Asheville Citizen Times

Publié 12 h 04 HAE 10 mai 2020

Ce que vous devez savoir à Asheville, WNC 10 mai

ASHEVILLE – Le 10 mai à 11 heures, le ministère de la Santé et des Services sociaux de la Caroline du Nord a recensé 14 360 cas de COVID-19 confirmés en laboratoire dans tout l'État. C'est une augmentation de 404 cas, ou 2,8%, par rapport aux chiffres du 9 mai.

Le NCDHHS a dénombré 547 décès dans tout l'État, soit une augmentation de 3, ou 0,6%, par rapport au rapport du 9 mai.

Ces chiffres diffèrent légèrement du nombre de l'Université Johns Hopkins indiqué dans le graphique ci-dessus.

Le comté de Buncombe a signalé 91 cas confirmés de coronavirus au 8 mai. Quatre personnes étaient décédées à Buncombe à cause de COVID-19.

Pendant ce temps, selon les chiffres de l'État, le comté de Henderson a enregistré 226 cas et 27 décès.

Le comté d'Avery est resté le seul comté de l'État sans cas confirmé.

Cas COVID-19 dans d'autres comtés de l'ouest de la Caroline du Nord, selon les chiffres des États:

  • Cherokee: 18 cas, 1 décès
  • Argile: 5 cas, 0 décès
  • Graham: 2 cas, 0 décès
  • Haywood: 16 cas, 0 décès
  • Jackson: 21 cas, 1 décès
  • Macon: 3 cas, 1 décès
  • Madison: 1 cas, 0 décès
  • McDowell: 29 cas, 1 décès
  • Mitchell: 5 cas, 0 décès
  • Polk: 29 cas, 0 décès
  • Swain: 5 cas, 0 décès
  • Transylvanie: 7 cas, 0 décès
  • Watauga: 9 cas, 0 décès
  • Yancey: 9 cas, 0 décès

Le Citizen Times fournit cette histoire gratuitement aux lecteurs en raison du besoin d'informations sur le coronavirus. Nous vous encourageons à soutenir davantage le journalisme local en vous abonnant.

Fête des mères au temps des coronavirus

Voici une histoire de la fête des mères avec une touche.

En tant que membre de la famille après qu'un membre de la famille est tombé malade, Lucy Ortiz s'est appuyée sur la foi et la routine.

En quarantaine chez elle, dans le comté de Henderson, Lucy a continué à cuisiner des aliments de base salvadoriens et des plats favoris de la famille, comme des pupusas, des haricots et du poulet avec du riz. Elle a continué d'assigner à ses enfants des tâches quotidiennes qui, en plus de garder leur maison bien rangée, ont également aidé à distraire leur esprit de la maladie qui les entourait.

« Essayer de tout garder en ordre pour que les enfants ne perdent pas espoir », a expliqué Lucy, 34 ans, en espagnol.

Sur les huit personnes du foyer de Lucy, trois ont été testées positives pour COVID-19, y compris son fils de 17 mois, Alexis. Sa fille aînée, Karina, 16 ans, qui ne vit pas dans la maison, a également été testée positive. Lucy dit que d'autres membres de la famille proche, y compris elle-même, ont développé des symptômes graves tout au long du mois d'avril.

« Presque nous tous sommes tombés malades en même temps », a déclaré Lucy. « J'étais vraiment, vraiment mauvais. J'ai eu une toux si grave que je ne pouvais pas respirer. « 

Plus: La mère de Henderson s'est occupée de bébé avec COVID-19. Alors que les factures montaient, des étrangers ont aidé.

Jour d’ouverture

Nous ne parlons pas de baseball ici. Et techniquement, c'était le jour de la réouverture. Et plus précisément encore, c'était le jour de la réouverture partielle.

Selon la porte-parole des parcs d'État de Caroline du Nord, Katie Hall, quatre parcs d'État de l'ouest de la Caroline du Nord ont rouvert partiellement ce qui était censé être une affluence record.

Les autres parcs d'État de WNC qui ont partiellement rouvert leurs portes étaient Chimney Rock, Grandfather Mountain et Lake James. Le parc d'État des Gorges devrait rouvrir partiellement le 13 mai.

Plus: Coronavirus: de nombreux parcs d'État rouvrent partiellement le 9 mai; Forêt de Pisgah, Gorges le 13 mai

Smokies était bondé

La réouverture du parc national des Great Smoky Mountains a été un peu trop tentante samedi, alors que des dizaines d'amoureux de la nature provenant de dizaines d'états bondés de sentiers et se sont rendus dans des zones bloquées, a déclaré une porte-parole.

