De nombreux Américains reviennent à la normale cet été, adoptant les choses qu'ils faisaient sans y penser – manger à l'intérieur, partir en vacances et embrasser leurs proches. Mais la vie a aussi changé, et pour certains cela se traduit par de nouvelles habitudes.

Aux États-Unis, la pandémie de coronavirus semble desserrer son emprise, avec près de 180 millions de personnes au moins partiellement vaccinées après plus d'un an de recommandations strictes de santé publique. Arriver à ce point était un effort à la fois personnel et collectif, alors que la société cédait ses routines dans l'espoir de prévenir la maladie et la mort. Du port de masques au travail à domicile et à l'école à distance, en passant par le manque de temps en famille et de rendez-vous chez le médecin, la crise des coronavirus a modifié nos vies intérieures et extérieures. Et les comportements repris pendant la pandémie n'ont pas nécessairement disparu une fois que les responsables de la santé publique ont assoupli les directives COVID-19.

4 habitudes de l'ère COVID que les gens ne sont pas prêts à perdre

5 graphiques qui montrent où nous en sommes dans la pandémie

Les humains sont des créatures de confort. Lorsque de grands changements bouleversent la vie telle que nous la connaissons, s'adapter à ce nouveau monde peut sembler étrange, en partie parce que cela va à l'encontre de notre nature, a déclaré Katy Milkman, qui dirige la Behaviour Change for Good Initiative au sein de la Wharton School de l'Université de Pennsylvanie.

"C'est notre tendance à rester sur la voie de la moindre résistance", a déclaré Milkman, dont le nouveau livre, "Comment changer", explore comment les gens s'adaptent et pourquoi certains nouveaux comportements persistent et d'autres non.

En effet, certaines des mesures que nous avons prises sous la contrainte sont devenues des habitudes câblées et pourraient perdurer après le recul de la pandémie. Ils peuvent nous aider à penser et à vivre différemment, peut-être même mieux, à l'avenir.

"Nous devons garder une trace des leçons apprises pendant la pandémie et nous en tenir à tout ce qui a bien fonctionné ou nous a rendu heureux pour l'avenir", a déclaré Tim Willems, économiste au Fonds monétaire international.

Alors que les États abandonnent les mandats de masque, de nombreuses personnes continuent de les porter par habitude et par précaution.//

" Cette maman qui a toujours un masque "

En 2008, Tselaine Jones Smith a développé une maladie respiratoire qui est devenue si grave que la pharmacienne et mère de deux enfants de Bowie, dans le Maryland, a démissionné de son travail et a envisagé une greffe de poumon.

Plus d'une décennie plus tard, Jones Smith, 53 ans, a déclaré que son état préexistant la rendait vulnérable à une infection potentiellement mortelle si elle devait attraper le coronavirus, et qu'elle devait être incroyablement prudente. Elle a été vaccinée dès qu'elle a pu, a déclaré Jones Smith, mais elle porte toujours un masque facial.

"J'ai dit à mes enfants que je serais cette maman qui a toujours un masque", a déclaré Jones Smith. "Ils n'ont pas encore enlevé leur masque non plus."

peu importe ce que disent les directives.

Avant que les Centers for Disease Control and Prevention n'annoncent le mois dernier que les personnes complètement vaccinées contre le COVID-19 pouvaient cesser de porter des masques dans presque toutes les circonstances, 49% des Américains ont déclaré qu'ils portaient un masque dans la plupart des endroits, même si ce n'était pas nécessaire,/NPR/Marist qui a été mené du 4 au 10 mai, juste avant le changement de directive du CDC. Un autre 9 pour cent ont déclaré qu'ils ne portaient généralement pas de masque facial.

Le port d'un masque protège ceux qui le portent, mais les recherches suggèrent qu'ils sont encore plus efficaces pour protéger les autres, en capturant les gouttelettes et les aérosols qui pourraient véhiculer le virus lorsque le porteur respire ou parle. Parallèlement aux mesures de distanciation sociale, le masquage a probablement offert des retombées positives au-delà du coronavirus. Par exemple, la dernière saison de la grippe a connu une baisse historique des infections aux États-Unis pendant la pandémie, et les responsables de la santé ont enregistré un seul décès pédiatrique à l'échelle nationale, contre 199 au cours de la saison de la grippe 2019-2020.

"Il n'est pas possible de déterminer laquelle de ces mesures a été la plus efficace" pour endiguer la propagation habituelle du rhume et de la grippe, a déclaré le Dr Alicia Budd, épidémiologiste au Centre national de vaccination et des maladies respiratoires du CDC. Alors que la vie prend un rythme plus régulier, Budd a déclaré qu'elle s'attend également à voir davantage de virus respiratoires circuler. Les cas de virus respiratoire syncytial – une maladie qui ressemble au rhume mais qui peut évoluer en bronchiolite ou en pneumonie chez les nourrissons et les jeunes enfants – ont déjà augmenté dans le sud des États-Unis ce printemps.

