Grand Central Terminal à New York le lendemain de la W.H.O. a déclaré l'épidémie de coronavirus pandémique le 11 mars de l'année dernière.Crédit.. Todd Heisler / The New York TimesLorsque les premiers cas d'une mystérieuse maladie à propagation rapide sont survenus il y a un peu plus d'un an en Chine, le danger a frappé certains dans le monde comme contenu, ou du moins maîtrisable.

Mais le virus responsable de l'épidémie s'est déplacé à une vitesse étonnante, traversant les continents et amenant le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 aux portes du monde entier apparemment instantanément.

Un an après W.H.O. Pandémie virale déclarée, davantage d'États américains élargissent l'accès aux vaccins Coronavirus

Le 11 mars 2020, l'Organisation mondiale de la santé avait déclaré une pandémie.

Ce fut le début d'une traînée de mort et de souffrance, le début d'une succession de verrouillages à travers le monde qui suivirent le premier, étroitement restreint en Chine. Un an plus tard, plus de 118 millions de cas ont été signalés dans le monde, avec plus de 2,6 millions de morts connus, selon une base de données du New York Times.

Jeudi, le Dr Anthony S. Fauci, le plus grand expert des États-Unis en matière de maladies infectieuses, a jeté un regard sombre sur les 12 derniers mois,

"C'était il y a exactement un an ce matin que j'ai dit:" Les choses vont bien empirer avant de s'améliorer ", a-t-il déclaré sur "Good Morning America" ​​sur ABC. "Mais je n'avais même pas réalisé dans mon esprit quelque chose de proche de plus d'un demi-million de personnes décédées dans ce pays."

À la même époque l'année dernière, les sports du monde entier se sont arrêtés alors qu'une poignée d'athlètes d'élite ont commencé à être testés positifs pour le virus. Aux États-Unis, plus de 20 millions d'emplois ont disparu en un mois seulement, le pire bilan depuis la Grande Dépression. Les garde-manger ont été inondés, les écoles ont été perturbées, les jeunes sont devenus anxieux et déprimés. L'espérance de vie américaine a baissé d'un an au premier semestre 2020.

Aujourd'hui, un an plus tard, les États-Unis sont en tête du monde avec le total des cas connus et des décès connus: la mort de plus d'un demi-million de personnes dans le pays a été liée au virus et plus de 28 millions de personnes ont été infectées.

Le poids des pertes est tombé sur ces groupes - les Noirs et les Latino-Américains et les Amérindiens - déjà profondément désavantagés en termes de revenus, de soins de santé, de sécurité, d'éducation et d'avoir suffisamment à manger.

Le Dr Rochelle Walensky, chef des Centers for Disease Control and Prevention, a souligné les inégalités qui ont défini la réponse à la pandémie au cours de l'année dernière.

"Pour surmonter cette pandémie, nous devons affronter résolument ces défis et adopter pleinement les innovations, les nouveaux partenariats et la résilience de nos communautés qui ont émergé de cette crise", a déclaré jeudi le Dr Walensky dans un communiqué sur le W.H.O. anniversaire.

Le gouvernement fédéral américain, tout en permettant le développement rapide de vaccins avec un investissement et un soutien cruciaux, s'est demandé à plusieurs reprises s'il fallait privilégier la réouverture plutôt que la prudence en limitant le soutien aux individus.

Il y avait d'autres divisions.

Ce n'est qu'après un débat acharné que le projet de loi de relance de 1,9 billion de dollars a été adopté jeudi par le président Biden.

Pour autant, c'est, à bien des égards, un moment réconfortant.

Il y a un an, le Dr Fauci a déclaré que le monde était à au moins un an de développer un vaccin contre le virus, une période qui semblait insupportable. Maintenant, les vaccinations progressent rapidement aux États-Unis, avec des doses suffisantes qui devraient être disponibles pour tous les adultes américains d'ici la fin mai. Et le C.D.C. a publié le premier de ce qu'il promettait d'être de nombreuses lignes directrices sur la manière dont les personnes vaccinées peuvent reprendre en toute sécurité des routines autrefois normales.

Dans tout le pays, la moyenne sur sept jours des nouveaux cas de virus quotidiens était de 57400 mercredi - une diminution de 16% par rapport à deux semaines plus tôt, selon une base de données Times, et une forte baisse par rapport aux crêtes écrasantes plus tôt cette année. Mais le nombre de nouveaux cas quotidiens reste proche du pic de la flambée de l'été dernier et reste trop élevé pour les responsables fédéraux de la santé, en particulier compte tenu des préoccupations concernant la propagation de variantes de virus inquiétantes.

Même dans une année de perte, lorsque les gens coupés des autres ont ouvertement envie de toucher humain et que les relations ont été forgées ou rompues en fonction de l'espace et du temps, de la maladie et du chômage, de la frustration ou du désir, il y a eu des points positifs.

Des chiens et des chats ont été enlevés des abris; certaines familles étaient réunies lorsque les parents et les élèves passaient inopinément leurs journées ensemble à la maison ou avaient la chance de préparer un repas ensemble. Les artistes ont inventé de nouvelles façons et de nouveaux lieux de représentation; les restaurants ont conçu la livraison sans contact et ont vendu leurs fournitures lorsque la farine et la levure ont disparu des rayons des épiceries.

États-Unis >

États-UnisLe 11 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

62 689

–18%

Nouveaux décès

1 522

–32%

Monde >

MondeLe 11 mars

Changement de 14 jours

Nouveaux cas

478 617

+ 12%

Nouveaux décès

9 713

  • 7%
  • Vaccinations aux États-Unis ›

    Le gouverneur Andrew M. Cuomo a déclaré que les gens devraient continuer à suivre les précautions de santé, y compris le port de masque et la distanciation sociale.Crédit.. Erin Schaff / The New York TimesPendant des mois, les voyageurs nationaux à New York ont ​​été avertis de mettre en quarantaine à leur arrivée jusqu'à deux semaines.

    Mais à partir du 1er avril, les voyageurs nationaux ne seront plus tenus de mettre en quarantaine, a déclaré jeudi le gouverneur Andrew M. Cuomo, bien que l'État leur recommandera toujours de le faire comme "une précaution supplémentaire". L'exigence de quarantaine demeure pour les voyageurs internationaux, et tous les voyageurs doivent continuer à remplir le formulaire de santé des voyageurs de l'État, a-t-il déclaré dans un communiqué.

    Malgré cette décision, "il n'est pas tout à fait clair pour les New-Yorkais de baisser la garde", a déclaré M. Cuomo, ajoutant que les gens devraient continuer à suivre les précautions de santé, y compris le port de masque et la distanciation sociale.

    Le gouverneur a assoupli certaines restrictions en matière de pandémie alors même que New York continue de figurer parmi les États menant le pays en termes de taux de nouveaux cas de coronavirus par habitant.

    Mercredi, New York signalait une moyenne sur sept jours de 37 nouveaux cas de virus par jour pour 100000 habitants, selon une base de données du New York Times, derrière le New Jersey. (Le pays dans son ensemble enregistrait en moyenne 17 nouveaux cas pour 100 000 habitants.) La ville de New York ajoute actuellement de nouveaux cas à un taux par habitant environ trois fois plus élevé que celui du comté de Los Angeles.

    Peu de temps après l’annonce de M. Cuomo, le maire Bill de Blasio de New York a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse que la ville n’avait pas été consultée sur le changement de la quarantaine. Il a dit qu'il consulterait ses conseillers en santé au sujet de l'impact potentiel.

    "Bien sûr, j'ai des inquiétudes à ce sujet", a-t-il déclaré. "Je pense que l'introduction du virus de l'extérieur a été le facteur X le plus important et le plus difficile de cette crise et il y a lieu de s'inquiéter pour l'avenir."

    Le Dr Mitchell Katz, chef des hôpitaux publics de la ville, a déclaré que la suppression de l'exigence de quarantaine était "inquiétante", étant donné la prévalence des variantes du virus.

    M. Cuomo a annoncé pour la première fois les règles de quarantaine d'origine en juin dans le cadre d'un avis de voyage conjoint, avec le New Jersey et le Connecticut voisins, bien que les États aient ensuite divergé sur les détails de différents aspects.

