de l'Atlantique Sud – marché La Raza, Basket Burger Café et restaurant Mi Cabaña – demandaient également aux clients de continuer à porter des masques.

À Long Beach, Christopher Hudak a lu le nouveau panneau scotché à l'extérieur de CoffeeDrunk : « Votre sécurité est importante pour nous. Les masques sont recommandés. »

Le jeune homme de 24 ans a gardé le sien alors qu'il marchait à l'intérieur et commandait son café glacé habituel.

Malgré les nouvelles règles de l'État qui suppriment les exigences en matière de masques pour les clients vaccinés dans la plupart des situations, Hudak a déclaré qu'il n'avait pas l'intention de laisser son visage derrière lui de si tôt.

« J'y suis encore habitué, dit-il. "Pour le moment, c'est surtout une habitude."

À l'intérieur du café, la barista Jessica Lopez, 28 ans, a déclaré : "C'est agréable de voir de jolis visages."

La plupart des clients du matin sont entrés avec des masques faciaux. Une femme est entrée lentement, demandant si c'était OK si elle ne portait pas le sien. Lopez lui a dit que tout allait bien et a aidé à prendre sa commande.

Réalisant qu'il avait oublié son masque, Adam Cyril, 27 ans, a demandé au commis d'un Whole Foods à West Hollywood si le magasin pouvait lui en donner un. L'employé a répondu, à la grande surprise de Cyril, qu'il n'en avait pas besoin.

"J'avais l'impression d'être à nouveau restauré en tant qu'être humain et j'ai récupéré certains droits", a déclaré Cyril, qui avait prévu de prendre un café et de l'eau gazeuse.

Au cours de la dernière année, le résident de Manhattan Beach s'est rendu presque quotidiennement à son travail de construction près du marché haut de gamme de Fairfax Avenue et Sunset Boulevard. Il lui a été difficile de conduire pendant de si longues périodes avec un masque, ce qui, selon lui, irrite son nez et lui a causé des poussées d'acné sur le visage.

Cyril est entré dans le magasin sans masque et n'a trouvé qu'une seule autre femme - une "femme courageuse" - faisant ses courses à visage nu. Cela semblait à la fois nouveau et banal, a-t-il déclaré, ajoutant qu'il avait presque pris un selfie de lui parmi la mer de clients masqués.

"C'était en fait comme, 'Boom, suis-je dans un vortex temporel? Est-ce que je viens de remonter le temps ?' " il a dit. « Je ne savais pas ce qui se passait.

Parmi ceux qui sont prêts à abandonner leurs masques se trouve Tiffany Jackson, 32 ans.

« Les masques sont tellement stupides. Je pense que c'est l'une des choses les plus stupides de tous les temps », a-t-elle déclaré en buvant de la limonade et en discutant avec les employés de Civilization Coffee and Kitchen dans le centre-ville de Los Angeles. "Je suis prêt à voir des visages, des sourires, prêt à simplement sortir prendre un verre avec des amis ou simplement être social."

Le directeur de Civilization – Marlon Duran, 44 ans – faisait frire de la nourriture derrière le comptoir. Le nouveau propriétaire a acheté Civilization au début de 2020 et remboursait toujours ses dettes lorsque la pandémie a frappé. Au pire, le restaurant ne gagnait qu'environ 100 $ par jour, a déclaré Duran, et pendant de nombreux mois, seuls lui et le propriétaire travaillaient.

Le magasin a commencé à rebondir, soutenu par plus d'affaires de la part des habitants. Aujourd'hui, elle compte trois employés et Duran espère en embaucher deux de plus.

La Californie a fait d'énormes progrès pour repousser le pire que la pandémie avait à offrir.

Au cours de la semaine dernière, l'État a signalé 896 nouveaux cas de coronavirus par jour – en baisse de 40% par rapport à il y a seulement deux semaines dans un contexte de baisse continue, selon les données compilées par le Times. Lundi, moins de 1 000 patients positifs pour le coronavirus recevaient des soins dans les hôpitaux de l'État.

Les taux de cas et le nombre d'hospitalisations n'ont pas été aussi bas depuis le printemps dernier, lorsque les premières braises de la pandémie commençaient à éclater.

Les progrès sont particulièrement frappants par rapport aux jours les plus sombres de la vague d'automne et d'hiver de l'État, lorsqu'une moyenne de 45 000 nouvelles infections étaient confirmées quotidiennement et que les hôpitaux étaient dangereusement proches du point de rupture par un écrasement de COVID- 19 patients qui ont culminé à près de 22 000.

Bien que mardi apportera un large retour à la normale, certaines restrictions resteront en place.

Bien que les personnes entièrement vaccinées ne soient plus obligées par l'État de porter des masques dans la plupart des contextes – tels que les magasins, les restaurants, les gymnases, les cinémas et les centres de divertissement familial – les personnes non vaccinées sont toujours largement tenues de se masquer à l'intérieur en public.

Plus tard cette semaine, le Conseil des normes de sécurité et de santé au travail de l'État devrait voter sur une proposition qui permettrait également aux travailleurs entièrement vaccinés de retirer leurs masques sur le lieu de travail et d'annuler les exigences de distanciation physique.

Tous les Californiens, quel que soit leur statut vaccinal, devront toujours enfiler des couvre-visages dans les centres de transit ou à bord des transports en commun ; dans les établissements de santé et les établissements de soins de longue durée ; à l'intérieur des écoles maternelles à la 12e année, des garderies ou d'autres établissements pour les jeunes ; dans les refuges pour sans-abri, les refuges d'urgence et les centres de refroidissement ; et dans les établissements pénitentiaires et les centres de détention.

Une personne est considérée comme complètement vaccinée deux semaines après avoir reçu une deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna, ou deux semaines après avoir reçu le vaccin Johnson & Johnson à injection unique.

Des exigences supplémentaires restent en place pour les grands sites et événements intérieurs et extérieurs, tels que les conventions, les parcs à thème, les concerts et les événements sportifs.

Les organisateurs d'événements en salle de plus de 5 000 personnes devront vérifier que les participants sont soit entièrement vaccinés, soit qu'ils ont été testés négatifs dans les 72 heures suivant l'heure de début de l'événement.

La même chose sera recommandée, mais pas obligatoire, pour les organisateurs d'événements en plein air avec plus de 10 000 participants. Dans ces cas, les sites auront la possibilité d'autoriser les participants non vaccinés et non testés, à condition que ces personnes portent un masque à tout moment.

Cette histoire est parue à l'origine dans le Los Angeles Times.

Continuer la lecture