Des milliers de manifestants, dont des membres de groupes d'extrême droite, ont manifesté dans la capitale italienne contre l'extension du système de carte de santé COVID-19.

Des manifestants ont défilé samedi dans le centre-ville de Rome pour s'opposer à un système de certificats validé par le gouvernement, connu sous le nom de « laissez-passer vert », qui a été rendu obligatoire pour tous les travailleurs.

Des affrontements éclatent à Rome au milieu de la colère suscitée par le « laissez-passer vert » de COVID

Beaucoup ont levé les poings fermés ou agité des drapeaux italiens en criant « Liberté  !  » et brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Enlevez vos mains [our] travail."

Au moins une personne a été blessée lorsqu'une marche non autorisée s'est détachée du rassemblement principal sur la Piazza Del Popolo, dans le centre-ville de Rome, et a tenté d'atteindre le bureau du Premier ministre Mario Draghi.

Des policiers en tenue anti-émeute ont bloqué les manifestants en formant une ligne et en pulvérisant de l'eau sur les manifestants.

Salut fasciste « romain »

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montraient des émeutiers, dont certains s'étaient couverts le visage, jetant des objets sur des policiers et endommageant des fourgons blindés.

Parmi eux se trouvaient des partisans du groupe d'extrême droite Forza Nuova, qui a agité le drapeau italien et tendu le bras dans un salut fasciste « romain ».

La foule a atteint la Confédération générale italienne du travail (CGIL), la plus ancienne organisation syndicale d'Italie, et a brièvement fait irruption dans ses locaux.

La CGIL a appelé dimanche à une assemblée générale d'urgence pour décider de la manière de réagir à l'acte, qui a été imputé aux "escouades d'action fascistes".

"[This was] une attaque contre la démocratie et contre le monde du travail que nous sommes déterminés à repousser », a déclaré Maurizio Landini, secrétaire général de la CGIL, dans un communiqué. "Personne ne devrait penser qu'ils peuvent ramener notre pays aux années fascistes."

Le Premier ministre Draghi a appelé Landini à exprimer "l'entière solidarité du gouvernement pour l'assaut qui a eu lieu aujourd'hui à Rome", a rapporté le journal italien La Repubblica.

« Les syndicats sont un bastion fondamental de la démocratie et des droits des travailleurs. Quelle que soit l'intimidation à laquelle ils sont confrontés, elle doit être repoussée avec une fermeté absolue », a déclaré Draghi dans un communiqué.

L'Italie est devenue en septembre le premier pays d'Europe à rendre le « pass vert » obligatoire dans les lieux de travail publics et privés à partir du 15 octobre.

Pour en obtenir un, les employés doivent soit avoir reçu au moins une dose de vaccin COVID-19, documenter leur rétablissement de la maladie au cours des six derniers mois, soit avoir un test négatif pour le virus au cours des 48 heures précédentes.

Les employés et les employeurs risquent des amendes s'ils ne s'y conforment pas. Les travailleurs du secteur public peuvent être suspendus s'ils se présentent cinq fois sans « laissez-passer vert ».

qui travaillent comme infirmières, avaient refusé d'obtempérer en raison de problèmes d'immunité et d'allergie.

Bien qu'exemptés de l'obligation de vaccination par leur médecin de famille, "nous avons tous les deux été suspendus il y a deux mois", a déclaré Cosimo.

Stefano, qui est venu de Côme dans le nord pour se joindre à la manifestation de samedi, a déclaré qu'il passerait le test. "Je dois payer pour travailler, c'est absurde", a-t-il déclaré.

Au cours de l'été, le certificat était déjà requis en Italie pour entrer dans les musées, les théâtres, les gymnases et les restaurants couverts, ainsi que pour prendre les trains et les bus longue distance ou les vols intérieurs.

Des dizaines de milliers de personnes dans plusieurs pays, dont l'Italie, la France et le Royaume-Uni, ont protesté contre les mesures anti-COVID, qu'elles considèrent comme une limitation illégale des libertés civiles.