" Tout le monde sera plus conscient du fait que sa santé peut dépendre de la santé des autres. "

(Cela peut ou non suffire à prévenir la maladie, prévient Budd.) Et tandis que le CDC maintient que ceux qui ont été vaccinés contre le virus n'ont pas besoin de porter de masques dans la plupart des contextes, l'Organisation mondiale de la santé a exhorté vendredi tout le monde, y compris le entièrement vacciné, pour " jouer la sécurité " et continuer à se masquer face à la variante delta hautement transmissible.

À plus long terme, certaines personnes disent qu'elles continueront à porter un masque non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour les autres. Ils se sont habitués à porter des masques, et les avantages pour eux-mêmes et ceux qui les entourent l'emportent sur les coûts, comme un peu d'inconfort et des lunettes embuées.

Le Dr Nancy Krieger, épidémiologiste sociale à la Harvard School of Public Health, a déclaré que c'est pourquoi elle prévoyait de continuer à porter un masque facial dans le bus public à son retour sur le campus en août.

"Tout le monde sera plus conscient du fait que sa santé peut dépendre de la santé des autres", a déclaré Krieger.

Les gens font de l'exercice sur la piste cyclable de Venice Beach à Los Angeles au milieu de la pandémie de coronavirus./

Habitudes saines

Elaine Ferrell-Burns a enfilé un maillot de bain et est entrée dans une piscine pour la première fois depuis au moins deux décennies l'année dernière, car c'était le seul exercice autorisé dans sa salle de sport car il assouplissait les restrictions liées au COVID-19. Depuis lors, l'homme de 69 ans originaire de Portland, dans l'Oregon, est "devenu un nageur de longueur", allant quatre jours par semaine. "C'est ma dépendance positive", a-t-elle déclaré.

Les commandes à domicile, ainsi que les restrictions sur les gymnases et les restaurants, ont changé la façon dont beaucoup de gens mangeaient et s'entraînaient. Mais cela ne signifie pas que tout le monde continuera à vendre ses Pelotons achetés en cas de pandémie.

Milkman a déclaré que si les mauvaises habitudes comme manger de la crème glacée au petit-déjeuner ont tendance à persister, les bonnes habitudes comme l'exercice quotidien ont tendance à être "fragiles" - cassez la routine et il est difficile d'y revenir.

Mais il y a un espoir de conserver ces bonnes habitudes en cas de pandémie si vous avez " trouvé quelque chose de vraiment meilleur … une façon de faire les choses qui vous a rendu plus heureux ou plus efficace ", a-t-elle déclaré. Milkman a appelé cela "l'expérimentation forcée" et la considère comme un résultat majeur de l'ère COVID.

Avant la pandémie, elle et sa famille fréquentaient les musées le week-end. Lorsque cela n'était pas possible, ils ont passé beaucoup plus de temps à faire de la randonnée et à profiter des parcs et des espaces extérieurs – quelque chose qu'elle a dit qu'ils prévoyaient de continuer à faire.

Avec ou sans pandémie, la répétition et la récompense – comme le plaisir ou le soulagement – ​​sont les clés du maintien de bonnes habitudes, selon Milkman. Finalement, ces bonnes habitudes sont essentiellement mises en pilote automatique. Une fois que les gens en sont arrivés là, " ils ne pensent même plus à prendre la mauvaise décision ", écrit-elle dans son nouveau livre.

Lori Pingatore, 50 ans, de St. Paul, Minnesota, a déclaré qu'elle remplissait son garde-manger d'aliments de base non périssables et qu'elle avait commencé à cuisiner à la maison " 100 % du temps ".

"J'ai profondément apprécié cela", a-t-elle déclaré, et elle prévoit de s'y tenir.

Cuisiner des repas à la maison est souvent (mais pas toujours) plus sain et moins cher que de manger au restaurant ou de commander sur place. D'autres lecteurs ont découvert la commodité de la livraison de courses et prévoient de continuer à acheter des produits alimentaires en ligne.

Pour ceux qui recommencent à dîner au restaurant, " dehors " peut être le mot clé. Sur la base de ses observations de Boston, Krieger prédit que nous n'oublierons pas de sitôt les joies de manger en plein air.