    Alors que le virus se propageait à travers le pays l'année dernière, l'avis de voyage de New York s'est finalement développé pour inclure des voyageurs de dizaines d'États. Pourtant, la quarantaine obligatoire n'a pas été strictement appliquée dans de nombreux cas, même lorsque la ville de New York a installé des "points de contrôle d'enregistrement des voyageurs" sur les ponts et les tunnels. En novembre, l'État a donné aux voyageurs la possibilité de "tester" la quarantaine complète.

    Les restrictions de voyage varient d'un État à l'autre aux États-Unis, et plusieurs États n'en ont pas.

    Les Centers for Disease Control and Prevention ont réitéré que les gens aux États-Unis devraient toujours éviter de voyager à moins que cela ne soit nécessaire.

    L'agence conseille à ceux qui voyagent de se faire tester trois à cinq jours après le voyage et de se mettre en quarantaine pendant sept jours complets, même si le test est négatif. Si les personnes ne se font pas tester, l'agence leur recommande de rester chez elles et de se mettre en quarantaine pendant 10 jours après le voyage. Plus tôt cette semaine, l'agence a publié des conseils sur certaines activités que les personnes entièrement vaccinées peuvent reprendre tout en restant sur place.

    À Atany, Hongrie, administration d'un vaccin contre le coronavirus produit par Sinopharm, une entreprise publique chinoise.Crédit.. Peter Komka / EPA, via ShutterstockLa Hongrie a accepté de payer environ 36 dollars la dose pour le vaccin Covid-19 fabriqué par Sinopharm, une société d'État chinoise, selon des contrats rendus publics par un haut responsable hongrois jeudi. Cela semble faire du Sinopharm l'un des plus chers au monde.

    La Hongrie a accepté d’acheter cinq millions de doses du vaccin Sinopharm, au prix de 30 euros (36 dollars) chacune, selon des contrats que le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban, Gergely Gulyas, a mis en ligne sur sa page Facebook. Le contrat est conclu entre le gouvernement hongrois et un fournisseur tiers, et ce prix dépasse de loin ce que l'Union européenne a accepté de payer pour les vaccins des fabricants occidentaux.

    L'Union européenne a déclaré qu'elle paierait 15,50 € par dose pour le vaccin Pfizer-BioNTech. qui a cité une étude interne de l'UE. document. Pour AstraZeneca, il a accepté de payer 2,15 dollars par dose, selon le secrétaire au budget de la Belgique.

    Les contrats publiés par M. Gulyas montrent également que la Hongrie, qui a enregistré près d'un demi-million de cas de coronavirus et plus de 16000 décès, a accepté de payer 9,95 dollars par dose pour le vaccin russe Spoutnik-V.

    Sinopharm, qui a subi un changement de propriétaire deux mois avant la transaction, a obtenu le contrat après que le gouvernement l'a dispensée de participer à un processus ouvert de marchés publics, a déclaré Miklos Ligeti, directeur juridique de Transparency International Hungary, un groupe anticorruption.

    De tels arrangements soulèvent des signaux d'alarme pour les chiens de garde anticorruption, qui avertissent que l'implication de tiers augmente le risque de prix abusif. "Nous ne savons pas combien cette société a réellement payé pour ce vaccin", a déclaré M. Ligeti.

    Compte tenu des données accessibles au public sur cette société, M. Ligeti a évoqué des chiffres qu'il a qualifiés d'inquiétants. "Le gouvernement hongrois a attribué un contrat d'une valeur nette de 150 millions d'euros" - 179 millions de dollars - "à une société au capital social de 9 000 euros" (10 700 dollars), a-t-il déclaré.

    La Hongrie est l'un des rares pays européens à signer un accord avec Sinopharm, qui s'est fait connaître auprès des pays en développement à un moment où de nombreux pays plus riches accumulent des doses par des fabricants de médicaments occidentaux comme Pfizer et Moderna. L’un des principaux arguments de vente a été la capacité de fabrication de Sinopharm : elle a déclaré qu’elle pouvait fabriquer jusqu’à trois milliards de doses d’ici la fin de l’année.

    Le prix de Sinopharm est extraordinaire en partie parce que la société, contrairement aux fabricants de vaccins occidentaux, n'a pas publié de données détaillées sur les essais de phase 3.

    Sinopharm produit en masse deux vaccins. Il dit que le premier, fabriqué en collaboration avec l'Institut des produits biologiques de Pékin, a un taux d'efficacité de 79% et que le second, fabriqué avec l'Institut des produits biologiques de Wuhan, est efficace à 72,5%.

    Les Obama, les buissons et les Clinton lors de l'inauguration du président Biden. Ils apparaissent ensemble dans une nouvelle campagne publicitaire.Crédit.. Doug Mills / The New York TimesQuatre anciens présidents américains et leurs premières dames apparaissent dans une nouvelle campagne de service public avec un seul appel aux Américains: faites-vous vacciner.

    Les publicités présentent les anciens présidents Jimmy Carter, Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama, recevant des vaccins. Leurs épouses - Rosalynn Carter, Hillary Clinton, Laura Bush et Michelle Obama - apparaissent également.

    "Ce vaccin est synonyme d'espoir", dit M. Obama. "Cela vous protégera, vous et ceux que vous aimez, de cette maladie dangereuse et mortelle."

    "Pour se débarrasser de cette pandémie, il est important que nos concitoyens se font vacciner", déclare M. Bush.

    Ils ont parlé du désir que beaucoup ressentent de revenir à la normale.

    "Je veux pouvoir retourner au travail et me déplacer", dit M. Clinton.

    "Rendre visite à la mère de Michelle", dit M. Obama. "Pour la serrer dans ses bras et la voir le jour de son anniversaire."

    M. Bush dit qu'il a "vraiment hâte d'aller à la journée d'ouverture au Texas Ranger Stadium avec un stade plein."

    M. Carter dit: "Je me fais vacciner parce que nous voulons que cette pandémie prenne fin le plus tôt possible."

    Le seul ancien couple présidentiel qui ne fait pas partie de la campagne publicitaire est Donald et Melania Trump.

    M. et Mme Trump ont discrètement reçu leurs vaccins en janvier avant de quitter la Maison Blanche. Plus tard dans le mois, M. Trump a comparu à la conférence politique de CPAC à Orlando, en Floride, où il a encouragé les gens à se faire vacciner.

    L'approche privée de M. Trump est intervenue alors qu'un certain nombre de ses partisans ont exprimé leur résistance au vaccin.

    Les deux publicités font partie d'un vaste effort de promotion pour lutter contre le scepticisme vis-à-vis du Covid-19 lancé en février, soutenu par le groupe de publicité à but non lucratif Ad Council et une coalition d'experts connue sous le nom de Covid Collaborative. Les messages d'intérêt public seront diffusés en anglais et en espagnol à la télévision, sur les réseaux sociaux et sur d'autres plateformes.

    Plus de 300 entreprises, groupes communautaires et personnalités publiques ont contribué à cette poussée de 52 millions de dollars, tout comme les Centers for Disease Control and Prevention.

    "Nous vous exhortons à vous faire vacciner dès qu’ils sont disponibles", déclare M. Obama.

    "Alors retroussez votre manche et faites votre part", dit M. Bush.

    "C'est notre chance", dit M. Clinton.

    "Maintenant, c’est à vous", conclut M. Carter.

    Une vaccination à domicile le mois dernier à Fort Yukon, dans l'est de l'Alaska. Toute personne âgée de 16 ans et plus qui vit ou travaille dans l'État est devenue éligible au vaccin mardi soir.Crédit.. Ash Adams pour le New York TimesAlors que la production de vaccins, les livraisons et les inoculations augmentent, un nombre croissant d'États américains permettent à de plus en plus de personnes de se faire vacciner, ce qui donne de l'optimisme à ceux qui attendent leur moment.

    Toute personne âgée de 16 ans et plus qui vit ou travaille en Alaska est devenue éligible mardi soir après que l'État est devenu le premier du pays à autoriser le maximum de résidents à accéder à un vaccin. La semaine prochaine, les Texans âgés de 50 ans et plus seront éligibles, a annoncé mercredi le département de la santé de l'État, le même jour que le gouverneur Brian Kemp de Géorgie a déclaré que les personnes de plus de 55 ans dans cet État pourraient se faire vacciner la semaine prochaine.

    Les New-Yorkais âgés de 60 ans et plus sont devenus éligibles mercredi, le gouverneur Andrew M. Cuomo citant une augmentation de l'offre du gouvernement fédéral. Les gouverneurs du Minnesota et de l'Ohio ont également déclaré cette semaine qu'ils ouvriraient l'éligibilité à de plus grands groupes de résidents.

