Il semblait que presque tous les responsables locaux s'étaient enfoncés dans le centre d'activités étudiantes du campus du comté de South Texas College Starr en cet après-midi de mars, lorsque les effets du coronavirus semblaient encore principalement théoriques dans la vallée du Rio Grande.

Ce même jour, le Texas Department of State Health Services a confirmé le premier cas de COVID-19 dans l'État. Les responsables du comté de Starr savaient alors que ce n'était qu'une question de temps avant que la maladie n'atteigne leur communauté, ont-ils déclaré devant une salle comble, il était donc crucial de commencer à formuler un plan.

Dans l'Amérique ravagée par COVID-19, le comté de Starr apparaît comme une norme d'aplatissement des courbes

Plus tard dans le mois, le comté a reçu la confirmation de leurs premiers cas de COVID-19. Moins d'un mois plus tard, tous ces cas – à l'exception de deux qui ont été signalés cette semaine seulement – ont été résolus.

C'est quelque chose qu'aucun autre comté de Valley ne peut signaler, avec le fait que le comté de Starr a signalé des cas de propagation communautaire.

Jusqu'au dimanche 26 avril, le comté avait passé trois semaines sans confirmer un seul cas de COVID-19 et c'était le seul comté de la vallée à aplatir la courbe des infections. Cela est particulièrement remarquable si l'on considère que Starr est considéré comme le comté le plus pauvre de l'État du Texas.

Lorsqu'on leur a demandé comment ils étaient capables d'accomplir les objectifs des communautés du monde entier, les responsables du comté attribuent le travail de la communauté dans son ensemble.

« Nous voulions prendre de l'avance sur le match parce que nous pensions, ou je pensais, que cette chose allait exploser et nous ne pouvions pas rivaliser avec certains des comtés qui ont plus de ressources que nous », a déclaré le juge du comté de Starr, Eloy Vera. m'a dit.

Lorsque la menace de COVID-19 est devenue plus apparente, toutes les mains étaient sur le pont.

« Il y a eu des conversations partout sur le manque de kits de test, il y a eu des conversations sur l'espace des installations, l'espace des lits; tous ces autres éléments qui normalement ne prennent pas en charge vos conversations quotidiennes sont devenus exactement cela pour nous « , a déclaré Rose Benavidez, présidente de la Fondation industrielle du comté de Starr.

« Plus nous avons commencé à regarder comment allions-nous faire en sorte qu'une communauté rurale comme la nôtre fasse partie de ce dialogue, il est devenu très clair que nous devions déplacer un peu notre attention du développement économique vers le développement communautaire et les interventions d'urgence., travaillant en tandem avec le juge du comté, avec les responsables des urgences du comté, avec les maires et, bien sûr, notre autorité sanitaire, le Dr (Jose) Vazquez. « 

Vera a déclaré avoir demandé à son personnel d'organiser le sommet à STC le 4 mars, qu'un communiqué de presse avait décrit comme un moyen « d'informer et d'éduquer la communauté sur les moyens de se protéger et de se préparer à la menace imminente du coronavirus ».

Environ 270 personnes se sont présentées, selon l’estimation de Vazquez, autorité sanitaire du comté et président du conseil d’administration du Starr County Memorial Hospital.

Les personnes présentes étaient des responsables du comté, des responsables de la ville, des médecins locaux et des autorités chargées de l'application des lois, des agents des douanes et de la protection des frontières américaines, des médias et du grand public.

Sam Vale, président du conseil d'administration de la fondation industrielle, a été choqué par la taille du public lorsqu'il est entré dans la salle.

« J'ai vu beaucoup de visages très, très tendus, on aurait dit que les gens étaient sur le point de paniquer », a déclaré Vale.

Mais ensuite, le Dr Antonio Falcon, une figure éminente du comté de Starr, a parlé et commenté la nécessité de prêter attention et de rester calme, a rappelé Vale.

Vazquez a expliqué aux participants l'idée d'élaborer un plan à trois niveaux sur les mesures à prendre lorsque les premiers cas seraient confirmés dans la vallée et dans le comté.