Pendant des années, de plus en plus de personnes ont progressivement utilisé la télémédecine, mais la pandémie de coronavirus a forcé les systèmes de santé à adopter la technologie afin que les patients puissent rester connectés à leurs soins de santé./

Aller chez le médecin, sans aller nulle part

Il est possible que la plus grande crise sanitaire qui ait frappé le pays puisse indirectement conduire à de meilleurs résultats pour la santé à l'avenir. Pendant des années, les services de télésanté se développaient lentement mais restaient une très petite partie du système de santé américain. Cela a changé au cours des premiers mois de la pandémie, lorsque les gens avaient peur de s'asseoir ensemble dans des espaces clos, comme les salles d'attente des cabinets de médecins. Alors que le pays s'efforçait de prévenir les épidémies de COVID-19, le personnel des hôpitaux et des cliniques a découragé les visites non urgentes.

Face à un possible tsunami de soins de santé négligés, de résultats désastreux et de systèmes médicaux plus petits tombant en faillite, les autorités ont approuvé des dérogations réglementaires qui obligeaient les compagnies d'assurance à rembourser les soins de santé offerts par télémédecine aux mêmes tarifs que les services offerts en personne. De plus en plus de fournisseurs ont commencé à offrir des services via le chat vidéo sécurisé pour la première fois et à des volumes élevés, et des millions d'Américains ont bénéficié de la nouvelle commodité d'un accès élargi aux soins de santé.

" La pandémie était cet événement sentinelle qui allait tout changer dans la prestation des soins de santé ", a déclaré Lori Uscher-Pines, chercheuse principale en politiques à la RAND Corporation qui étudie la télésanté et la santé maternelle et infantile. Les données montrent qu'il y a eu moins de non-présentations et d'annulations de rendez-vous pendant la pandémie, a-t-elle ajouté.

L'urgence de santé publique a motivé les efforts pour étendre la télémédecine, mais si la télémédecine doit durer au-delà de COVID-19, les institutions telles que les compagnies d'assurance doivent accepter de rembourser les services virtuels au même rythme que les visites en personne, a déclaré Uscher-Pines.

"Il est clair que des millions d'Américains ont commencé à utiliser les services de télémédecine et à apprécier leurs avantages", a-t-elle déclaré, "mais ce qui n'est pas clair, c'est si les fournisseurs vont continuer à l'offrir si certains de ces changements de politique ne restent pas en place. "

La pandémie de coronavirus a forcé la société à mener une expérience qui a conduit des millions de personnes à travailler à domicile, une décision qui n'aurait peut-être pas été tentée autrement./Caitlin Ochs

La maison est là où se trouve le bureau

Ce que montrent ces changements de comportement, c'est le potentiel révélateur de briser vos routines normales, a déclaré Willems.

En 2014, les travailleurs des transports en commun du métro de Londres se sont mis en grève. Pendant deux jours, la manifestation a fermé environ les deux tiers des gares de la ville, perturbant les trajets quotidiens de millions de personnes. Mais la perte soudaine de la routine a forcé de nombreuses personnes à repenser leurs itinéraires, a déclaré Willems, qui a exploré l'influence de la grève sur les modes de transport dans une étude de 2017 publiée dans le Quarterly Journal of Economics.

En analysant les données des passagers, Willems et ses collègues ont estimé que 5% des personnes ont modifié leurs itinéraires quotidiens après la fin de la grève, rendant probablement leurs déplacements quotidiens plus efficaces et meilleurs dans l'ensemble. Ces passagers auraient pu améliorer leurs déplacements à tout moment, ont écrit les chercheurs, mais il a fallu la grève pour les sortir des rythmes hypnotiquement prévisibles de la vie quotidienne.

Selon Willems, l'expérience forcée de la pandémie a révélé un changement radical qui a peut-être amélioré la vie quotidienne de nombreuses personnes : le travail à domicile.

Parmi les adultes américains employés qui travaillaient à domicile pendant la pandémie, environ la moitié ont déclaré qu'ils aimeraient continuer à le faire, selon une enquête de décembre du Pew Research Center. Dans ce rapport, 38 % des travailleurs américains qui faisaient leur travail à distance ont déclaré que la plupart de leur travail pouvait être effectué à domicile, mais les personnes occupant des emplois à faible revenu étaient moins susceptibles que celles ayant des emplois à revenu plus élevé de dire qu'elles avaient la possibilité de travailler à partir de domicile.

Willems a cité une enquête britannique dans laquelle environ la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu'elles travaillaient aussi efficacement à domicile que lorsqu'elles se rendaient à leur bureau. Un autre 29 pour cent ont déclaré qu'ils sont devenus plus efficaces.

Même si "nous nous débrouillons assez bien dans le monde", a déclaré Willems, "il se peut qu'il existe quelque part une meilleure solution radicale".