    Éligible uniquement dans certains comtés

    Éligible uniquement dans certains comtés

    Éligible uniquement dans certains comtés

    Le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a déclaré que son État "avait agi rapidement pour utiliser davantage de vaccins du gouvernement fédéral" et qu’il était prêt à atteindre son objectif cette semaine de vacciner 70% des personnes de 65 ans et plus dans l’État. Cela lui a permis d’étendre l’éligibilité aux deux prochaines phases de l’État en même temps - et "des semaines avant la date prévue".

    Et au moins 37 États, ainsi que Washington, D.C. autorisent désormais certains résidents souffrant de certains problèmes de santé à recevoir des vaccins, selon une enquête du New York Times, bien que les conditions qui confèrent l'accès dans un État peuvent ne pas le faire dans un autre.

    Le rythme des vaccinations s'est accéléré au point où la moyenne quotidienne des injections individuelles a atteint environ 2,17 millions par jour. Le 6 mars, les Centers for Disease Control and Prevention ont signalé que 2,9 millions de vaccins avaient été administrés.

    Si le rythme se maintenait ou même augmenterait, la population américaine adulte d'environ 260 millions pourrait être entièrement vaccinée en quelques mois, soit par le vaccin à dose unique de Johnson & Johnson, soit par la série à deux doses de Pfizer-BioNTech et Moderna. Environ 62,5 millions d'Américains ont reçu au moins une dose et environ 32,9 millions de ce nombre ont été entièrement vaccinés, selon le C.D.C.

    Le président Biden a régulièrement augmenté le calendrier d'inoculation du pays à mesure que les fabricants de vaccins ont augmenté la production - dans le cas de Johnson & Johnson, en concluant un partenariat avec un rival de longue date, Merck. Après avoir annoncé la semaine dernière que les États-Unis disposeraient de suffisamment de vaccins d'ici la fin mai pour chaque adulte américain, M. Biden a déclaré mercredi qu'il ordonnait au gouvernement fédéral d'obtenir 100 millions de doses supplémentaires du vaccin de Johnson & Johnson.

    La Maison Blanche a déclaré que les doses supplémentaires pourraient aider le pays à commencer à vacciner les enfants une fois les essais cliniques nécessaires terminés. Les doses pourraient également, si nécessaire, être utilisées comme rappels ou être reformulées pour lutter contre les variantes émergentes du virus.

    L'Utah rend tous les adultes admissibles au vaccin le 1er avril pour des raisons plus locales. Après que la législature sous contrôle républicain de l'État a décidé de mettre fin au mandat de masque de l'État, le gouverneur Spencer Cox, également républicain, "a travaillé avec eux pour repousser la date afin de faire vacciner le plus de personnes possible" au préalable, une porte-parole du gouverneur, Jennifer Napier-Pearce, a déclaré mardi dans un communiqué. L'exigence de masque de l'Utah prendra fin le 10 avril, date à laquelle l'État prévoit de disposer de 1,5 million de doses, a-t-elle déclaré.

    Les autorités locales ont également ouvert l'éligibilité à des populations plus larges. Dans certaines cliniques de la nation Navajo, qui ont subi des verrouillages sévères cet été et ont souffert d'une augmentation du nombre de cas, toute personne de 16 ans et plus peut se faire vacciner. Et dans le comté de Gila, en Arizona, tout résident de plus de 18 ans peut entrer dans une clinique et se faire vacciner.

    Mais l'hésitation à la vaccination reste un obstacle potentiel à la campagne de vaccination énergique du pays. Les responsables de la santé en Alaska ont déclaré que l’hésitation, combinée à la confusion quant à l’éligibilité, avait laissé des rendez-vous non remplis, ce qui aurait pu influencer la décision du gouverneur de balancer les portes du vaccin.

    Alors que l'Alaska a complètement vacciné 16% de sa population, le taux le plus élevé du pays, selon une base de données du New York Times, l'État se classe au 46e rang pour l'administration de vaccins, n'ayant utilisé que 69% de son approvisionnement.

    Vidéotranscription

    Retourtranscription

    Biden veut que tous les adultes soient éligibles à la vaccination avant le 1er mai

    Le président Biden a appelé jeudi les États à mettre le vaccin contre le coronavirus à la disposition de tous les adultes d'ici le 1er mai et a déclaré qu'il espérait que le pays pourrait retrouver une forme de vie normale d'ici le 4 juillet.Il y a un an, nous avons été frappés par un virus qui s'est heurté au silence et s'est propagé de manière incontrôlée - des dénégations pendant des jours, des semaines, puis des mois, qui ont entraîné plus de décès, plus d'infections, plus de stress et plus de solitude. Une année remplie de pertes de vies et de pertes de vies pour nous tous. Mais dans la perte, nous avons vu combien il y avait à gagner, en appréciation, respect et gratitude. Trouver de la lumière dans les ténèbres est une chose très américaine à faire. J'annonce que j'ordonnerai à tous les États, tribus et territoires de rendre tous les adultes, personnes de 18 ans et plus, éligibles à être vaccinés au plus tard le 1er mai. Avec l'adoption de l'American Rescue Plan, et je remercie encore la Chambre et Sénat pour son adoption, et mon annonce le mois dernier d'un plan de vaccination des enseignants et du personnel scolaire, nous pouvons accélérer les efforts massifs à l'échelle nationale pour rouvrir nos écoles en toute sécurité. Si nous faisons cela ensemble, d’ici le 4 juillet, il y a de fortes chances que vous, vos familles et vos amis puissiez vous réunir dans votre cour ou dans votre quartier et organiser un barbecue et un barbecue et célébrer le jour de l’indépendance. Après cette longue et difficile année, cela fera de ce jour de l'indépendance quelque chose de vraiment spécial - où nous marquons non seulement notre indépendance en tant que nation, mais nous commençons à marquer notre indépendance face à ce virus.

    Le président Biden a appelé jeudi les États à mettre le vaccin contre le coronavirus à la disposition de tous les adultes d'ici le 1er mai et a déclaré qu'il espérait que le pays pourrait retrouver une forme de vie normale d'ici le 4 juillet. York TimesLe président Biden a utilisé son discours de jeudi aux heures de grande écoute pour esquisser la prochaine phase de sa réponse à la pandémie, y compris le déploiement de 4000 soldats en service actif pour aider à la vaccination contre le coronavirus; dépenser près de 40 milliards de dollars en dépistage pour ouvrir les écoles; intensifier les efforts pour suivre les nouvelles variantes inquiétantes; et le lancement d'un nouveau site Web au début du mois de mai pour faciliter la prise de vue des internautes.

    M. Biden a également annoncé qu'il ordonnait aux États de mettre le vaccin à la disposition de tous les adultes au plus tard le 1er mai, et a déclaré que si les Américains continuaient à respecter la distance sociale et d'autres directives de santé publique, ils pourraient s'attendre à un semblant de retour à normalité d'ici le 4 juillet. Il a dit que les gens pourraient s'attendre à se rassembler - s'ils sont en petits groupes - pour des repas de quartier et autres.

    Les remarques de M. Biden sont intervenues quelques heures à peine après avoir signé un programme de secours pour les coronavirus de 1,9 billion de dollars, sa première réalisation législative majeure en tant que président.

    Le discours, qui intervient un an jour pour jour après que l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que le monde était en pandémie, a donné à M. Biden l'occasion de présenter les détails de son plan pour sortir le pays de la pire crise de santé publique depuis un siècle.. Le président a également profité de l'occasion pour offrir aux Américains un sentiment d'espoir alors que le pays émerge de ce qu'il a décrit à plusieurs reprises comme un "hiver sombre".

    La décision de M. Biden d’invoquer les vacances du 4 juillet a marqué la première fois qu’il a proposé une date précise pour laquelle les choses pourraient sembler plus normales. Un haut fonctionnaire a déclaré qu'à l'approche du jour de l'indépendance, les Centers for Disease Control and Prevention du gouvernement fédéral fourniront des conseils de santé publique pour guider les Américains "lorsqu'ils voyagent, participent à de petits rassemblements et se rendent au travail et aux lieux de culte".

    Plus tôt jeudi, l'administration a annoncé son intention de livrer le vaccin contre le coronavirus à 700 autres des 1 300 centres de santé communautaires du pays, ce qui porte le nombre total de centres impliqués à 950. Le programme de vaccination des pharmacies du gouvernement fédéral sera également élargi, ont déclaré des responsables, à comprennent plus de 20 000 pharmacies à travers le pays.