Chaque entité au sein du comté – services de police, cliniques ou districts scolaires – devait formuler ses propres plans sur ce qu'elle ferait une fois ces étapes franchies.

« À ce stade, plusieurs idées différentes sont venues de différents dirigeants de la communauté », a déclaré Vazquez.

com)

HOTLINES

L'un des plus importants, a-t-il dit, est la mise en place de lignes téléphoniques.

Le comté a compilé une liste de numéros qui étaient gérés par les districts scolaires, les services de police, la patrouille frontalière, l'hôpital et différentes cliniques.

Il y avait jusqu'à 16 lignes téléphoniques différentes pour lesquelles il a personnellement formé les opérateurs au cours de deux à trois jours, examinant les symptômes des résidents et répondant aux préoccupations.

« Je leur ai essentiellement expliqué comment répondre aux différentes questions que le public pourrait avoir concernant cette maladie », a-t-il déclaré.

Celles-ci ont été essentielles, a-t-il dit, pour dépister les symptômes de leurs symptômes par téléphone et les empêcher d'avoir à se rendre à l'hôpital ou à des cliniques s'ils n'en avaient pas besoin.

« Les hotlines téléphoniques fonctionnaient à merveille de la façon dont beaucoup de gens restaient chez eux; ils n'entassaient pas les bureaux du médecin, ils n'allaient pas aux urgences pour chaque fièvre ou chaque toux qu'ils avaient « , a expliqué Vazquez. « Ils décrochaient le téléphone, passaient des appels téléphoniques et étaient guidés, dirigés et contrôlés par les personnes qui se trouvaient derrière cette ligne téléphonique. »

À peu près au même moment où ces mesures étaient mises en œuvre, les responsables du comté se réunissaient sur des questions concernant la restriction des rassemblements de plus de 10 personnes et le 18 mars, Vera a émis un tel ordre, faisant de Starr la première dans la vallée à le faire.

« Certains endroits de l'État ont commencé à dépasser une limite de 50 personnes, à ce moment-là, nous avons commencé avec 10 », a déclaré Vazquez qui a expliqué qu'ils ne voyaient pas l'intérêt de simplement regarder avec une limite de 50 personnes s'ils savaient que dans quelques-uns semaines, ils devraient quand même le réduire à une limite de 10 personnes.

« Nous étions donc toujours en avance, quelques semaines ou trois semaines avant la courbe, et nous prenions des mesures qui n'étaient parfois pas très populaires », a-t-il déclaré.

Au moment où le comté a tenu le sommet de préparation, ils avaient déjà cessé d'autoriser les visites dans les maisons de soins infirmiers car ils étaient au courant de l'épidémie dans une maison de soins infirmiers à Seattle.

« Nous avons donc imposé des mesures draconiennes, je veux dire qu'ils n'étaient pas contents », a déclaré Vazquez. « Ils n'étaient pas satisfaits des mesures que nous leur avons imposées mais ils les ont suivis. En tant qu'autorité de comté, j'ai le pouvoir de restreindre ou de limiter les visites et nous l'avons fait. « 

Ils ont finalement imposé des restrictions aux garderies pour adultes, obligeant les employés qui avaient voyagé hors de la ville à être isolés pendant 14 jours avant d'être autorisés à retourner au travail, puis à suspendre plus tard les activités dans ces centres.

Compte tenu des populations vulnérables qui fréquentent ces centres, Vazquez a déclaré qu'il pensait que les garder ouverts était une recette pour un désastre. Les propriétaires, a-t-il dit, ont compris.

« Ce n'est qu'un exemple de plus de la façon dont les différentes personnes de notre communauté ont fait passer le bien-être commun avant l'intérêt personnel », a-t-il déclaré. « Ce fut un grand succès économique pour chacun d'eux. »

Viennent ensuite les districts scolaires.

Lorsque le premier cas de COVID-19 a été confirmé à Laredo, le district scolaire rom a suspendu ses>

« Je n'ai eu aucune opposition avec l'école », a-t-il déclaré. « Ils étaient à bord à 100%. »

com)

ESSAI

Alors que de plus en plus de cas confirmés commençaient à apparaître dans la région, les responsables du comté de Starr étaient déjà en pourparlers pour mettre en place un site de test au volant qui s'est réuni par deux voies – une entreprise privée qui fournirait l'infrastructure et le laboratoire qui fournirait les kits de test.

