Émis le : 18/07/2021 - 20 :14

Les pèlerins du Hajj ont afflué de la ville sainte de La Mecque vers Mina dimanche, le deuxième jour d'une version massivement réduite du plus grand pèlerinage de l'Islam, organisé à l'ombre du coronavirus pour la deuxième année consécutive.

L'Arabie saoudite organise le deuxième hajj à échelle réduite de l'ère des coronavirus

Les autorités saoudiennes n'autorisent que 60 000 citoyens et résidents entièrement vaccinés à participer, loin des foules immenses de quelque 2,5 millions de pèlerins qui descendent à La Mecque en temps normal.

Les autorités sanitaires ont confirmé lors d'un briefing dimanche soir qu'aucun cas de coronavirus n'avait été signalé parmi les pèlerins.

À partir de samedi, des groupes de fidèles ont exécuté le "tawaf" à la Grande Mosquée de La Mecque, encerclant la Kaaba, une grande structure cubique drapée de tissu noir brodé d'or vers laquelle les musulmans du monde entier prient.

Après cela, ils se dirigèrent vers Mina, où ils devaient passer la nuit. Un responsable a confirmé dimanche que tous les pèlerins étaient désormais à Mina.

Mina se trouve dans une vallée étroite entourée de montagnes rocheuses, à environ cinq kilomètres (trois miles) de la Grande Mosquée, et se transforme chaque année en un vaste campement pour les pèlerins.

Les pèlerins y ont été amenés dimanche dans des bus qui n'étaient qu'à moitié remplis pour respecter les règles de distanciation sociale, et les autorités ont fourni 3 000 voitures électriques pour transporter les personnes âgées et les personnes à mobilité réduite.

"Nous avons appliqué la distanciation sociale à l'intérieur des camps où il y a quatre pèlerins dans chaque chambre. Nous avons mis des barrières entre chaque lit pour appliquer la distanciation sociale".

comme la zone de prière et la cafétéria, nous avons affecté une société de sécurité dont les gardes sont répartis dans tout le camp pour s'assurer qu'il n'y a pas de surpeuplement."

  • Billet d'or -
  • Au point culminant du hajj, les fidèles graviront lundi le mont Arafat.

    Également connu sous le nom de "Mont de la Miséricorde", c'est le site où l'on pense que le prophète Mahomet a prononcé son dernier sermon. Les fidèles y prieront et réciteront le Coran pendant plusieurs heures.

    Après être descendus le lendemain, ils ramasseront des cailloux et effectueront la symbolique " lapidation du diable ".

    Le hajj, généralement l'un des plus grands rassemblements religieux annuels au monde, est l'un des cinq piliers de l'islam et doit être entrepris par tous les musulmans avec les moyens au moins une fois dans leur vie.

    Le pèlerinage de cette année est plus important que la version simplifiée organisée en 2020, mais est considérablement plus petit qu'en temps normal, créant du ressentiment parmi les musulmans à l'étranger qui sont à nouveau interdits.

    l'événement étant réservé aux adultes entièrement vaccinés âgés de 18 à 65 ans sans maladie chronique.

  • 'Un privilège' -
  • "Je remercie Dieu que nous ayons reçu l'autorisation de venir, même si nous ne nous y attendions pas en raison du petit nombre de pèlerins", a déclaré Abdulaziz bin Mahmoud, un Saoudien de 18 ans.

    Saddaf Ghafour, une Pakistanaise de 40 ans voyageant avec son amie, faisait partie des femmes faisant le pèlerinage sans "gardien" masculin, une exigence récemment supprimée.

    "C'est un privilège de faire le hajj parmi un nombre très limité de pèlerins", a-t-elle déclaré.

    dont plus de 8 000 décès. Quelque 20 millions de doses de vaccins ont été administrées dans le pays de plus de 34 millions de personnes.

    Le hajj, qui rassemble généralement de grandes foules dans des sites religieux encombrés, aurait pu être un événement de super-propagation du virus.

    Mais le ministère du hajj a déclaré qu'il travaillait sur les "plus hauts niveaux de précautions sanitaires" à la lumière de la pandémie et de l'émergence de nouvelles variantes.

    Les pèlerins sont divisés en groupes de seulement 20 "pour limiter toute exposition à ces 20 personnes, limitant ainsi la propagation de l'infection", a déclaré le sous-secrétaire du ministère, Mohammad al-Bijawi.

    les autorités ont introduit une "carte de hajj intelligente" pour permettre un accès sans contact aux camps, aux hôtels et aux bus pour transporter les pèlerins autour des sites religieux.

    Le hajj s'est déroulé l'année dernière à la plus petite échelle de l'histoire moderne.

    Les autorités ont initialement déclaré que seuls 1 000 pèlerins seraient autorisés, bien que les médias locaux aient déclaré que jusqu'à 10 000 y ont finalement participé.

    Cette année, "des équipes de santé publique surveillent l'état de santé des pèlerins 24 heures sur 24 à leur arrivée à La Mecque", a déclaré Sari Asiri, directeur du département du hajj et de la umrah au ministère de la Santé.