CHICAGO - L'administration du gouverneur J.B. Pritzker semble vouloir se débarrasser de la minuscule société de test de coronavirus en compétition pour les contrats de district scolaire avec l'opération de test de salive SHIELD de l'Université de l'Illinois.

SafeGuard Surveillance a été fondé l'année dernière par le Dr Ed Campbell, virologue de banlieue et membre du conseil d'administration du LaGrange School District 102, dans le cadre d'un effort de test qu'il a lancé pour aider l'école de ses enfants à reprendre l'apprentissage en personne à l'automne.
Alors que le déploiement des tests du SHIELD a stagné dans l'attente de l'approbation par la FDA pour l'utilisation d'urgence de ses tests de salive, SafeGuard s'est étendu aux écoles de banlieue avec un type de test COVID-19 autorisé en vertu de la réglementation fédérale des laboratoires qui a été assouplie pendant la pandémie.
En réponse, le service de santé publique de Pritzker a discrètement demandé au procureur général Kwame Raoul d'enquêter sur SafeGuard Surveillance.

L'administration pritzker continue d'essayer de tuer coronavirus test co.

Les responsables de la santé publique de l'État ont transmis des plaintes «anonymes» à propos de l'entreprise aux Centers for Disease Control and Prevention et aux Centers for Medicare and Medicaid Services, qui supervisent les réglementations des laboratoires scientifiques.
Un employé de l'Illinois State Board of Education a donné au bureau de l'inspecteur général du département américain de l'Éducation et au FBI un "pourboire" selon lequel le propriétaire de SafeGuard, Ed Campbell, a reçu 700000 $ de LaGrange District 102, où il est vice-président du conseil scolaire.
Les résultats: le procureur général de l'État n'a pas poursuivi d'enquête.

Les responsables du CDC et du CMS n'ont pris aucune mesure réglementaire contre SafeGuard.
L'enquêteur du ministère fédéral de l'Éducation n'a trouvé «aucune preuve de faute» de Campbell.
Et, vendredi, des responsables fédéraux ont déclaré que le FBI avait clôturé son enquête sur la base d'un conseil (qui s'est avéré être faux) lancé par un bureaucrate de l'administration anonyme de Pritzker.

SafeGuard a agi conformément aux directives fédérales tout en remportant des contrats de test en concurrence directe avec le SHIELD, qui, selon Pritzker, ferait des contribuables de l'Illinois le plus gros client de l'opération de test de coronavirus de l'U of I.
Lorsque Campbell a rencontré les enquêteurs dans un Starbucks de Forrest Park ce mois-ci, la conversation s'est transformée en une discussion sur l'intérêt du gouvernement fédéral pour les efforts de l'administration Pritzker pour promouvoir les tests de salive du SHIELD.
Le gouvernement fédéral a interrogé Campbell sur un rapport de patch détaillant les e-mails et les dossiers publics qui soulevaient des questions sur le point de savoir si l'administration Pritzker avait tenté de truquer le marché des tests de coronavirus dans les écoles publiques pour favoriser l'opération naissante de test COVID-19 de l'Université de l'Illinois, Shield Illinois.

PLUS SUR PATCH: La Pritzker Steering School COVID-19 teste-t-elle des contrats à U of I?
"Ils m'ont demandé de leur expliquer ma compréhension de tout cela", a déclaré Campbell vendredi, après que le gouvernement fédéral l'ait innocenté.
"J'ai expliqué qu'après avoir vu des e-mails qui avaient été [obtained through the Freedom of Information Act] de l'état de l'Illinois que je suis devenu éclairé que [the Pritzker administration] avait manifestement pris des mesures pour me blesser ou me diffamer malgré le fait que je savais que les responsables de la CMS leur avaient dit que ce que je faisais était tout à fait conforme aux directives. "
Campbell a déclaré que l'agent du FBI Todd Rathbun et l'agent spécial du département américain de l'éducation Justin Burt ont demandé son avis sur la décision de l'administration Pritzker de mettre de côté près d'un quart de milliard de dollars en financement fédéral de secours contre les coronavirus exclusivement pour les tests du SHIELD dans les districts scolaires locaux.

"Ils ont demandé s'il y avait un processus d'appel d'offres. J'ai presque craché mon Frappuccino", a déclaré Campbell. "J'ai dit: 'Non, il n'y avait pas de processus d'appel d'offres lié à l'attribution de 225 millions de dollars au SHIELD."