    Certaines des mesures prises par M. Biden sont directement liées aux dispositions du plan de relance. Le projet de loi comprend 1,7 milliard de dollars qui permettra à l'administration d'augmenter considérablement le séquençage génomique des échantillons du virus - une tâche essentielle pour suivre et garder une longueur d'avance sur les nouvelles variantes.

    Le projet de loi comprend également 130 milliards de dollars pour la réouverture des écoles, ce qui aidera les départements scolaires à payer les fournitures et le personnel à se conformer aux directives de réouverture du C.D.C. Le ministère fédéral de la Santé et des Services sociaux accordera également 650 millions de dollars dans ce que les fonctionnaires ont décrit comme un "investissement initial" pour étendre les tests dans les écoles élémentaires et intermédiaires.

    Les amateurs de plage à Fort Lauderdale, en Floride, ce mois-ci. Les responsables prévoient une grande foule dans les semaines à venir.Crédit.. Maria Alejandra Cardona /, des étudiants de tout le pays se sont rendus dans des bars, des plages et des arrière-cours ces dernières semaines - et ont provoqué la répression de leurs écoles, alors que les administrateurs tentent de garder le coronavirus à distance sur le campus.

    "Malheureusement, cela s'est reproduit - un groupe d'étudiants a bafoué de manière flagrante les règles", a écrit Brandi Hephner LaBanc, vice-chancelier des affaires étudiantes à l'Université du Massachusetts à Amherst, après que plus de 200 étudiants se sont réunis le week-end dernier pour un pré-St. La tradition de la fête de la Patrick appelée Blarney Blowout.

    Les policiers ont dispersé la foule et les responsables de l'université ont déclaré qu'ils suspendraient les étudiants identifiés et les expulseraient temporairement des dortoirs.

    À l'Université du Michigan, les autorités ont bloqué 375 étudiants hors des bâtiments non résidentiels parce qu'ils ne se conformaient pas aux exigences des tests. Penn State a puni quatre fraternités - en suspendant deux jusqu'en 2024 - pour avoir organisé des fêtes.

    L'Université Purdue a déclaré qu'elle enquêtait et pourrait expulser 12 étudiants pour violations des règles Covid.

    À l'approche des dates traditionnelles de relâche scolaire, l'Université de Californie, Davis, a déclaré qu'elle paierait 75 dollars aux étudiants pour rester sur le campus, tandis que d'autres collèges ont troqué les pauses habituelles d'une semaine contre des jours de congé individuels dispersés tout au long du semestre. Pourtant, les responsables en Floride, au Texas et ailleurs prévoient de grandes foules dans les semaines à venir.

    "Cette année, la confluence d'autres endroits fermés ou froids, des vols bon marché et des chambres à prix réduit, et une pandémie qui est toujours très active, crée de nouveaux défis", a déclaré le maire Dan Gelber de Miami Beach dans un e-mail. Il a imposé des limites sur la consommation d'alcool et le nombre de personnes sur les plages et les restaurants, ainsi que des exigences de distanciation sociale et un couvre-feu.

    Les gens ont agité un drapeau pour célébrer la Saint-Patrick l’année dernière, malgré l’annulation du défilé à New York en raison de la pandémie. Les célébrations à travers le pays seront à nouveau annulées cette année.Crédit.. Spencer Platt /, qui date maintenant de plus d’un an, commence à franchir pour la deuxième fois certains jalons du calendrier, notamment les défilés de la Saint-Patrick à travers le pays. L'annulation soudaine des défilés l'année dernière a été l'un des premiers grands signes de la perturbation de la pandémie pour la vie normale aux États-Unis.

    Bien que de nombreux États et villes aient provisoirement assoupli diverses restrictions de Covid ces derniers temps, la plupart des endroits n'ont pas ouvert la voie à une reprise des défilés, qui peuvent être parmi les types d'événements les plus impitoyablement efficaces.

    Le défilé de la Saint-Patrick à Chicago a donc été annulé, encore une fois; le défilé à Boston a de nouveau été annulé; celui de Philadelphie, encore annulé. Le défilé à New York, avec l'intention de conserver sa distinction en tant que plus ancien défilé ininterrompu de la Saint-Patrick dans le monde, sera une fois de plus en grande partie cérémonial et très discret, avec un petit groupe marchant sur la Cinquième Avenue à une heure inopinée très tôt le matin - c'est-à-dire si la ville et l'État approuvent de faire quoi que ce soit.

    Certains endroits donnent une tournure aux commémorations. Le 37e défilé annuel à St. James, sur Long Island, se déroulera maintenant en voiture; celui de Hilton Head, S.C. se déplace vers l'eau; et celui de Pittsburgh passe à l'automne (peut-être). Un concert de rock celtique au volant est prévu à Dublin, en Californie; une course virtuelle de 5 km à Naperville, Illinois; et une journée de bière verte dans des gobelets en plastique livrés par des serveurs masqués entre des écrans en plexiglas à l’Olde Ale House de McGillin à Philadelphie.

    L’année dernière, les bars de Chicago à la Nouvelle-Orléans étaient bondés le week-end précédant la Saint-Patrick, malgré l’annulation des défilés locaux, ce qui a suscité des avertissements sévères de la part des maires et des gouverneurs. Cette année, les responsables implorent les gens de rester chez eux, ou du moins d'être vigilants lorsqu'ils sont absents.

    "Nous ne sommes pas au point où nous pouvons commencer à organiser de grandes célébrations de la Saint-Patrick", a déclaré le Dr Allison Arwady, commissaire du département de la santé publique de Chicago.

    Pourtant, tout le monde n'est pas résigné à rester bas pour une autre année.

    Dans la ville d'Erin, dans le Wisconsin, avec une population d'environ 3 800 habitants, l'annulation à court terme du défilé de l'année dernière, le 40e, a été un briseur de cœur : les chars avaient déjà été préparés et les rois et les reines du défilé devaient apparaître. Cette année, les responsables locaux et les bénévoles sont déterminés à faire tout leur possible pour organiser un défilé.

    "C'est à la fin du mois de janvier que nous avons décidé", a déclaré Dennis Kenealy, un avocat à la retraite qui est président du conseil municipal. "Si nous ne pouvons pas rassembler toutes les précautions sanitaires, nous l’annulerions quand même. Mais allons-y et essayons. "

    M. Kenealy a énuméré les raisons pour lesquelles les organisateurs se sont sentis à l'aise pour aller de l'avant: le défilé se déroule à l'extérieur, le long d'une route; les spectateurs peuvent faire la queue pour regarder depuis leur voiture; un défilé du mercredi matin attirera probablement moins de monde que les années passées; et le Wisconsin se porte actuellement mieux que la plupart des autres pays, à la fois en ce qui concerne le pourcentage de personnes entièrement vaccinées et le taux de nouveaux cas signalés. Un mandat de masque à l'échelle de l'État reste en vigueur.

    Néanmoins, M. Kenealy a dit qu’il espérait que la tenue d’une des rares parades de la Saint-Patrick au cours de cette année ne ferait pas d’Erin un aimant pour les foules en dehors de la ville.

    "J'espère que pas trop de gens se présenteront pour cette raison", a déclaré M. Kenealy. "Je veux dire, nous sommes ici assez loin. Et nous n’offrons pas grand-chose, rien que vous ne pourriez voir ailleurs. "

    Les gens se sont alignés pour recevoir des vaccinations fin février à Hong Kong, où des règles de quarantaine strictes ont largement maîtrisé le coronavirus.Crédit.. Kin Cheung /. Le groupe de cas a soulevé la menace d'une épidémie plus large dans la ville au moment où elle émerge d'une longue période de restrictions pandémiques.

    Plus de 200 personnes qui ont récemment utilisé Ursus Fitness, une salle de sport très appréciée des expatriés, ont été contactées par le gouvernement cette semaine, et plus de 100 personnes ont été envoyées dans des installations de quarantaine gouvernementales, selon un porte-parole du ministère de la Santé.

    Dans un courrier électronique adressé à ses membres, Ursus a déclaré que cinq employés et un client avaient été testés positifs pour le coronavirus. Un autre gymnase populaire, H-Core, a déclaré mercredi dans un message Facebook qu'au moins un de ses entraîneurs avait également été testé positif.