Les discussions avec le laboratoire privé ont duré trois ou quatre jours très intenses, a expliqué Vazquez.

Un représentant du laboratoire, Altru Diagnostic Inc., a contacté Vazquez par le biais d'un ami commun, afin de savoir si le médecin souhaitait acquérir des kits de test pour sa clinique.

Vazquez craignait que ce soit une arnaque; hésitant, il a dit à l'homme qu'il y réfléchirait.

Le représentant a envoyé les informations d'identification et les informations sur les tests proposés que Vazquez a examinés. Son intérêt a grandi, a déclaré Vazquez, alors il est allé plus tard à l'hôpital et a rencontré Thalia H. Muñoz, PDG de l'hôpital, et Lydia Garza, directrice du laboratoire, pour discuter de la proposition de l'entreprise.

Il a également contacté la Dre Emilie Prot, directrice médicale de la région 11 du Département des services de santé d'État, et ils ont conclu que l'entreprise était un laboratoire réputé.

Vazquez a ensuite contacté Vera et leur a dit qu'il pensait qu'ils avaient une occasion unique de pouvoir effectuer des tests dans leur communauté.

La société a proposé 600 tests à un moment où la plupart des cliniques ne pouvaient effectuer que 10 à 20 tests avec un délai d'environ sept à neuf jours. Altru proposait un délai d'exécution d'environ 48 à 72 heures.

En ce qui concerne l'infrastructure nécessaire pour administrer les tests, ils ont également eu de la chance sur ce front.

« Il nous est arrivé d'avoir un accès à des personnes qui travaillent pour nous sous contrat et nous donnent des conseils », a déclaré Vale, se référant à d'anciens officiers et employés fédéraux qui servent de consultants pour les entreprises privées de Vale – la Starr-Camargo Bridge Company et la Border Pacific. Compagnie de chemin de fer.

Cela s'est avéré utile pour identifier le besoin de trouver des entrepreneurs dont ils savaient qu'ils allaient être approuvés par la FEMA, l'Agence fédérale de gestion des urgences.

Alors Vale, avec la fondation industrielle et ses associés, a examiné certaines suggestions et a atterri sur MLU Services, à partir d'Athènes, en Géorgie, qui, selon eux, avait un temps de réponse rapide pour les infrastructures physiques.

Benavidez a négocié l'accord qui comprenait un accord sur le coût, la disponibilité, mais aussi sur la garantie qu'il s'agissait d'un véritable partenariat public-privé.

« (Un) qui pourrait être présenté comme un modèle parce qu'à ce moment-là, ils commençaient à recevoir toutes sortes de demandes de renseignements à travers le pays pour s'impliquer dans la mise en place de leurs installations », a-t-elle déclaré. « Nous servions, presque, de modèle original à ce qui devait être en place pour que ce type de tenue réussisse. »

Un autre point d'achoppement dans les négociations était que l'infrastructure physique nécessitait un paiement garanti pour le premier mois, alors Vale a accepté de contribuer 25 000 $ pour financer le premier mois des tests.

Grâce à son poste au conseil d'administration de STC, Benavidez a pu obtenir la permission d'avoir le site d'essai sur le parking de leur campus de Rio Grande City.

Le lendemain de la signature du contrat, l'infrastructure a fait son chemin depuis Houston et à 18 heures. ce soir-là, la structure physique était en place, a déclaré Vale.

Alors que Vale a fourni les fonds pour l'installation, le comté s'est engagé à payer la facture des patients qui n'avaient pas d'assurance.

Avec ces éléments en place, le site d'essais au volant a été lancé le 22 mars et est ouvert sept jours par semaine depuis le début, à l'exception de deux dimanches.

Une partie de la motivation pour obtenir le site de test était parce que quand il a été question de sites de test à Walmarts ou Walgreens, ils savaient que le comté de Starr ne serait pas une zone prioritaire, a déclaré Benavidez.

