L'Allemagne émet la recommandation la plus forte au monde pour mélanger les vaccins Covid-19

L'Allemagne a émis ce qui semble être la recommandation la plus forte au monde pour le mélange des vaccins Covid-19 pour des raisons d'efficacité.

© Clemens Bilan/Piscine/Getty Images
BERLIN, ALLEMAGNE - 06 JANVIER : la chancelière allemande Angela Merkel enlève son masque facial alors qu'elle a lieu au début de la réunion hebdomadaire du cabinet fédéral allemand dans la salle de conférence de la chancellerie le 6 janvier 2021 à Berlin, Allemagne. Un jour après que des mesures plus strictes contre les coronavirus ont été décidées, la chancelière et le ministre du gouvernement devraient discuter de la lenteur de la distribution des vaccins. (Photo de Clemens Bilan/Piscine/Getty Images)

Le Comité permanent allemand de la vaccination (STIKO) a déclaré jeudi que les personnes qui reçoivent une première dose du vaccin Oxford-AstraZeneca "devraient recevoir un vaccin à ARNm comme deuxième dose, quel que soit leur âge".

Cela fait de l'Allemagne l'un des premiers pays à recommander fortement que les personnes ayant reçu une première dose d'AstraZeneca reçoivent soit un vaccin Pfizer-BioNTech ou Moderna comme deuxième dose.
La chancelière allemande Angela Merkel a aidé à ouvrir la voie à une utilisation mixte des vaccins lorsqu'elle a reçu le vaccin Moderna en juin comme deuxième dose après une première dose du vaccin AstraZeneca.
STIKO a déclaré que "les résultats de l'étude actuelle" montrent que la réponse immunitaire générée après une vaccination à dose mixte "est clairement supérieure".
Les vaccins à ARNm actuellement approuvés par l'Agence européenne des médicaments (EMA) sont Pfizer-BioNTech et Moderna.
Le Comité consultatif national de l'immunisation du Canada a fait une recommandation plus faible le 17 juin lorsqu'il a déclaré qu'« un vaccin à ARNm est désormais préféré comme deuxième dose pour les personnes qui ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca/COVISHIELD ».

« Meilleure réponse immunitaire »

Le comité canadien a déclaré qu'il faisait la recommandation sur la base de "preuves émergentes d'une réponse immunitaire potentiellement meilleure à partir de ce calendrier vaccinal mixte".
Une étude menée par des chercheurs de l'Université d'Oxford et publiée le 28 juin a révélé que "les doses alternées des vaccins Oxford-AstraZeneca et Pfizer-BioNTech génèrent des réponses immunitaires robustes contre COVID-19".
Selon un communiqué de presse de l'Université d'Oxford, le document a révélé que "les deux programmes" mixtes "(Pfizer-BioNTech suivi d'Oxford-AstraZeneca et Oxford-AstraZeneca suivi de Pfizer-BioNTech) induisaient de fortes concentrations d'anticorps contre le SRAS-CoV- 2 pics de protéine IgG lorsque les doses ont été administrées à quatre semaines d'intervalle."
L'EMA a déclaré jeudi lors d'un point de presse que bien qu'elle ne soit "pas en mesure de faire de recommandation définitive sur l'utilisation de différents vaccins Covid-19 pour les deux doses", il existe une "forte justification scientifique" derrière l'approche.

© Maja Hitij/Getty Images
Les régulateurs allemands ont déclaré jeudi que les personnes qui reçoivent une première dose du vaccin Oxford-AstraZeneca "devraient recevoir un vaccin à ARNm comme deuxième dose".

Marco Cavaleri, responsable de la stratégie des menaces pour la santé biologique et des vaccins de l'EMA, a déclaré lors de la conférence de presse que l'agence est "au courant des résultats préliminaires d'études menées en Espagne et en Allemagne" qui "montrent que cette stratégie permet d'obtenir une réponse immunitaire satisfaisante et aucun problème de sécurité. ."
Faisant également référence aux données récentes d'Oxford, Cavaleri a déclaré que l'EMA continuerait d'examiner les données à mesure qu'elles seraient disponibles.
Cavaleri a affirmé que bien que l'EMA fasse des recommandations « sur la base de toutes les preuves disponibles sur les avantages et les risques d'un vaccin spécifique », la responsabilité de la manière dont la vaccination doit être administrée incombe « aux organismes d'experts guidant les campagnes de vaccination dans chaque État membre. "
Certains pays européens ont déjà administré des vaccins à ARNm comme deuxième dose après une première dose d'AstraZeneca pour des raisons de santé et de sécurité, plutôt que pour des raisons d'efficacité.
Suite aux inquiétudes concernant les incidents de coagulation sanguine potentiellement mortels, des pays tels que l'Allemagne et l'Espagne ont recommandé que les personnes de moins de 60 ans ayant reçu une première dose d'AstraZeneca reçoivent une dose d'ARNm pour leur deuxième dose.
En faisant sa recommandation le 21 mai, le Comité espagnol de bioéthique a déclaré que bien qu'il ait recommandé aux personnes ayant reçu une première dose du vaccin AstraZeneca de recevoir une deuxième dose d'un vaccin à ARNm, ils préféreraient que les personnes prenant une deuxième dose d'AstraZeneca à aucune seconde dose du tout.

Les peurs de la nouvelle vague

Les directives mises à jour de l'Allemagne interviennent alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que l'Europe risquait une nouvelle vague en août en raison de l'assouplissement des restrictions, de la propagation d'une variante infectieuse de Covid-19 et d'une faible couverture vaccinale.
"La semaine dernière, le nombre de cas a augmenté de 10%, en raison de l'augmentation du mélange, des voyages, des rassemblements et de l'assouplissement des restrictions sociales", a déclaré jeudi Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, dans un communiqué, avertissant que la variante Delta serait dominant dans la région d'ici la fin de l'été.
Quelque 63 % des Européens attendent leur premier jab, a-t-il déclaré. pourtant, l'Europe "sera toujours sans restriction, avec une augmentation des voyages et des rassemblements" en août.
"Les trois conditions d'une nouvelle vague d'hospitalisations et de décès excédentaires avant l'automne sont donc réunies : nouvelles variantes, déficit de vaccination, mixité sociale accrue", a-t-il déclaré. "Il y aura une nouvelle vague dans la région européenne de l'OMS à moins que nous ne restions disciplinés, et encore plus quand il y a beaucoup moins de règles en place à suivre – et à moins que nous ne prenions tous le vaccin sans hésitation quand c'est notre tour."
Kluge a souligné que deux doses du vaccin étaient efficaces contre la variante Delta. "Mais la vérité est que la couverture vaccinale moyenne dans la région n'est que de 24%, et plus grave, la moitié de nos aînés et 40% de nos agents de santé ne sont toujours pas protégés", a-t-il déclaré.
"Avec ces chiffres, la pandémie n'est nulle part terminée, et il serait très faux pour quiconque – citoyens ou décideurs politiques – de supposer que c'est le cas", a-t-il déclaré.

Continuer la lecture

Afficher des articles complets sans bouton « Continuer la lecture » ​​pendant {0} heures.