    Les personnes mises en quarantaine par le gouvernement comprenaient des employés de plusieurs banques internationales. Un employé du Credit Suisse et un autre de BNP Paribas ont été testés positifs. HSBC a vidé l'un des étages de son immeuble de bureaux principal pour un nettoyage en profondeur après qu'un employé a reçu un résultat de test positif préliminaire, selon une note consultée par le New York Times. Plusieurs banques ont mis en garde les employés de travailler à domicile.

    Les écoles internationales, qui accueillent les enfants d’expatriés, ont été contraintes de fermer leurs campus. L'École française internationale a déclaré qu'un employé de son campus Tseung Kwan O avait été testé positif.

    Hong Kong a certaines des mesures de quarantaine les plus restrictives au monde. Les personnes qui ont été en contact étroit avec une personne qui a été testée positive sont tenues de rester dans les établissements gouvernementaux pendant deux semaines. Les résidents qui reviennent à Hong Kong depuis l'extérieur de la Chine doivent être mis en quarantaine pendant 21 jours dans un hôtel.

    En partie en conséquence, Hong Kong a largement maîtrisé le virus, avec seulement 11 100 cas environ depuis le début de la pandémie - moins que ce que New York a signalé au cours des quatre derniers jours.

    Le gouvernement de Hong Kong a annoncé jeudi 22 nouveaux cas de coronavirus. Un porte-parole a déclaré que 17 des cas les plus récents étaient liés au gymnase Ursus.

    Mercredi, au marché de Pike Place à Seattle, crédit.. Ruth Fremson / The New York TimesFace à la première épidémie généralisée de coronavirus dans le pays, certains des plus hauts dirigeants de l’État de Washington se sont tranquillement réunis dimanche matin en mars dernier pour une session stratégique d’urgence.

    Le virus sévissait dans une maison de soins infirmiers de la banlieue de Seattle. Au début de la réunion, la région avait enregistré la plupart des 19 premiers décès du pays. De nouveaux cas faisaient surface à l'heure.

    Alors que la présentation de la réunion arrivait à la cinquième diapositive, la salle devint sombre. Les chiffres ont montré une variété de résultats potentiels, mais presque tous les scénarios étaient une ligne bleue pointant de façon exponentielle vers le haut.

    "Mon Dieu, que diable va-t-il se passer ici ?" L'exécutif du comté de King, Dow Constantine, a déclaré qu'il réfléchissait alors que les personnes présentes dans la pièce, de plus en plus inquiètes de se rencontrer en personne, laissaient les pâtisseries intactes.

    Ce rassemblement, trois jours avant que l'Organisation mondiale de la santé ne déclare une pandémie le 11 mars dernier, a déclenché une précipitation pour contenir le virus qui comprenait certaines des premières commandes du pays pour annuler de grands événements, fermer des restaurants et fermer des écoles, le tout dans l'espoir que le de terribles possibilités ne se concrétiseraient pas.

    Un an plus tard, la région de Seattle a le taux de mortalité le plus bas des 20 plus grandes régions métropolitaines du pays. Si le reste des États-Unis avait suivi le rythme de Seattle, le pays aurait pu éviter plus de 300000 décès de coronavirus.

    Au cours d'une année au cours de laquelle la Maison Blanche a minimisé le virus et d'autres dirigeants politiques se sont affrontés sur la façon de le contenir, le succès de Seattle illustre la valeur de stratégies unifiées et opportunes: bien que les experts en santé publique et les politiciens de la région se soient battus dans les coulisses pour savoir comment gérer au mieux le virus, ils se sont réunis pour présenter un front uni au public. And the public largely complied.

    “We could not afford to have mixed messages,” said Jenny Durkan, Seattle’s mayor.

    The restrictions that have been in place off and on for the better part of a year have brought widespread disruption to lives and the economy. But as governors elsewhere have cited the economy as a reason to ease lockdowns, Seattle’s success showed that an alternative pathway was doable : Amid widespread economic turmoil, the state’s unemployment rate has been about average nationally, outperforming some places that have pressed ahead with wider reopenings, including Arizona and Texas.

    There are numerous factors that have shaped the trajectory of the pandemic both locally and nationally. In part, public health experts said, Seattle may have benefited from its demographics: a healthy population living in small households and a lot of workers able to do their jobs from home. The city may have also have won more public support for the crackdowns from the shock of experiencing the nation’s first publicized deaths. The high humidity may have helped, scientists say, although the cold weather and gray skies probably did not.

    Researchers said Seattle also profited from its network of research and philanthropic organizations focused on global health, politicians willing to listen to them, businesses that emptied their offices early and residents who repeatedly indicated a willingness to upend their lives to save others. Even as the year wore on, and the region’s case numbers were among the lowest in the nation, a survey found that Washington residents were still the most likely to stay home for Thanksgiving.

    Ali Mokdad, a professor of health metrics sciences at the Seattle-based Institute for Health Metrics and Evaluation, said he was convinced the Seattle model could have been replicated, positively affecting the trajectory of the virus across the country.

    Instead, he said, state after state reopened sooner than appropriate and members of the public ignored health advice that at times was undermined by conflicting messages from political and business leaders. Seattle, he said, shows what could have been.

    “We have so many lessons we have learned here,” Dr. Mokdad said. “Unfortunately, not many people were listening.”

    Preparing to administer AstraZeneca doses at a vaccine center in Copenhagen last month.Credit. craignant d’augmenter le risque de caillots sanguins, mais ont souligné qu’elles agissaient par précaution et qu’il n’y avait aucune preuve de lien de causalité.

    Le Danemark a agi après qu'une femme de 60 ans qui a reçu une injection est décédée après avoir développé un caillot sanguin. Plusieurs autres pays européens avaient récemment cessé d'utiliser des doses du même lot de vaccin après certains rapports de caillots sanguins sévères, et les régulateurs européens des médicaments sont en train d'enquêter.

    Dans la vague de suspensions jeudi, la Norvège et l’Islande ont suivi l’initiative du Danemark. Italy and Romania also paused shots, but only from a different batch of the vaccine than the one that had raised concerns elsewhere.

    Les experts en santé publique s'attendent à ce que des conditions médicales apparaissent par hasard chez certaines personnes après avoir reçu un vaccin. Dans la grande majorité des cas, ces maladies n'ont rien à voir avec les injections. La plupart des autres pays où le vaccin a été administré à plusieurs millions de personnes n'ont pas signalé de signal d'alarme similaire.

    La suspension intervient au milieu d'une campagne de vaccins trébuchante dans toute l'Union européenne, où AstraZeneca n'a pas respecté ses engagements d'approvisionnement initiaux. That has been further complicated by a holdup in the United States: Tens of millions of doses of the vaccine are sitting idly in American manufacturing facilities, awaiting results from its U.S. clinical trial while countries that have authorized its use beg for access.

    AstraZeneca a demandé à l'administration Biden de la laisser prêter des doses américaines à l'Union européenne, mais l'administration, pour l'instant, a rejeté la demande, a déclaré un responsable.

    As of Wednesday. the European Medicines Agency said.

    The agency, Europe’s main drug regulator, said there was no indication that the vaccine “has caused these conditions” and that its benefits outweigh any risks.

    Gonzalo Viña, porte-parole d’AstraZeneca, a déclaré que les données de la société n’avaient pas révélé de problèmes de coagulation. "Une analyse de nos données de sécurité de plus de 10 millions d'enregistrements n'a montré aucune preuve d'un risque accru d'embolie pulmonaire ou de thrombose veineuse profonde dans un groupe d'âge, un sexe, un lot ou un pays en particulier", a-t-il déclaré.

    Les caillots sanguins, en particulier s'ils sont volumineux, peuvent endommager les tissus ou les organes comme les poumons, le cœur ou le cerveau. Les cas graves peuvent être mortels, mais les personnes atteintes de petits caillots peuvent souvent être traitées en dehors d'un hôpital avec des médicaments sur ordonnance.

    Denmark’s drug regulator halted all use of the vaccine for at least 14 days. Health officials say they want to err on the side of safety.

    Au cours du week-end, l'Autriche a suspendu l'utilisation de ce même lot après l'apparition de caillots sanguins graves chez plusieurs personnes ayant reçu ces doses. Une personne est décédée 10 jours après la vaccination. Un autre se rétablit maintenant après avoir été hospitalisé.

    Estonia, Lithuania, Luxembourg and Latvia followed Austria’s lead in suspending use of that batch, though they will continue to inoculate their citizens with AstraZeneca doses from other batches.

