Toutes les destinations restantes sur la "liste rouge" des voyages au Royaume-Uni seront supprimées et les vaccins de dizaines d'autres pays doivent être reconnus, ont annoncé les ministres dans le cadre d'une ouverture significative des frontières.

Cette décision signifie qu'aucun passager n'aura à se mettre en quarantaine dans un hôtel pour un coût de plus de 2 000 £ pour 11 nuits une fois que le changement entrera en vigueur à partir de 4 heures du matin le lundi 1er novembre.

Cependant, le système de liste rouge ne sera pas entièrement abandonné et des pays pourront être ajoutés à nouveau à l'avenir si de nouvelles variantes émergentes. Le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, a déclaré qu'il restait " essentiel pour protéger nos frontières " et qu'un petit nombre de chambres d'hôtel en quarantaine étaient maintenues en attente. "Nous n'hésiterons pas à prendre des mesures rapides en ajoutant des pays à la liste rouge si le risque augmente à nouveau", a-t-il déclaré.

La liste rouge a été considérablement réduite lors du dernier examen et n'incluait que les pays d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale. Les derniers à être supprimés sont le Pérou, l'Équateur, la Colombie, le Panama, la République dominicaine, Haïti et le Venezuela.

"Le delta est maintenant la variante dominante dans la plupart des pays du monde", a déclaré le ministère des Transports. "Cela signifie que le risque de variantes connues entrant au Royaume-Uni a diminué." Il a ajouté que les ministres décideraient si des pays devaient être ajoutés à nouveau dans trois semaines. Les ministres se préparent également à reconnaître les vaccins administrés dans 30 autres pays, dont le Pérou et l'Ouganda, ce qui signifie que les voyageurs de ces pays peuvent éviter de rester chez eux jusqu'à 10 jours s'il est complètement inoculé avec un jab approuvé.

Le parti travailliste a déclaré que la protection de la frontière britannique avait été " chambologique " et que la suppression de tous les pays de la liste rouge " pourrait présenter des risques pour notre sécurité future ". Le secrétaire fantôme aux transports, Jim McMahon, a de nouveau exhorté le gouvernement à " être ouvert et honnête avec le public " en publiant des données complètes pays par pays sur Covid pour rassurer les gens " ces décisions sont prises sur la base de la science, pas de la politique ".

Cela est intervenu alors que la Commission européenne a annoncé que les certificats britanniques seraient reconnus comme ayant un statut équivalent au propre certificat numérique Covid du bloc à partir de vendredi.

Alors que de nombreux États membres de l'UE ont déjà reconnu unilatéralement le pass NHS Covid, la décision tant attendue garantit qu'il sera automatiquement accepté dans toute l'Europe.

Les voyageurs vers des pays comme les Pays-Bas n'auront plus à passer des tests Covid quotidiens pour entrer dans les bars, restaurants et musées.

Didier Reynders, commissaire européen à la justice, a déclaré : " Des voyages plus sûrs sont une réalité grâce au certificat numérique Covid de l'UE, qui est désormais la principale norme mondiale : 45 pays sur quatre continents sont connectés au système et d'autres suivront dans les prochains mois. semaines et mois. Nous sommes ouverts à d'autres pays pour rejoindre notre système.

La commission a pris trois mois pour évaluer la demande d'équivalence du Royaume-Uni, qui couvrira les laissez-passer délivrés en Angleterre, au Pays de Galles, en Irlande du Nord et en Écosse.

La Suisse, l'Ukraine, la Turquie et la Macédoine du Nord ont toutes obtenu le statut dans un délai de cinq à huit semaines après la demande.

Les certificats de vaccination délivrés en Arménie seront également reconnus à partir de vendredi, a indiqué la commission.

Le rapprochement intégrera les données détenues par l'application NHS du Royaume-Uni dans le certificat numérique Covid de l'UE, permettant à d'autres pays d'accéder au statut vaccinal des utilisateurs et aux résultats des tests à la frontière.

L'absence de statut d'équivalence entre l'application NHS et le système de l'UE a été une épine dans le pied des touristes britanniques cherchant à visiter une gamme de destinations européennes et pour les personnes qui ont été vaccinées au Royaume-Uni mais qui vivent à l'étranger.

Le problème est devenu particulièrement aigu alors qu'un nombre croissant de gouvernements de l'UE ont commencé à exiger un pass Covid pour l'entrée aux événements ou aux lieux d'accueil.

Depuis le 2 août, les visiteurs de l'UE qui ont été entièrement vaccinés avec un seul vaccin approuvé par l'EMA n'ont pas été obligés de se mettre en quarantaine à leur entrée au Royaume-Uni.