Abbott interdisant les règles du masque COVID-19 ne libère pas les Texans. Cela prolonge notre misère.

Il y a une raison pour laquelle le président Donald Trump n'a pas dit au peuple américain quand il s'est fait vacciner contre le COVID-19 en janvier.
À ce moment-là, la lutte de la nation contre cette pandémie mortelle était devenue si politisée, en grande partie à cause de la minimisation de celle-ci par Trump, que même la nouvelle d'un président en exercice recevant un vaccin salvateur que son administration a aidé à accélérer était une mauvaise optique.

Cette politisation, souvent accompagnée du ridicule de ceux qui demandent des précautions en cas de pandémie, met encore des vies en danger.

C’est ce qui rend la nouvelle interdiction des masques dans les écoles et autres lieux publics par le gouverneur Greg Abbott si préoccupante.

Au lieu de faire tout ce qu'il peut pour exhorter les Texans à se faire vacciner, il saisit une autre occasion pour perpétuer le dangereux récit de Trump selon lequel les responsables locaux sont exagérés et réagissent de manière excessive en exigeant simplement des masques.

Un examen des données du New York Times le mois dernier pour presque tous les comtés américains a révélé que ceux dont les taux de vaccination étaient plus faibles avaient largement voté pour Trump en novembre. Dans les 10 principaux États où les résidents ont déclaré qu'ils n'obtiendraient probablement pas le vaccin COVID-19, Trump a remporté tous sauf un, la Géorgie.

Selon une analyse de Chronicle, seuls 40% des Texans ont reçu leur premier vaccin COVID-19, une part plus faible qu'à New York, en Californie, en Floride ou en Pennsylvanie, par exemple. Et alors que des États comme le Michigan ont pratiquement demandé plus de vaccins, le Texas gaspille flacon après précieux flacon: 80% des 60000 injections que le Texas a gaspillées depuis décembre ont été enregistrées au cours des deux dernières semaines, a rapporté mercredi le Chronicle.

Dans les régions rurales du Texas, où beaucoup pensent que les mensonges qualifiant les vaccins de plus dangereux qu'une maladie qui a tué 3,4 millions de personnes dans le monde, les points de distribution ferment. Plus tôt ce mois-ci, les responsables de la santé de l'État ont essentiellement sanctionné la détérioration des vaccins, disant aux fournisseurs qu'ils pouvaient ouvrir un nouveau flacon pour vacciner une seule personne plutôt que d'attendre d'avoir aligné les preneurs pour le flacon entier.

«Cela m'a brisé le cœur le premier jour où nous avons dû gaspiller une dose», a déclaré Steve Hoffart, propriétaire de la pharmacie Magnolia à Magnolia, au Chronicle.

Cela nous brisera plus que nos cœurs si le Texas ne peut pas enrôler le reste de l'État pour se joindre à la lutte contre le COVID-19.

Le gouverneur a peut-être pensé cette semaine le moment opportun pour abattre les règles locales sur les masques. Après tout, le Texas venait de célébrer dimanche notre premier jour sans enregistrer un décès de COVID-19 depuis plus d'un an. Mais le lendemain, le Texas a signalé 23 nouveaux décès, le nombre le plus élevé de lundi en près de deux mois.

Abbott a peut-être jugé le risque pour les écoles acceptable parce que les enfants sont beaucoup moins susceptibles de présenter des symptômes graves et de mourir, mais les enfants exposés par des camarades de classe sans masque peuvent toujours infecter la famille et les enseignants.

Alors que la droite loue le Seigneur sur Twitter que son nez et sa bouche sont désormais libérés de la sensation tyrannique du coton, l'interdiction par le gouverneur des règles locales sur les masques délitimise une fois de plus les politiques sérieuses et scientifiques des responsables locaux qui tentent de protéger leurs communautés.

Il y avait au moins un argument économique solide en faveur de la décision d’Abbott en mars de rouvrir l’État aux affaires. Mais à quoi sert-il de dire à un surintendant de Houston, de Galena Park ou de Goose Creek qu’il ne peut pas exiger de masques sur le campus pendant les derniers jours de l’année scolaire?

À quoi cela sert-il de menacer les responsables locaux qui désobéissent au décret du gouverneur d’une amende de 1 000 dollars? Aucun, sauf pour renforcer les perspectives politiques d’Abbott contre ses principaux opposants républicains.

Non pas que ses actions les aient impressionnés: «Ne remerciez pas les politiciens d'avoir rétabli des droits qu'ils n'avaient jamais eu le pouvoir de retirer en premier lieu», a tweeté l'opposant et ancien sénateur du Texas, Don Huffines.

La privation de liberté subie par les Texans contraints de se couvrir le visage n'est rien comparé à la privation de vie subie par ceux qui ont été inutilement exposés au nouveau coronavirus dans les lieux publics.

Pourquoi ces guerriers de la liberté ne disent-ils rien de la perte prolongée de liberté que nous continuons tous à endurer alors que les anti-masques et anti-vaxxers continuent de respirer la vie, littéralement, dans ce virus menaçant?

Nous voulons tous que le cauchemar se termine: les mères et les pères sont fatigués de jongler entre l'école à la maison et les emplois à temps plein. Les propriétaires de magasins fatigués des allées vides. Et plus que quiconque, le personnel hospitalier fatigué de voir les patients souffrir et mourir.

Mentalement, nous en avons tous fini. Mais nous ne pouvons pas en finir physiquement tant que le virus n’a pas cessé de se propager et de muter en des formes nouvelles, plus mortelles et plus contagieuses que nos vaccins actuels ne peuvent pas contrecarrer. Et la propagation ne s'arrêtera pas tant que suffisamment de personnes n'auront pas été vaccinées.

Assez de gens ne seront pas vaccinés tant que les républicains n’auront pas cessé d’assimiler la vaccination à une infidélité partisane ou à une sorte de reddition crédule à la conspiration marxiste. Et les sceptiques de gauche devraient également reconsidérer leur propre hésitation, malgré les souvenirs toujours obsédants que certaines communautés portent sur l'exploitation médicale historique.

Ceux d'entre nous qui sont vaccinés et qui ont fait notre part pour lutter contre le COVID-19 doivent se demander: où est notre liberté face à la tyrannie de cette pandémie? De ceux qui refusent de faire leur part pour le combattre? Et des politiciens qui ne font que la prolonger avec leurs jeux cyniques?