« Nous savions que si nous regardions où se trouvaient les hotspots et si nous examinions la densité et la population, nous ne correspondions pas au profil potentiel d'un site qui serait sélectionné pour être un emplacement prioritaire pour les tests », a déclaré Benavidez. « C'est pourquoi nous avons choisi une voie qui a fonctionné pour nous en termes de partenariat avec ce partenariat public-privé. »

Le site était ouvert au grand public, qu'ils résident ou non dans le comté de Starr.

Vera s'est entretenue avec le juge du comté de Hidalgo, Richard F. Cortez, et ils ont convenu que le comté de Hidalgo aiderait à payer les dépenses de leurs citoyens qui ont été testés à Starr.

Eloy Vera, juge du comté de Starr

« Au début, le comté de Hidalgo ne disposait pas d'un site de test, donc beaucoup de gens d'Hidalgo venaient ici et se faisaient tester. Il y avait aussi des gens indigents et sans assurance, alors le juge Cortez et moi-même avons parlé de toute personne qui se fait tester à Hidalgo par Starr, il nous facturera. Toute personne qui se fait tester ici, nous la facturerons « , a déclaré Vera. « Cependant, nous avons un gentleman's agreement que si le gouvernement fédéral rembourse, nous n'allons pas nous facturer. Nous sommes voisins, nous sommes ensemble dans cette affaire et nous voulons nous entraider. « 

Jusqu'à présent, environ 50% de leurs tests ont été effectués pour des personnes du comté d'Hidalgo, a déclaré Vazquez. De plus, ils ont également testé des personnes des comtés de Harris County, San Antonio, Webb et Zapata.

Lorsque le comté de Starr a annoncé ses premiers cas positifs de coronavirus le 26 mars, le district scolaire de Rio Grande City a annulé les cours pour le reste du semestre.

Depuis lors, le comté de Starr a signalé un total de neuf cas confirmés de COVID-19, dont six ont été confirmés par le site de tests au volant et trois ont été confirmés par des prestataires de soins de santé privés.

Les sept premiers cas ont depuis été éliminés et les patients ont été libérés de leur isolement.

« Nous avons aplati la courbe à (presque) zéro. C'est quelque chose d'inouï, c'est comme un rêve « , a déclaré Vazquez. « On ne peut pas faire mieux que ça. »

Les tests ont également diminué de manière significative au cours des deux dernières semaines par rapport aux trois premières semaines de tests, alors qu'ils effectuaient entre 25 et 30 tests par jour.

Il a également noté qu'en général, les cliniques du comté ne voient pas beaucoup de patients atteints d'infections des voies respiratoires supérieures.

« Je fais mes rondes tous les jours, je parle avec les différents médecins tous les jours dans la communauté et c'est le message que j'ai chaque jour », a-t-il déclaré. « Nous ne voyons pas de personnes qui toussent; nous ne voyons pas de fièvre; nous ne voyons pas de maux de gorge. « 

« PERDRE N'ÉTAIT PAS UNE OPTION »

Avec un retournement si rapide et positif, Vazquez a déclaré que les responsables devaient commencer à réfléchir à la façon dont ils allaient commencer à revenir à la vie normale.

Grâce à des discussions avec Vera, Benavidez et les maires de la ville, il est devenu clair que les tests seraient fondamentaux pour ce faire, a déclaré Vazquez.

Vendredi, les entreprises ont commencé à rouvrir et les comtés n'étaient plus en mesure d'exécuter les ordonnances de rester à la maison et exigeant l'utilisation de masques faciaux en raison d'un décret signé par le gouverneur Greg Abbott. Benavidez a toutefois souligné que le danger n'avait pas disparu.

« Nous faisons de notre mieux pour éviter que les gens ne se sentent trop à l'aise », a-t-elle déclaré. « En aucun cas cela ne se traduit par cette menace de coronavirus étant moins un problème à ce stade. »

Selon Benavidez, la façon dont les différentes communautés commenceront à rouvrir variera, mais elles seront toutes motivées par des tests.

« Jusqu'à ce que nous testions tout le monde, je pense que c'est à ce moment-là que nous aurons une bien meilleure idée de la situation des communautés », a-t-elle déclaré.