Ils ont dit qu'ils trouvaient cela surprenant. Ils m'ont dit qu'ils étaient intéressés par le [FOIA'd emails and] matériaux. Je leur ai fourni ces documents.

"
Si le gouvernement fédéral va à la recherche de la vérité, il trouvera - aussi facilement que moi - des preuves que l'administration Pritzker a tenté d'empêcher les districts scolaires d'être remboursés pour les tests SafeGuard avec un financement fédéral contre les coronavirus.
Dans un e-mail, les avocats du conseil d'État de l'éducation ont déclaré que la politique avait changé après que le département américain de l'éducation eut informé l'administration Pritzker que l'argent de la subvention fédérale pouvait être utilisé pour rembourser les districts qui avaient acheté des tests de salive SafeGuard.
Et cela ne s'est produit que lorsque le représentant de l'État Michael Zalewski (D-LaGrange) a présenté un projet de loi qui obligerait l'État à payer pour les tests SafeGuard que Pritzker a mis de côté de l'argent fédéral pour les tests SHIELD dans les écoles publiques.

PLUS SUR PATCH: L'Illinois abandonne sa politique bloquant les écoles du financement du test COVID-19
Depuis lors, l'administration de Pritzker semble continuer à faire pression pour trouver d'autres moyens de promouvoir les tests du SHIELD dans tout l'État, en plus de l'argent mis de côté pour le coronavirus fédéral.
Lundi après-midi, les démocrates avec l'argent de la campagne et des liens de loyauté avec l'ancien président de la Chambre Michael Madigan et le gouverneur Pritzker poussaient toujours un projet de loi controversé qui donnerait à l'État le contrôle sur les tests de coronavirus dans les écoles publiques contrôlées par des conseils élus localement et des universités publiques, parmi autres choses.
"Ce qu'ils ont fait, c'est agir secrètement pour fléauer mes efforts pour assurer la sécurité des écoles, et il semble clair qu'ils le font en raison de la lenteur avec laquelle le SHIELD a été déployé et de leur désir désespéré de faire participer le SHIELD au jeu de test, même si c'est la fin du jeu [as more people get vaccinated]», A déclaré Campbell.

"C'est vrai pour les 225 millions de dollars qu'ils accorderont pour les tests de surveillance du SHIELD dans les écoles l'année prochaine. Et le projet de loi à l'étude semble également donner [the Illinois Department of Public Health] pouvoir de faire de SHIELD le surveillant exclusif de l'Illinois. … C'est vraiment incroyable à quel point j'ai réfléchi à mes efforts pour concurrencer leur opération de test de plusieurs millions de dollars.

… De toute évidence, je suis considéré comme une menace énorme pour leur empire national. "
Au début de l'école à l'automne, Campbell a déclaré qu'il savait que son entreprise ne pourrait pas être nécessaire aux clients de son district scolaire, soit en raison du succès des vaccins contre le coronavirus, soit en raison de la résiliation de contrats par le biais d'une loi d'État signée par Pritzker.
""Je n'ai pas de regrets.

Nous avons accompli des choses incroyables pour nos clients du district scolaire », a déclaré Campbell.
"Je ne sais pas si ce que l'État a fait se traduit par quelque chose d'illégal ou de contraire à l'éthique.… Mais il est évident que l'État a agi avec un modèle de comportement pour me diffamer et ce que nous avons fait pour aider les écoles."

J'ai demandé à Campbell s'il prévoyait de donner à l'administration de Pritzker un avant-goût de sa propre médecine d'investigation devant un tribunal civil.
"Je suis un scientifique, pas un avocat. Donc, je me prépare à en parler à un avocat", a-t-il déclaré.

"Je pense certainement que le processus de découverte serait l'une des choses les plus intéressantes auxquelles j'ai participé, et nous pouvons déterminer quoi faire à partir de là."
Mark Konkol, récipiendaire du prix Pulitzer 2011 pour les reportages locaux, a écrit et produit la série lauréate du prix Peabody, «Time: The Kalief Browder Story». Il a été producteur, écrivain et narrateur pour la série documentaire "Chicagoland" sur CNN, et producteur consultant pour le documentaire Showtime "16 Shots".

Plus de Mark Konkol: