JOHANNESBURG, Afrique du Sud — La baisse notable des nouveaux cas de coronavirus en Afrique du Sud ces derniers jours peut indiquer que la poussée spectaculaire du pays provoquée par la variante Omicron a dépassé son apogée, selon des experts médicaux.
Les décomptes quotidiens de cas sont notoirement peu fiables, car ils peuvent être affectés par des tests inégaux, des retards de déclaration et d'autres fluctuations. Mais ils offrent un indice alléchant – bien que loin d'être concluant – que les infections à Omicron pourraient régresser rapidement après un pic féroce.
L'Afrique du Sud, où la variante a été détectée pour la première fois, a été à l'avant-garde de la vague Omicron, et le monde regarde comment cela se passe là-bas pour essayer de comprendre ce qui peut être en magasin.
Après avoir atteint un sommet de près de 27 000 nouveaux cas dans tout le pays jeudi, le nombre est tombé à environ 15 424 mardi. Dans la province du Gauteng - la plus peuplée d'Afrique du Sud, avec 16 millions d'habitants, y compris les villes de Johannesburg et Pretoria - la baisse a commencé plus tôt et s'est poursuivie.
"La baisse des nouveaux cas à l'échelle nationale, combinée à la baisse soutenue des nouveaux cas observée ici dans la province du Gauteng, qui pendant des semaines est au centre de cette vague, indique que nous avons dépassé le pic", Marta Nunes, chercheuse principale à l'Université du département d'analyse des vaccins et des maladies infectieuses de Witwatersrand, a déclaré à l'Associated Press.
"C'était une vague courte (...) et la bonne nouvelle est qu'elle n'a pas été très grave en termes d'hospitalisations et de décès", a-t-elle déclaré. Il n'est "pas inattendu en épidémiologie qu'une très forte augmentation, comme celle que nous avons vue en novembre, soit suivie d'une forte diminution".
Gauteng a vu ses chiffres commencer à augmenter fortement à la mi-novembre. Les scientifiques effectuant le séquençage génétique ont rapidement identifié la nouvelle variante d'Omicron hautement muté qui a été annoncée au monde le 25 novembre.
Nettement plus transmissible, Omicron s'est rapidement imposé en Afrique du Sud. On estime que 90 % des cas de coronavirus dans la province du Gauteng depuis la mi-novembre sont des Omicron, selon des tests.
Le monde semble emboîter le pas rapidement, Omicron dépassant déjà la variante Delta en tant que souche de coronavirus dominante dans certains pays. Aux États-Unis, Omicron a représenté 73% des nouvelles infections la semaine dernière, ont déclaré des responsables de la santé – et la variante est responsable d'environ 90% ou plus des nouvelles infections dans la région de New York, le sud-est, le Midwest industriel et le nord-ouest du Pacifique. .
Les cas confirmés de coronavirus en Grande-Bretagne ont augmenté de 60% en une semaine alors qu'Omicron a dépassé Delta en tant que source dominante de nouvelles infections là-bas. Dans le monde, la variante a été détectée dans au moins 89 pays, selon l'Organisation mondiale de la santé.
En Afrique du Sud, les experts craignaient que le volume considérable de nouvelles infections ne submerge les hôpitaux du pays, même si Omicron semble avoir causé une maladie plus bénigne, avec beaucoup moins d'hospitalisations, de patients ayant besoin d'oxygène et de décès.
Mais ensuite, les cas à Gauteng ont commencé à baisser. Après avoir atteint 16 000 nouvelles infections le 12 décembre, les chiffres de la province ont régulièrement baissé, pour atteindre un peu plus de 3 300 cas mardi.
"C'est très important", a déclaré le Dr Fareed Abdullah à propos de la diminution.
"L'augmentation rapide des nouveaux cas a été suivie d'une chute rapide, et il semble que nous assistions au début du déclin de cette vague", a déclaré Abdullah, qui travaille dans le service COVID-19 de l'hôpital universitaire Steve Biko de Pretoria.
Autre signe que la poussée d'Omicron en Afrique du Sud pourrait reculer, une étude sur des professionnels de la santé qui ont été testés positifs pour le coronavirus à l'hôpital Chris Hani Baragwanath de Soweto montre une augmentation rapide puis une baisse rapide des cas.
"Il y a deux semaines, nous voyions plus de 20 nouveaux cas par jour, et maintenant c'est environ cinq ou six cas par jour", a déclaré Nunes.
Mais, a-t-elle dit, il est encore très tôt et plusieurs facteurs doivent être surveillés de près.
Le taux de positivité de l'Afrique du Sud est resté élevé à 29%, contre seulement 2% début novembre, indiquant que le virus circule toujours parmi la population à des niveaux relativement élevés, a-t-elle déclaré.
Et la saison des vacances du pays est maintenant en cours, lorsque de nombreuses entreprises ferment pendant un mois et que les gens voyagent pour rendre visite à leur famille, souvent dans les zones rurales. Cela pourrait accélérer la propagation d'Omicron en Afrique du Sud et dans les pays voisins, ont déclaré des experts.
"En ce qui concerne le doublement quotidien massif que nous observions il y a un peu plus d'une semaine avec un nombre énorme, cela semble s'être installé", a déclaré Veronica Uekermann, chef de l'équipe d'intervention COVID-19 à l'hôpital universitaire Steve Biko.
« Mais il est bien trop tôt pour suggérer que nous avons dépassé le pic. Il y a trop de facteurs externes, y compris le mouvement pendant la saison des vacances et le comportement général pendant cette période », a-t-elle déclaré, notant que les infections ont augmenté l'année dernière après les vacances.
C'est l'été en Afrique du Sud, et de nombreux rassemblements se déroulent à l'extérieur, ce qui peut faire une différence entre la vague provoquée par Omicron ici et les surtensions en Europe et en Amérique du Nord, où les gens ont tendance à se rassembler à l'intérieur pendant l'hiver de l'hémisphère nord.
Un autre facteur inconnu est la quantité d'omicron qui s'est propagée parmi les Sud-Africains sans causer de maladie.
La plupart des patients actuellement traités pour COVID-19 dans les hôpitaux ne sont pas vaccinés, a déclaré Uekermann. Environ 40 % des adultes sud-africains ont été inoculés avec deux doses.
"Tous mes patients en soins intensifs ne sont pas vaccinés", a déclaré Uekermann. « Donc, nos vaccinés se portent mieux dans cette vague, c’est sûr. »