Pour l'éditeur :

Re « Je suis un médecin urgentiste dans le Michigan, où des personnes non vaccinées remplissent des lits d'hôpitaux » (essai d'invité d'opinion, nytimes.com, 8 décembre)  :

Les expériences du Dr Rob Davidson dans un petit hôpital du Michigan reflètent mon travail en tant que pharmacien dans un petit centre médical régional du Minnesota.

Les taux de vaccination dans notre comté sont à peine de 40 pour cent. Depuis plus d'un mois, nous avons vu notre recensement de patients deux à trois fois supérieur à la normale, avec un tiers à deux tiers de patients atteints de Covid-19. La grande majorité d'entre eux ne sont pas vaccinés.

Notre salle d'urgence est constamment pleine de toutes sortes de patients, bien que ceux atteints de Covid-19 ou suspectés de Covid-19 constituent la majorité. Les plus malades deviennent pensionnaires dans nos urgences, trop malades pour rentrer chez eux mais sans lits dans notre centre médical ou ailleurs dans l'État où les envoyer. Les temps d'attente dans nos urgences sont passés de quelques minutes à plusieurs heures.

Le personnel de chaque service (médecins, infirmières, ménage, pharmacie, laboratoire…) est soumis à une pression énorme. La détermination à prodiguer des soins de qualité coexiste avec la peur de manquer quelque chose d'important tout en soignant autant de patients. Le stress est devenu plus évident chaque jour sous forme de fatigue, de crises de colère momentanées et de larmes. Nous sommes noyés dans les patients.

Ken VaselaarCambridge, Minn.

Pour l'éditeur :

Le Dr Rob Davidson écrit : « À chaque quart de travail, je vois la pression exercée sur mon hôpital par les personnes atteintes de Covid-19. Leur choix de ne pas se faire vacciner n'est pas personnel. Cela oblige les patients aux appendices rompus et aux os fracturés à attendre des heures dans mon service d'urgence ; cela reporte les interventions chirurgicales pour d'innombrables autres personnes et épuise les médecins et les infirmières. »

Les hôpitaux doivent établir des directives de triage qui accordent une plus grande priorité aux patients vaccinés et nécessitant un traitement par rapport aux patients Covid qui viennent à l'hôpital et ne sont pas vaccinés. Il est absolument inacceptable que les actions irresponsables de personnes non vaccinées nuisent à la santé d'autrui. Leur négligence et leur mépris des autres doivent avoir des conséquences.

Rob FenstermacherWhite Plains, N.Y.

Pour l'éditeur :

N'est-il pas ironique que les mêmes anti-vaccins qui se retrouvent dans les hôpitaux acceptent volontiers toutes les interventions médicales qui leur sont proposées ? Ils ne veulent pas d'un vaccin pour éviter de tomber malade, mais accepteront l'intubation, les médicaments, l'oxygène et tout ce qui leur sera proposé pour essayer de sauver leur vie.

Les excuses données pour ne pas prendre le vaccin telles que « ce n'est pas une science prouvée » ou « je ne fais pas confiance aux sociétés pharmaceutiques » ou « il n'y a pas assez de preuves » sonnent creux contre la volonté d'essayer de nouvelles approches pour sauver leur vie avec de nouveaux médicaments et thérapies.

Tenez un miroir à leur hypocrisie.

Sally BaydalaCalgary, Alberta

Comment Build Back Better ne prend pas en compte le changement climatique

Pour l'éditeur :

Re « Un coup de pouce d'un demi-billion de dollars pour la lutte pour sauver le monde du réchauffement » (article de presse, 20 novembre)  :

Lorsqu'il s'agit d'atténuer le changement climatique, ce n'est pas combien d'argent nous dépensons qui compte, mais combien d'émissions nous réduisons. Les scientifiques nous mettent en garde contre les conséquences désastreuses de la poursuite de la combustion des combustibles fossiles.

Le président Biden s'est sagement fixé comme objectif de réduire les émissions de 50 % par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2030. Dans sa forme actuelle, Build Back Better propose de dépenser 555 milliards de dollars pour attirer les entreprises et les consommateurs à réduire les émissions. Ce ne sera pas suffisant.

Conversation d'opinion

Le climat et le monde changent. Quels seront les défis du futur et comment y répondre ?

Cet article reconnaît que les économistes disent que la création d'incitations par le biais de crédits d'impôt ne nous permettra pas d'atteindre notre objectif, que le moyen le plus efficace de réduire les émissions est de taxer l'industrie polluante. Si la législation Build Back Better obligeait les sociétés charbonnières, pétrolières et gazières à payer une taxe croissante sur leur pollution par le carbone, la transition serait accélérée, les investissements dans des alternatives stimulées et des revenus fournis pour faciliter la transition pour les consommateurs.

De plus, si la taxe s'appliquait aux importations, toutes les nations (y compris la Chine) seraient incitées à adopter des politiques similaires.

Bob Taylor Montecito, Californie

Comment le renversement de Roe v. Wade pourrait se retourner contre lui

Pour l'éditeur :

On pense généralement qu'une décision de la Cour suprême annulant Roe contre Wade se retournerait contre les conservateurs en dynamisant la gauche. Cela ne se retournerait-il pas également d'une autre manière? Il y a des millions de personnes pour qui l'avortement est la question déterminante. Si ce n'est pas sur la table, prendraient-ils la peine de voter ?

Richard HelferNew York

Écrire de « vraies » lettres

Pour l'éditeur :

Re « La plus belle résolution que j'aie jamais faite », par Margaret Renkl (essai invité d'opinion, 25 novembre), à ​​propos de sa résolution de 2021 d'écrire une note, à la main, tous les jours  :

J'écris des lettres depuis 50 ans. Ma femme dit que je me plains trop quand les gens ne répondent pas, et elle a raison. La plupart du temps, j'écris pour moi-même, et je le sais.

de disparus et de ceux qui reçoivent encore des dépêches terrestres. Sous mon bureau se trouvent trois dossiers d'accordéon alphabétisés débordants, remplis de lettres reçues, de vraies lettres, sur plus d'un demi-siècle.

Lorsque j'ai la triste tâche d'envoyer une lettre de condoléances - plus courante de nos jours - je relis d'abord les lettres reçues de l'ami ou du membre de la famille décédé, puis j'en choisis une et la joins à ma note aux survivants. Au fur et à mesure que je relis les lettres, la personne reprend vie.

J'espère que les membres de la famille apprécient de les recevoir autant qu'ils aiment recevoir des fleurs, peut-être même plus. Je ne saurai jamais avec certitude, mais j'aime le faire !

John E. ColbertArroyo Seco, N.M.