Même avec certains des sentiers les plus populaires fermés, les parkings étaient bondés et des files de voitures serpentaient dans les rues bordées d'arbres, dans un cas sur environ un mile menant à un chemin en cascade, selon la porte-parole du parc Dana Soehn. Beaucoup de gens ne portaient pas de masques.

Plus: Coronavirus: les visiteurs affluent vers le parc des Smoky Mountains le jour de la réouverture

Réouverture de la promenade

Si vous vous rendez au parc d'État de Mount Mitchell, n'essayez pas de vous y rendre depuis Asheville via la Blue Ridge Parkway.

Alors que la section de banlieue d'Asheville est ouverte, et de courts tronçons ici et là sont également ouverts, une grande partie de la promenade dans l'ouest de la Caroline du Nord reste fermée aux véhicules à 14 milles au nord de l'extrémité sud près de Cherokee via Blowing Rock.

Mais Elizabeth Anne Brown rapporte que, sauf projets d'entretien ou circonstances imprévues, ces sections fermées rouvriront le 15 mai. D'ici là, vous pouvez marcher ou faire du vélo sur les sections fermées de la promenade.

Plus: Coronavirus: une grande partie de Blue Ridge Parkway dans WNC rouvrira le 15 mai, petite section le 9 mai

Un regard sur les loyers et les expulsions

Un groupe qui s'appelle UHOH ! (Unemployed Humans Organizing Help ! ) A organisé une manifestation à Asheville, appelant à l'annulation des loyers et des versements hypothécaires lors des fermetures et des pertes de revenus en raison de la pandémie de coronavirus.

Brian Gordon rapporte que, même avant COVID-19, des milliers de locataires de la région d'Asheville ont consacré une partie importante de leurs revenus à couvrir les frais de logement. Selon Bowen National Research, commandée par la ville d'Asheville, près de la moitié des quelque 19 700 ménages locataires de la ville sont des « ménages à charge élevée ». Cela signifie que ces ménages consacrent plus de 30% de leurs revenus aux frais de logement. Le rapport révèle que 25% des propriétaires de maisons d'Asheville sont également grevés de leurs coûts.

Les tribunaux ne tiennent pas d'audience d'expulsion pour le moment, mais, comme le dit Robin Merrell, de Pisgah Legal Services: « En fin de compte, le loyer des gens va devoir être payé. Les tribunaux vont rouvrir et les gens peuvent être expulsés pour ne pas avoir payé. « 

Plus: La moitié des ménages d'Asheville louent. Certains appellent maintenant à annuler les paiements de logement.

Prenons-nous cela au sérieux ?

Le relâchement, le 8 mai, des restrictions mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus par le gouverneur Roy Cooper et le comté de Buncombe a permis à davantage d'activités commerciales d'avoir lieu. Les magasins et les entreprises sont censés maintenir le niveau de clientèle à 50% de leur capacité, et les acheteurs sont encouragés à porter des masques faciaux et une distance sociale, c'est-à-dire à 6 pieds l'un de l'autre.

Les observations d'un lecteur samedi indiquent que certaines personnes ne suivent pas les directives.

« Je traverse le centre-ville en rentrant de chez moi (au travail). Aujourd'hui, environ la moitié des gens de (certaines entreprises du centre-ville) ne prennent pas de distance ou ne portent pas de masques. Les gens pensent-ils que tout va bien maintenant ? Le virus est présent dans la communauté avec de nombreux porteurs asymptomatiques., beaucoup de jeunes. Apparemment, certains clients refusent de porter des masques et sont impolis. Cela me fait peur car nous pourrions facilement devenir un point chaud avec tout notre tourisme et nos lignes. J'ai contacté une entreprise et le personnel a dit que les gens étaient irrespectueux et non suivant les instructions. Ils ne pouvaient pas leur faire faire ces deux choses. « 

Oui.

Un rappel de Boyle

Comme beaucoup de gens, le chroniqueur John Boyle a hâte de sortir de la maison et de se diriger vers certaines zones de loisirs en plein air.

Mais Boyle rappelle les paroles du Sgt. Phil Esterhaus sur « Hill Street Blues »: « Faisons attention là-bas. »

« Ma préoccupation est que nous allons tous jeter collectivement la prudence et nos masques contre le vent et ne pas respecter les règles, principalement parce que nous venons de subir une fatigue pandémique », écrit Boyle.

« Et pendant que je sortirai à coup sûr, si les parkings et les sentiers sont débordés, j'attendrai plus tard. »

Plus: Colonne Boyle: Sérieusement, « Faisons attention là-bas »