    Plus de 70 pays ont autorisé le vaccin, à l'exception notable des États-Unis, où les régulateurs attendent les données d'un grand essai clinique attendu dans les prochaines semaines. Une décision de la Food and Drug Administration sur l’autorisation ou non du vaccin d’AstraZeneca semble être dans plus d’un mois.

    L'hésitation de l'administration Biden à se séparer des vaccins est au moins en partie liée à des incertitudes sur l'approvisionnement en vaccins. La production de vaccins est notoirement complexe et délicate, et des problèmes tels que la croissance de moisissures peuvent interrompre la progression d’une plante.

    Pearl Hughes, 81, receiving a Covid vaccination shot at a church in Denver, Colo. in February. Credit.Kevin Mohatt for The New York TimesPresident Biden on Thursday dramatically expanded the ways Americans can get vaccinated and the pool of people who can administer shots, moves enabled in part by new funding in the American Rescue Plan. The changes, he pledged in a prime-time address to the nation, would mean “no more searching day and night for an appointment for you and your loved ones.”

    Here’s a look at what the Biden administration is doing to offer more access.

    • By May 1, when Mr. Biden directed that states should have opened up eligibility for every adult in the United States, the federal government will debut a vaccine finder website that guides people to sites near them offering shots.
    • By the same date, the administration will launch a call center with a 1-800 number to assist those who might not have internet access in finding a vaccine.
    • For states that sponsor vaccine appointment websites, the administration will assign staff in technical support jobs to help improve the sites’ performance.
    • In the next six weeks, the administration will send vaccines to up to 700 more community health centers that typically serve lower-income patients, bringing the total number of those sites serving as vaccination centers to 950.
    • More than 20,000 pharmacies will now administer the shots as part of the federal government’s pharmacy vaccine program, double the number that have so far participated.
    • The administration is more than doubling the number of federally run mass vaccination sites, settings that the White House said would now be able to administer hundreds of thousands of shots a day under the aegis of the Federal Emergency Management Agency, the military and other agencies. At least 4,000 more active duty troops are to be deployed to help the effort.
    • Beginning Friday, a dramatically larger pool of people trained in injections will be eligible to give Covid-19 shots, including dentists, medical students, midwives, optometrists, paramedics, podiatrists and veterinarians.
    • The Department of Health and Human Services is creating a website for people interested in volunteering to give shots that will help determine if they are eligible to do so.

    Vidéotranscription

    Retourtranscription

    Biden Signs $1.9 Trillion Covid-19 Relief Bill

    President Biden signed a historic $1.9 trillion economic relief package into law Thursday afternoon, a day earlier than the White House had planned, ushering in new federal aid across the country amidst the coronavirus pandemic. independents. the people out there, made it clear they strongly support the American Rescue Plan. Yesterday, with the final passage of the plan in the House of Representatives, their voices were heard, and reflected in everything we have in this bill. And I believe this is, and most people, I think, do as well, this historic legislation is about rebuilding the backbone of this country and giving people in this nation, working people, middle-class folks, the people who built the country, a fighting chance. That’s what the essence of it is. What I’m going to do is sign this bill, and make a presentation tonight. And then there’s going to be plenty of opportunities. We’re going to be on the road. And we’re going to talk all the elements of the bill beginning Friday and Saturday, through the week. So, thank you for being here.

    President Biden signed a historic $1.9 trillion economic relief package into law Thursday afternoon, a day earlier than the White House had planned, ushering in new federal aid across the country amidst the coronavirus pandemic.CreditCredit.Doug Mills/The New York TimesPresident Biden signed the $1.9 trillion economic relief package on Thursday afternoon, ushering in an aggressive infusion of federal aid in a far-reaching effort to address the toll of the coronavirus pandemic.

    “This historic legislation is about rebuilding the backbone of this country,” Mr. Biden said, “and giving people in this nation, working people, middle-class folks, people who built the country, a fighting chance.”

    Mr. Biden had originally been scheduled to sign the bill on Friday, after it had been reviewed again and printed. But the president and his advisers, aware that low- and middle-income Americans are desperate for the round of direct payments that the bill includes, moved up the timeline to Thursday afternoon.

    Minutes after Mr. Biden signed relief package, Jen Psaki. said, “People can expect to start seeing direct deposits hit their bank accounts as early as this weekend.”

    Ron Klain, Mr. Biden’s chief of staff, wrote on Twitter earlier in the day that the enrolled bill had arrived at the White House on Wednesday night, adding, “We want to move as fast as possible.”

    He continued, “We will hold our celebration of the signing on Friday, as planned, with Congressional leaders ! ”

    The president signed the measure in the Oval Office hours before he was set to deliver a prime-time televised address on Thursday night, kicking off an aggressive campaign to inform voters of the benefits that are coming to them through the relief package.

    The campaign will include travel by the president and Vice President Kamala Harris across multiple states, events that will feature a wide range of cabinet members emphasizing the legislation’s themes, as well as endorsements from Republican mayors, according to administration officials.

    The White House’s decision to go out and sell the stimulus package after its passage reflects a lesson from the early months of the Obama administration. In 2009, fighting to help the economy recover from a crippling financial crisis, President Barack Obama never succeeded in building durable popular support for a similar stimulus bill and allowed Republicans to define it on their terms, fueling a partisan backlash and the rise of the Tea Party movement.

    Mr. Biden starts with an advantage : The legislation is widely popular in national polling. And it will deliver a series of tangible benefits to low- and middle-income Americans, including direct payments of $1,400 per individual, just as the economy’s halting recovery from the pandemic recession is poised to accelerate.

    After his address on Thursday night, Mr. Biden will headline a weekslong public relations effort. He is set to visit the Philadelphia suburbs on Tuesday, and he and Ms. Harris are scheduled to travel to Atlanta next Friday.

    President Biden will speak tonight in his first prime-time speech to the country.Credit.Stefani Reynolds for The New York TimesPresident Biden will deliver his first prime-time presidential address at 8 p.m. Eastern on Thursday.

    Speaking from the East Room of the White House, he is expected to focus on the coronavirus pandemic as the nation reaches an inflection point: the first anniversary of the World Health Organization’s official declaration of the pandemic, and the day he signed into law a $1.9 trillion relief package. One year into the pandemic, the United States has recorded by far the world’s largest outbreak, with about 530,000 deaths and more than 29 million infections.

    The speech is anticipated to be about 20 minutes long.

    A livestream of the full speech will be available on The Times’s home page, and Times reporters will be covering it in our Washington live briefing throughout the evening.

    The Johnson & Johnson doses can be stored in regular fridges for up to three months.Credit.Bryan Anselm for The New York TimesThe European Union authorized use of the Johnson & Johnson vaccine on Thursday, amid mounting frustration with a sluggish inoculation campaign that has been hobbled by supply shocks and logistics failures, and with global wars over scarce doses ratcheting up.

    The European Commission, the bloc’s executive arm, issued the authorization a few hours after the 27-member bloc’s main drug regulator, the European Medicines Agency, approved the vaccine for use in people 18 and up.

    The Johnson & Johnson vaccine, which can be stored in regular fridges for up to three months and only requires one shot, is the fourth to be approved by the regulatory agency. Three more vaccines, Novavax, CureVac and Sputnik V, are undergoing a rolling review, a preliminary step that could lead to approval.

    The decision on Thursday opens the door for the delivery of 200 million doses of the Johnson & Johnson vaccine to the European Union, under a contract that includes an option for 200 million more.

    Those supplies could help speed up the bloc’s vaccination efforts, which have gotten off to a sluggish start. So far, only 6.5 percent of the European Union’s 450 million residents have been inoculated, far behind the rates in Britain, Israel or the United States.

    But the first deliveries of Johnson & Johnson vaccine are not expected in Europe before April.

    The bloc also said on Thursday that it would extend for another three months, to the end of June, a mechanism that permits member states to prevent the export of vaccines made within the bloc’s borders if the manufacturers have not filled all their orders at home.

    Data published Wednesday by The New York Times showed that the European Union has been exporting millions of vaccine doses, even as member nations’ efforts to vaccinate their own citizens have been slowed by shortages and other problems.

    The bloc has come under fierce criticism over the mechanism to restrict exports. Accusations of “vaccine nationalism” intensified last week when Italy used the mechanism to block a shipment of doses bound for Australia.

