NAIROBI, Kenya (AP) - L'Afrique «regarde avec une incrédulité totale» alors que l'Inde lutte contre une résurgence dévastatrice des cas de COVID-19, a déclaré jeudi le plus haut responsable de la santé publique du continent, alors que les responsables africains s'inquiètent des retards dans les livraisons de vaccins causés par la crise indienne .
Le continent africain, avec à peu près la même population que l'Inde et des systèmes de santé fragiles, «doit être très, très préparé» car un scénario similaire pourrait se produire ici, a déclaré aux journalistes John Nkengasong, directeur des Centres africains pour le contrôle et la prévention des maladies.
«Ce qui se passe en Inde ne peut être ignoré par notre continent», a-t-il dit, et a exhorté les pays africains à éviter les rassemblements de masse, y compris les rassemblements politiques.

«Nous n'avons pas assez de travailleurs de la santé, nous n'avons pas assez d'oxygène», a-t-il prévenu.
L’approvisionnement en vaccins de l’Afrique dépend fortement de l’Inde, dont le Serum Institute est la source des vaccins AstraZeneca distribués par le projet mondial COVAX pour acheminer des doses vers les pays à revenu faible ou intermédiaire. L’interdiction des exportations de vaccins par l’Inde «a gravement affecté la prévisibilité du déploiement des programmes de vaccination et continuera de le faire pendant les semaines et peut-être les mois à venir», a déclaré Nkengasong.

L'alarme grandit en Afrique alors qu'elle regarde la crise du COVID-19 en Inde

«Nous vivons dans un monde qui est aujourd'hui extrêmement incertain», a-t-il ajouté.
Selon le CDC africain, 17 millions de doses de vaccin seulement ont été administrées à travers le continent africain pour une population d'environ 1,3 milliard d'habitants.
La situation en Inde est «très triste à observer», a déclaré le chef de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique aux journalistes lors d’un autre point.

«Nous sommes très préoccupés par les retards qui arrivent dans la disponibilité des vaccins», a ajouté Matshidiso Moeti.
Sa collègue de l'OMS, Phionah Atuhebwe, a qualifié le retard de «assez dévastateur pour tout le monde» et a déclaré que la plupart des pays africains qui ont reçu leurs premières doses de vaccin via COVAX atteindront un «écart» d'approvisionnement en attendant les deuxièmes doses dès mai ou juin.
«Nous appelons les pays qui ont des doses supplémentaires à faire leur part», a déclaré Atuhebwe, ajoutant que l'OMS examinait cette semaine les vaccins Sinopharm et Sinovac de fabrication chinoise.

Un donateur inattendu de vaccin COVID-19 est le Congo, qui, selon Nkengasong, souhaite rendre quelque 1,3 million de doses afin qu'elles puissent être distribuées à d'autres pays africains car il n'a pas été en mesure de le faire chez lui.
Il y a «beaucoup d'hésitation à l'égard des vaccins» dans ce vaste pays, a déclaré Nkengasong. Il ne savait pas immédiatement combien de personnes y avaient reçu les doses.

Il y a un délai de cinq semaines pour faire administrer les doses ailleurs, a-t-il dit, et le Congo travaille avec COVAX pour les remettre. Il a exprimé l'espoir que les doses puissent atteindre rapidement d'autres personnes pendant ce qu'il a appelé «une période extrêmement critique».
Nkengasong ne connaissait pas d’autres pays africains disant qu’ils ne pouvaient pas utiliser leurs doses, mais il les a exhortés à ne pas attendre le dernier moment pour les rendre.

D'autres pays d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Asie «peuvent avoir leur luxe» d'options de vaccins, a-t-il dit, mais «nous n'avons pas le choix».
Moeti et l'OMS ont félicité le Congo pour sa décision, l'appelant «extrêmement sage de la part du gouvernement de faire cette estimation» dans un pays avec des lacunes dans son système de soins de santé.
Elle a également averti que les pays africains doivent intensifier les mesures de santé publique essentielles pour éviter que le scénario de l’Inde ne se produise ici.

Le taux de dépistage du coronavirus a chuté dans «de nombreux pays», a-t-elle déclaré, et a mentionné avoir vu des données d'un pays africain dans lequel la proportion de personnes ne portant pas de masque facial est passée à près de 80%.
Seuls 43 millions de tests de dépistage du virus ont été effectués sur le continent africain depuis le début de la pandémie, a déclaré le chef du CDC africain, avec une baisse de 26% des nouveaux tests effectués la semaine dernière.
Nkengasong a mis en garde contre les interdictions de voyager, cependant, après que le Kenya a annoncé cette semaine qu'il suspendrait tous les vols de passagers à destination et en provenance de l'Inde pendant deux semaines à compter de minuit samedi, tandis que les vols de fret se poursuivent.

«Il est vraiment dommage que nous réagissions de manière très ponctuelle en ce qui concerne les mouvements de vol», a-t-il déclaré, soulignant la force des tests PCR négatifs authentiques. «Ce ne sont pas les gens qui constituent une menace, c’est le virus.»