Les employés d’Instacart, une entreprise de technologie qui livre des produits d’épicerie et d’autres articles ménagers commandés via une application, prévoient une grève nationale lundi, affirmant que la société ne leur a pas fourni de fournitures pour les protéger contre l’infection pendant la pandémie de coronavirus.

On ne sait pas combien d’employés pourraient faire grève. L’entreprise compte environ 200 000 acheteurs et prévoit d’en ajouter 300 000 au cours des trois prochains mois.

Les acheteurs Instacart prévoient de contourner les protections contre les coronavirus

Les acheteurs sont des entrepreneurs indépendants qui peuvent travailler aussi peu ou autant qu’ils le souhaitent. En moyenne, ils achètent moins de 10 heures par semaine, a déclaré l’entreprise, qui travaille en partenariat avec plus de 350 détaillants, dont Costco, CVS Pharmacy, Petco, Target et Wegmans.

La grève planifiée survient alors que de plus en plus de personnes restent à la maison pendant la pandémie et dépendent des services de livraison d’épicerie pour éviter les visites dans les espaces publics comme les supermarchés.

Dans une annonce avec le Gig Workers Collective, un groupe d’activistes, les employés d’Instacart ont déclaré que « les mauvais traitements infligés aux acheteurs par l’entreprise étaient tombés à leur plus bas niveau ».

« Ils profitent astronomiquement de nous, risquant littéralement notre vie, tout en refusant de nous fournir une protection efficace, un salaire significatif et des avantages significatifs », a indiqué l’annonce.

Les employés d’Instacart demandent à l’entreprise de leur fournir des équipements de protection individuelle, comme du désinfectant pour les mains, des lingettes désinfectantes, des sprays et du savon.

Les travailleurs ont demandé une prime de risque – 5 $ de plus par commande – et que la valeur par défaut du pourboire intégré à l’application soit fixée à au moins 10% du total de la commande. Ils cherchent également à augmenter le salaire des travailleurs touchés par Covid-19, la maladie causée par le coronavirus.

Les revenus des acheteurs varient en fonction du nombre de lots qu’ils choisissent d’acheter. La société a déclaré qu’elle était attachée à une structure de revenus qui offrait une rémunération initiale et des minimums garantis, qui pouvaient varier de 7 $ à 10 $ par lot, selon le marché, et n’incluait pas les conseils des clients.

La société a annoncé ce mois-ci de nouvelles directives et politiques pour soutenir la santé et la sécurité de ses acheteurs lors de l’épidémie de coronavirus, qui a entraîné plus de 1 800 décès et plus de 100 000 infections aux États-Unis.

L’entreprise a déclaré qu’elle avait obtenu un désinfectant pour les mains des travailleurs et qu’elle prolongerait jusqu’au 8 mai sa politique de congés payés de 14 jours pour les employés horaires et les acheteurs à service complet qui ont Covid-19 ou sont placés en isolement.

L’entreprise a également annoncé qu’elle offrirait une prime de 25 $ à 200 $ à certains employés en fonction des heures travaillées du 15 mars au 15 avril.

« La santé et la sécurité de l’ensemble de notre communauté – acheteurs, clients et employés – est notre première priorité », a déclaré une porte-parole de l’entreprise. « Nous tenons à souligner que nous respectons absolument les droits des acheteurs de nous faire part de leurs commentaires et d’exprimer leurs préoccupations. »