Les tests seront également essentiels pour obtenir un profil de la communauté de ceux qui ont été exposés par rapport à ceux qui sont toujours sensibles à la maladie, a déclaré Vazquez, ce qui aidera à déterminer à quoi ressemblerait l'avenir de leur communauté.

« Et je crois que cette boule de cristal est le test », a-t-il déclaré. « Le test va nous permettre de savoir combien de personnes ont été infectées, combien de personnes sont à risque et combien de personnes sont peut-être infectées correctement. »

À cette fin, le comté a acquis les tests rapides. Bien qu'ils ne soient pas destinés à fournir un diagnostic définitif, les tests sérologiques aideront à déterminer si un individu a développé des anticorps.

« Cela va être important parce que ce seront des gens qui pourraient revenir à un mode de vie quelque peu normal sans craindre d'être infectés », a déclaré Vazquez.

Lentement, a déclaré Vazquez, ils commenceront des tests de masse pour développer ce profil communautaire, en commençant par les 300 employés de l'hôpital Starr County Memorial.

« Nous pensons qu'il est important pour nous d'avoir le profil de qui travaille pour nous et qui est infecté, qui a été infecté, qui a l'immunité, qui ne l'a pas », a-t-il déclaré. « Cela va nous permettre de prendre des décisions éclairées sur la façon dont nous allons reprendre nos activités par opposition à devenir aveugle – par rapport à avoir de la chance devant nous. »

À l'heure actuelle, ils essaient de développer une méthode pour financer les tests qui nécessitent un paiement direct pour leurs premiers intervenants, a déclaré Benavidez.

« Le plus grand défi est qu'en ce moment, les directives du CDC exigent toujours que vous ayez des symptômes à tester et nous espérons que cela pourrait changer », a-t-elle déclaré.

En comparaison avec des comtés de taille similaire et plus grande, la réponse du comté de Starr au virus est réputée être plus rapide et sans doute plus agressive que celle de ses voisins.

« Je crois que la clé de notre succès réside dans nos caractéristiques particulières de notre communauté », a déclaré Vazquez. « Nous n'avons pas de plages ici, nous n'avons pas de grands centres commerciaux où les gens viennent de partout – nous sommes dans une petite communauté. »

Plus de personnes se rendent à McAllen depuis le comté de Starr que l'inverse, a-t-il déclaré. De plus, le comté d'Hidalgo compte de nombreux autres hôpitaux et villes.

« Je leur donne toute ma reconnaissance parce que je sais que leur chemin est beaucoup plus complexe que le nôtre ici », a déclaré Vazquez.

Pourtant, les responsables ne voulaient pas minimiser les efforts des habitants de Starr.

« Nous sommes reconnaissants et bénis », a déclaré Benavidez. « Mais plus important encore, je pense que c'était cette communauté qui se réunissait. »

Lorsque Vazquez a lu pour la première fois les statistiques de la maladie, il a vu qu'elle affectait les personnes souffrant d'obésité morbide, de diabète, d'hypertension, de maladie cardiaque et de maladie rénale.

« Et je pensais, eh bien, c'est exactement le mélange que j'ai dans le comté de Starr », a-t-il déclaré. « Nous sommes le comté le plus pauvre de l'État, nous avons tous les ingrédients nécessaires pour une recette en cas de catastrophe. »

En raison de leur manque de ressources, il savait qu'il aurait pu y avoir un désastre s'ils n'avaient pas été agressifs au départ pour lutter contre la propagation de la maladie.

Il a souligné que le comté de Starr n'avait qu'un seul hôpital avec seulement 48 lits et seulement 13 médecins de soins primaires dans toute la communauté.

« Nous devions soit nous attaquer à cela, le combattre et le vaincre, soit y succomber », a-t-il déclaré. « Et ce n'était pas une option. Perdre n'était pas une option. « 

Vera a fait écho à ce sentiment.

« En un mot, la raison pour laquelle le comté de Starr a réagi rapidement était par nécessité plus que tout », a-t-il déclaré.

« Nous n'avons pas les ressources économiques pour attendre … nous avions besoin de temps pour le faire et Dieu merci, nous avons commencé tôt. »