    Since the mechanism was put in place in February, officials have approved 249 export permits, covering more than 34 million doses bound for 31 different countries. They were approved “because they did not threaten the contractual arrangement between the E.U. and the vaccine producers,” said Miriam García Ferrer, a spokeswoman for the European Commission. “Only one export has been refused,” she added.

    GLOBAL ROUNDUP

    Passengers arrive at Charles De Gaulle airport outside Paris in January. France is lifting restrictions on travelers from some countries outside of the European Union.Credit.Yoan Valat/EPA, via ShutterstockFrance announced on Thursday that it would relax restrictions on international travel outside the European Union “to adapt to the evolution of the global pandemic.” The move will see an easing of rules on travel to or from several countries and a broadening of the range of “compelling reasons” for which international travel is allowed.

    In a statement released on Thursday, the French Foreign Ministry said that, starting on Friday, travel to or from Australia, Britain, New Zealand, Singapore and South Korea will no longer have to be justified by “compelling reasons,” as had been required since January.

    As for other non-European Union countries, the range of “imperative reasons” has been broadened to include family reasons such as couples who live in different countries for professional reasons or underage students who attend French schools while their families live abroad.

    On Thursday, the French transport minister, Jean-Baptiste Djebbari, also announced that the country would try out a “digital health pass” for travelers with the flag carrier Air France, as part of a monthlong experiment. Passengers to some of France’s overseas territories will have to present a phone app that shows either a recent negative Covid test or a vaccination certificate.

    Mr. Djebbari said that the goal was to reduce checks that are slowing boarding and arrival procedures. “It could offer a preview, or at least a large-scale test, of a future ‘travel pass,’” he said.

    • Thaïlande on Friday suspended its plans to roll out the AstraZeneca vaccine over concerns that the shot might increase the risk of blood clots. The announcement came hours before Prime Minister Prayuth Chan-ocha was scheduled to be the first person in the country to receive the vaccine, and does not affect Thailand’s ongoing rollout of the Sinovac version. Dr. Yong Poovorawan, a virologist at Chulalongkorn University in Thailand, told reporters that the country’s delay would most likely last only a week or two. “We’re not saying the vaccine is bad,” he said. “We’re postponing it to see if the deaths are related to the vaccine or not.”
    • Prime Minister Chung Sye-kyun of Corée du Sud said on Friday that coronavirus restrictions would remain in effect until March 28. The rules, which vary by region but include a nationwide ban on most private gatherings, had been set to expire on Sunday. South Korea reported 488 cases on Friday, a three-week high. The government has said it aims to achieve herd immunity by November, but only about 1 percent of the country’s 51 million people have been vaccinated.
    • The health authorities in Allemagne registered 14,356 new coronavirus cases on Wednesday, 2,444 more than on the same day a week ago. “We are seeing clear signs: In Germany the third wave has already begun,” said Lothar H. Wieler, the president of the Robert Koch Institute, Germany’s equivalent of the C.D.C. More than half of the new infections in Germany were caused by the B.1.1.7 variant, first discovered in Britain, which is more infectious and thought to be more deadly than the original. In an effort to speed vaccinations, German state and federal health ministers have agreed to let doctors administer vaccines in their offices and clinics by mid-April. Only 6.7 percent of the population in Germany has received at least one vaccine dose.

    Medical workers packing up vials of vaccine last week to take to a hospital in Selydove, a mining town in eastern Ukraine.Credit.Evgeniy Maloletka/, and struggled to get hold of any doses. Now that it has them, Ukraine faces a new challenge : finding enough people who are willing to be vaccinated.

    The country is so plagued by misinformation about Covid-19 that vaccine hesitancy in Ukraine is among the worst in Europe, even among doctors and nurses.

    That shows in the slow start for Ukraine’s vaccination program : So far, just over 23,000 people have received a dose, out of a population of 42 million.

    The United Nations Development Program and UNICEF released a study saying that Ukraine was suffering from an “infodemic,” with social media “flooded with false narratives” about the disease and vaccination.

    Ukraine’s tense internal politics are partly to blame.

    A former prime minister, Yulia V. Tymoshenko, who now heads an opposition party, introduced a bill in Parliament that implicitly criticized the Zelensky administration’s choices by providing for the government to compensate Ukrainians for any side effects and “protect every Ukrainian from the negative consequences” of the two vaccines.

    A former president, Petro O. Poroshenko, said that Ukrainian health care workers were refusing inoculation in the belief that the two vaccines were of poor quality. He used scatological language to describe the vaccines in a speech in Parliament.

    The Ukrainian health minister, Maksym Stepanov, said in an interview that the political fight was eroding confidence in vaccination. “Politicians contribute to people’s distrust of vaccines,” he said.

    Health officials have said that about one-third of doctors and nurses in the country have already been infected with the coronavirus, and the rest are evenly divided between those who want to be inoculated and those who say they have no intention of taking either of the available vaccines.

    Mr.”

    GlaxoSmithKline and its partner in a monoclonal antibody treatment for Covid-19 patients, Vir Biotechnology, said they would apply for emergency authorization in the United States and in other countries.Credit.Ben Stansall/, according to two separate sets of clinical trial results announced on Wednesday, the latest evidence that such drugs can prevent bad outcomes when given early.

    Vir Biotechnology and GlaxoSmithKline, the developers of one of the drugs that generated encouraging study results, said that they plan to immediately apply for emergency authorization in the United States and in other countries. The federal government has not yet ordered doses of their drug.

    The other announcement came from Eli Lilly, which makes a similar treatment involving a cocktail of two antibody drugs. The federal government authorized that treatment last month and has since ordered 100,000 doses.

    If authorized, the treatment from Vir and GlaxoSmithKline would become the fourth of its kind cleared in the United States. That could give doctors more options for people with Covid-19 who are not yet hospitalized but are at high risk of becoming severely ill. But there is also a risk the drug may struggle to find a market, because the federal government has already ordered hundreds of thousands of doses of similar treatments that have been slow to be used.

    because a preliminary look at the data showed convincing evidence that the treatment was working, the companies said. That early analysis, based on 583 volunteers who had started experiencing symptoms within the last five days, found that those who got the treatment had an 85 percent reduction in their risk of being hospitalized or dying compared to those who got a placebo.

    In the clinical trial, the drug was given as an infusion, like the other antibody treatments already available, but it is being tested separately as an injection. If it can eventually receive authorization to be given that way, the door would open for the treatment to be given much more easily than it is now, perhaps even at a drive-through window, said George Scangos, Vir’s chief executive.

    Dr. Scangos said he was confident that the drug would be needed. He pointed to preliminary laboratory tests, described in a paper that has not yet been peer-reviewed, suggesting that the treatment would remain potent against concerning coronavirus variants first seen in Brazil, Britain and South Africa.

    “I think there’ll be no shortage of Covid patients, unfortunately, for the foreseeable future,” he said.

    Antibody treatments consist of artificial copies of the antibodies that are naturally generated when the immune system combats an infection. They got a burst of publicity last fall when they were given to President Donald J. Trump and several other Republican politicians.

    But since the first such treatments were authorized in November, they have not been widely used in many places, in part because hospitals were too overwhelmed to prioritize them and also because patients and their doctors didn’t know to ask for them or where to find them. But as awareness has grown, uptake has begun to increase.

    Dr. Michelle Chester holding a vial of the vaccine before giving it to Sandra Lindsay, a nurse in New York, in December. The vial has now been donated to the Smithsonian National Museum of American History.Credit. but one of particular importance has found its way into the Smithsonian’s collection, as museums attempt to chronicle the history of the pandemic.

    The Smithsonian National Museum of American History announced on Tuesday that it had acquired the vial that contained the first vaccine dose administered in the United States after the shot received Food and Drug Administration authorization.

    The vial of the Pfizer-BioNTech vaccine, which was used on Dec. 14 to inoculate Sandra Lindsay, a nurse at a Queens hospital, has been added to the museum’s collection, along with Ms. Lindsay’s white-and-blue scrubs, her vaccination record card and hospital identification badge.

    Northwell Health, the New York-based health care provider that administered the vaccine, made the donation and also shared vials from doses of the Moderna vaccine and other inoculation supplies.

    “These now historic artifacts document not only this remarkable scientific progress but represent the hope offered to millions living through the cascading crises brought on by Covid-19,” Anthea M. Hartig, the Elizabeth MacMillan director at the museum.

    From the very early days of the pandemic, museums have been scrambling to collect artifacts from the fight against the coronavirus, including diary entries, online schoolwork.

