NOUVELLE-ORLÉANS – Les Pélicans et les Trail Blazers ont joué mardi soir.

C'est ça. C’est l’histoire, avec la NBA prise dans une vague de COVID-19. Jusqu'à présent, huit matchs ont été reportés. Plus de 100 joueurs ont entré des protocoles de santé et de sécurité ce mois-ci. Au cours de la dernière semaine, la ligue a ajouté environ 10 joueurs supplémentaires à la liste chaque jour. Mardi, Adam Silver a confirmé lors d'une interview ESPN que la variante omicron est responsable d'environ 90% des nouveaux cas de la NBA. L'argent appelé omicron "au-delà de la dominante".

Comment Adam Silver et la NBA prévoient de faire face à la vague de COVID-19

Certains ont suggéré que la NBA suspende sa saison. L'argent n'en fait pas partie.

"Franchement, nous avons du mal à trouver quelle serait la logique derrière une pause en ce moment", a déclaré Silver. "Alors que nous examinons ces cas qui déchirent littéralement le pays, sans parler du reste du monde, je pense que nous nous trouvons là où nous savions en quelque sorte que nous allions arriver au cours des derniers mois, et c'est ce virus ne sera pas éradiqué et nous devrons apprendre à vivre avec.

En quelques semaines à peine, la variante omicron a balayé les États-Unis. Plus de 73% des nouveaux cas de coronavirus sont omicron, selon le CDC. Dans le nord-ouest et le sud-est, l'omicron représente 95% du virus en circulation, et les cas d'omicron dans tout le pays doublent tous les trois jours.

La nouvelle réalité de la NBA est que vous êtes tout aussi susceptible de voir une liste de G-Leaguers que d'habitués de la NBA en ce moment. Tout le monde, d'Isaiah Thomas à Charlie Brown, porte un uniforme de la NBA. Après avoir joué 22 minutes pour Dallas mardi, Theo Pinson a admis qu'il ne connaissait aucun des jeux que ses coéquipiers appelaient.

Une pause pour permettre aux équipes de récupérer les joueurs aurait apparemment du sens. Mais une pause équivaudrait-elle à autre chose qu'un retard ? Silver ne le pense pas.

Mardi, j'ai demandé à l'entraîneur des Pelicans Willie Green s'il était à l'aise avec la décision de la ligue.

"Je suis très à l'aise avec ça", dit Green. "Ce sont des circonstances, pas seulement la NBA, mais le monde entier navigue. Il y a des difficultés qui vont avec. Cela étant dit, je pense que nous en apprenons de plus en plus sur COVID, juste en général. La NBA a fait un travail formidable… en essayant de naviguer dans ces différentes circonstances. Nous devons toujours être en sécurité et faire tout notre possible pour nous protéger. C'est juste le monde dans lequel nous vivons en ce moment que nous devons continuer à essayer de naviguer.

En effet. La priorité de la NBA n'est pas de battre COVID-19, c'est de le naviguer. Il doit décider quand tester. Les joueurs ont exprimé leur frustration d'être mis à l'écart malgré le fait qu'ils soient asymptomatiques. Un joueur m'a dit qu'il avait été informé qu'il avait été testé positif alors qu'il se rendait au gymnase pour s'entraîner. Trae Young, en réponse à une question sur Twitter lui demandant s'il raterait le match de Noël des Hawks contre New York, a tweeté : "J'espère que ce n'est pas #asymptomatique."

La NBA pourrait résoudre certains de ses problèmes de COVID-19 en ne testant tout simplement pas autant. C'est une approche que la NFL adopte. Mais la NBA semble adopter une approche différente. La ligue a l'intention d'augmenter ses tests entre le 26 décembre et le 8 janvier, une période qui couvre Noël et le Nouvel An. Cela conduira sans aucun doute à davantage de joueurs atterrissant dans des protocoles et ayant un impact sur l'intégrité des jeux, quelque chose que Silver, franchement, ne semblait pas trop préoccupé.

" Il y a un vrai sentiment de fraternité entre les gars de cette ligue, a dit Silver. " Il y a un esprit de partenariat entre les équipes. Je pense aussi qu'il y a une responsabilité plus large. Le sport a été une sorte de baromètre dans notre société. … Notre capacité à trouver un moyen de continuer à fonctionner est également importante pour la société, pour montrer qu'il existe des moyens, malgré le fait de vivre dans cette ère COVID, que nous pouvons trouver un moyen sûr et responsable de continuer. "

Kyle Terada/USA AUJOURD'HUI Sports

L'objectif, a déclaré Silver, est de faire vacciner autant de joueurs que possible en trois coups. L'information la plus intéressante que Silver a révélée mardi était peut-être qu'il y avait très peu de cas révolutionnaires pour les joueurs qui avaient été complètement vaccinés et boostés. "Seul un très petit nombre de ces personnes ont été des cas révolutionnaires où ils sont devenus positifs", a déclaré Silver. La NBA a un taux de vaccination de 97%. Environ 65% de ces joueurs ont reçu un rappel, un nombre que Silver - et le syndicat des joueurs - veulent désespérément voir grandir.

"Pour moi, l'accent est mis sur les rappels pour les 97% des joueurs qui ont été vaccinés", a déclaré Silver. "Comme je l'ai déjà dit, parmi les joueurs éligibles pour obtenir des boosters… il y a une période d'attente après votre deuxième tir, mais parmi ceux qui sont éligibles pour être boostés, nous sommes environ 65%, et idéalement j'aimerais voir ça le nombre atteint également 97%. C'est ce sur quoi nous nous concentrons en ce moment avec le [NBPA]."

Les prochaines semaines pourraient être mauvaises. Les Hawks pourraient venir au Madison Square Garden sans Young, le dernier méchant de New York. Les Lakers et les Nets pourraient être un affrontement entre LeBron James et… Cam Thomas. Plus de reports pourraient provoquer le chaos dans le calendrier NBA.

C'est la voie que la NBA a choisie. Depuis des mois, des années maintenant, les responsables de la ligue ont souligné qu'ils suivraient la science. Que la santé des joueurs, du staff et du public sera une priorité. L'interview de Silver semblait le réaffirmer. Il y a du mauvais basket à venir. Mais Silver espère qu'il sera oublié pendant une longue saison.

"Je pense que l'on reconnaît que ce sont les cartes qui nous ont été distribuées", a déclaré Silver. "Bien sûr, il y a une certaine injustice à jouer dans certains cas avec certaines équipes où des joueurs particuliers sont absents à cause des protocoles COVID, mais l'autre avantage est que nous avons une saison de 82 matchs et que nous avons de longues séries éliminatoires, et J'ai l'impression que les choses vont s'arranger d'ici la fin de la saison.

Plus de couverture NBA  :- À l'intérieur de l'année d'évasion de LaMelo Ball- Classement NBA Power  : où toutes les équipes ont une longueur d'avance sur Noël- Saison commerciale de la NBA  : cinq candidats commerciaux à surveiller- Dans la soirée record de Stephen Curry