    The National Museum of American History welcomed another item of importance earlier this month when Dr. Anthony S. Fauci, President Biden’s chief medical adviser on Covid-19, presented his colorful three-dimensional model of the coronavirus to the museum’s national medicine and science collections.

    The museum, which is still closed to the public because of virus restrictions, has been collecting significant items from the pandemic for a future exhibition exploring American efforts to control and cure illnesses.

    The emergency room of the Papa Giovanni XXIII hospital in Bergamo, Italy, where patients suspected of having Covid-19 were placed under observation in March last year.Credit.Fabio Bucciarelli for The New York TimesIn December 2019, the first cases of the coronavirus emerged in China. The World Health Organization declared a global pandemic on March 11, 2020. A year later, the virus has sickened more than 118 million people and taken at least 2,620,900 lives, shattering economies, health services, and families in its wake.

    Several world leaders contracted the virus, including President Donald J. Trump, Prime Minister Boris Johnson of Britain and President Jair Bolsonaro of Brazil.

    According to a New York Times database, more than 29,247,000 people in the United States have been infected with the virus. On Wednesday, at least 1,477 more coronavirus deaths and 58,530 new cases were reported in the United States.

    In the summer, cases soared across the Sun Belt, forcing some states to increase restrictions once more. By the fall, rural hospitals in the Midwest and West were ravaged by the virus, devastating communities.

    On a global scale, the outbreak was defined by shifting epicenters of infection : Wuhan, China; L'Iran; northern Italy; Spain; and New York. But soon the virus had infiltrated nearly every corner of the globe.

    After swells in excess mortality in the spring of 2020, most European nations returned to relative normality for the summer. But a second wave took hold in the fall and raged into the winter increasing death tolls again. For some nations, like Belgium and Switzerland, the peaks in mortality during the second portion of the year surpassed those in the spring. Latin America felt the virus’s effects later than many other countries, but it was affected particularly deeply, especially in Brazil and Mexico.

    After a historic vaccine race, 10 different vaccines are now available around the world, with more than 325.5 million vaccine doses administered. While most vaccines require two doses, recently the Food and Drug Administration authorized a one-shot vaccine by Johnson & Johnson for emergency use in the United States.

    In wealthier nations such as Britain, more than a quarter of the population have received a first vaccine jab, but in less prosperous nations, like many African countries, a single dose has yet to be given.

    At the start of March, after six successive weeks of declining infection numbers, the World Health Organization announced that Central and Eastern Europe was in the midst of a resurgence, partly because of new variants of the virus that have cropped up but also because of the easing of restrictions. More than half of the 53 countries in the European region had seen an increase in infections, the W.H.O. mentionné.

    1.1.7 variant first identified in Britain, which has far greater levels of transmissibility. And 26 countries had found cases of the B.1.351 variant first discovered in South Africa, while 15 had reported cases of the P.1 variant first discovered in Brazil.

    Not all nations were equally hit by the pandemic, and certain countries did not experience increased mortality in 2020. In Denmark, Finland and Norway, demographers said that the low mortality rate was partly down to a less severe flu season during the winter, along with the fact that those nations were swift to enact tighter restrictions to curb the spread of the virus when outbreaks were less severe.

    In Japan, deaths fell last year for the first time in more than a decade, a byproduct of the country’s coronavirus measures. As of Thursday, Cambodia reported its first death from the coronavirus, and with just 1,124 cases recorded in total, it has some of the lowest infection numbers in Asia. The country experienced a spike in infections in late February.

    Countries in Southeast Asia, such as Laos, Thailand and Vietnam, have all been successful at managing outbreaks of the virus.

    But while the pandemic is starting to recede in some countries, as the rate of new cases has steadily declined since early January, it still impacts every region of the world.

    In a recent epidemiological report, the W.H.O. said that global coronavirus cases had increased for the second week in a row as infection rates rise in the Middle East and Africa. But surges seem to be abating in the Americas, Southeast Asia and the Western Pacific.

    Over 2.7 million new cases were reported last week, the W.H.O said. Botswana, Jordan, Lebanon and Zambia have seen a surge in infection numbers, while cases in Europe climbed by 4 percent. Global deaths continued to decline, as they have since early February 2021, with fatalities falling in all regions except the Eastern Mediterannean.

    A packed waiting room in December at Plafam, a nonprofit women’s health clinic in Caracas, Venezuela, that offers low-cost or free contraception.Credit.Meridith Kohut for The New York Times Disruptions caused by the coronavirus pandemic prevented nearly 12 million women in 115 countries from gaining access to family planning services over the past year and led to 1.4 million unintended pregnancies, the United Nations reported Thursday.

    The findings, in a study released by the United Nations Population Fund, underscored what women’s rights activists have described as the pandemic’s destructive impact on reproductive and maternal health care in many places around the world, particularly among impoverished populations.

    Poor and middle-income countries were forced to divert medical resources to patients with Covid-19. And severe restrictions on mobility, aimed at limiting the contagion, meant that many women either could not seek medical care outside the home or feared the risk of traveling.

    “Pregnancies don’t stop for pandemics, or any crisis,” said Dr. Natalia Kanem, the executive director of the United Nations Population Fund. Known by its acronym, UNFPA, it is the world’s leading provider of family planning services.

    The data in the study was compiled by the UNFPA and Avenir Health, a global health-policy organization.

    In the 115 low- and middle-income countries studied, women faced an average disruption in their family planning services of 3.6 months over the past year. The worst disruptions were concentrated in April and May of 2020.

    Previous research by the same partners, conducted last May, predicted that three months of lockdown could lead to anywhere between 13 million and 44 million women losing access to contraception.

    China has agreed to provide coronavirus vaccines for any participant requiring one ahead of this summer’s Tokyo Olympics and next year’s Beijing Winter Games.Credit.Kim Kyung-Hoon/, the I.O.C. president, Thomas Bach, announced on Thursday that China had agreed to provide coronavirus vaccines for any participant requiring one ahead of this summer’s Tokyo Olympics and next year’s Beijing Winter Games.

    Bach said the Olympic committee would cover the cost of the vaccines for any Olympic and Paralympic competitors who needed them, and that distribution would take place through existing international agencies. It is unknown how many doses will be purchased or what the program will cost.O.C. will be incalculable.

    Thursday’s announcement by Bach, elected to a new four-year term a day earlier, will help the I.O.C. resolve a sensitive matter that has been one of the many questions hanging over the Tokyo Games: how to ensure that thousands of visitors to Japan from around the world will be vaccinated when they arrive, and how to do so without making it look as if fit, young, elite athletes and their teams have jumped the line while the global death toll from the coronavirus continues to grow.

    For China, the agreement with the I.O.C.

    In recent months, China has also made vaccines a tool of its foreign policy, at times exporting precious doses even as it still needs tens of millions of them at home. It has approved four vaccines, and all are in either domestic or foreign use. The country produces single- and two-dose vaccines, but in trials each has produced varying degrees of efficacy.

    Testing samples from the Novavax Phase 3 clinical trial in Seattle last month.Credit.Karen Ducey/.4 percent in a Phase 3 trial in Britain, a clinical result on par with that of the Moderna and Pfizer-BioNTech shots.

    But the Novavax candidate was only 48.6 percent effective in a Phase 2 trial in South Africa, where most cases are linked to an emerging variant, the company said.

    The 96.4 percent rate measured the drug’s efficacy in Britain against mild, moderate and severe disease caused by the “original” strain of the coronavirus, Novavax said in a statement. The rate declined to 86.3 percent in cases caused by the B.1.1.7 coronavirus variant, which was first detected in Britain.

    The 48.6 percent rate in the South Africa trial applied to “predominantly variant strains” of the virus, Novavax said, although it noted that the vaccine still offered 100 percent protection against severe disease and death in both trials.

    Most of the cases circulating in South Africa are linked to the B.1.351 variant. Scientists are concerned, because clinical trials tend to show that vaccines offer less protection against it than other variants.

    The findings released on Thursday are not a huge departure from interim results, released by Novavax in January, that showed an efficacy rate of nearly 90 percent in Britain and just under 50 percent in South Africa.

    Novavax, a little-known company based in Maryland, has never brought a vaccine to market. It is working on one of six vaccine candidates supported by the U.S. government’s Operation Warp Speed and has been running trials in Britain, Mexico, South Africa and the United States.

    The company said in January that it had started working on a new version of the vaccine to address the more contagious variants.